EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 9 janvier au 18 février 2015

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 9 janvier au 18 février 2015

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 9 janvier au 18 février 2015

25/02/2015

Politique intérieure

* Le 8 janvier, sept députés du PSNC (Parti du Salut National Cambodgien, opposition), accusés d’insurrection lors de la manifestation violente du 15 juillet 2014, sont expulsés de la Cour municipale de Phnom Penh, qui jugeait quatorze militants (dont plusieurs membres du PSNC), des moines, et sept militants opposés aux expulsions ...

... (dont Mme Tep Vanny), et autres opposants au régime. Ils protestent contre cette « violation de la Constitution ». Plus de 200 personnes, dont une vingtaine de moines, manifestent en dehors du prétoire pour demander la libération conditionnelle des accusés, qui leur sera refusée (Cambodia Daily - CD du 09.01.15).

* Le 19 janvier, le Premier ministre menace de prison les sept députés du PSNC s’ils continuent de critiquer le gouvernement, car ils ont retrouvé leur immunité parlementaire après avoir été inculpés, donc comme une faveur de Hun Sen ! « La culture du dialogue ne fonctionne pas », dit-il (CD du 17.01.15).

* Les négociations entre le PPC et le PSNC pour la modification de la loi électorale, suite à l’accord du 22 juillet 2014, se heurtent à de très nombreuses difficultés : le 12 janvier, le PPC voudrait réduire la durée de la campagne électorale à 14 jours, afin de réduire les ennuis de circulation : le PSNC y voit une limitation dans la liberté d’expression. Le PPC demande que les ONG nationales et étrangères restent neutres durant la campagne, et ne diffusent pas de déclarations « insultantes », c’est-à-dire critiques à l’égard du gouvernement. Le 19 janvier, des experts de l’Union européenne rencontrent les négociateurs. Le 20 février, le PPC propose d’interdire tout achat de voix par des dons. Le PSNC propose d’installer des bureaux de vote proches de la frontière thaïlandaise pour permettre aux travailleurs migrants de venir voter. Au 20 février, un accord a été atteint sur 110 des 140 articles, des 12 chapitres de la nouvelle loi électorale. Les questions en litige seront résolues par Hun Sen et Sam Rainsy : nombre des députés, participation des militaires et policiers à la campagne électorale, participation de la société civile, etc. (CD du 21.02.15).

* Du 30 janvier au 1er février se tient le congrès du PPC, en l’absence de Chéa Sim, secrétaire général du Parti, hospitalisé au Vietnam. Dans un rapport de 25 pages, le Parti fait son autocritique après la gifle des dernières élections : corruption, népotisme, abus de pouvoir, accroissement de l’écart entre les riches et les pauvres, manque de confiance populaire dans le système judiciaire, immigration, déforestation, etc. Le dernier jour, 306 nouveaux membres sont introduits au Comité central qui voit ainsi ses effectifs portés à 545. Les principaux chefs de l’armée, de la police, de la garde prétorienne de Hun Sen, ainsi que ses trois fils en font désormais partie. Le Comité central comprend 40 femmes et 70 membres de moins de 50 ans.

* Si les observateurs saluent l’analyse lucide et courageuse de la situation, ils ne constatent pas une réelle volonté de changement. La composition du nouveau Comité central marque un durcissement du pouvoir qui pourra désormais écraser toute opposition, plus rapidement et plus efficacement (CD du 02.02.15).

* Le 11 février, la commission des Finances de l’Assemblée nationale convoque le chef de l’administration de l’Assemblée qu’elle accuse de népotisme et de détournement de fonds (CD du 12.02.15).

* Le Conseil des ministres interdit la projection publique du film « Qui a tué Chéa Vichéa » programmée par le PSNC à l’occasion du 11ème anniversaire de son assassinat (CD du 21.01.15).

* Pen Sovann, ancien Premier ministre de RPK (1979-1981), est partiellement paralysé suite à une attaque cérébrale (CD du 02.02.15).

