EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge Le point sur la situation politique et sociale du 1er octobre au 30 novembre 2015

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

Le point sur la situation politique et sociale du 1er octobre au 30 novembre 2015

Le point sur la situation politique et sociale du 1er octobre au 30 novembre 2015

30/11/2015

Les deux derniers mois se caractérisent par la tension croissante entre le PPC (Parti du Peuple Cambodgien, au pouvoir, et le PSNC (Parti du Salut National Cambodgien, parti d’opposition, dirigé par Sam Rainsy et Kem Sokha). Cette tension s’inscrit dans la préparation lointaine des échéances ...

... électorales de 2018, après le vote de la loi sur les associations. Elle est également à mettre en relation avec la victoire de l’opposition en Birmanie, victoire qui donne des ailes aux uns et effraye les autres.

Politique intérieure

* Hun Sen reprend souvent sa rhétorique : si Sam Rainsy gagne les élections de 2018, ce sera le chaos : il prendra les biens des riches pour les distribuer aux pauvres. Sam Rainsy, pour sa part, s’engage, en cas de victoire de son parti, à ne distribuer que les biens acquis illégalement ; les fonctionnaires garderont leurs postes, mais il augmentera leurs salaires (Cambodia Daily du 05.10.15). Le 8 octobre, Hun Sen affirme que Sam Rainsy ne sera pas différent de Pol Pot. Le 14 octobre, à l’occasion du Nouvel An islamique, le Premier ministre avertit qu’en cas de victoire de Sam Rainsy, éclateront des persécutions contre les musulmans comme du temps des Khmers rouges (CD du 15.10.15). Il annonce une réaction violente en cas de victoire de l’opposition, si elle procédait au changement de Pol Saroeun, chef des armées, et de Neth Savoeun, chef de la police nationale (CD du 20.10.15).

* Le 25 octobre, le Premier ministre se rend en visite officielle à Paris pour une visite d’Etat. Le 26, il est accueilli par une manifestation de Cambodgiens qui protestent, en autres, contre l’obligation faite aux boursiers cambodgiens de participer à une rencontre avec lui. Le lendemain, à Phnom Penh, en réponse à cette manifestation, des voyous, que les observateurs s’accordent à dire poussés par l’armée, extraient brutalement de leur voiture les députés Nhay Chamroeun and Kong Saphéa, du PNSC. Les deux députés sont grièvement blessés. Sam Rainsy réagit en publiant une déclaration qui condamne cette violence qu’il compare au calme des manifestants de Paris. Le Premier ministre lance un appel au calme et affirme n’être pour rien dans cette manifestation (CD du 29.10.15). Trois soldats seront arrêtés comme (uniques) instigateurs de ces actions (CD du 5.11.15).

* Le 26 octobre, l’Assemblée nationale vote une nouvelle loi sur les élections municipales et nationales, mise au point le 9 octobre, après plusieurs jours de discussion entre le PPC et le PSNC : la campagne pour les élections de 2018 sera étendue de dix jours à deux semaines.

* Le 27 octobre, l’armée organise une manifestation pour demander la démission de Kem Sokha de son poste de vice-président de l’Assemblée nationale. Dès le lendemain, l’Assemblée destitue le leader de l’opposition, ce qui entraîne le boycott de l’Assemblée par les 55 députés du PSNC.

* Le 12 novembre, le Premier ministre Hun Sen menace Sam Rainsy d’arrestation pour « diffamation », car il a déclaré que le Premier ministre voulait mettre fin à la démocratisation du système électoral et ajourner les élections de 2017 et 2018, car il a peur de les perdre, comme la junte militaire de Birmanie. Il traite Sam Rainsy de « fils d’un traître à la nation » qui ne peut se comparer à la patriote birmane Aung San Suu Kyi (CD du 13.11.15).

