EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 2 septembre au 31 octobre 2014

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 2 septembre au 31 octobre 2014

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 2 septembre au 31 octobre 2014

03/11/2014

Politique intérieure

* Le 22 octobre, 10 membres du Front National Khmer de Libération (KNLF), groupuscule dirigé par Sam Sérey Ratha, basé en Thaïlande, sont accusés de faire partie du mouvement « Tête de Tigre » qui a placé deux bombes devant le Conseil des ministres et le bâtiment de TV 3, en 2009. Treize membres du Front avaient déjà été condamnés en mai dernier, pour avoir voulu renverser...

... le gouvernement. La Cour municipale de Phnom Penh avait ajouté le moine Luong Sovath sur la liste des membres du KNLF qui devaient être interrogés à partir du 18 septembre (Cambodia Daily - CD du 09.09.14). Selon les ONG de défense des droits de l’homme, ces mises en accusation relèvent plus de motifs politiques que de faits réels (CD du 27.10.14).

* Par décret royal, en date du 15 septembre, 63 conseillers entourent Ngoun Nhel (PPC), second vice-président de l’Assemblée nationale (dont trois membres de sa famille), et 21 conseillent Kem Sokha (PSNC), premier vice-président. Dans une lettre en date du 21 octobre, Son Chhay, du PSNC demande la liste des 1 350 postes fournis par l’Assemblée et une enquête sur leur attribution (CD du 23.10.14).

* Le 25 septembre, le ministre de l’Intérieur annonce que les indemnités mensuelles des maires seront portées à 98 dollars, celles des conseillers municipaux à 74, celles des chefs de village à 39, celles de leurs adjoints à 34 (CD du 26.10.14).

* Suite à l’accord du 22 juillet qui mettait fin au boycott de l’Assemblée par l’opposition, les relations entre les deux partis ne sont pas toujours au beau fixe :

- Le 11 septembre, les six membres du conseil municipal de Phnom Penh quittent le conseil qui en comprend 21 membres, car un seul candidat PPC est présenté comme membre du Comité des finances (CD du 12.09.14).

- Le 12 septembre, Heng Samrin, président de l’Assemblée nationale, diffuse une circulaire qui lui donne le pouvoir d’interdire la visite d’experts, de journalistes et de toute autre personne de la société civile dans les locaux des commissions ou des députés de l’Assemblée. Il interdit aux députés de recevoir des pétitions d’un groupe de plus de 5 personnes. Le PSNC voudrait au contraire plus de transparence dans les travaux parlementaires. Cependant le 19 septembre, Préap Kol, directeur de Transparency International, peut se rendre au comité parlementaire anti-corruption dirigé par Ho Vann, du PSNC, pour présenter son rapport de 233 pages sur la corruption et l’impunité dans le pays (CD du 20.09.14). Le 2 octobre, 13 associations demandent l’annulation de cette circulaire et la possibilité d’instaurer de vrais débats (CD du 03.10.14).

- Le 29 septembre, un conseiller du PSNC de Chhar Ampeuou est arrêté et conduit en prison pour son action lors de la manifestation du 15 juillet (CD du 30.09.14).

- Le 9 octobre, Hun Sen menace de démissionner Kem Sokha de sa fonction de vice-président de l’Assemblée nationale s’il continuait à demander que les membres corrompus du gouvernement soient déchargés de leur poste (CD du 10.10.14).

- Les négociations sur le Comité Electoral National, commencées le 11 septembre, se sont avérées difficiles. C’était la priorité de l’opposition. Toutes ces négociations se passent en secret, les associations de la société civile se plaignent d’être tenues à l’écart.

Cependant, le 1er octobre, l’Assemblée nationale vote l’amendement qui inclue le Comité Electoral National dans la Constitution, avec un budget propre et une garantie d’indépendance (CD du 02.10.14).

* Kem Ley, analyste politique cambodgien, lance un mouvement « Khmer pour les Khmers ». Il fustige les deux partis, PPC et PSNC, pour leur manque de démocratie interne : « Qui choisit les chefs de parti dans les communes ? Qui choisit les candidats ? ». Plusieurs observateurs estiment que ce mouvement est une tentative du pouvoir pour diviser l’opposition (CD du 21.10.14).

