EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er décembre 2014 au 1er janvier 2015

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er décembre 2014 au 1er janvier 2015

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er décembre 2014 au 1er janvier 2015

27/01/2015

Politique intérieure

* Le 5 décembre, l’Assemblée nationale approuve à l’unanimité une loi forte de douze chapitres sur le trafic routier en vue d’éviter l’hécatombe qui se produit sur les routes : 1 950 personnes ont été tuées, et 5 671 blessées en 2012, soit 5,3 morts et 16,5 blessés graves par jour. Le nombre des victimes aurait crû de 12 % en 2014. Le gouvernement vise à faire diminuer les accidents de 10 % en 2015, ...

... et de 50 % d’ici 2020. Les causes principales en sont l’excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse et l’absence de port du casque. L’opposition ajoute la détérioration rapide des routes par des camions surchargés (Cambodia Daily - CD, du 02.12.14).

* Le 8 décembre, les délégations du PPC (Parti du Peuple Cambodgien, au pouvoir) et du PSNC (Parti du Salut National Cambodgien, opposition), chargées de négocier la composition et les prérogatives du Comité électoral national (CEN), déclarent à l’Assemblée nationale avoir fini la rédaction des sept chapitres et des 66 articles qui leur seront soumis pour examen.

* Commencent les négociations qui concernent la loi électorale. Le PSNC a ajouté un 13ème chapitre à la Constitution, examiné par le PPC. Il demande, en outre, d’augmenter le nombre des députés, ce que refuse le PPC pour des raisons budgétaires. Jadis, le PSR (Parti de Sam Rainsy) avait demandé de porter leur nombre à 138, et même à 140. Les deux partis sont d’accord pour que les travailleurs puissent voter dans le lieu où ils résident, mais le PPC refuse catégoriquement le vote des travailleurs partis travailler à l’étranger. Le PSNC voudrait que chaque électeur possède une carte électorale, mais le PPC affirme que la carte d’identité suffit et, pour ceux qui n’en ont pas, suffit un papier du maire, ce qui, par le passé, a donné lieu à beaucoup de fraudes (CD du 02.01.15).

* Le 7 décembre, Sam Rainsy rend visite aux 17 membres de son parti emprisonnés pour avoir participé de près ou de loin à la manifestation violente du 15 juillet dernier, notamment Méas Sovannara, chargé de l’information. Il semble que ces personnes emprisonnées constituent une monnaie d’échange dans les négociations entre le PPC et le PSNC concernant la réforme de la loi électorale. Le 7 décembre, environ 500 Cambodgiens travaillant en Corée manifestent pour demander leur libération ainsi que celle des sept femmes de Boeung Kâk emprisonnées arbitrairement (CD du 09.12.14). Le 12 décembre, la Cour d’appel refuse la liberté conditionnelle aux 17 accusés (CD du 13.12.14). Quatre fois en cinq semaines, des moines et des laïcs manifestent devant la prison pour demander la relaxe des 18 emprisonnés (CD du 13.12.14).

* Le prince Ranariddh se propose comme président du parti royaliste FUNCINPEC. Le prince Sirirath, vice-président du Funcinpec, déclare que « c’est un triste jour pour le Parti », lui qui, le 2 décembre, déclarait vouloir terminer sa coopération avec le PPP qui, selon le prince, était la cause de son échec cuisant aux dernières élections (aucun élu). Ranariddh, au contraire, prône une collaboration étroite avec le PPC. Il devra être élu à ce poste par le congrès (CD du 03.01.15).

* Le 10 décembre, l’Assemblée nationale vote une loi qui reconnaît au chef du parti qui détiendrait 25 % des sièges, le statut de « Chef de la minorité », avec un rang égal à celui du Premier ministre. Il pourra dialoguer directement avec le Premier ministre. Le parti qui obtiendrait 5 % des sièges aura le statut de « groupe » ; il recevra un budget et pourra inviter des experts (CD du 20.12.14).

* Sam Rainsy affirme avoir reçu plus d’un million de « like » sur sa page Facebook depuis sa création en avril 2013 (CD du 17.12.14).

