EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 12 avril au 6 juin 2014

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 12 avril au 6 juin 2014

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 12 avril au 6 juin 2014

16/06/2014

Politique intérieure

* Le 11 avril, douze hommes et une femme, (dont six Kampuchéa Krom), arrêtés en mars 2013 et membres du Mouvement du Pouvoir du Peuple Khmer (MPPK), sont condamnés à plusieurs années de prison, sans preuves précises, au cours d’un procès que les ONG de défense des droits de l’homme qualifient de « politique ». ...

... Le fondateur du MPPK est un réfugié cambodgien au Danemark depuis 2010 nommé Sourn Sam Sérey Ratha. C’est un groupe minuscule parfaitement inoffensif (Cambodia Daily du 12.04.14). Un autre membre sera arrêté le 13 mai, en possession d’un faux passeport et de documents relatifs au mouvement (CD du 15.05.14).

* Le 18 mai ont lieu les élections des maires par les conseillers des 11 459 communes, élus en juin 2012. Le PPC avait alors obtenu 72,3 % des voix, le PSR et PDH (unis ensuite dans le PSNC) 25,8 %. Il n’y avait donc rien à attendre de ces élections. Le PSNC décide toutefois d’organiser une campagne électorale. Le Comité Electoral National (CEN) interdit la campagne. La municipalité de Phnom Penh refuse au PSNC l’utilisation du Parc de la Liberté de Phnom Penh, pourtant prévu à l’expression des libertés. Le parc est entouré de chevaux de frises et gardé par de nombreux policiers armés. Le 16 mai, l’Opposition organise toutefois une marche de 15 000 personnes à travers Phnom Penh selon un itinéraire autorisé par la municipalité, sous haute surveillance de la police militaire, mais sans violence. On a pu cependant entendre des ordres concernant des manifestants qui avaient déplacé des chevaux de frises : « Battez-les ! Battez-les à mort ! » (CD du 17.05.14). Les résultats, comme prévus, donnent une large victoire du PPC (76,4 %). Le PSNC gagne cependant 2 présidences de district (Prey Veng et Tbong Khmum) (CD du 19.05.14).

* Les 576 conseillers d’arrondissement et de province de l’ex-PSR n’ont pas touché leur salaires depuis le mois de mars parce qu’ils ont rejoint le PSNC. Selon la loi, ils ne peuvent en effet appartenir à deux partis à la fois (CD du 06.05.14)

* Trois lois sur la réforme judiciaire sont votées les 22-23 mai par l’Assemblée, boycottée par les 55 députés de l’Opposition. Les associations de la société civile se plaignent de n’avoir pas été consultées. « Personne n’est plus compétent que l’Assemblée nationale », leur est-il répondu. Le 27 mai, Surya Subédi, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, exprime sa préoccupation du fait que ces trois lois aient été votées sans consultation d’experts.

* Selon Sam Rainsy 80 % des problèmes entre le PPC et le PSNC ont été résolu, Kem Sokha dément être à l’origine de l’impossibilité d’un accord entre les deux partis par son intransigeance. « Les ruses de Hun Sen ne convainquent plus personne », dit-il. Il maintient la volonté du PSNC d’organiser de nouvelles élections au début de l’année 2016, et non en février 2018 comme le propose Hun Sen (CD du 18.04.14). Ces manifestations qui commencent le 1er mai sont l’occasion de violences de la part des milices de Hun Sen. « Les Etats-Unis et l’Europe demandent à l’unisson que soit ouvert le parc de la liberté qui est pour le peuple » (CD du 03.05.14). Le 4 mai, des soldats et policiers armés de fusils d’assaut empêchent la tenue d’un meeting électoral à Kompomg Cham. Le 22 mai, le PPC et le PNSC reprennent les négociations (CD du 22.05.14).

Politique extérieure

* Si Kem Sokha reconnaît volontiers que les Etats-Unis l’ont financé par le passé pendant plus de cinq ans, Sam Rainsy nie toute aide extérieure. Dans une interview à une télévision chinoise, il soutient les revendications maritimes de la Chine contre le Vietnam (CD du 23.04.14).