Politique extérieure

* Le 15 septembre, le Premier ministre Hun Sen, à la tête d’une délégation d’hommes d’affaires cambodgiens, se rend à la 11ème exposition ASEAN-Chine, où le Cambodge présente 88 stands. Il y rencontre plusieurs personnalités des pays de l’ASEAN. Cependant, il ne reçoit que de vagues promesses et de bonnes paroles de la part des autorités chinoises en réponse aux demandes de subventions et de dons. Signe de refroidissement des rapports entre Chine et Cambodge ? (CD du 17.09.14).

* Le 30 octobre, le Premier ministre thaïlandais, placé à la tête de son pays par le coup d’Etat militaire de mai dernier, se rend en visite officielle au Cambodge. Trois déclarations d’intention (MOU) sont signées entre les deux pays, qui concernent le tourisme, l’élimination du trafic d’êtres humains et la connexion des réseaux ferroviaires des deux pays. Le côté thaïlandais a demandé d’établir une ZES (Zone économique spéciale) le long de la frontière afin de profiter de la main d’œuvre khmère bon marché.

* Le commerce bilatéral entre les deux pays atteint 4,55 milliards de dollars. Durant les derniers mois, plusieurs Cambodgiens ont été tués ou arrêtés par les militaires thaïlandais pour s’être introduits illégalement en territoire thaïlandais afin d’y braconner du bois précieux. 660 000 travailleurs cambodgiens (5 % de la population cambodgienne) ont émigré vers la Thaïlande (CD du 31.10.14).

* Un dissident thaïlandais se cacherait au Cambodge.

Chambres spéciales au sein des tribunaux cambodgiens

* Le 17 octobre, les avocats de Nuon Chéa et de Khieu Samphân font appel de la condamnation à la prison à vie de leurs clients, en date du 7 août dernier, pour manque d’impartialité. Ils relèvent plus de 220 irrégularités dans leur procès. Par exemple, Heng Samrin, actuel président de l’Assemblée nationale, qui fut l’un des auteurs de la prise de Phnom Penh n’a jamais accepté de paraître comme témoin. Les avocats des deux accusés refusent de participer aux audiences du second procès, ouvert en octobre, tant que l’appel ne sera pas examiné. Le Tribunal les menace de sanctions, puis veut les remplacer par des « amici curiae », ce que contestent les avocats et les prévenus (CD du 29.10.14).

Economie

* Le budget national de 2015 a été approuvé par le Premier ministre en date du 25 octobre. Il s’élèverait à 5,4 milliards de dollars, soit une augmentation de 10,8 % par rapport à 2014 (3,56 M). Il prévoit d’augmenter les salaires de la fonction publique et de l’armée. La part attribuée à l’Education nationale augmenterait de 18 % et à celle de la Santé de 15 % (CD du 28.10.14).

* La BAD encourage le Cambodge à améliorer son réseau de transport : le transport du riz s’élève entre 10 et 13 dollars la tonne pour 100 km, alors qu’il n’est que de 5 en Thaïlande et 7 au Vietnam (CD du 3.9.14).

* Transparency International place le Cambodge au 160ème rang sur 177 pour la corruption. Le pays y perd 10 % de son PIB par an.

* Le Cambodge dispose de 57 casinos situés le long des frontières vietnamienne et thaïlandaise. Ces casinos ont rapporté 22 millions de dollars en 2013. Les joueurs sont essentiellement thaïlandais et vietnamiens (en moyenne 300 à 400 Vietnamiens viennent jouer chaque jour au casino Lucky89 de Svay Rieng). Une loi sera votée en novembre par l’Assemblée nationale vietnamienne, et autorisera les citoyens vietnamiens à jouer en deçà de leur frontière. Cela représente donc une sérieuse diminution dans ce secteur de l’économie (CD du 18.09.14).

* Les actions du casino NagaWorld de Phnom Penh diminuent de valeur, suite de l’effondrement des casinos de Macao engendré par la campagne chinoise pour limiter les dépenses excessives de l’élite chinoise. Les casinos asiatiques voient leur revenu diminuer depuis trois mois consécutifs. Cependant NagaWorld a enregistré un bénéfice net de 67,6 millions durant les 6 derniers mois, soit une augmentation de 8 % par rapport à l’année dernière (CD du 24.09.14).

Industrie

* En dépit des grèves et de l’annulation de commandes, les exportations de produits textiles ont continué d’augmenter, pour atteindre 4,4 milliards de dollars durant les 9 premiers mois de l’année, soit une augmentation de 5,9 % par rapport à la même période de l’an dernier.