* Le 5 décembre, Khem Sokha, vice-président de l’Assemblée nationale, membre du PSNC, choisit Lao Mong Hay comme conseiller personnel, ainsi que l’avocat Say Bory. Lao Mong Hay est un analyste politique reconnu, ancien directeur de l’Institut khmer pour la démocratie, compagnon de Sokha au FNLPK de Sonn San. C’est un homme plein de bon sens, de connaissances et d’expérience (CD du 06.12.14).

* Lak Sophéap, assistante de Kem Sokha, a rapporté au cours d’un meeting du groupe « Khmers pour les Khmers », que Kem Sokha lui aurait dit que Sam Rainsy aurait gardé 20 sur 30 millions reçus (De qui ? pour quoi ?). Espionne au service d’un autre parti ? Cette dame doit s’expliquer. Devant son refus, elle est exclue du parti. Beaucoup tirent alors à boulets rouges sur Sam Rainsy, le corrompu ! (CD du 12.12.14).

* Le Mouvement du Pouvoir du Peuple Khmer (MPPK), groupe farfelu conduit par Sourn Serey Ratha, basé aux Etats-Unis, et qui était accusé d’avoir voulu renverser le gouvernement par la force, demande son inscription comme parti politique. (CD du 16.12.14)

Politique extérieure

* Le 15 décembre, le Premier ministre se rend au sommet de l’Agence de coopération internationale ASEAN-Corée du Sud (Koica), où il passe plusieurs accords. Il demande à la Corée de fonder une université pour le développement rural, des centres de formation technique, d’apprentissage de la langue coréenne financés par dons ou par prêts. Le Premier ministre demande également aux autorités coréennes l’ouverture de ses frontières pour permettre à plus de Cambodgiens d’aller travailler en ce pays. « Il y a déjà 35 000 travailleurs cambodgiens, on pourrait augmenter jusqu’à 50 000. » Le commerce entre les deux pays est passé de 538 millions de dollars en 2011 à 750 en 2012 (CD du 16.12.14).

* Le 19 décembre, le Premier ministre se rend au Sommet de la Sous-région du Grand Mékong à Bangkok. Il y rencontre son homologue thaïlandais avec lequel il parle de l’ouverture de nouveaux points de passage entre les deux pays, ainsi que de la simplification des papiers pour les travailleurs immigrants khmers. Lors de ce sommet, la Chine promet une aide de trois milliards en aide pour les cinq pays de la sous-région dans le but de construire des infrastructures (CD du 22.12.14).

* Le 7 décembre, un drone thaïlandais explose à 8 km de la frontière dans la province de Préah Vihéar.

* Plusieurs Cambodgiens partis braconner en Thaïlande sont tués par l’armée thaïlandaise. Le ministère cambodgien des Affaires étrangères émet une vive protestation. Le ministre thaïlandais de la Défense, en visite à Phnom Penh, s’excuse.

* A la fin décembre, des soldats thaïlandais pénètrent dans une zone qu’ils estiment être disputée par les deux pays, dans la province de Préah Vihéar, pour y interdire la construction d’une route par des soldats khmers. Ils ferment le passage de An Sès et, le 28 décembre, déplacent dans le secteur de l’artillerie lourde ainsi que 200 soldats. Ils accusent le côté cambodgien de vouloir y construire un casino et un hôtel, en violation des accords passés entre les deux pays. Les Cambodgiens nient toute action de ce type. Le 8 janvier, les autorités civiles et militaires des provinces thaïlandaise et cambodgienne se rencontrent pour tenter de résoudre ces difficultés (CD du 8.01.15).

* Le 23 décembre, le président vietnamien Truong Tan San se rend en visite officielle au Cambodge et se félicite de la coopération entre les deux pays (CD du 24.12.14).

Economie

* Selon la Banque asiatique de développement (BAD), le PIB individuel est de 1 045 dollars, il était de 950 en 2013, mais 40 % de la population gagne moins de 2 dollars (1 euros et demi) par jour (CD du 02.12.14).

* Le volume total des échanges extérieurs pour l’année 2014 s’élève à 18,1 milliards de dollars, soit une augmentation de 13 % par rapport à l’année précédente. Le pays a exporté des denrées pour 7,69 milliards (6,9 M en 2013), et importé pour 10,43 M. Cette augmentation du déficit commercial est estimée normale pour un pays en développement : il doit importer du matériel pour ses nouvelles usines de textile, des voitures et du matériel électronique (CD du 07.01.15)

* L’élevage des vers à soie a pratiquement disparu du Cambodge, suite à l’usage immodéré de pesticides par les paysans (CD du 17.12.14).