Politique extérieure

* Le 11 janvier, sept Cambodgiens incarcérés en Thaïlande depuis un an pour avoir tenté d’y braconner du bois précieux sont libérés. En 2014, onze braconniers cambodgiens ont été tués et 34 blessés par les militaires thaïlandais, lors de 16 incidents. ADHOC dénombre, pour sa part, 26 morts et 18 blessés en 2014 (CD du 14.01.15). Trois autres braconniers sont libérés le 2 février (CD du 03.02.15). Le 4 février, trois braconniers khmers sont tués par les militaires thaïlandais, un quatrième est blessé. Suite à ce drame, le ministère cambodgien des Affaires étrangères écrit une lettre courroucée aux autorités thaïlandaises pour dénoncer cet « acte barbare ». Cependant, cela n’arrête pas les braconniers qui continuent à entrer clandestinement en Thaïlande : 14 sont arrêtés le 9 février (CD du 14.02.15). Durant l’année 2014, on a dénombré le retour des corps de 148 travailleurs cambodgiens en provenance de Thaïlande, sans que soit examiné la cause de leur décès (CD du 21.02.15).

* Selon les autorités thaïlandaises, il y aurait 738 000 travailleurs cambodgiens dans leur pays. La plupart des permis de travail expirent le 31 mars. 87 000 sont parfaitement en règle, selon le mémorandum de 2003 ; 107 000 ont rempli les formalités et attendent de recevoir un permis de deux ans. On ignore quelle sera la décision thaïlandaise pour les autres après le 31 mars (CD du 05.02.15).

Economie

* Selon le Premier ministre, la croissance économique du Cambodge durant l’année 2014 s’est élevée à 7,2 % (CD du 05.02.15).

Agriculture

* Le Cambodge n’a exporté que 387 000 tonnes de riz en 2014, donc bien loin du but du million de tonnes prévu par le Premier ministre pour 2015. Peut-être arrivera-t-on à 600 000 tonnes en 2015.

* Le volume des exportations du caoutchouc sec a crû de 33 % en 2014 par rapport à l’année précédente pour atteindre 97 803 tonnes, mais la valeur de ces exportations a diminué de 9 % à cause de la baisse du prix dû au ralentissement de la demande chinoise. La tonne se vend 1 250 dollars. Certains planteurs coupent donc leurs hévéas pour les remplacer par d’autres cultures comme le poivre (CD du 06.02.15).

Tourisme

* Début janvier, le président (PSNC) de la commission parlementaire accusait l’Autorité Apsara d’avoir détourné des millions de dollars générés par la billetterie d’Angkor. Après avoir nié, le 8 janvier, cette même Autorité reconnaît qu’effectivement 9 millions de dollars de la location en leasing pour 70 ans des 26 hectares du Parc archéologique à la société Sokha Group (dirigée par Sokh Kong, Cambodgien d’origine vietnamienne, qui détient non seulement de nombreux hôtels de luxe, mais également la société pétrolière Sokimex), n’avaient pas été versés au ministère de Finances, « pour des problèmes comptables techniques ». Selon l’opposition, le montant de cette location n’est que « le prix de cacahouètes » : en 2014, un peu plus de deux millions de touristes (sur 4,5 millions) ont visité les temples, ce qui a généré 59,34 millions de revenus. Le président de la Commission estime pour sa part le nombre des visiteurs d’Angkor à 5 millions... Quoi qu’il en soit, le fait montre l’utilité de la fin du boycott de l’Assemblée nationale par les députés du PSNC pour un meilleur fonctionnement de la démocratie (CD du 09.01.15).

* Le 14 janvier, le Japon et le Cambodge signent un accord pour l’établissement d’une ligne aérienne directe entre les deux pays. Environ 2 000 Japonais vivent au Cambodge, les 200 000 touristes doivent passer par Hanoï ou Bangkok (CD du 15.01.15).

Textile

* Les exportations de la confection textile ont crû de 4 % en 2014 (20 % durant les années précédentes) pour s’élever à 5,75 milliards de dollars. Le textile continue à représenter 80 % des exportations (CD du 11.02.15).

Bâtiment

* Deux nouveaux condominium sont lancés à Phnom Penh : Sky Tower, de 254 unités près du stade olympique, Sovann Condominium, 104 unités de luxe dans le quartier de Boeung Keng Kang I. Trente-cinq autres sont construits ou en voie d’achèvement. On prévoit 9 500 unités à la fin de 2017. Entre 80 à 90 % des 5 000 unités déjà construites seraient occupées (CD du 09.01.15). Cependant, le 16 février, l’adjoint du directeur pour l’aménagement de Phnom Penh déclare que beaucoup de projets ne suivent pas les règles fixées. 429 projets ont été approuvés en 2014, pour 914 millions de dollars, avec 2,7 millions de m² de construction, soit beaucoup moins qu’en 2013 (412 projets pour 1,5 milliard, et 4 527 376 m²). 193 projets sont construits sans permis, ce qui pose des problèmes de solidité (CD du 17.02.15).