* Le 21 octobre, le second étage de l’usine textile Nishiku de Takéo, qui fournit H&M, s’effondre sur une longueur de 50 m. Huit employées sont blessées. Il y a 17 mois, l’effondrement d’un plafond de l’usine Wing Star Shoes avait causé la mort de deux ouvrières. Cela pose à nouveau le problème des normes de construction des usines qui n’existent pas au Cambodge

* Selon un rapport d’Oxford Economic and International Tax en date du mois de septembre, la contrebande de cigarettes, spécialement les cigarettes Hero et Jet, produites par l’Indonesian Sumatra Tobacco, est organisée par le sénateur Ly Yong Phat vers le Vietnam (CD du 24.10.14).

* Un rapport de la BM (Banque Mondiale) et de la BAD (Banque Asiatique de Développement) en date du 28 octobre révèle que les 23 Zones d’Economie Spéciale (ZES) n’attirent pas beaucoup les investisseurs à cause des mauvaises infrastructures et du prix élevé de l’électricité (pourtant 15 % moins cher qu’ailleurs). La productivité y est de 20 % meilleure qu’ailleurs. Sans doute les attentes des investisseurs étaient trop fortes (CD du 29.10.14).

* Il y aurait au Cambodge entre 70 000 et 80 000 petites et moyennes entreprises. Le ministre de l’Industrie demande à la Chambre de Commerce Cambodgienne de les aider à améliorer leur compétitivité pour être prêtes à l’ouverture du marché de l’ASEAN à la fin 2015 (CD du 28.10.14).

* Le Vietnam suspend la construction d’un pont et d’une route près de Dak Dam, dans la province de Mondolkiri, sur demande des autorités cambodgiennes qui estiment que le terrain où est construite cette route est cambodgien. Le Cambodge perdrait 50 km² (CD du 24.10.14).

Dons et investissements

* Le 16 septembre, la Chambre européenne de Commerce lance un programme de 3,8 millions de dollars pour promouvoir les investissements en provenance de l’UE. Les investissements européens ne représentent que 2 % des investissements étrangers, et s’élèvent à peu près à 30 millions de dollars (CD du 17.09.14).

* Le 27 octobre, la BAD signe un prêt de 98,5 millions de dollars pour trois projets : 66 millions pour le goudronnage de 729 km de routes de provinces (sur un coût total de 118 millions), 30 millions pour un programme de formation professionnelle, 25 millions pour renforcer l’organisation des secours en cas de désastres naturels en six provinces (CD du 28.10. 14).

* Le 31 octobre, l’AFD (Agence Française de Développement) fait un prêt de 6 millions de dollars à trois organismes de microcrédit (Krédit, Tanéakéar Phum et Vision Fund) à faible intérêt pour permettre à 25 000 familles d’emprunter de l’argent à un taux de 2 à 4,5 % afin d’acquérir des panneaux solaires par an (taux habituel des prêts : 2,5 % par mois) (CD du 30.10.14).

Société

Réfugiés en provenance d’Australie

* Commencées en février, les négociations pour l’accueil au Cambodge de réfugiés ont été difficiles. Les défendeurs des droits de l’homme des deux pays s’y opposent : comment un pays parmi les plus pauvres et les plus corrompus de la planète, qui ne respecte pas les droits fondamentaux de ses citoyens peut-il accueillir des réfugiés ? Le Cambodge a refoulé 21 réfugiés ouighours vers la Chine, refoulé des Montagnards vers le Vietnam, 700 000 de ses citoyens partent travailler à l’étranger... Le 14 septembre, l’UNHCR (Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés) réitère son opposition. L’accord est toutefois signé le 26 septembre. 35 à 40 millions de dollars, selon les sources, facilitent cette signature. 206 sur les 1 233 détenus dans l’île de Nauru bénéficient du statut de réfugié. Seuls les réfugiés volontaires seront transférés. On ne sait pas cependant combien seront accueillis, Le ministre de l’Intérieur parle d’un premier groupe expérimental de cinq personnes, qui arriveront avant la fin de l’année. On ignore la nationalité de ces réfugiés (CD du 27.10.14). Le 20 octobre, l’ambassade d’Australie annule une réunion prévue avec Kem Sokha concernant ce dossier. Le 27 octobre, Kem Sokha écrit une lettre à l’ambassadeur d’Australie au Cambodge pour demander l’annulation pure et simple de cet accord (CD du 30.10.14).

Recension des étrangers

* La recension des étrangers vivant au Cambodge commencée le 30 juin dernier se poursuit. Au 30 octobre elle se solde par l’expulsion de 552 personnes de 21 nationalités, dont 399 Vietnamiens, des Chinois, des Indiens, des Russes et des Nigérians (CD du 30.10.14).