* Le 16 décembre, Cambodia Bayon Airlines, succursale d’une société chinoise, inaugure une nouvelle ligne entre le Shaanxi (Chine) et Phnom Penh. Ce vol suit celui d’Apsara International Air, autre succursale chinoise qui a lancé des vols intérieurs en octobre, et Bassaka Air qui relie le Cambodge à Macao (CD du 17.12.14).

* Le 2 décembre, Son Chhay, (PSNC) président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale, accuse l’Autorité Apsara d’avoir détourné plusieurs millions de dollars recueillis par la billetterie d’Angkor. Il le fait en comparant le nombre de touristes durant les dernières années et les rentrées de fonds respectives. Le gouvernement nie tout détournement (CD du 23.12.14).

Dons et investissements

* Le 1er décembre, la Banque asiatique pour le développement (BAD) annonce l’octroi d’un prêt de 800 millions de dollars, sur cinq ans, pour la construction d’infrastructures, le secteur public et l’éducation. 21,5 %, soit 183 millions, sont destinés à l’accès à l’eau potable ; 159,1 millions, soit 18,7 %, au secteur public ; 148 millions pour faciliter le commerce et le transport ; 90 millions pour le développement agricole (CD du 08.12.14).

* Le groupe américain General Electric (GE) signe un contrat avec Electricité du Cambodge (EdC) pour mener une étude sur l’amélioration du réseau de distribution de l’électricité, qui provient actuellement du Vietnam (CD du 16.12.14).

* Les 14-16 décembre, six sociétés chinoises passent des accords avec le Cambodge d’une valeur de plus de 1,5 milliard de dollars, pour une durée de cinq ans : 1,5 million pour l’exploitation de pierres précieuses, 4,9 millions pour l’exportation de manioc en Chine, 1,2 million pour l’importation de machines à sécher le bois au Cambodge, 17 millions pour la création de condominium chinois au Cambodge. Khmer Brewery signe en outre un accord de distribution de la bière cambodgienne en Chine. Mékong Oryza signe un contrat pour l’exportation de 30 000 tonnes de riz, bien que le prix ne soit pas encore fixé. En août dernier, la société étatique cambodgienne Green Trade avait déjà passé un accord pour exporter 100 000 tonnes de riz décortiqué (CD du 16.12.14).

* Le 22 décembre, la société australienne Toll Group se retire du projet de réhabilitation des voies ferrées du Cambodge et vend l’intégralité de ses parts (55 %) à la société cambodgienne Royal Group (CD du 23.12.14).

* Le 30 décembre, lors d’une réunion du comité intergouvernemental Chine-Cambodge, la Chine s’est engagée à verser 144 millions en dons ou en prêts au Cambodge. « Le Cambodge est un membre très actif au sein de l’ASEAN dans son aide pour les relations entre la Chine et ASEAN », commente le visiteur chinois (CD du 31.12.15).

Société

* Le recensement conduit depuis le mois d’août se solde par l’expulsion de 1 253 personnes, de 29 nationalités, dont 1 008 Vietnamiens. Les Vietnamiens se plaignent d’être les principales cibles de la police. Selon le gouvernement, il y aurait 200 000 résidents vietnamiens au Cambodge (il s’attendait à en trouver 300 000). L’an dernier, la CIA estimait leur nombre à 700 000 (CD du 07.01.15).

* Le Cambodge gagne un point (21 sur 100), et quatre places (156 sur 177 pays) sur l’Indice de perception de la corruption. Avec la Birmanie, il est au dernier rang des pays d’Asie du Sud-Est (CD du 04.12.14). Le 9 décembre, cinq sociétés étrangères, dont Coca Cola, signent une déclaration d’intention par laquelle elles s’engagent à refuser toute corruption au sein de leur société (CD du 10.12.14).