* Le 13 novembre, la Cour municipale de Phnom Penh émet un mandat d’arrêt à l’encontre de Sam Rainsy, pour avoir « diffamé » Hor Nam Hong, ministre des Affaires étrangères, en 2008, le traitant de « kapo des Khmers rouges » lorsqu’il était interné dans le camp de Boeung Trabek. Le 12 mars 2011, Sam Rainsy avait été condamné à deux ans de prison et à une amende de 2 000 dollars. Après plus de deux ans d’exil en France afin d’échapper à une autre condamnation pour avoir déplacé des bornes frontières provisoires avec le Vietnam, Sam Rainsy retourne au Cambodge avant les élections de 2013. Il est gracié par le roi Sihamoni, à la demande de Hun Sen. Suite à ce mandat d’arrêt, le 16 novembre, Sam Rainsy se voit retirer son immunité parlementaire, qui ne protège pas contre la diffamation et les insultes. La grâce royale ne valait que pour le second délit ! Il est alors en Corée du Sud, en compagnie de Kem Sokha, où il visite les 30 000 Cambodgiens qui y travaillent. Le 20 novembre, les deux leaders de l’opposition se rendent à Manille pour le Forum de Coopération Economique Asie-Pacifique (APEC), qui leur servira de tribune.

* Le 2 octobre, le sénateur Hing Sok Hour avait été incarcéré pour avoir diffusé sur Facebook un faux traité entre Heng Samrin et les autorités vietnamiennes, affirme l’avoir trouvé sur Internet. Comme le site est au nom de Sam Rainsy, Hun Sen lance donc un nouveau mandat d’arrêt contre Sam Rainsy, pour « usage de faux et d’incitation à la violence », comme pour le sénateur.

* Le 18 novembre, Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, et de nombreuses ambassades demandent que la vie politique cambodgienne se base sur l’accord de « culture du dialogue » en date du 22 juillet 2014. Le lendemain, Hor Nam Hong se doit de réunir les diplomates en poste à Phnom Penh et de leur déclarer n’être pour rien dans la décision de la Cour municipale de Phnom Penh : c’est une affaire judiciaire et non politique qui l’a surpris lui-même ainsi que le Premier ministre ! Sam Rainsy refuse d’écrire une lettre d’excuses et cherche un accord avec le Premier ministre avant de retourner au pays. Il se rend au Parlement européen réuni à Strasbourg, et demande à l’Europe de voter une motion assurant la liberté politique au Cambodge et son retour au pays en toute liberté : l’Europe en a les moyens, étant la première donatrice du pays, avec 410 millions d’euros (435 millions de dollars) pour les années 2014-2020. Il demande au Sénat australien de voter une motion dans le même sens. Le porte-parole du gouvernement cambodgien rappelle que le colonialisme français s’est achevé le 9 novembre 1953 (CD du 26.11.15). 567 sur 630 députés européens votent la motion. Plusieurs critiquent la corruption du pays (CD du 27.11.15).

* Le 24 novembre, Kem Sokha rentre au Cambodge accompagné des deux députés blessés, soignés à Bangkok. Il déclare que son premier souci est d’apaiser les tensions afin de pouvoir travailler (CD du 24.11.15).

* Le 31 octobre, le gouvernement annonce l’annulation de la fête des eaux prévue pour les 24-26 novembre, à cause de niveau des eaux trop bas et pour économiser de l’argent pour les paysans frappés par la sécheresse. C’est la troisième fois en quatre ans que la fête populaire est annulée. C’est vrai que le niveau des eaux est anormalement bas. Cependant, certains pensent que le gouvernement redoute des rassemblements propices à des manifestations hostiles. Le 18 novembre cependant, le Premier ministre n’interdit pas des courses de pirogues organisées par des groupes ou des individus, à leurs propres risques, et affirme que le gouvernement organisera des concerts en plusieurs endroits de Phnom Penh. Malgré l’absence de régates, beaucoup de paysans se sont rendus à Phnom Penh (CD du 19.11.15). Une fête est organisée à Siemréap. Plus d’une centaine de détenus sont graciés à l’occasion de la fête des eaux. Ils sont choisis par les directeurs de prison. La Licadho préférerait qu’ils soient choisis par un comité, afin d’éviter la corruption (CD du 25.11.15).