Mouvements sociaux

Suite aux manifestations de la fin décembre 2013, le gouvernement a porté le salaire minimum de 80 à 100 dollars, ce qui a mis le feu aux poudres à la colère ouvrière qui demandait 160, et qui a dégénéré par les violences du 3 janvier (5 morts et plus de 40 blessés). La plupart des syndicats continuent de demander 160 dollars, le patronat propose 110. De nombreuses réunions tripartites (syndicats, patronat et ministère du Travail) se sont succédé sans résultat. Le 1er septembre les syndicats acceptent de baisser leur revendication à 150 dollars, ce qui permettrait aux ouvriers de gagner entre 180 et 190 dollars en comptant les bonus et les heures supplémentaires.

* Huit grands groupes internationaux (dont H&M, Inditex, Zara, C&A, Primak, Next and New Look, Brown, Tchib) écrivent une lettre au patronat et au gouvernement pour leur proposer de payer plus cher les produits cambodgiens et de permettre ainsi aux ouvriers « un minimum vital digne ». Ils ne précisent cependant pas combien ils sont prêts à débourser. Sont absents les groupes européens et américains : Wal-Mart, Gap, Levi et M&S, Adidas qui prennent de la distance par rapport à cette lettre, et qui ne proposent que de vagues paroles verbales d’encouragement. Le représentant d’Adidas ose même affirmer qu’avec les heures supplémentaires, les ouvrières gagnent 187 dollars par mois. La lettre termine en espérant « la liberté d’association, le droit à la négociation collective, un minimum vital digne, une résolution pacifique des conflits ». Si les syndicats approuvent cette lettre, le patronat attend la décision du Comité Conseil du Travail prévue le 30 octobre (CD du 12.09.14).

A partir du 17 septembre, et pendant un mois, les syndicats distribuent des T-shirts avec une inscription demandant une hausse de leur salaire à 177 dollars, distribuent des tracts et envoient des pétitions aux grandes firmes internationales qui achètent des textiles cambodgiens, les accusant d’« affamer » les ouvriers. Selon le gouvernement, 120dollars représenterait le seuil de pauvreté pour les ouvriers vivant à Phnom Penh. Plusieurs organisations syndicales accepteraient 130 ou 135 dollars. Le 30 octobre, 9 représentants de la commission tripartite votent à bulletin secret un salaire minimum compris entre 110 et 121 dollars comme base de discussion. Deux représentants de syndicats pro-gouvernementaux (Chum Mom Thol et Nun Chantha) ont voté contre la proposition syndicale (CD du 30.10.14).

Les chefs d’entreprises étrangères présentes au Cambodge commencent à s’inquiéter : si des ouvriers non qualifiés obtiennent 160 dollars de salaire mensuel, combien devront-ils rémunérer le personnel plus qualifié ? La question deviendra aigüe lors de la libre circulation des personnes et des biens au sein de l’ASEAN à la fin de l’année 2015.

* Selon le syndicat patronal qui a enquêté en 247 des quelques 500 usines de production textile, 123 n’ont pas assez de commandes pour tenir jusqu’à la fin de l’année ; 126 ont réduit les heures supplémentaires ; 160 ont vu leurs acheteurs réduire leurs commandes de 40 % ; 86 ont fermé certaines de leurs lignes de production. La Fédération des Employeurs et des Associations commerciales blâment les média qui ruinent la confiance des investisseurs (CD du 17.09.14).

* Le collectif éthique français sur l’étiquette relance une campagne pour un salaire vital dans l’industrie de l’habillement en Asie. Une ouvrière, Chanthan Hong, a été invitée en France pour témoigner de ses conditions de travail.

Les deux derniers mois sont marqués par une agitation syndicale qui ne faiblit pas, et par la répression gouvernementale qui a cité sept responsables syndicaux en justice pour « incitation à la violence et destruction volontaire de bien public » :

- le 12 septembre, Pav Sina, président du Syndicat collectif des travailleurs et Morm Nhim, président de la Fédération Indépendante des syndicats cambodgiens du Textile;

- le 15 septembre, Chéa Mony, président du Syndicat libre (ex-SIORC) ;

- le 9 octobre, Rong Chhun, président des la Confédération des Syndicats, et Yang Sophoan, de Alliance Cambodgienne des Syndicats ; Ath Thorn de la Coalition démocratique des travailleurs du textile (CCAWDU), etc.