* A partir du 15 janvier, le ministère de l’Intérieur va mettre en stricte application la loi de 1997 sur le permis de travail des étrangers. Ceux qui ne possèdent pas de permis devront s’acquitter d’une amende de 177 dollars et payer 100 dollars par an, depuis le début de leur emploi. Le permis de travail coûte 100 dollars. Selon le ministre du Travail, il y aurait 20 000 travailleurs étrangers au Cambodge. Les nouveaux arrivants doivent se munir d’un visa business pour un mois, qui pourra être transformé en visa d’un an. Au terme d’un an, si l’émigrant ne trouve pas d’emploi, il devra quitter le pays (CD du 29.01.15)

* Au 16 novembre, selon le ministre thaïlandais du Travail, 680 000 Cambodgiens étaient enregistrés comme travailleurs migrants en Thaïlande (CD du 10.12.14).

* Selon un sondage d’Asia Foundation (Etats-Unis), mené entre le 19 mai et le 9 juin, rendu public le 10 décembre, 32 % des Cambodgiens estiment que le pays va dans la bonne direction. Ils étaient 81 % il y a dix ans. 59 % pensent qu’il va dans une mauvaise direction (10 % en 2003). 29 % estiment que la corruption est le principal problème du pays (CD du 12.12.14).

Mouvements sociaux

* Le 27 novembre, plus de 1 600 employés d’une usine de confection textile située à Ang Snuol, appartenant à un Coréen, et qui emploie 1 800 personnes, font grève. Huit de leur douze demandes sont accordées (dont l’autorisation pour les femmes enceintes de quitter le travail dix minutes avant les autres), mais la direction refuse de céder sur deux points : une augmentation de 1 dollar de l’allocation nourriture et l’installation d’une crèche sur place. Le lendemain, ils bloquent la route nationale qui passe devant leur usine. Le 9 décembre, au moment d’aller retirer leur paie du mois de novembre, 1 200 d’entre eux apprennent qu’ils sont licenciés sans indemnités (CD du 10.12.14).

* Depuis le 16 décembre, plus de 90 % des 1 100 des employés de la société Cintri chargés du ramassage des ordures de Phnom Penh se mettent en grève pour demander – et obtenir – une augmentation de salaire.

* Le 29 décembre, environ 600 des 1 200 grévistes de l’usine coréenne Cambo Kotop, qui compte 2 500 employés, manifestent devant l’ambassade de Corée pour demander la réembauche de cinq représentants syndicaux licenciés le 16 décembre. Ils refusent de retourner au travail, en dépit de l’injonction du ministère du Travail en date du 23 décembre (CD du 30.01.15).

Comme point positif, on peut signaler la décision gouvernementale, rendue publique le 7 janvier, de relever le niveau d’imposition de 5 %, le plancher d’imposition des salaires passant de 125 à 200 dollars par mois. A partir de janvier, le salaire minimum est de 128 dollars (100 euros) (CD du 08.01.14).

Conflits fonciers

Durant les deux derniers mois, on doit signaler l’action positive du président de la Commission parlementaire de l’Environnement (PSNC), qui se rend deux fois, avec tous les membres, dans la province de Koh Kong, sur des terrains contestés. La Commission fait remonter ses conclusions au ministre de l’Environnement qui prend bonne note. (CD du 13.12.14). Cependant, le 23 décembre, alors que ce dernier s’apprêtait à envoyer une délégation sur place, la société chinoise UDG (qui en 2010 a obtenu une concession de 45 000 hectares, pour 3,8 milliards de dollars) délimite son terrain, causant la fureur des villageois, qui jettent des cocktails Molotov sur les camions de la société et bloquent la route d’accès au port (CD du 8.01.15). Si les problèmes fonciers ne sont pas résolus, ils ne peuvent que déboucher sur des jacqueries de plus en plus violentes.

* Autre bonne nouvelle : l’Union européenne commencer à rechercher des consultants pour envisager des compensations à verser aux paysans spoliés par les entreprises de plantation de cannes à sucre de la région de Koh Kong (CD du 09.12.14).

* Le 28 novembre, plusieurs dizaines de policiers et de militaires incendient douze maisons à O Svay, dans la province Pursat. Les villageois ont envoyé une lettre à l’Assemblée nationale, restée sans réponse. Ils protestent contre leur expulsion hors des terres qu’ils cultivent depuis 1998, et qui ont été accordées en concession au magnat cambodgien Try Phéap. Près de 300 personnes décident de marcher sur Phnom Penh, mais sont bloquées par l’armée. Ils acceptent, sans illusion, de négocier (CD du 02.12.14).