* Le 24 avril, le Premier ministre Hun Sen se rend en Azerbaïdjan et en Biélorussie et y signe dix accords commerciaux. Le commerce entre les deux pays a progressé de 200 % en 2013 par rapport à l’année précédente, pour atteindre 6,3 millions de dollars. La Biélorussie exporte des engrais potassiques et des tracteurs (la moitié du parc cambodgien). Un vol direct reliera chaque semaine la Biélorussie et le Cambodge. L’Azerbaïdjan propose des bourses de formation d’ingénieurs cambodgiens dans le domaine pétrolier (CD du 25.04.14).

* Depuis le 13 mai, environ 1 600 de ressortissants chinois fuient les violences antichinoises au Vietnam qui ont fait au moins 21 morts, pour se réfugier au Cambodge (CD du 19.05.14).

Economie

* Le casino Naga Corp de Phnom Penh affiche un accroissement de ses revenus de 16 % durant les quatre premiers mois de l’année, soit un 76,8 millions de dollars (CD du 25.04.14).

* Le 6 mai, un agriculteur de Takéo reçoit un prix, parmi 734 concurrents, pour son rendement en riz selon la méthode de culture intensive SRI, qui lui a permis de récolter 7,3 tonnes à l’hectare, en utilisant uniquement avec de l’engrais naturel. Selon le CEDAC (Centre d’Etude et de développement de l’Agriculture au Cambodge) environ 100 000 agriculteurs pratiqueraient cette nouvelle méthode (CD du 07.05.14).

* Les revenus des taxes sur le revenu ont augmenté de 9,5 % par rapport à l’année dernière durant les trois premiers mois de l’année, pour s’élever à 353,46 millions de dollars. En 2013, le gouvernement avait prélevé 881,4 millions soit une augmentation de 16,1 % par rapport à 2012 (CD du 12.05.14).

* A cause du ralentissement économique chinois, le prix du caoutchouc a chuté de 31 % depuis le début de l’année. La tonne de caoutchouc sec est payée 1 500 dollars. Entre 30 et 40 des 60 usines de transformation du latex ont cessé le travail. Le prix du latex à la production a chuté de moitié, et passe de 2 à 1 dollar. La Thaïlande qui est le 3ème producteur mondial annonce la vente de 200 000 tn à prix cassé. Le Cambodge qui ne représente que 5 % du marché mondial n’a aucun moyen de réaction (CD du 16.05.14).

* La valeur des exportations de manioc a chuté de 25 % par rapport à la même période de l’an dernier : la production a baissé à cause des inondations dans la région de Bantéay Méan Chey (204 000 tn au lieu de 273 000 tn), et les prix ont baissé (657 riels le kilo au lieu de 767). Le Cambodge est à la merci des intermédiaires thaïlandais, bien que le Vietnam soit un marché plus important (CD du 27.05.14).

* Durant le premier trimestre, 50 projets de construction cumulent 851 millions de dollars, soit un accroissement de 413 % par rapport à la même période de l’an dernier. L’importation de matériel de construction a donc connu, lui aussi, une augmentation de 238 % (619 millions). Les investisseurs construisent des appartements pour loger les étrangers qui viendront travailler au Cambodge après la liberté de circulation au sein de l’ASEAN en 2015 (CD du 21.05.14). Les investissements chinois dans la construction augmentent régulièrement : 1,7 milliard en 2011 ; 2,2 en 2012 ; 2,7 en 2003 ; déjà 1,4 milliard cette année (CD du 03.06.14).

Dons et investissements

* Le 23 avril, la BAD (Banque Asiatique de Développement) s’engage à accorder un prêt de 75 millions de dollars pour réparer les dommages causés par les inondations de 2013. L’Australie accorde un don de 6,7 millions (CD du 24.04.14).

* Le 28 avril, la JICA (Agence Japonaise de Coopération Internationale) annonce un projet d’autoroute qui relira Phnom Penh et Hô Chi Minh-Ville en 2030. Le coût de la construction s’élèvera à 2,2 milliards (CD du 29.04.14).

* Le 28 avril, l’AFD (Agence Française de Développement) accorde un prêt de 15 millions de dollars à la Banque du Commerce extérieur (FTB) pour aider les fournisseurs d’eau et d’électricité, tant privés que publics. L’Union Européenne accorde également un don de 4,2 millions. Ainsi 35 000 maisons auront accès à l’électricité, et 50 000 à l’eau potable (CD du 29.04.14).