Ces syndicalistes sont placés sous surveillance policière et se voient interdire toute participation à des manifestations publiques. La cour interdit même à Ath Thorn, dont le syndicat est le plus nombreux, de contacter les membres de son syndicat. En revanche, jamais les forces de l’ordre responsables de la mort de plusieurs ouvriers, de coups et blessures, d’emprisonnement abusif et autres violations des droits de l’homme, ne sont inculpées. Elles sont au contraire, traitées comme « héros » par Hun Sen (CD du 10.14.14).

Les manifestations ouvrières continuent. On ne peut signaler que les plus importantes :

* Le 20 octobre, des milliers d’employés de l’usine de textile Grand Twins International, l’une des deux sociétés inscrites en bourse, se mettent en grève, pour demander une meilleure rétribution des heures supplémentaires, et une augmentation de salaire de 8dollars, plus 7,4dollars pour le transport. Le 24, ils bloquent la route nationale 4 pendant deux heures, et présentent 16 revendications. L’usine a changé de nom, et les employés ont ainsi perdu leur ancienneté et leur prime de licenciement. La direction refuse de négocier. Le taux de ses actions en bourse chute presque de moitié (CD du 25.10.14).

* Depuis le 1er septembre, environ 5 000 employés de l’usine taïwanaise de fabrication de chaussures Juhui Footwear, située à Choeung Prey (prov. de Kompong Cham) manifestent par intermittence pour demander des augmentations de salaire et au moins 15 autres réclamations. Le 14 septembre, la direction refuse de négocier et ferme les portes de l’usine. Le 16 septembre, la direction décide de licencier 4 000 grévistes qui n’ont pas obéi à l’injonction de la Cour de Kompong Cham de reprendre le travail. Les grévistes refusent leur prime de licenciement et demandent leur ré-embauche. Le 24 septembre, l’usine en ré-embauche 3 000. Les 2 000 autres restent licenciés pour appartenance au syndicat CCAWDU. Le 6 octobre, plus de 100 policiers anti-émeute agressent ces 2 000 licenciés qui répondent par des jets de pierres : au moins deux Taïwanais sont blessés. Le 12 octobre, 5 responsables syndicaux sont convoqués par la police. Le 25 octobre au matin, environ 1 000 licenciés manifestent devant l’usine. La manifestation tourne à la violence lorsque la direction affiche une liste de 72 employés qui seront ré-embauchés et lorsque la police tente de saisir un haut-parleur des grévistes. La police agresse les grévistes à coup de bâtons, puis tire en l’air pour faire cesser la violence. Dix d’entre eux sont arrêtés, cinq seront libérés deux jours plus tard, les cinq autres inculpés (CD du 28.10.14).

* Le 8 septembre, la société taïwanaise Xin Fang de Phnom Penh licencie plus de 100 ouvriers qui manifestaient pour réclamer 19 points, dont une allocation de nourriture et 15dollars d’allocation logement.

* Le 11 septembre, quelques 1 000 ouvriers de l’usine Kamchay Méar Trading, (prov. de Prey Veng) qui appartient à un Chinois, protestent devant leur usine, et présentent une liste de 25 demandes, dont une augmentation de salaire et de meilleures conditions de travail. Le 14 septembre, deux responsables syndicaux sont arrêtés. Les ouvriers bloquent la route nationale 1 et entourent l’usine pour demander leur libération. Les deux responsables sont libérés (CD du 18.09.14).

* Le 29 septembre, environ 1 500 ouvriers de l’usine Y&W se mettent en grève pour demander une augmentation des salaires et l’amélioration des conditions de travail, ainsi que la ré-embauche de deux responsables syndicaux (CD du 02.10.14).

* 400 ouvriers de l’usine textile CWKH appartenant un Taïwanais manifestent depuis le 8 septembre, pour demander la ré-embauche de 14 représentants syndicaux licenciés. Le 2 octobre 100 d’entre eux se heurtent à 30 militaires qui tentent de saisir leur haut-parleur et les frappent à coup de bâton (CD du 03. 10. 14).

* Le 27 octobre, une dizaine de taxis de Poïpet, bloquent la route nationale 5 pendant une heure, pour protester contre la création d’un nouveau poste de contrôle qui s’ajoute aux 4 qui existent déjà et qui ponctionnent leurs revenus (CD du 28.10.14).

