EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Indonésie L'Etat "séculier" en danger ?

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Indonésie

Imprimer

L'Etat "séculier" en danger ? [ Bulletin EDA n° 116 ]

01/08/1991

A son retour du pèlerinage de La Mecque au mois de juillet 1991 (9), le président Suharto, revêtu de la robe blanche des pèlerins, a accordé une longue interview à la télévision indonésienne. Bien que M. Suharto ait mis l'accent sur le caractère privé de

sa démarche religieuse, certains observateurs de la scène politique indonésienne se demandent si les concessions faites de plus en plus souvent au sentiment islamique d'une majorité de la population ne sont pas en train de bouleverser le statut "séculier" de l'Etat indonésien.

Le régime de l'"Ordre nouveau", établi par M. Suharto à la fin des années 60, a pourtant tout fait jusqu'à ces dernières années pour maintenir la religion en général et l'islam en particulier en dehors du débat politique; il a fait du "Pancasila" (10) l'idéologie officielle de l'Etat indonésien, avec comme conséquence pratique que tout parti ou mouvement appelant à la formation d'un Etat islamique est considéré comme attentant à la sécurité nationale.

Cependant, depuis le milieu des années 80, le président Suharto se préoccupe de plus en plus d'exploiter à son avantage le sentiment religieux de la population musulmane. C'est ainsi que, dès 1982, il avait accepté de présider une fondation destinée à la construction de "mosquées-pancasila"; quelques années plus tard, des tribunaux islamiques ont été établis avec juridiction sur les affaires familiales. Le pèlerinage à La Mecque est le dernier en date des appels du pied du président en direction des électeurs musulmans. En apparaissant comme "plus musulman", il espère sans doute couper l'herbe sous le pied des partisans d'un Etat islamique. Le calcul électoral est habile, mais le risque existe d'un dérapage qui mettrait en danger le "sécularisme" officiel de l'Etat.

C'est en tout cas ce que pense M. Abdurrahman Wahid, l'intellectuel musulman "libéral"

le plus influent du pays (11). Il estime que ces manoeuvres électorales laissent de côté "le problème réel qui est de savoir comment encourager une attitude de tolérance religieuse chez les musulmans indonésiens afin de contrer l'influence du Moyen-Orient

Notes

(9)EDA 112<br />(10)Voir par exemple EDA 35, 47<br />(11)"Eglises d'Asie" a parlé à plusieurs reprises de M. Wahid. Il préside le conseil exécutif de la plus importante association musulmane du pays, et il est aussi à l'origine du "Forum démocratique" qui essaye de formuler une alternative au régime politique en place. Voir EDA 108, 110.<br />