* Une loi est en préparation pour permettre au gouvernement de museler l’information sur Internet (CD du 25.11.15).

Politique extérieure

* Le 22 novembre se tient le sommet des chefs d’Etat des dix pays de l’ASEAN (Association des nations du Sud-Est asiatique) à Kuala Lumpur (Malaisie), auquel participent également les dirigeants des Etats-Unis, de la Russie, de l’Inde et de la Chine, ainsi que ceux de la Corée du Sud, de l’Australie et de Nouvelle-Zélande. Obama invite les dix chefs d’Etat de l’ASEAN, dont Hun Sen, à se rendre à Washington l’an prochain. Obama serre chaleureusement la main de Hun Sen, qui n’a jamais été invité à Washington, et qui voit dans cette invitation un signe d’encouragement des Etats-Unis pour sa politique et la fin de son isolement politique (CD du 23.11.15).

* La Chine y offre un prêt de dix milliards de dollars aux pays d’Asie du Sud-Est asiatique pour le développement des infrastructures, et 560 millions aux pays les moins développés de la région, par l’intermédiaire la Banque Asiatique d’Investissement des Infrastructures (AIIB), rivale de la Banque Mondiale et de la Banque asiatique de développement (CD du 24.11.15).

* La Chine tient à affirmer sa suprématie dans la région, notamment sur les îles Spartleys et Paracels, en mer de Chine du Sud. Elle y développera des installations civiles pour « faciliter le commerce maritime, la pêche et les secours en mer ». Elle rejette l’idée de vouloir militariser la mer de Chine du Sud, comme l’en accusent les Etats-Unis. A la fin octobre, les Etats-Unis ont envoyé un destroyer lance-missiles à l’intérieur du périmètre des 12 miles marins entourant ces îles. En début novembre, ils ont fait survoler certaines de ces îles par des avions B-52, comme pour tester la réponse chinoise et affirmer la résolution américaine à défendre la liberté de mouvement dans les eaux internationales (CD du 23.11.15).

* Le 6 novembre, la Chine s’engage à aider l’armée cambodgienne dans le domaine des télécommunications (CD du 07.11.15).

* Les Etats-Unis portent leur aide militaire aux Philippines à hauteur de 79 millions de dollars, et promettent deux avions de transport de troupes C130, ainsi que huit chars d’assaut amphibies. Le Pentagone annonce une aide de 119 millions de dollars pour développer les capacités maritimes de l’ASEAN, cette année, ainsi que 140 millions l’an prochain (CD du 26.11.15).

* De retour de Kuala Lumpur, le Premier ministre russe Medvedev fait du tourisme au Cambodge, puis signe dix accords mineurs avec le Premier ministre cambodgien. Le Cambodge lui demande d’installer une centrale nucléaire pour diminuer sa dépendance énergétique. L’électricité est en effet d’un coût plus élevé que dans les pays voisins, ce qui freine les investisseurs (CD du 25.11.15).

* Des exercices conjoints avec la marine américaine commencent le 15 novembre à Sihanoukville.

* Le 14 novembre, le Premier ministre Hun Sen exprime son « horreur et sa consternation » après les attentats du 13 novembre à Paris, et présente ses condoléances au président Hollande (CD du 14.11.15).

* Un consulat sud-coréen sera ouvert à Siemréap en 2016. Environ 800 Sud-Coréens résident au Cambodge, et 316 718 touristes sud-coréens ont visité le pays en 2014 (CD du 24.11.15).