Electricité

* Le 12 janvier est inauguré le barrage hydro-électrique de Russey Chrun (Koh Kong), d’une puissance de 33 MGW qui devrait réduire le prix de l’électricité dans la province à partir du mois de mai. Le courant électrique était jusqu’alors importé de Thaïlande (CD du 13.01.15).

Ponts

* Le 14 janvier, 30ème anniversaire de sa nomination à son poste, le Premier ministre inaugure le pont de Néak Loeung. Ce pont mesure 2 800 m de longueur ; il est haut de plusieurs dizaines de mètres pour autoriser le passage des bateaux de moyen tonnage. Sa construction aurait coûté 118 millions de dollars, financés par un don japonais (CD du 15.01.15).

Casinos

* Le casino NagaCorp de Phnom Penh a enregistré une croissance de ses revenus de 17 % en 2014 pour atteindre un total de 381,3 millions dollars (CD du 06.02.15)

Société

Augmentation de salaires

* A partir du 1er janvier, les maires touchent un salaire de 100 dollars, leur adjoint 85, les conseillers municipaux 75, les chefs de village 40 (CD du 10.01.15). A partir du Nouvel An khmer, les salaires des militaires et des policiers augmenteront : les simples soldats toucheront 133 dollars, plus une dotation mensuelle de riz, les sergents 160 dollars, soit 35,3 % d’augmentation (CD du 13.01.15).

Mouvements sociaux

En dépit de l’augmentation des salaires à 128 dollars dès le mois de janvier, l’agitation ouvrière continue :

* Le 19 février, environ 3 000 ouvrières qui gagnaient plus que le salaire minimum de 128 dollars fixé le 1er janvier 2015, demandent que leur salaire augmente également de 28 dollars. Elles demandent aussi de travailler plus pour gagner plus, mais beaucoup d’usines ont vu leurs commandes diminuer et ont supprimé les heures supplémentaires (CD du 20.02.15).

* Le 19 février, environ 300 employées de Smart Shirts demandent, elles aussi, une augmentation de 28 dollars, ainsi que la réembauche de quatre représentants syndicaux licenciés. La direction propose une augmentation de 3 à 5 dollars (CD du 20.02.15).

* En 2014, on a enregistré 108 grèves, soit 25 % de moins que l’année précédente, et 40 % de journées de travail perdu en moins. La répression sanglante de janvier 2014 en est sans doute la principale raison (CD du 12.01.15).

* Le 14 janvier, les 1 000 ouvriers d’une usine chinoise de Takéo reprennent le travail après avoir obtenu 28 de leurs 29 revendications (CD du 13.01.15).

* Le 19 janvier, quelque 200 de l’usine Manhattan Textile de Kompong Cham, propriété d’un Américain, et en grève depuis le 22 décembre, portent une pétition pour demander la réembauche de trois responsables syndicaux, décidée par le Conseil d’arbitrage, mais refusée par la direction. Le 30 janvier, une délégation, que la direction a refusée de recevoir, porte une pétition à l’ambassade des Etats-Unis (CD du 31.01.15).

* Le 3 février, le secrétaire du syndicat Cambodian Labor Solidarity est arrêté. Il est accusé de mener une grève illicite et d’avoir créé un syndicat anarchique. On l’accuse également de transporter 50 bambous dans le coffre de sa voiture (donc de très petits bambous !) pour semer le trouble dans son usine (CD du 02.02.15).

* Le 4 février, six responsables d’un syndicat sont arrêtés à Svay Rieng pour distribution d’une lettre dans laquelle ils se défendaient d’avoir touché de l’argent pour demander de terminer une grève. Ils sont libérés quelques heures plus tard (CD du 02.02.15).

* Le 4 février, un patron chinois enferme ses 300 ouvriers pendant deux heures pour les obliger à accepter leurs salaires avant la fermeture de son entreprise due à des pertes financières. Les formulaires signés sont tous en chinois (CD du 06.2.15).

* Les 13 et 17 février, plus de 100 ouvrières s’évanouissent dans une usine taïwanaise de Bavet. L’usine est fermée par ordre de la direction locale du Travail afin de permettre d’améliorer les conditions d’aération. Six cents des 1 800 employées participent à une cérémonie bouddhique avec six moines, pour chasser les mauvais esprits. On signale plusieurs autres cas d’évanouissement de travailleuses : plus de 66, le 9 janvier à Ang Snuol. Il y en a eu 1 806 en 2014 dans 34 usines. Ces faits illustrent les mauvaises conditions de travail (CD du 18.02.15).

