EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Laos Selon deux prêtres responsables de l'apostolat de la jeunesse, la formation religieuse des jeunes est indispensable pour leur permettre de s'intégrer à la vie de l'Eglise

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Laos

Imprimer

Selon deux prêtres responsables de l'apostolat de la jeunesse, la formation religieuse des jeunes est indispensable pour leur permettre de s'intégrer à la vie de l'Eglise [ Bulletin EDA n° 373 ]

16/04/2003

Le P. Bounlien Phitavong et le P. Vimanephet Indavong, du vicariat apostolique de Savannakhet, situé au centre du Laos (1), étaient à la fin du mois de mars dernier à Bangkok, en Thaïlande, pour une réunion préparatoire aux célébrations de la troisième Journée asiatique des jeunes, programmée du 9 au 16 août 2003 à Bangalore, en Inde. A cette occasion, ils ont évoqué la pastorale des jeunes de 15 à 25 ans et les problèmes rencontrés dans leur vicariat ou dans d'autres régions du Laos. Selon le P. Vimanephet, 28 ans, la jeunesse laotienne catholique a une conception étriquée de sa religion et de sa pratique. Par exemple, ils considèrent l'assistance à la messe comme une routine "obligatoire" où l'on ne fait qu'écouter et réciter des prières. "Nous n'avons pas à les blâmer de cette étroitesse d'esprit", a expliqué le prêtre ; il leur manque la formation "qui pourrait les aider à dialoguer, à réfléchir et à mieux intégrer les enseignements de l'Eglise. Ce qui les aiderait à acquérir une foi plus mature". Il a ajouté qu'une grande partie du problème résultait du système de question-réponse encore employé dans l'enseignement du catéchisme dans l'Eglise du Laos, une méthode qui encourage la mémorisation au détriment de la compréhension. Le P. Bounlien, âgé d'une cinquantaine d'années, a déploré quant à lui le fait que de nombreux catholiques estimaient ne plus avoir besoin de formation religieuse après leur confirmation.

D'après ces deux prêtres, mettre sur pied un nouveau programme d'éducation religieuse, une formation mieux adaptée pour les catéchistes, l'organisation de recollections, de réunions de prière ainsi que des activités sociales et religieuses sont nécessaires pour stimuler la foi des jeunes, le tout devant être nourri par la lecture de la Bible, la méditation et le dialogue.

Le P. Vimanephet a ajouté que les programmes destinés aux jeunes devraient insister sur les liens qui existent entre ce qu'on leur enseigne et leurs problèmes de vie de jeunes Laotiens : le mariage et la famille, la société lao gagnée par le matérialisme, la drogue, le sexe. Le soutien de la famille est également un élément important pour établir un fondement solide à leur foi. Certains parents, a-t-il encore expliqué, se plaignent que leurs enfants passent trop de temps à la paroisse et délaissent les tâches ménagères ou s'en servent comme alibi pour déserter la maison. Les prêtres devraient aider les parents à mieux comprendre le but des activités proposées aux jeunes en les rencontrant régulièrement et en les informant de l'importance de cette pastorale.

Malgré les problèmes que leurs posent les jeunes, les deux prêtres restent optimistes grâce aux progrès déjà réalisés dans le vicariat de Vientiane. Le P. Vimanephet a souligné par exemple que ce sont les jeunes de la paroisse de la cathédrale de Vientiane, il y a quelques années, qui avaient formé, de leur propre initiative, un groupe d'enfants de chour pour mieux participer ainsi à la vie de l'Eglise. Ce groupe d'une cinquantaine de garçons s'est mis à rendre visite à d'autres jeunes catholiques des villages des alentours de la capitale et organiser avec eux des activités religieuses, éducatives et sociales. Ils participent actuellement à la formation religieuse des enfants de leur paroisse. Avec le P. Bounlien, Thakhek possède également un groupe de vingt personnes qui assurent le nettoyage de l'église et le service au moment des fêtes.

Mais, au-delà de ces quelques signes permettant de maintenir l'espérance, les deux prêtres ont souligné que la principale faiblesse venait du manque de personnel. Selon le P. Vimanephet, dans le vicariat de Pakse, aucune pastorale des jeunes n'existe formellement du fait du manque de prêtres (2). Et quant au vicariat de Luang Prabang, dans le nord du pays, son administrateur et unique prêtre, Mgr Tito Banchong Thopayong, réside à Vientiane. La ville de Luang Prabang, ancienne capitale et centre bouddhiste du Laos, se situe à environ 220 km. de Vientiane.

Notes

(1)Le vicariat de Savannakhet se situe à Takhek, au bord du Mékong, à 275 km. au sud-est de Ventiane. Le Laos compte plus de 5 millions d'habitants dont 30 000 catholiques. Il est divisé en quatre vicariats apostoliques : Savannakhet, Vientiane, Pakse et Luang Prabang. Aucun diocèse n'a été encore formé canoniquement dans ce pays sous régime communiste depuis 1975. Sur l'Eglise catholique au Laos, voir le Dossier de EDA 299<br />(2)A propos du vicariat apostolique de Pakse, voir EDA 370<br />