* La société singapourienne qui avait passé un compromis d’achat de 1,35 hectares de Boeung Kâk, pour 14,9 millions, se retire du projet (CD du 22.12.14). Sept des dix personnes arrêtées et condamnées le 11 novembre dernier, dont la célèbre Tep Vanny, pour avoir manifesté contre les inondations répétées de leurs maisons, font la grève de la faim depuis le 13 décembre (CD du 22.12.14).

* Le 4 décembre, 211 familles Bunong de Mondolkiri bloquent des bulldozers de la société Binh Phuoc 1 qui a commencé à raser leurs terres. Le 22 décembre, une centaine de policiers et militaires incendient leurs maisons. Le 29, ils se saisissent d’un des bulldozers qui défrichent leurs terres, mais 60 policiers et militaires en armes les menacent et ils doivent rendre leur prise. Ces Bunongs sont accusés d’occuper illégalement ces terres, alors qu’ils y vivent depuis des générations. Les Montagnards auraient déjà récupéré 375 hectares sur les 500 qui sont contestés (CD du 29.01.15).

* Le 29 décembre, environ 100 villageois manifestent devant le palais du gouverneur de Bantéay Méan Chhey, pour protester contre le magnat cambodgien Kith Meng à qui auraient été données leurs terres en 2010, mais qu’ils cultivent depuis 1979. Le gouverneur soutient les villageois et promet de transmettre leur dossier à Phnom Penh. Climat nouveau ? (CD du 30.12.15).

* Le 29 décembre, environ 400 Kuy, ethnie de la province de Préah Vihéar, se saisissent de deux bulldozers et de leurs chauffeurs, appartenant à la société chinoise Lan Feng, en train de déforester leurs terres, données en concession en 2011. Les dix autres bulldozers parviennent à prendre le large. Engins et les conducteurs sont conduits à la mairie, qui, en dépit d’un engagement formel à ne pas le faire, les relâche le lendemain. Les villageois vivent sur ces 9 000 hectares depuis 1979, mais évidemment n’ont pas de titre de propriété (CD du 31.12.15).

* Le 5 janvier, des villageois de Bantéay Srey manifestent contre l’Administration forestière qui a brûlé vingt de leurs habitations. L’administration les accuse d’avoir défriché 350 hectares de forêt appartenant à l’Etat. Les villageois affirment y vivre légalement depuis 2002. Deux hommes sont arrêtés pour « incitation à la violence », cinq autres se cachent (CD du 07.01.15).

* Le 6 janvier, le ministre de l’Environnement annonce la suppression de 26 concessions qui couvrent un ensemble de 117 000 hectares. Try Phéap rend deux concessions de 10 000 hectares situées dans le parc naturel de Virachey (Ratanakiri), sans doute après coupé la forêt, « car la terre y est mauvaise » (CD du 07.01.15).

* La déforestation continue : on signale de très nombreuses confiscations de bois précieux ou autres, transporté par des militaires. Le fait devient banal.

Réfugiés

* Au début décembre, 16 Montagnards Jarais du Vietnam se réfugient dans les forêts de Ratanakiri, alléguant des persécutions de la part des autorités vietnamiennes. Ils font partie du groupe Degar, qui a soutenu les troupes françaises puis américaines contre les communistes. Ils font également partie d’un groupe chrétien fondamentaliste interdit au Vietnam. Déjà, entre 2001 et 2011, ils ont fait face à une répression violente. Environ 2 000 d’entre eux se sont alors réfugiés en Caroline du Nord, d’autres ont été refoulés par les autorités cambodgiennes. Le gouvernement cambodgien refuse de les considérer comme réfugiés, mais comme immigrants illégaux et déclare que lui seul est en mesure de décider de leur sort. Le Vietnam demande leur renvoi au ministère de l’Intérieur cambodgien. Après plusieurs tentatives infructueuses, le délégué de l’UNHCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) parvient à les rencontrer et les faire transporter à Phnom Penh (CD du 22.12.14). 5 autres Montagnards seraient arrivés depuis au Cambodge (CD du 05.01.15).