* La Corée du Sud doublera le nombre de travailleurs cambodgiens admis sur son sol, actuellement de 35 000. Ces émigrés envoient environ 200 millions de dollars à leur famille. Ils travaillent en usine, dans le bâtiment et l’agriculture. Selon Amnesty International, de nombreux abus sont commis à l’égard de ces travailleurs : travail de durée excessive, mauvaises conditions de vie (CD du 17.02.15).

* Dans un effort pour se concilier les ouvriers et ouvrières, le Premier ministre décide de faire placer 40 000 compteurs dans les chambres d’ouvriers et d’étudiants pour éviter que les propriétaires ne leur fassent payer l’électricité quatre fois plus cher que le prix normal. La mesure coûtera deux millions de dollars à EdC. Il en est de même pour l’eau, bien qu’il soit plus difficile de placer des compteurs. Cette mesure coûtera 200 000 dollars par an à la régie de l’eau (CD du 12.02.15). On assiste d’autre part à une augmentation des prix des loyers et de la nourriture. Hun Sen et Sam Rainsy se mettent d’accord pour la création d’une loi qui limiterait l’augmentation des loyers. A cause de la diminution des commandes, les usines n’obligent plus à faire des heures supplémentaires, si bien que les ouvriers ne voient pas s’améliorer leur niveau de vie. Les ouvrières envoient en moyenne de 70 dollars à leur famille chaque mois. Le Bangladesh pratique des salaires de 68 dollars par mois (CD du 13.02.15).

Expulsions - concessions - conflits fonciers

* Selon la LICADHO, le nombre des familles affectées par les conflits fonciers a triplé depuis l’an dernier pour atteindre 10 245, dans 13 provinces. Durant ces conflits, un jeune homme a été tué. « Il est très clair que la diminution des conflits en 2013 (3 475 tout de même !) entrait dans une tactique politique pour gagner les élections... C’est la preuve que le gouvernement peut faire quelque chose contre les sociétés privées, s’il le désire. » (CD du 20.02.15). Le 20 février, le porte-parole du gouvernement accuse le rapport de Licadho d’« être sans fondement ». Il reconnaît toutefois que 1 263 plaintes ont été déposées entre le 1er janvier et le 20 août : 336 ont été résolues, 156 sont en voie de résolution, les autres ont été envoyées aux ministères compétents. Il accuse Licadho de « louer des gens pour venir protester au Cambodge ». Téang Thnaot, autre association de droits à la propriété, affirme, pour sa part, que « des manifestations pour le respect du droit à la propriété ont lieu au moins une fois par semaine, parfois tous les trois jours » (CD du 21.02.15).

* Les protestations continuent : le 8 janvier, 163 familles de Sen Sok ; 18 familles de Lor Péang (Kompong Chhnang) ainsi que 30 familles de Koh Kong ; le 11 janvier, 100 villageois de Svay Leu (Siemréap) font face à 100 militaires ; 100 villageois de Ratanakiri empêchent sept excavateurs de la société vietnamienne Daun Penh Agrico de raser leurs terres ; environ 300 signatures sont apposées sur une pétition contre le sénateur Ly Yong Phat ; les signataires demandent que soient payées les indemnisations promises pour le vol de leurs terres à Koh Kong afin d’y planter de la canne à sucre ; le 22 janvier, les gardes de la concession chinoise UGC détruisent les maisons de onze familles et leurs bulldozers rasent 30 hectares de leurs terres dans la province de Koh Kong, etc.

* Le 19 janvier, la municipalité de Phnom Penh refuse l’autorisation aux expulsés de Borey Keila de manifester pendant un mois pour demander la libération de onze de leurs représentants emprisonnés (dont Mme Tep Vanny). Le lendemain, 50 policiers leur interdisent l’accès du Parc de la liberté. Il faut sans doute mettre cette interdiction en relation avec la tension dans les discussions entre PPC et PSNC concernant la loi électorale. Surya Subédi, représentant du secrétaire général de l’ONU, des délégations de sept ambassades (dont celle de l’UE, mais pas celle de France) assistent à leur procès en appel. Une foule de 400 supporters et des moines manifestent à l’extérieur de la Cour. Le 26 janvier, la Cour d’appel approuve le jugement précédent, mais réduit la durée des peines de prison, sauf pour les membres les plus populaires, dont Mme Tep Vanny et le moine Soeung Hai. Trente-six ONG de défense des droits de l’homme estiment cette décision « indéfendable », prise sous la contrainte du gouvernement, qui ne vise qu’à réduire au silence les opposants au régime (CD du 27.01.15). Le 11 février, environ 200 personnes manifestent à nouveau pour leur libération, et portent une pétition au ministère de l’Intérieur. Les manifestants font le rapprochement entre les parents du général Thong Sarath, coupables de détention d’armes, qui sont libérés, et les onze manifestantes, innocentes, qui sont incarcérées (CD du 06.02.15).