* A la demande de la direction britannique de l’usine Dewhirst, qui fournit Marks & Spencer, le Sipar (Soutien à Initiative Privée pour l’Aide à la Reconstruction des pays du sud-est asiatique) organise une bibliothèque dans le village de Trapéang Thlœng, qui permettra aux 2 000 ouvrières, souvent très jeunes, d’améliorer leurs connaissances intellectuelles. Le SIPAR va également intervenir auprès des centres d’information des travailleurs, centres de ressources situés dans cinq quartiers ouvriers.

* Le 29 septembre, une étude menée pendant un an, financée par le programme Better Factories et l’AFD (Agence Française de Développement), auprès de 3 980 ouvrières dans dix usines, révèle que 15,7 % n’ont pas le poids correspondant à leur taille, 43 % souffrent d’anémie. Un autre rapport d’un groupe anglo-cambodgien publié en septembre dernier estimait que 33 % des travailleurs d’usines étaient médicalement mal nourris. Ils devraient dépenser 2,5dollars par jour pour se nourrir, mais de fait, n’en dépensaient que 1,3 (CD du 30.09.14).

* Le 1er octobre, le ministère des Finances fait savoir aux responsables syndicaux que les ouvriers qui touchent un salaire de100 dollars, devront payer 5dollars d’impôt « pour participer à la construction du pays ». « Nous n’avons pas suffisamment d’argent pour vivre, et le gouvernement nous demande encore de payer un impôt ! », se plaignent les syndicalistes (CD du 02.10.14). En revanche, le 9 octobre, le Premier ministre exonère d’impôts les fonctionnaires qui gagnent moins de 200 dollars par mois (CD du 10.10.14).

Concessions

L’octroi de concessions continue d’alimenter les conflits fonciers :

* En dépit de l’interdiction d’accorder de nouvelles concessions décrétée par le Premier ministre il y a deux ans et demi, le 29 septembre, le ministre de l’Environnement envisage d’en accorder de nouvelles, en modifiant la durée du bail emphytéotique de 99 à 50 ans ! Les concessions seront accordées aux sociétés qui avaient fait une demande avant l’interdiction. Par contre, huit sociétés ont vu leur contrat retiré pour n’avoir pas rempli les conditions, spécialement dans les provinces de Koh Kong et de Sihanoukville (CD du 29.09.14). Le 17 octobre, le ministre de l’Environnement annule onze concessions qui couvrent un total de 54 704 hectares. (CD du 18.10.14).

* Le 10 septembre, à Samrong (province d’Oddar Méan Chhey), deux chercheurs de l’ONG Equitable Cambodia, dont un citoyen japonais-américain, qui enquêtaient sur les familles expulsées de leur terrain par la société sucrière thaïlandaise Mitr Phal (qui fournit Coca Cola), sont détenus « pour les protéger ». L’ONG a aidé les familles spoliées à porter plainte, avec succès, devant la commission des Droits de l’Homme de Thaïlande en 2013. Ils sont relâchés le lendemain matin après avoir signé une déclaration stipulant qu’ils ne porteraient pas plainte (CD du 11.09.14). Le 8 octobre, la police interrompt une réunion de 20 personnes, organisée dans une maison privée par Equitable Cambodia, comme contraire à la loi. Déjà en mars, les enquêteurs de Coca Cola n’avaient pu rencontrer les victimes de Mitr Phal. Le 11 octobre, la police tente de saisir les appareils photos des enquêteurs, menace le représentant d’Adhoc (CD du 13.10.14).

* Le 13 octobre, environ 300 personnes de dix villages situés autour de Sihanoukville manifestent devant la mairie pour demander une solution aux conflits fonciers qui les opposent, entre autres, à la société chinoise Yijéa qui a reçu une concession de 3 300 hectares dans le parc régional de Réam (CD du 10.10.14).

* Le 20 octobre, plus de 100 villageois de la province de Préah Vihéar tentent de porter une pétition au Premier ministre, mais sont bloqués à coups de bâtons par la milice de Phnom Penh. Un tuk tuk bien connu fonce sur les barricades de la police. Le conducteur est arrêté, battu, et accusé de violence intentionnelle ainsi que de destruction de bien public (CD du 27.10.14)

* Le 27 octobre, une trentaine de villageois, qui représentent 600 familles habitant proche de l’aéroport de Phnom Penh, manifestent pour demander une compensation honorable en échange de la saisie de leur terres pour l’agrandissement de l’aéroport (CD du 28.10.14)

* Le 30 octobre, environ 500 villageois de Mémot, bloquent la Nationale 5 pour demander de retrouver leurs 20 hectares de terres où ils vivaient depuis 1980, accordés en concession à la Mémot Rubber Plantation en 2008 (CD du 31.10.14).