Economie

* Le budget national de 2016 croît de 12,3 % par rapport à celui de 2015, grâce à l’augmentation des revenus. Il s’élève à 4,27 milliards de dollars (3,8 en 2015). Le budget de l’Education nationale croît de 28 % (497 millions de dollars), celui de la Défense de 17 % (379 millions), celui de l’Intérieur de 21,6 % (275 millions), de l’Agriculture de 25,1 % (46 millions), de la Santé de 8,6 % (271 millions), celui du Comité Electoral National s’élève à 28 millions. La dette nationale s’élève à 40 % du PIB. Le gouvernement a collecté 997,31 millions de dollars en taxes durant les neuf premiers mois de l’année, soit une augmentation de 25,6 % par rapport à l’année précédente (CD du 08.10.15). Selon le groupe « Budget-Partenariat », le budget cambodgien de 2015 est nettement moins transparent que celui des années précédentes, et se situe au 7ème rang des pires parmi les 102 nations examinées. Il ne récolte que 8 points sur 100, alors qu’il en avait 15 en 2002 (CD du 22.10.15).

* Le 15 octobre, le Premier ministre Hun Sen, en visite en Chine, reçoit un don de plus de 150 millions de dollars en partie pour la construction d’un immense complexe sportif de 85 hectares au nord de Phnom Penh (Chruy Changvar) pour accueillir les Jeux du Sud-Est asiatique. 126 000 dollars sont accordés en matériel d’équipement du ministère des Affaires étrangères. La Chine s’est par ailleurs engagée à construire un hôpital à Tbaung Khmum, et à importer 100 000 tonnes de riz décortiqué par an (CD du 17.10.15).

* Le ministre de l’Environnement annule sept des huit contrats de crédit-carbone approuvés entre 2011 et 2013 pour affecter les forêts à des intérêts locaux (CD du 19.10.15).

* Plusieurs taxes sur les motos, les tuk-tuk, le matériel agricole et les tarifs de location des places de marchés appartenant à l’Etat seront revues à la baisse en 2016 (CD du 23.10.15).

* Selon la BAD (Banque Asiatique de Développement), la création de Zones Economiques Spéciales a permis de créer 70 000 emplois (CD du 23.10.15).

* Lors de sa rencontre avec le président français, le 26 octobre, le Premier ministre signe un prêt de 115 millions de dollars accordés par le France ainsi qu’un traité d’extradition (CD du 27.15).

* Le directeur de l’Institut National du Commerce est transféré « volontairement » à un poste au ministère du Travail, après avoir extorqué 30 000 dollars à ses subordonnés (CD du 27.10.15).

* A partir du début de 2016, le gouvernement se chargera de la billetterie d’Angkor, jusqu’à présent attribuée à la société de distribution de produits pétroliers Sokimex (CD du 07.11.15).

Société

* Selon l’ONU, 65 % de la population cambodgienne a moins de 30 ans (CD du 23.11.15).

Mouvements sociaux

* Le 30 septembre, sept ouvriers d’une usine de Kompong Speu sont arrêtés, après avoir volé un conteneur et vendu son contenu pour 9 500 dollars afin de payer les salaires de 112 ouvriers avant la fête du Pchum Ben (Fête des Morts) qui n’ont pas été payés en août et en septembre. Le propriétaire aurait été d’accord, puis aurait changé d’avis et dénoncé les voleurs à la police (CD du 02.10.15).

* Le 2 octobre, environ 250 personnes manifestent devant la préfecture de Bantéay Méan Chhey pour demander aux autorités de résoudre le conflit foncier qui les oppose à une société et à un riche homme d’affaires (CD du 03.10.15).

* Le 8 octobre, après une longue consultation, le gouvernement fixe le salaire minimum des ouvriers à 140 dollars. Or, deux études, l’une cambodgienne et l’autre de l’OIT, fixent à 207 dollars le salaire minimum pour vivre décemment en ville (CD du 09.10.15).

* Le 6 novembre, seize ouvrières s’évanouissent dans une usine textile, l’une d’entre elles meurt (CD du 07.11.15). Le 20 novembre, 119 autres sont prises de malaise, semble-t-il, après l’épandage d’insecticide sur un champ proche de l’usine ; le lendemain, 300 s’évanouissent. Depuis le début de l’année, près de 1 500 ouvrières ont ainsi été prises de malaise (CD du 20.11.15).