Journée des Droits de l’homme (10 décembre)

* Le 3 décembre, un groupe de 300 membres de minorités ethniques de Ratanakiri entreprennent une marche qui les conduira à Phnom Penh pour la Journée des Droits de l’homme. Le 5 décembre, plus de 100 policiers et militaires, bloquent la route de 80 marcheurs venant de Kirivong (Takéo), dont une dizaine de moines qui se rendent à la capitale. La police et l’armée rendent difficiles l’accès à la capitale à des nombreux groupes qui viennent de province ; ils menacent les pagodes qui les recevraient. Le 10 décembre, 300 ouvriers se joignent aux 600 marcheurs venus de partout. Ils réclament des réformes judiciaires, la fin de la violence étatique, l’élimination de la corruption, la fin des expulsions. Le PSNC organise un meeting de 800 membres dans la presqu’île de Chrui Changvar, et le PPC un autre à Koh Pich qui rassemble 3 000 partisans. Ces derniers louent « Le gouvernement cambodgien sous la sagesse et l’intelligent Premier ministre Hun Sen... Le Cambodge est devenu vraiment en paix, sûr, et à démocratie plurielle » (CD du 11.12.14).

* Pour des raisons obscures qui lui sont propres, le ministre de l’Intérieur reproche au gouverneur de Takéo d’avoir utilisé la force publique pour tenter de bloquer les 80 marcheurs, sans l’avoir consulté au préalable (CD du 15.12.14).

* Suite à la présence de moines lors des marches pour les droits de l’homme, le 7 décembre, les patriarches des deux ordres monastiques et le ministre des Cultes signent un communiqué qui interdit aux moines la participation à des marches, à des manifestations, à des grèves et à des révoltes « pour préserver la dignité du bouddhisme ». Cependant, le moine But Bunteng déclare n’avoir que faire de cet avertissement. (CD du 08.12.14). Le 17 décembre, le vénérable Tep Vong, patriarche suprême de l’ordre Mohanikay, suivi par le vénérable Bou Kry, patriarche de l’ordre Thommayuth, renouvelle ses appels pour interdire aux 50 000 moines de participer aux élections. « Si un moine est en faveur d’un camp, il perd sa neutralité », dit-il. Les pagodes sont largement sous le contrôle du PPC, mais un mouvement libéral est en train de se faire jour (CD du 18.12.14). Le 18 décembre, plus d’une centaine de moines manifestent devant l’Assemblée nationale pour demander la libération des 18 inculpés (11 du PSNC et 7 femmes de Boeung Kâk). Une quarantaine d’entre eux retournent leur bol à aumônes, comme l’avaient fait leurs confrères birmans en 2007 : les personnes qui offrent de la nourriture ne sont pas dignes d’acquérir des mérites (CD du 19.12.14).

* Le 7 octobre, un juriste anglais dépose une plainte devant la Cour internationale de justice (CIJ) contre « l’élite au pouvoir » au Cambodge et ses alliés pour avoir expulsé 770 000 personnes de leur domicile en quatorze ans, pour avoir procédé à des expropriations massives, ainsi qu’à des assassinats à des fins d’enrichissement personnel ou pour motifs politiques. Ces actes sont considérés comme autant de crimes contre l’Humanité. Le 12 décembre, 40 ONG signent une lettre envoyée à la CIJ pour demander une enquête préliminaire sur cette plainte. Aucune ONG cambodgienne n’est signataire, car on ne leur a pas demandé, pour des raisons de sécurité (CD du 15.12.14).

Santé

* La panique s’est répandue depuis le début décembre dans un village du srok Sangker dans la province de Battambang : plus de 200 personnes, y compris des personnes très âgées et de jeunes enfants sont découverts, après plusieurs analyses et contre-analyses, porteurs du VIH. L’origine viendrait d’un médicastre khmer, qui sans autorisation, aurait pratiqué des soins en utilisant la même seringue non désinfectée. Plusieurs travailleurs migrants rentrant de Thaïlande étaient certainement porteurs du virus et l’ont, de ce fait, transmis aux autres villageois (CD du 29.12.14).