* Le 19 mai, lors de la visite du Premier ministre en Chine, le Ppremier ministre chinois promet un don de 112 millions de dollars et un prêt de 33 millions pour la création des structures nécessaires aux jeux du Sud Est asiatique de 2023 (CD du 20.05.14).

* Le 2 juin, le gouvernement de Corée du Sud accorde un don de 21 millions de dollars d’aide au développement, dont 5,5 millions pour approfondir le cours du Mékong de Kratié à Phnom Penh. L’Iran propose des bourses d’études pour l’extraction du pétrole (CD du 03.06.14).

Société

* Selon les statistiques de l’OMS, l’espérance de vie des Cambodgiens est désormais de 72 ans. Elle était de 54 ans en 1999. Le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans est passé de 11,6 % en 1999 à 4 %. La mortalité maternelle est passée de 1,2 % en 1999 à 0,17 % (CD du 16.05.14).

Travailleurs migrants

* Un nouveau département est créé au ministère de l’Intérieur pour prendre en charge les travailleurs cambodgiens qui partent à l’étranger. Le général Sok Phâl, nommé à sa direction, est le frère de la propriétaire de la principale agence de recrutement de travailleurs, Ung Rithy Group. Elle est également présidente de l’association des agences de recrutement. Selon les ONG, elle serait responsable de nombreux abus à l’égard des candidats au départ. « La pire des pires » affirme même le responsable de Human Rights Watch (HRW) qui assimile le départ des travailleurs migrants à du trafic d’êtres humains dans lequel sont compromis de nombreuses personnalités gouvernementales (CD du 24.04.14).

* Chaque soir, une centaine de jeunes gens et jeunes filles en uniforme bleu marine, les yeux rouges et le visage inquiet, prennent l’avion pour aller travailler en Corée du Sud. Au lieu d’accuser les Vietnamiens de venir prendre le travail des Cambodgiens, l’opposition devrait plutôt réfléchir aux raisons qui poussent plus de 600 000 travailleurs à partir travailler ainsi à l’étranger.

* En février, l’Australie a demandé au Cambodge d’accueillir un certain nombre de réfugiés sur les 1 162 que ce pays refuse de recevoir sur son sol et qui sont détenus dans l’île de Nauru. L’UNHCR (Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés) s’oppose à ce transfert, car le Cambodge ne paraît pas être une destination définitive, vues les nombreuses entorses aux droits de l’homme dans le pays. L’expulsion de 20 réfugiés ouighours vers la Chine, en décembre 2009, ainsi que celles de Montagnards vers le Vietnam, au mépris de la convention de l’ONU de 1951, reste en mémoire. Le Cambodge accepterait de recevoir 100 réfugiés contre 40 millions de dollars, sur une base volontaire. Les réfugiés sont une marchandise comme une autre (CD du 20.05.14). Le 3 juin, plusieurs groupes d’ONG s’insurgent contre cet accueil (CD du 04.06.14).

* En octobre 2011, le Premier ministre ordonne un moratoire de l’exportation de femmes et jeunes filles vers la Malaisie à cause des mauvais traitements qu’elles y subissent. Un mémorandum est en négociation avec la Malaisie pour garantir l’observation des droits fondamentaux des travailleuses khmères en ce pays. Selon Othnman Hassan, secrétaire d’Etat au ministère du travail, le but visé est l’envoi de 300 000 femmes en Malaisie, ce qui rapporterait 1,5 milliard de dollars au Cambodge L’Arabie Saoudite est en passe de recevoir du personnel de maison khmer (CD du 16.05.14).

* Le 2 juin deux Cambodgiennes sont rapatriées de Malaisie suite à de mauvais traitements. Quatorze jeunes femmes parties en Malaisie ont disparu depuis deux ans (CD du 3.06.14).

Mouvements sociaux

En dépit de la répression gouvernementale sur les syndicalistes, de la pression de l’Association patronale (GMAC), les manifestations ouvrières continuent pour demander que le salaire minimum passe à 160 dollars par mois et la libération des 21 ouvriers détenus après les événements du début janvier. D’autres manifestent pour des raisons plus discutables. Selon le ministre du Travail, il y aurait 960 usines textiles qui donneraient du travail à 628 166 personnes. Depuis les élections de juillet 2013, le Cambodge dans son ensemble connaît un état général de contestation.