* Le 11 novembre, environ 100 ouvriers d’une usine de Takéo qui fournit les groupes allemands Puma, et Adidas, manifestent devant le ministère du Travail pour demander la réembauche des 1 600 employés licenciés le 27 octobre (CD du 12.11.15).

* Le 13 novembre, 55 ouvrières sont blessées lors d’un accident de transport (CD du 14.11.15).

* Le 23 novembre, plus de 300 employés d’une usine de Kompong Speu se mettent en grève en protestation contre le licenciement de deux responsables syndicaux (CD du 24.11.15).

* Le 13 novembre, le Conseil des ministres approuve un projet de loi sur les syndicats. Ce projet, critiqué tant par les syndicats que par le patronat, comporte cependant des avancées par rapport à sa version originelle : il n’est plus nécessaire d’obtenir le soutien de 20 % des employés d’une usine pour y créer un syndicat ; 50 % des membres sont requis et non 25 % pour dissoudre un syndicat (CD du 24.11.15).

* Les syndicats proposent un embryon de Sécurité sociale (CD du 23.11.15).

Expulsions-Concessions-Déforestation

* Le 1er octobre, une centaine de manifestants protestent devant la mairie de Poïpet, après avoir reçu l’ordre d’évacuer leur maison afin de permettre la construction d’une voie ferrée. Ils demandent que l’exécution de cet ordre soit différée après la saison des pluies, comme il est d’usage. Ils ne toucheront pas d’indemnité puisque ces familles se sont installées sur un terrain qui est propriété de l’Etat (CD du 02.10.15).

* Le 27 octobre, une société d’Etat vietnamienne d’exploitation de caoutchouc est exclue du Conseil de la direction des Forêts (FSC, basé aux Etats-Unis), pour déforestation illégale et abus contre les droits de l’homme dans sa plantation au Cambodge (CD du 28.10.15).

* Le 28 octobre, la société thaïlandaise Mitr Phol loue les services d’une société suisse pour évaluer les dommages et verser des indemnités aux centaines de familles dépossédées de leurs terres par l’octroi d’une concession dans la province d’Oddar Méan Chhey (CD du 29.10.15).

* Le 8 novembre, 250 familles sur un total de plus de 3 000 reçoivent un lopin de terre, lors d’un projet lancé par la Banque mondiale, critiqué par un certain nombre d’ONG (CD du 09.11.15).

* Le 13 novembre, la Phanimex offre un appartement à chacune des 35 familles de Borey Keila, dépossédées de leur logement il y a treize ans. La société offre 5 000 dollars et un lot de terre à 45 km de Phnom Penh à 18 autres familles ; 3 000 dollars sont proposés à 34 autres. La plupart refusent l’offre, et continuent à réclamer la construction des deux bâtiments qui leur avait été promis il y a treize ans (CD du 14.11.15).

* Le 15 novembre, plus de 600 personnes spoliées de leurs terres se rassemblent au parc de la Liberté (CD du 15.11.15).

Frontières

* Au début octobre Sar Kheng, ministre de l’Intérieur, demande aux gouverneurs des provinces limitrophes de la Thaïlande, du Vietnam et du Laos de recueillir des informations concernent les locations de terres aux voisins, afin d’éviter la perte du territoire (CD du 21.10.15). Le 13 novembre, le Premier ministre interdit la location des terrains situés le long des frontières de la Thaïlande, du Laos et du Vietnam (CD du 14.11.15).

* Le 19 octobre, lors d’une réunion à huis clos, le ministre cambodgien de la Défense fait part à son homologue vietnamien du succès dans la suppression des manifestations de l’opposition concernant les incursions vietnamiennes au Cambodge. Il lui demande de l’aider pour que ces incursions ne se renouvellent pas. Les deux pays s’engagent à accélérer la délimitation des frontières (CD du 21.10.15).