* L’Union européenne paye deux consultants pour aider le gouvernement à mettre sur pied un système de compensations pour les milliers de familles spoliées de leurs terres par le sénateur Ly Yong Phat.

* En 2011, la Corporation des Cambodgiens de l’Etranger (OCIC) avait reçu 387 hectares dans la péninsule de Chruy Changvar en concession pour 99 ans, afin d’y construire « la Cité du Futur ». L’OCIC avait expulsé les familles résidant sur ces terres. Le 9 février, la municipalité de Phnom Penh décide d’accorder 10 % des terres disputées aux anciens propriétaires, et 40 % à l’OCIC (CD du 10.02.15).

Déforestation

* En novembre 2013, une carte établie par un satellite américain pour l’Université de Maryland révèle que le Cambodge a perdu 7,1 % de forêts par rapport à l’an 2000, dont 2/3 de forêts denses. La déforestation s’est encore accrue depuis 2013. Selon la Licadho, pour la seule année 2013, le pays a perdu 2 132 km² de forêts. Le gouvernement dément (CD du 16.01.15).

* Le 29 janvier, les fonctionnaires du ministère de l’Environnement découvrent une cache contenant 400 pièces de bois de luxe près d’une base de la police militaire (CD du 30.01.15).

* Le 26 janvier, un camion transportant des meubles en bois de luxe est arrêté à Kompong Chhnang. On découvre à l’intérieur du camion une liste de 49 policiers et de fonctionnaires de l’Administration des forêts avec leur numéro de téléphone et adresse, auxquels le chauffeur doit verser un « pourboire ». Le 4 février, 16 fonctionnaires sont convoqués par l’Autorité anti-corruption à Phnom Penh. On les sermonne pour qu’ils continuent à remplir leur travail honnêtement (CD du 02.02.15).

* Le 5 février, Global Witness rend public un rapport, accompagné de photos à l’appui, intitulé « Le coût du luxe » qui épingle le magnat cambodgien Try Phéap comme étant au cœur d’un vaste réseau de contrebande de bois précieux et rare avec la Chine. Une grume de bois peut valoir jusqu’à un million de dollars. En 2013, Try Phéap a reçu l’exclusivité du commerce du bois saisi en contrebande. 89 de ses intermédiaires sont nommés dans le rapport, dont de nombreux militaires. « Environ 900 m3 de bois précieux sont exportés chaque jour, ce que confirme l’administration portuaire, dont 4 067 m3 pour le seul mois de mars 2014. Chaque cargaison emporte du bois pour une valeur de 5,5 millions de dollars. » Les registres des douanes chinoises révèlent que pour 2013, la Chine a importé 21 000 m3 de bois honhmu (« bois de rose ») en provenance du Cambodge, et que durant les neuf premiers mois de 2014, elle en a importé 55 000 m3, soit 97 % du total du bois importé. Les autorités cambodgiennes démentent en citant le code de loi parfaitement établi (mais non suivi) (CD du 06.02.15).

Education

* Le 16 février, l’Unicef, la Suède et l’Union européenne lancent la seconde phase d’un projet de 11 millions de dollars pour améliorer le système scolaire d’ici à 2016. Une évaluation est en cours pour examiner l’utilisation des 14,1 millions de la première phase, de 2011 à 2014. Le budget de l’Education nationale s’élève à 43 millions (CD du 17.02.15).

Droits de l’homme

* Une cinquantaine de Montagnards du Vietnam se sont réfugiés au Cambodge durant les mois de janvier et février. Les autorités locales empêchent l’UNHCR (Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés) de prendre contact avec eux. Elles en ont renvoyé plusieurs groupes au Vietnam lorsqu’elles sont parvenues à les intercepter. Treize autres attendent à Phnom Penh que les autorités statuent sur leur sort (CD du 20.02.15).

* Le 12 janvier est lancée une radio privée à Banlung (Ratanakiri) qui diffusera chaque jour des émissions en langues kreung, tompun et djarai, ainsi que des sélections en anglais et en laotien (CD du 13.01.15).