* Le 30 octobre, 273 familles Bunong de Mondolkiri portent une pétition au Premier ministre pour demander l’annulation de la concession à Villa Development qui détruit leur forêt sacrée, située en dehors du périmètre de cette concession (CD du 31.10.14).

* Le 7 octobre, un avocat anglais dépose une plainte devant la Cour Internationale de Justice de la Haye contre les « élites cambodgiennes » responsables de meurtres, de spoliations de terrain, de l’expulsion de plus de 700 000 personnes, de détentions illégales, etc. (CD du 08.10.14).

La déforestation

- Le 9 septembre, 28 pièces de bois de rose en provenance de Préah Vihéar sont saisies à bord de véhicules dont les chauffeurs portent des uniformes de l’armée (CD du 11.09.14).

- Le 20 septembre, les autorités de la province d’Oddar Méan Chhey confisquent 220 pièces de bois précieux (trasek, thnong) stockées près de la maison d’un officier. Le thnong se vend 800 dollars le m2 (CD du 22.09.14).

- Le 4 octobre, les fonctionnaires chargés des forêts, saisissent 450 kg de bois précieux à Siemréap (CD du 06.10.14).

- Le 4 octobre, 89 grumes de bois précieux (thnong), soit 14m3, sont découvertes près d’une base militaire de Chhlong. Le stoeung Tes serait un lieu de transit illégal du bois (CD du 10.10.14).

- Le 12 octobre, Taing Try, journaliste qui enquêtait sur le trafic de bois dans le secteur de Snoul (province de Kratié) est assassiné. 3 suspects du meurtre sont arrêtés (CD du 14.10.14). Le même jour, deux journalistes qui tentaient de photographier des véhicules transportant du bois de luxe dans la province de Préah Vihéar sont menacés par dix hommes armés. La police laisse partir les assaillants (CD du 14.10.14).

- Le 19 octobre, 3 000 grumes de bois précieux (thnong) sont découvertes à Pech Chréada (Mondolkiri) à l’intérieur de la réserve de vie sauvage de Phnom Prich, qui s’étend sur 22 250 hectares dont 1 045 sont disputés entre la société Dai Nam et les villageois. Le 21 octobre, les autorités de Mondolkiri saisissent plus de 82 pièces de bois précieux (thnong) chargées dans deux camions (CD du 23.10.14).

- Le 26 octobre, la police confisque le bois de luxe de six scieries dans la province de Préah Vihéar, à l’exception de celle du colonel Sovann, qui fournit du bois précieux pour la construction d’un hôtel de luxe de la Croix Rouge cambodgienne, dont Mme Bun Rany-Hun Sen est présidente. Selon Adhoc, le colonel Sovann vend illégalement le bois précieux comme Try Phéap dans les provinces de Ratanakiri et Mondolkiri (CD du 29.10.14).

Santé

* Le 14 septembre, le gouvernement chinois fait don de 200 ambulances qui seront distribuées aux hôpitaux de province, spécialement pour faire face à l’augmentation des accidents de circulation (CD du 15.09.14).

* Le 7 octobre est inauguré un nouveau centre de neurologie à l’intérieur de l’Hôpital Calmette. Ce centre de six étages, avec 90 lits, a coûté 10,8 millions de dollars, dont 4,5 financés par le gouvernement (CD du 08.10.14).

* Durant les derniers mois, on assiste à de nombreuses saisies de drogues, spécialement auprès de gangs nigérians opérant avec des complices cambodgiens (par exemple CD du 31.10.14).

Education nationale

* Par un sous-décret signé le 9 septembre, les instituteurs se voient accorder un bonus de 37dollars par mois (soit, à partir d’avril prochain, d’un salaire mensuel de 138 dollars), les professeurs du secondaire de 57dollars, les administrateurs de l’enseignement supérieur de 41 dollars et les professeurs de 90 dollars. Rong Chhun, président du syndicat des enseignants, continue à demander 250 dollars (CD du 11.09.14). Le 5 octobre, lors de la journée Mondiale des Enseignants, environ 300 enseignants manifestent devant leur ministère où ils portent une pétition. « Le pays risque d’être colonisé par des étrangers qui prendront le travail des Cambodgiens, non qualifiés pour le remplir, à cause du pitoyable système de l’Education », dit très justement Rong Chhun (CD du 06.10.14).

