EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Indonésie

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Indonésie

Le groupe de presse catholique "Kompas-Gramedia" dans l'embarras

Indonésie 01/11/1990

L'autorisation de publier a été retirée le 23 octobre 1990 à l'hebdomadaire "Monitor" paraissant à Jakarta. Cette mesure a été prise par le ministre de l'Information, M. Harmoko. Cette publication, qui tirait à 700 000 exemplaires, appartient au groupe de presse "Gramedia" qui contrôle aussi le quotidien le plus important du pays, "Kompas". Ce groupe de presse est lié à l'Eglise catholique.

Pastorale des migrants

Indonésie 16/10/1990

Depuis de longues années, les déplacements de population - ou "transmigrations" - à l'intérieur du pays sont fortement encouragés par les autorités. Le gouvernement a, cette année encore, fait appel à toutes les instances religieuses pour l'aider à résoudre les problèmes que pose l'installation de ces nouvelles communautés dans les territoires qui leur sont attribués. C'est ainsi que le ministre des Transmigrations, M. Sugiarto, a demandé à un groupe d'oulémas d'envoyer des missionnaires volontaires. Il a invité également les responsables de l'Eglise catholique à se rendre dans ces territoires pour y donner toute l'assistance religieuse nécessaire aux migrants, et les motiver de façon à ce que leur "transmigration" soit effectivement un succès.

Les religions et le régime

Indonésie 16/09/1990

Le procureur général de Jakarta a donné raison aux catholiques de l'archidiocèse de Kupang, à Timor Occidental, et la police de la province d'East Nusa Tenggara, dont fait partie ce territoire, a été chargée de faire respecter l'interdiction désormais en vigueur de diffuser le "catéchisme d'Heidelberg" (4), et de confisquer tous les exemplaires déjà dispersés dans la région : toutes les personnes qui en détiennent sont invitées à les remettre au poste de police d'Atambua.

Retraites pour non-chrétiens

Indonésie 16/09/1990

Les 36 élèves d'une classe d'un collège dirigé par les PP. jésuites, à Jakarta, ont suivi du 23 au 26 août 1990 les exercices spirituels prévus pour eux à la maison de l'Eau vive, au sud de la capitale. Quatre d'entre eux seulement étaient catholiques, pour deux musulmans et trente bouddhistes. C'est là un fait qui se renouvelle tous les ans à pareille époque: la participation à cette retraite fait partie du programme scolaire de l'établissement, lequel, bien qu'accueillant une forte majorité d'étudiants non chrétiens, impose à tous ceux qui s'inscrivent aux cours, quelle que soit leur foi, de prendre part aux activités religieuses de la maison.

Synode interdit

Indonésie 01/09/1990

"Un fait unique dans l'histoire des Eglises en Indonésieaffirme un porte-parole de la Communauté des Eglises indonésiennes, association de 54 "dénominations" chrétiennes : le gouvernement de Jakarta a interdit, "pour des raisons de sécuritéla tenue d'un synode organisé par une Eglise protestante communément appelée "Toba-Batak", et comptant près de 2 millions de membres.

Hésitations oecuméniques (4)

Indonésie 01/08/1990

Un bel exemple de coopération oecuménique vient d'être donné, dans le diocèse d'Amboine - ville qui est le chef-lieu de la province des Moluques - à l'occasion de l'escale qu'y a faite, du 1 er au 12 juin 1990, le Doulos, "bateau-foire aux livres", battant pavillon ouest-allemand. Initiative qui n'est pas nouvelle, même pour les Indonésiens, puisque l'an dernier déjà le navire avait relâché à Sumatra et à Java, plus précisément à Medan et Jakarta.

Culture en péril

Indonésie 01/07/1990

En Europe, les Dayaks (10) sont connus comme les "coupeurs de têtes" de l'île de Bornéo, partagée entre l'Indonésie,la Malaisie et Brunei. En superficie - presque une fois et demi la France -c'est la troisième île du monde. Sa partie indonésienne, le Kalimantan, au sud, en couvre à peu près les trois quarts, et compte quelque 6 millions d'habitants. Semi-nomades, les Dayaks sont une des populations d'origine, forte de quelque 3 millions de personnes. Depuis longtemps, ils ont renoncé à leurs rites sanglants - ils sont catholiques à plus de 50% -, mais actuellement, c'est toute leur civilisation et leur culture qui sont peut-être à la veille de disparaître.