* Le nombre des personnes arrêtées pour des crimes relatifs à la drogue a presque doublé en 2014 par rapport à l’année précédente (3 138 au lieu de 1 830) mais les saisies ont été moindres (90 kg au lieu de 100) (CD du 07.01.15)

Education nationale

* Contre toute attente, deux étudiants cambodgiens sortent en seconde position lors d’un concours concernant les opérations en bourse, sur un total de 1 972 participants en provenance de Singapour, de Malaisie, d’Indonésie et de Thaïlande (CD du 03.12.14).

Violence

* Durant la dernière semaine de novembre, deux hommes sont arrêtés pour attaque à l’acide. Durant le dernier mois on signale de très nombreux assassinats, de grenades lancées lors de cérémonies de mariage, ainsi que de nombreux viols (CD du 02.12.14).

Justice

* On signale durant le mois une sombre histoire du général Thong Sarath, pour avoir fait assassiner Ung Meng Chue, homme d’affaires cambodgien (CD du 17.12.14). Après avoir arrêté ses gardes du corps, le général en fuite est recherché par Interpol. On signale plusieurs arrestations et jugements de policiers ou de fonctionnaires pour crimes ou corruption.

Armée

* Le 18 décembre a lieu une cérémonie d’envoi de 184 soldats de la paix au Liban, en remplacement d’un contingent rentré deux jours plus tôt. Cent quatre-vingt seize soldats de la paix cambodgiens sont déployés en Centre-Afrique depuis octobre dernier, d’autres au Mali, ainsi qu’au Sud-Soudan.

Télévision

* Le ministère de l’Information continue de refuser l’ouverture d’une chaine de TV analogique à Mâm Sonando, propriétaire de la radio « La Ruche », prétextant qu’il n’y a pas d’espace disponible et qu’il est trop critique vis-à-vis du gouvernement (CD du 02.12.14).

* Le 9 décembre, Mme Lom Ang, ancienne membre du Funcinpec, puis de PSR, est nommée à la tête de la chaîne TV du PSNC. Il faudrait cependant trouver 10 à 20 millions de dollars pour lancer cette chaîne (CD du 10.12.14).

Divers

Patrimoine

* La police thaïlandaise confisque environ 50 statues anciennes, et environ 10 000 objets d’art provenant du Cambodge, du Laos et de Birmanie, chez un général thaïlandais. Ce trésor représenterait une valeur de 60 millions de dollars. Cette saisie s’inscrit dans la politique du Premier ministre thaïlandais qui veut bannir toute corruption des rangs de la police et de l’administration. Le Cambodge a demandé l’autorisation d’envoyer des experts à fin d’authentification (CD du 16.12.14).

* Après plus d’une décade de recherche, des archéologues donnent leurs conclusions sur des jarres et des cercueils découverts dans les Cardamones, qui dateraient du XVe-XVIIe siècles. Ces conclusions permettraient une nouvelle approche de l’histoire post-angkorienne (CD du 8.01.15).

Escroqueries internationales

* Le milliardaire russe Sergei Polonsky, recherché par la police de son pays pour avoir détourné plus de 180 millions de dollars, et dont l’extradition a été refusée par le gouvernement cambodgien, a acheté, entre autres, l’île de Koh Dek Kaul, propriété contestée pas son compatriote Nikolai Doroshenko qui l’attaque en justice (CD du 17.12.14).

* L’artiste française Odile Perceau lance un projet mirobolant de concert à Angkor pour une somme de 1,2 million d’euros. Fort d’appuis au plus niveau en France (Laurent Fabius, Valérie Trierweiler, alors première dame), de l’EFEO, de l’ambassade de France à Phnom Penh, de l’Unesco, etc., elle réussit à faire déplacer des troupes d’artistes de plusieurs pays d’Asie du Sud-Est (notamment de Birmanie) qui se produisent aux côtés du ballet royal cambodgien. Tous les artisans qui ont travaillé pour ce concert, ainsi que les intervenants sont payés en monnaie de singe, soit 600 000 euros d’impayés (l’ardoise laissée chez Sofitel s’élève, à elle seule, à 250 000 dollars). Odile Perceau est introuvable (Médiapart, Nouvel Obs. du 17.12.14).

Patrimoine

* Un cargo battant pavillon cambodgien sombre au large des côtes japonaises, causant la mort de trois marins : un Chinois, un Birman et peut-être un Cambodgien (CD du 27.12.14).