EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Indonésie

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Indonésie

Les musulmans modérés lancent un avertissement au gouvernement

Indonésie 01/05/1992

Dans une lettre personnelle adressée au président Suharto, M. Abdurrahman Wahid, président du "Nahdlatul Ulama" et leader des musulmans modérés (13), lance un avertissement solennel. Il estime en effet que quelques groupes musulmans indonésiens ont l'intention de se débarrasser de l'idéologie nationale "Pancasila" (14) et de fonder un Etat musulman. "Je demande instamment au gouvernement de traiter toutes les religions dans un esprit d'égalité; sinon, le 'Pancasila' n'aura plus de raison d'être et disparaîtra; certains mouvements islamiques se réveilleront alors et exigeront un Etat islamiquedéclare M. Wahid.

Vers une légalisation des mariages entre musulmans et personnes d'une autre religion

Indonésie 16/04/1992

Les mariages de musulmans avec des personnes d'une autre religion étaient officiellement interdits jusqu'à présent. Il fallait impérativement que la partie non musulmane se convertisse à l'islam. En fait, il existait une manière de tourner la difficulté en célébrant le mariage, en privé, dans les deux religions puis en le faisant enregistrer par les autorités civiles. Certains couples se contentaient même du mariage civil. Cette dernière option a été rendue impossible en 1986 quand le gouvernement a donné aux autorités religieuses la haute main sur les mariages. Le ministre des Affaires religieuses, Munawir Szadjali, prétend que cette possibilité du mariage civil n'existant plus, beaucoup de couples vivent "dans une espèce d'union libre

"NOUS VOULONS REFORMER LA SOCIETE" Une interview de M. Abdurrahman Wahid

Indonésie 01/04/1992

Quel était l'objectif de cette manifestation ?

Les démocrates progressistes musulmans dans l'arène politique

Indonésie 01/04/1992

Une manifestation massive de musulmans a eu lieu à Jakarta le 1er mars 1992, à l'appel du "Nahdlatul Ulama", l'organisation musulmane la plus importante du pays. Selon M. Abdurrahman Wahid (9), son président, elle aurait rassemblé 800 000 personnes si le gouvernement n'avait pas fait preuve de mauvaise volonté pour accorder les permis nécessaires et découragé des autocars entiers de se diriger vers Jakarta. Le gouvernement avait, par décret, interdit un rassemblement de plus de 200 000 personnes.

Les "bébés éprouvettes" ne font pas l'unanimité chez les représentants des religions

Indonésie 16/02/1992

Une réunion de représentants des religions officiellement reconnues avec des parlementaires a été organisée le 27 janvier 1992 à Jakarta par le ministère de la Santé. La discussion sur les "bébés éprouvettes" a mis en évidence une différence notable d'appréciation morale selon les religions. Musulmans, hindous et protestants se sont montrés favorables à la fécondation artificielle tandis que catholiques et bouddhistes s'y opposaient.

Le ministre des Affaires religieuses: nous ne favorisons pas l'islam

Indonésie 01/02/1992

M. Munawir Sjadzali, ministre des Affaires religieuses, s'est élevé contre certains médias étrangers qui accusent l'Indonésie, le plus grand pays musulman du monde, d'introduire des lois en faveur de l'islam: "Aux yeux du gouvernement, a-t-il déclaré, tous les citoyens indonésiens ont les mêmes droits et les mêmes devoirs". Les bonnes relations qui existent entre les autorités du pays et les chefs religieux, explique le ministre, ne signifient pas que soit privilégiée l'une ou l'autre des cinq religions reconnues - bouddhisme, catholicisme, hindouisme, islam et protestantisme. Celles-ci se développent bien, et "le gouvernement les inclut toutes dans sa stratégie de progrès national".

Un appel à mieux garantir la liberté de religion

Indonésie 16/01/1992

La liberté religieuse est insuffisamment garantie en Indonésie: telle est la conclusion à laquelle sont arrivés des intellectuels chrétiens et musulmans lors d'un forum qui les a réunis, le 19 décembre 1991, à l'initiative de la Fondation pour l'aide légale, et de l'Institut pour l'étude des religions et des philosophies.

Le rapport de la commission d'enquête sur les "incidents de Dili" a été rendu public

Indonésie 16/01/1992

La commission d'enquête créée à la suite de la fusillade de Dili, à Timor Oriental (3) a remis son rapport au président Suharto à la fin de décembre 1991. Le rapport est en contradiction avec les déclarations des autorités militaires sur le nombre des tués, des blessés et des manifestants arrêtés, de même que sur les circonstances dans lesquelles se sont déroulés les événements. La commission conclut que l'atmosphère tendue lors de la manifestation avait provoqué la panique chez certains militaires "dont la réaction spontanée fut de se défendre, sans avoir reçu d'ordre, par un tir exagéré".

Les évêques offrent leur aide au gouvernement pour ramener la paix à Timor Oriental

Indonésie 01/01/1992

Après leur voyage éclair à Timor Oriental (7), les représentants de la Conférence épiscopale indonésienne, NN.SS. Darmaatmadja et Situmorang, accompagnés de Mgr Leo Soekoto, archevêque de Jakarta, ont eu une entrevue avec le président Suharto.

Déclaration de la Conférence épiscopale d'Indonésie au sujet des événements de Timor Oriental (1)

Indonésie 16/12/1991

1. Parmi les efforts pour trouver une solution au problème de Timor Oriental, il nous semble important d'accorder une grande attention à ce qui est ressenti et vécu par le peuple de Timor Oriental, et d'en tenir compte. C'est ce qui nous a poussés à déclarer à la presse, le 14 novembre, que "la Conférence épiscopale allait suivre et étudier l'évolution de la situation à Timor Oriental". Dans ce but, le P. Alfons Suhardi, ofm, reponsable du Service de documentation et d'information de la Conférence épiscopale, est allé à Dili du 22 au 26 novembre. De même, Mgr J. Darmaatmaja, s.j., président de la Conférence épiscopale et Mgr M.D. Situmorang, ofm Cap, secrétaire général, y sont allés le 25 et revenus le 27 novembre.