EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Indonésie Le groupe de presse catholique "Kompas-Gramedia" dans l'embarras

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Indonésie

Imprimer

Le groupe de presse catholique "Kompas-Gramedia" dans l'embarras [ Bulletin EDA n° 98 ]

01/11/1990

L'autorisation de publier a été retirée le 23 octobre 1990 à l'hebdomadaire "Monitor" paraissant à Jakarta. Cette mesure a été prise par le ministre de l'Information, M. Harmoko. Cette publication, qui tirait à 700 000 exemplaires, appartient au groupe de presse "Gramedia" qui contrôle aussi le quotidien le plus important du pays, "Kompas". Ce groupe de presse est lié à l'Eglise catholique.

C'est un sondage paru le 15 octobre dans le "Monitor" qui a provoqué la décision gouvernementale. Il s'agissait de choisir la personne la plus admirée dans une liste de

50 personnalités. Le prophète Mahomet n'est arrivé qu'en 11ème position. Le rédacteur en chef du "Monitor", M. Arswendo Atmowiloto, a maintenant été démis de ses fonctions dans le groupe "Gramedia", et sa carte de l'Association des journalistes indonésiens lui a été retirée. Il pourrait être inculpé dans les jours qui viennent de "blasphème volontaire". Le gouvernement a estimé que le "Monitor" avait créé une agitation populaire pouvant conduire à des conflits raciaux et religieux.

La publication du sondage a en effet provoqué des émeutes d'étudiants musulmans à Jakarta; le 22 octobre, les manifestants ont saccagé les bureaux du "Monitor" et brûlé l'effigie de son rédacteur en chef. Le président Suharto lui-même a déclaré que le sondage était injurieux pour l'islam.

La presse quotidienne musulmane n'a pas hésité à faire l'amalgame entre le "Monitor" et l'Eglise catholique. D'autre part, le quotidien "Jakarta post", dans son éditorial du 24 octobre écrivait que l'équipe du "Monitor" était représentative d'une nouvelle génération de journalistes indonésiens: "Ils ont du talent, ils travaillent beaucoup, ils parlent si franchement qu'ils vont quelquefois trop loin, comme ils viennent de le découvrir trop tard". Le secrétaire d'Etat, M. Murdiono, avait, quant à lui, décrit la publication du sondage comme la manifestation d'une presse irresponsable. Il est vrai que le sondage ne lui attribuait que la 49ème position sur 50.