* Le 13 novembre, la société vietnamienne Hoang Ang Gia Lai accorde 1 700 dollars et deux buffles aux représentants de quatorze groupes ethniques de la province de Mondolkiri dont elle a pris des terres, afin qu’ils fassent des sacrifices aux esprits. 10 000 hectares sont rendus aux familles.

Santé

* Le roi Sihamoni et la reine Monique donnent une résidence royale située à Koh Kong à la fondation Kanthéa Bopha en difficultés financières (CD du 20.10.15).

* Comme chaque mois, on dénombre de très nombreux viols, parfois de très jeunes enfants. Un moine, chef de pagode, est accusé du viol de dix jeunes garçons âgés de 11 à 17 ans (CD du 10.11.15). Le 24 novembre, un jeune moine de 15 ans est reconnu coupable de viol sur une fillette de 5 ans (CD du 24.11.15). Un Français, ancien directeur de l'ONG « Action pour les Enfants », est accusé de viol de onze enfants dont il avait la charge (CD du 07.10.15). D’autres étrangers sont accusés de viols.

Education

* Le ministre de l’Education nationale accorde 370 000 dollars à une ONG locale pour un projet pilote qui supprimerait tous les frais officieux (corruption) et un système de paiement des professeurs au mérite. Le 5 octobre, plus d’une centaine de professeurs se rassemblent au Parc de la liberté pour demander que leur salaire soit porté à 375 dollars. C’est un salaire indispensable, selon eux, pour donner une éducation de qualité et pour la suppression des pots-de-vin (CD du 06 .10.15).

* Au mois de mai, un enseignant oblige un enfant de 11 ans à se dénuder, par punition. Il est maintenu dans ses fonctions (CD du 15.10.15).

Droits de l’homme

* Yom Tieng, président de l’Autorité anti-corruption, prépare une loi pour protéger ceux qui dénonceraient des corrompus. Comme il est membre du gouvernement, l’opposition demande son départ pur et simple (CD du 02.10.15).

* Deux nouveaux réfugiés Rohingya (de Birmanie) de l’île de Nauru acceptent de venir au Cambodge (CD du 02.10.15). L’un d’y arrive à la mi-novembre. Le 8 octobre, vingt-quatre Montagnards demandeurs d’asile sont expulsés au Vietnam (CD du 09.10.15). Le 24 novembre, dix-sept autres Montagnards sont renvoyés au Vietnam. Les ONG de défense des droits de l’homme critiquent l’UNHCR qui a aidé le gouvernement dans cette expulsion (CD du 25.11.15).

* Le 9 octobre, la Cour municipale de Phnom Penh acquitte un agent immobilier qui aurait détourné 2,5 millions de dollars lors de la vente de 9 000 hectares de terres à Mondolkiri (CD du 10.10.15).

Patrimoine et distinctions

* Des sites de peuplement dans les Cardamones entre le XVe et le XVIIe siècles sont exposés au musé national. On ignore à peu près tout de ces populations (CD du 2.10.15).

* Le 15 octobre, Hun Sen reçoit un nouveau doctorat honorifique de littérature par l’Université chinoise du Guangxi. Mme Nuon Phyméan reçoit le Prix des Enfants du monde, en Suède, pour avoir aidé à la scolarité de jeunes enfants de la décharge de Phnom Penh. Le prix est accompagné de 50 000 dollars. Elle projette d’y construire une école pour 170 000 dollars (CD du 16.10.15). Le 25 novembre, Hun Many, le plus jeune fils de Hun Sen et président de l’Union des fédérations des jeunes du Cambodge (YYFC), reçoit le prix Gusi pour la Paix, à Manille. Ce même prix, assez obscur, est décerné à dix-huit autres candidats qui ne figurent pas parmi les champions des droits de l’homme. Il est ovationné par un millier de jeunes à son retour à Phnom Penh (CD du 27.11.15).

(eda/ra)