EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Indonésie A Bornéo, le manque de prêtres est imputé au contexte culturel ainsi qu’à la faiblesse de la formation à la vie de l’Eglise au sein des familles

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Indonésie

Imprimer

A Bornéo, le manque de prêtres est imputé au contexte culturel ainsi qu’à la faiblesse de la formation à la vie de l’Eglise au sein des familles [ Bulletin EDA n° 464 ]

01/06/2007

Dans le diocèse de Ketapang, un récent colloque a réuni prêtres, religieuses et laïcs autour du thème : « Formation à la vie chrétienne dans les familles et vocations sacerdotales dans la société d’aujourd’hui. » Situé à Kalimantan, sur la partie indonésienne de l’île de Bornéo, le diocèse de Ketapang forme « une Eglise manquant de prêtres et où les vocations sacerdotales parmi les jeunes sont rares ». A partir de ce constat, le premier prêtre catholique issu des populations dayaks (1), le P. Zacharias Lintas, s’est interrogé sur les raisons de ces faiblesses.

Ainsi que l’a noté ce prêtre diocésain, âgé de 58 ans et ordonné en 1978, en cinquante ans de présence parmi les Dayaks (2), l’Eglise a vu l’ordination de seulement neuf prêtres dayaks – dont trois ont quitté plus tard le sacerdo-ce – et, au séminaire du diocèse, sur 24 étudiants, dix sont des Dayaks. Certes, l’Eglise est jeune à Ketapang, a analysé le prêtre, mais il faut s’interroger sur les raisons de la faiblesse du nombre des vocations sacerdotales.

Elles sont au nombre de deux, explique le prêtre dayak. Sur un plan culturel, si les Dayaks sont aujourd’hui en grande majorité chrétiens, les coutumes tribales restent très fortes. Ainsi, l’accent mis sur les biens de ce monde est fort. Par exemple, un adage local dit : « Avoir une grande maison, un grand grenier à riz, une récolte abondante et une chasse généreuse » ; un autre : « Un garçon doit avoir une femme, une fille un mari ». Sur un plan religieux, on constate que la formation à la vie chrétienne des familles est faible. « Les catholiques, particulièrement ceux qui vivent dans des lieux reculés, ne possèdent pas tous une bible », constate le P. Lintas, et les paroisses sont pauvres en matériau relatif à la formation à la foi.

Enfin, sur un plan pratique, les prêtres ne peuvent être présents partout et à tous. Si on compte en moyenne un prêtre pour 2 000 fidèles, les prêtres, au nombre d’une trentaine, doivent parcourir de grandes distances, les 68 000 catholiques de Ketapang étant répartis sur un territoire de près de 36 000 km². Dans un tel contexte, la promotion des vocations ne peut s’appuyer que sur les familles, souligne le prêtre. « Si Dieu appelle un de leurs fils, elles doivent être prêtes à les laisser partir. »

Kalimantan compte aujourd’hui trois millions de catholiques, sur une population de huit millions d’habitants (3).

Notes

(1) Les Dayaks forment la population originelle de l’île de Bornéo. Ils se répartissent en un certain nombre d’ethnies différentes comme les Kajan, le Kenyah, les Ngadju, les Iban, etc. Leurs langues appartiennent à la famille malayo-polynésienne. (2) Le travail des missionnaires catholiques a en fait commencé à Ketapang en 1918. Situé au sud-ouest de Bornéo, Ketapang est devenue préfecture apostolique en juin 1954 et diocèse en janvier 1961. D’après les statistiques diocésaines, la plupart des catholiques du diocèse sont des Dayaks (voir EDA 316). (3) A la suite de la décision du gouvernement colonial néerlandais de confier l’évangélisation de Kalimantan-Ouest aux catholiques et celle de Kalimantan-Centre aux protestants, quatre capucins hollandais étaient venus s’installer à Singkawang, le 30 novembre 1905. Un siècle plus tard, l’Eglise catholique à Kalimantan est désormais structurée de la façon suivante : un archidiocèse, Pontianak, et trois diocèses, Ketapang, Sanggau et Sintang, se partagent la province de Kalimantan-Ouest ; celle de Kalimantan-Est comprend l’archidiocèse de Samarinda et le diocèse de Tanjungselor ; la province de Kalimantan-Centre ne compte qu’un seul diocèse, Palangkaraya, de même que celle de Kalimantan-Sud, le diocèse de Banjarmasin.