EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Indonésie Célèbes : le pape a envoyé un message de compassion aux trois catholiques condamnés à mort pour des violences anti-musulmanes commises en 2000

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Indonésie

Imprimer

Célèbes : le pape a envoyé un message de compassion aux trois catholiques condamnés à mort pour des violences anti-musulmanes commises en 2000 [ Bulletin EDA n° 438 ]

01/04/2006

Le 19 mars dernier, Mgr Josephus Suwatan, évêque du diocèse de Manado, à Célèbes, s'est rendu à la prison de Palu, dans la province de Célèbes-Centre, pour rencontrer les trois catholiques condamnés à mort en 2001 pour le meurtre de musulmans, commis en mai et juin 2000. A Fabianus Tibo, 60 ans, à Marianus Riwu, 48 ans, et à Dominggus da Silva, 42 ans, l'évêque, porteur d'"un message d'union" du pape Benoît XVI, a remis des croix et des rosaires. Il leur a fait part des salutations, du soutien et de la bénédiction du souverain pontife. Les trois hommes ont remercié le prélat, prié le rosaire avec lui et dit tout le bien que cette visite leur procurait. "Nous remercions le Saint Père, qui se préoccupe vraiment de nous a déclaré Fabianus Tibo. Selon le P. Melki Yohanes Tore, curé à Palu, qui accompagnait Mgr Suwatan, les trois hommes ont "aussi redit qu'ils n'étaient pas coupables des faits qui leur sont reprochés". Deux fois par mois, le P. Tore visite les trois condamnés, pour les réconforter, les entendre en confession et leur donner la communion.

En première instance, un tribunal de Palu a condamné les trois hommes à la peine capitale, par un jugement prononcé en 2001 (1). Les trois hommes ont été reconnus coupables d'avoir participé et, dans une certaine mesure, organisé les heurts sanglants qui ont opposé les "groupes rouges" des protestants aux "groupes blancs" des musulmans dans la région de Poso en mai-juin 2000 (2). La ville de Poso se trouve à 90 km. au sud-est de Palu. La Cour suprême, à Djakarta, a ensuite rejeté un appel introduit par les trois condamnés et, le 10 novembre dernier, le président de la République, Susilo Bambang Yudhoyono, a refusé de les gracier. Ayant épuisé tous les recours, les trois hommes attendent leur exécution, dont la date n'a pas été fixée.

Ces derniers mois, les initiatives se sont multipliées pour obtenir que les trois hommes ne soient pas exécutés. Le 26 janvier, un groupe d'avocats indonésiens a été formé à l'initiative des prêtres de la Société du Verbe divin. Ils demandent aux autorités de surseoir à l'exécution et ont entamé une action devant les tribunaux pour obtenir la réouverture du procès. Selon eux, neuf nouveaux témoignages innocentent les trois accusés et des dépositions ont été faites en ce sens devant un tribunal de Palu, le 9 mars dernier. Selon le P. Norbert Bethan, de la Société du Verbe divin et ancien secrétaire de la Commission épiscopale 'Justice et paix', la possibilité de voir l'affaire rejugée est mince mais elle existe. Une démarche en ce sens a aussi été entreprise auprès de la Cour suprême. Par ailleurs, le 27 mars, par l'entremise de leurs avocats, les familles des trois hommes ont écrit au président de la République pour obtenir la grâce de leurs proches.

Au Centre de crise du Synode des Eglises protestantes de Célèbes-Centre, on souligne que les trois catholiques ont été condamnés de façon à paralyser, par la peur, la communauté chrétienne locale. Bien que des musulmans aient été impliqués dans les actes de violence pour lesquels les trois hommes ont été condamnés, aucun musulman n'a été déféré devant la justice, précise-t-on.

Notes

(1)Voir EDA 430<br />(2)A propos des violences intercommunautaires des années 1998-2001 dans la région de Poso et de la résolution du conflit par les accords dits de "Malino I", voir EDA 346, 347, 348, 349, 351, 358, 383, 393, 395, 420<br />