EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Indonésie Eglise catholique: contestation interne

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Indonésie

Imprimer

Eglise catholique: contestation interne [ Bulletin EDA n° 102 ]

01/01/1991

"Les leaders de notre Eglise gardent le silence sur les questions de violations des droits de l'homme dans ce pays. L'Eglise prend souvent position pour promouvoir des valeurs morales et humaines, ce qui est sans danger, mais elle ne dénonce jamais les agressions perpétrées contre les hommes concrets", accuse M. Frans Hendra Winarta, un avocat catholique travaillant avec la Fondation indonésienne pour l'aide juridique.

Ses commentaires font suite à un certain nombre de rapports en provenance de Timor Oriental, et faisant état de tortures physiques infligées par des membres de la Sécurité militaire indonésienne à des prisonniers (6). A ce propos, M. Hakim Garuda Nusantara, directeur de la Fondation indonésienne pour l'aide juridique, a écrit au général Try Sutrisno, chef de l'armée, pour demander des explications. Il n' a pas encore reçu de réponse.

Selon les déclarations de M. Winarta, l'Eglise dénonce souvent la pratique de l'avortement, mais ne parle guère du reste: "Je souscris à la dénonciation de l'avortement comme étant un crime contre la vie. Mais soyons réalistes; les injustices perpétrées contre les pauvres sont bien plus nombreuses; alors pourquoi ne pas en parler davantage ?" demande-t-il.

Pour M. Winarta, l'Eglise doit s'engager activement dans la vie socio-politique du pays, afin de ne pas être perçue comme une institution marginale. D'après lui, l'argument selon lequel l'Eglise, étant minoritaire, ne doit pas s'exprimer sur ces problèmes, ne tient pas: "L'argument est inepte pour ceux d'entre nous qui sont engagés dans cette lutte, et pour qui la défense des droits de l'homme est intimement liée à la foi", dit-il. Par ailleurs, il ajoute: "Le gouvernement nous a assuré que les termes de majorité et minorité ne sont plus adéquats dans notre société".

Notes

(6) EDA 100<br />