Justice

* Le 18 février, suite à un discours du Premier ministre dénonçant un pot-de-vin de cinq millions de dollars donné par les parents du général Thong Sarath, accusé d’avoir fait assassiner un riche homme d’affaires, le directeur de la Cour municipale de Phnom Penh est muté au ministère de la Justice. Il est remplacé par son adjoint. Les parents du général en fuite sont arrêtés à bord d’une ambulance à la frontière vietnamienne. Le lendemain, la police militaire de Takéo arrête un général proche du directeur de la Cour. Si beaucoup se réjouissent de ce déplacement, les ONG de défense restent sceptiques, car le successeur a souvent rendu des jugements politiquement biaisés (entre autres celui de Yorn Bopha en 2013, de Chhuk Bunrith à Bavet en 2012) (CD du 20.02.15).

* Le 14 janvier, le directeur des Affaires sociales de Takéo est condamné à deux ans et demi de prison, pour avoir détourné environ 100 000 dollars, mais il est libéré le jour même, puisqu’il avait déjà passé huit mois et demi derrière les barreaux (CD du 15.01.15).

* Les onze membres de la Cour suprême de justice ne sont plus autorisés à occuper d’autres postes dans l’appareil judiciaire, afin d’éviter les conflits d’intérêts (CD du 31.01.15).

Divers

* Le 12 janvier, un moine bouddhiste de 18 ans poignarde un moine de 37 ans à coups de couteau de cuisine. Comme ce meurtre a été commis dans la pagode de Samakki Raingsey, qui héberge un certain nombre de moines originaires du Kampuchéa Krom politiquement actifs, et qui a l’habitude de recevoir des groupes d’opposants, la police tente d’en profiter pour la faire fermer, l’accusant de vouloir faire « sécession » ou de n’être pas en règle avec l’ordre bouddhique. Cependant, le 10 février, une visite des autorités municipales et du ministère des Cultes, accompagnées de nombreux militaires et policiers, se passe sans problème (CD du 11.02.15).

* Le 15 janvier, le commandant de la police nationale déclare qu’il a beaucoup appris de Hitler pour maintenir l’ordre public. L’ambassadeur d’Allemagne réagit violemment. Les ONG de défense des droits de l’homme demandent sa mutation (CD du 26.01.15).

* Un moine de 76 ans est tué par un coup se feu durant une cérémonie à Kompong Speu.

Comportements inappropriés

* Le 31 janvier, deux Russes sont arrêtées à Sihanoukville avec des faux billets de 100 dollars. Les oligarques russes Polonsky et Doroshenko font parler d’eux en portant plainte l’un contre l’autre.

* Kazantip, groupe originaire de Crimée et déplacé en Géorgie, connu pour organiser des concerts avec débauches sexuelles publiques, avait monté un projet de Rave Party de dix jours dans l’île de Koh Puos. Ils se donnent le nom de « République », avec leur « propre Constitution ». Le 14 février, une bagarre éclate à l’intérieur de la mafia russe pour se partager les bénéfices de la vente des billets. Deux d’entre eux sont arrêtés. Après avoir été autorisée, le 30 janvier, et plusieurs jours d’ordres et de contre-ordres, la Rave Party est interdite le 17 février, à la fureur des participants, dont certains avaient dépensé jusqu’à 5 000 dollars pour se rendre au Cambodge. La police veille pour éviter que les participants n’organisent des Rave Party locales (CD du 21.02.15).

* Le gouvernement a décidé de ne pas renouveler le visa d’Alex Gonzalez-Davidson, co-fondateur de l’ONG Mother Nature, qui l’an dernier avait bloqué la route conduisant à la vallée Areng, où est projetée la construction d’un barrage hydro-électrique. Son visa expirait le 20 février. Il refuse de partir. Trente-et-une ONG locales protestent en sa faveur. Sam Rainsy et Kem Sokha écrivent une lettre au gouvernement pour intervenir en sa faveur. Le ministre de l’Intérieur maintient sa décision (CD du 21.02.15).

* On signale plusieurs cas de touristes, dont trois Français, qui posent nus(-es) dans les temples d’Angkor, ou qui circulent nus en moto. Ils sont expulsés avec interdiction de retour au Cambodge.

* De très nombreux étrangers sont interceptés pour trafic de drogue.

Patrimoine

* Plusieurs espèces d’animaux inconnus sont découvertes dans les Cardamones (CD du 16.01.15).