Justice

* On signale plusieurs cas d’étrangers arrêtés et expulsés ou emprisonnés pour pédophilie. En autres, le 4 septembre, un professeur australien ; plus tard, Michael Harris, pédophile américain notoire qui se cachait au Cambodge est arrêté par la police cambodgienne. « C’est un avertissement pour dire que le Cambodge n’est pas une place facile pour se cacher », affirme la police. Cependant, l’oligarque russe Polonsky, dont l’extradition est demandée par la Russie pour avoir détourné 180 millions de dollars, y vit en toute liberté (CD du 29.10.14).

* Durant les deux derniers mois, on signale de très nombreuses arrestations de trafiquants de drogue, notamment des Nigérians (CD du 29.10.14).

* Sept Cambodgiens sont arrêtés et rapatriés pour avoir pêché dans les eaux territoriales de Brunei à bord d’un bateau battant pavillon thaïlandais (CD du 5.9.14). Vingt pêcheurs vendus à un armateur indonésien, ainsi que deux femmes mariées à des Chinois, sont rapatriés au Cambodge (CD du 24.10.14).

* Le 31 janvier, six hommes assassinent Suon Chan, journaliste qui enquêtait sur la pêche illégale. Selon un rapport de quatre pages, établi par sept journalistes, si deux assassins ont été arrêtés, les quatre autres sont laissés en liberté par la police qui était de connivence (CD du 23.10.14)

* Durant les derniers mois, on assiste à plusieurs arrestations de fonctionnaires pour avoir détourné les salaires de leurs employés : entre autres, Hy Narin, chef de la police de Méanchey, qui aurait détourné plus de 600 000 dollars en empochant la paye d’employés fantômes, en détournant une partie des salaires de ses subordonnés, en extorquant les commerçants, etc. (CD du 02.10.14). Au moins trois policiers de la police économique sont arrêtés le 1er octobre à Siemréap pour extorsion d’argent à des pêcheurs (CD du 03.10.14).

Patrimoine

*A l’occasion de la journée mondiale de la mémoire, organisée par l’UNESCO, la version du Réam Ker cambodgien récité par le fameux conteur Ta Krut et enregistré il y a plus de 50 ans par Jacques Brunet, a été numérisé et soumis pour être inscrit sur la liste du patrimoine mondial (CD du 24.10.14).

Sport

* Melle Sorn Séavmey, 19 ans, d’une taille de 1,84 m, remporte la première médaille d’or de l’histoire du Cambodge en taekwondo des moins de 73 kg aux Jeux Asiatiques de Corée du Sud. Lors de son retour au pays, elle a droit à un accueil triomphal. Le Premier ministre lui fait cadeau de 20 000 dollars, NagaWorld en promet 3 000, la bière Angkor 6 000, le roi Sihamoni 3 000, la Reine mère 2 000... Hun Sen lui accorde le baccalauréat qu’elle aurait dû passer durant ses examens. Le chef de l’unité spéciale des gardes du corps au ministère de l’Intérieur la recrute pour entraîner ses hommes, comme il l’avait déjà fait en 2013 pour un autre champion de karaté (CD du 30.10.14).

Religion

* On signale plusieurs cas de moines défroqués pour mauvaise conduite, ou pour avoir participé à des manifestations afin de réclamer les droits de personnes spoliées de leurs terres. D’autres sont exclus de leur pagode pour activité anti-gouvernementale (CD du 01.10.14).

Divers

* Le 21 octobre, un Français d’origine cambodgienne de 84 ans à mauvaise vue, au volant de sa Lexus en excès de vitesse, tue une femme à moto, et accroche une autre moto, percute deux autres voitures, pour finir contre le mur d’un garage de nettoyage de voitures. Il blesse six autres personnes (CD du 23.10.14).

* Le 3 octobre, l’Association pour la Documentation Internationale annonce que le prix de la Préservation et de l’Education sera discerné à Rithy Panh pour son œuvre de collection d’archives audiovisuelles (CD du 04.10.14).

Phnom Penh

* Le 1er octobre, la municipalité de Phnom Penh signe un contrat avec une société chinoise pour l’achat de 100 bus afin de mettre en place trois lignes de transport. Chaque bus coûte 70 000 dollars. Elle possède déjà 44 bus, mais en prévoit 350 pour mettre en place 10 lignes l’année prochaine. La municipalité a perdu 25 000 dollars durant le dernier mois (CD du 02.10.14).