EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Indonésie

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Indonésie

Eglise catholique: contestation interne

Indonésie 01/01/1991

"Les leaders de notre Eglise gardent le silence sur les questions de violations des droits de l'homme dans ce pays. L'Eglise prend souvent position pour promouvoir des valeurs morales et humaines, ce qui est sans danger, mais elle ne dénonce jamais les agressions perpétrées contre les hommes concrets", accuse M. Frans Hendra Winarta, un avocat catholique travaillant avec la Fondation indonésienne pour l'aide juridique.

Un forum pour les politiciens catholiques

Indonésie 16/12/1990

La Conférence épiscopale d'Indonésie a décidé, lors de son assemblée générale du 16 novembre 1990, de patronner un forum qui permettra aux catholiques, militant dans divers partis et organisations politiques, de communiquer entre eux et de s'initier à l'enseignement moral et social de l'Eglise.

Un "groupe d'experts" au service des évêques

Indonésie 01/12/1990

La Conférence épiscopale d'Indonésie a décidé de constituer un groupe de réflexion dont la tâche consistera à analyser les questions sociales et politiques pour adresser ensuite ses recommandations aux évêques.

Le gouvernement appelle les évêques à une vision plus réaliste du tourisme

Indonésie 01/12/1990

M. Joop Ave, directeur général au ministère du Tourisme, s'est adressé, le 15 novembre 1990, aux évêques catholiques pour leur demander de considérer l'industrie du tourisme de manière plus positive. "Prétendre que le tourisme détruit les cultures locales et favorise la prostitution est une affirmation sans fondement... Les touristes viennent dans notre pays parce qu'ils sont attirés par sa beauté naturelle et sa riche culture... Tout en préparant vos fidèles aux conséquences parfois négatives du tourisme, vous pourriez promouvoir la tolérance religieuse ici et parmi les nations... Vous pourriez même aider les touristes à trouver Dieu, puisque beaucoup d'entre eux se disent incroyants..." a-t-il déclaré.

Le "silence" des dirigeants catholiques en question

Indonésie 16/11/1990

Depuis la disparition du "Partai Katolik" (Parti catholique) et d'autres partis politiques en 1973, les dirigeants politiques catholiques n'assument plus la défense des intérêts de leur communauté. C'est ce qu'a déclaré le docteur Aloysius Benedictus Mbol, le 4 novembre 1990, lors d'un séminaire organisé par l'Association des médecins catholiques. Le docteur Mbol est l'ancien gouverneur de la province du Nusa Tenggara oriental sur l'île de Java.

Le quotidien catholique "Kompas" perd plusieurs milliers de lecteurs

Indonésie 16/11/1990

L'interdiction gouvernementale qui a frappé le "Monitor" (6), à la suite de violentes manifestations musulmanes dirigées contre le rédacteur en chef de la revue, a des conséquences aussi sur les autres publications du groupe de presse catholique "Gramedia". Le "Monitor" était accusé d'avoir publié un sondage d'opinion plaçant le prophète Mahomet en 11ème position seulement sur la liste des 50 personnes les plus populaires dans le pays.

Irian Jaya: le gouvernement recherche la coopération des Eglises

Indonésie 16/11/1990

Le gouvernement de Jakarta cherche l'appui des Eglises pour faciliter le développement de la province d'Irian Jaya. La partie occidentale de cette province est en effet occupée par une population de 650 000 personnes environ appartenant à diverses tribus encore isolées du reste du monde. Les Eglises possèdent une certaine expérience de ces groupes humains généralement considérés comme peu accessibles. Un séminaire organisé à Jayapura a réuni, les 9 et 10 octobre 1990, des représentants du gouvernement et les délégués d'organisations non gouvernementales patronnées par les Eglises protestantes et catholique. Le but de la rencontre était tout d'abord de faire la liste des difficultés, ensuite de proposer les méthodes de travail susceptibles de les aplanir, et enfin d'établir les bases d'une collaboration efficace entre le gouvernement et les Eglises.

Des "colons" déçus

Indonésie 01/11/1990

La politique de "transmigration" suivie par le gouvernement (6) ne rencontre pas que des succès. En témoigne la commission de développement socio-économique du diocèse d'Amboine, dans la province des Moluques. Un de ses animateurs raconte la déception des "colons" javanais auxquels des parcelles ont été naguère attribuées pour les mettre en culture. Le Bureau local des "transmigrations" reconnaît que leur situation est inquiétante devant la famine qui menace.

Des messes en chinois

Indonésie 01/11/1990

A la paroisse N.D. de Fatima, à Jakarta, le P. Yohanes Baptista Lianto célèbre tous les dimanches une messe en mandarin pour la communauté d'origine chinoise. Cette pratique existe depuis les années 50, et le P. Lianto assure ce service depuis 1985. Dans les premiers temps n'y assistaient que 20 à 30 personnes ; actuellement elles sont plus du millier. Ce sont généralement des fidèles d'un certain âge qui utilisent l'indonésien pour mener leurs affaires, mais dont la connaissance du "Bahasa Indonesia", la langue nationale, ne va pas plus loin. Le père, lui-même chinois d'origine, a tenté de les "acclimater" une fois par mois à la messe en indonésien, mais il a abandonné ce projet, ses auditeurs se plaignant toujours de ne rien comprendre ni aux lectures, ni aux prières, ni au prêche. La jeune génération, elle, n'éprouve pas de telles difficultés, et si les "assemblées chinoises" se sont enflées au cours des ans, c'est en raison d'une part des conversions - une trentaine de baptêmes d'adultes tous les ans - et d'autre part des nouveaux arrivés venant d'autres parties du pays.

Le groupe de presse catholique "Kompas-Gramedia" dans l'embarras

Indonésie 01/11/1990

L'autorisation de publier a été retirée le 23 octobre 1990 à l'hebdomadaire "Monitor" paraissant à Jakarta. Cette mesure a été prise par le ministre de l'Information, M. Harmoko. Cette publication, qui tirait à 700 000 exemplaires, appartient au groupe de presse "Gramedia" qui contrôle aussi le quotidien le plus important du pays, "Kompas". Ce groupe de presse est lié à l'Eglise catholique.