* Le mot d’ordre grève « Restez à la maison après les vacances du Nouvel An » (13-17 avril) a été peu suivi. Plusieurs usines (80 % selon les syndicats) ont donné congé jusqu’au 21 avril en geste de conciliation. D’autres ont demandé à leurs ouvriers de travailler deux ou trois dimanches en compensation de ces jours de congés supplémentaires.

* Le 3 avril, 80 chauffeurs de la société de transport Sorya font grève pour demander une augmentation de salaire de 60 dollars. Neuf chauffeurs sont licenciés pour avoir rejoint un syndicat. Les 17-18 avril, 40 chauffeurs se mettent en grève pour protester contre ces licenciements abusifs. Le 28 avril, une contre-manifestation est organisée par la direction.

* Le 19 avril, plus de 2 000 ouvriers (-ères) de trois usines de Bavet protestent contre leurs employeurs qui refusent de leur payer le jour congé du 18 avril pris sans autorisation. Plusieurs milliers d’autres manifestent pour obtenir les 50 dollars de récompense qu’une usine a promis de verser à ses ouvriers non grévistes durant les derniers mois. Les autres patrons n’ont rien promis et refusent de verser ce bonus. D’autres manifestants demandent la réembauche de 45 responsables syndicaux licenciés abusivement. Le 26 avril, la grève s’étend aux 20 000 ouvriers de Bavet et des autres régions pour réclamer les 50 dollars de bonus. Des pierres sont jetées sur les fenêtres de certaines usines. Devant cette escalade incontrôlable le gouvernement ordonne la fermeture de 37 usines de la région pendant deux jours, jusqu’au 1er mai (CD du 2.05.14).

* A Phnom Penh, le 1er mai donne lieu à des violences de la part des milices de Hun Sen qui blessent un moine, un député et un journaliste. La vice-présidente du Haut Commissariat des droits de l’homme de l’ONU, en visite à Phnom Penh, se déclare « très profondément attristée » de la violence exercée contre des passants et des journalistes (CD du 03.05.14)

* Le 8 mai, plus de 200 employés des brasseries Cambrews de Sihanoukville protestent pour demander une augmentation de 30 dollars de leur salaire qui serait porté ainsi à 120 dollars pour les uns et à 160 pour d’autres. La direction accepte les revendications (CD du 12.06.14).

* Le 12 mai, les 300 employés de la société de distribution d’essence Caltex, filiale de l’américaine Chevron, se mettent en grève pour demander que leur salaire soit porté à 160 dollars ainsi que l’octroi d’un treizième mois. En avril dernier la société avait fait passer les salaires de 90 à 110 dollars par mois. Comme ils font grève sur place, la mairie n’intervient pas. La grève se poursuit jusqu’au 22 mai. Les grévistes obtiennent 20 dollars d’augmentation : ils ont donc des salaires qui s’échelonnent entre 130 et 150 dollars (CD du 22.05.14).

* Il semble désormais que le gouvernement utilise une nouvelle tactique pour effrayer les syndicalistes : on les accuse d’incitation à la violence. Un exemple parmi beaucoup d’autres : Ath Thorn secrétaire du syndicat CCAWDU (Coalition de l’union démocratique des travailleurs cambodgiens de la confection), le plus nombreux des syndicats non-gouvernementaux, est accusé d’incitation à la violence et est condamné à payer 25 000 dollars de caution pour rester en liberté. On lui intime l’ordre de ne plus participer à des rassemblements publics (CD du 16.04.14).

* Le 6 mai, six travailleurs du FTU sont arrêtés à l’usine Wing Star Shoes de Kompong Speu, en grève depuis le 26 avril, et bloquent la nationale 3. Les grévistes demandent 5 dollars par mois pour leurs frais de santé, 0,50 dollars de subvention pour le repas de midi, et le paiement des jours de grève. La direction se déclare prête à accorder ces avantages, quand les ouvriers auront repris le travail, mais ces derniers ne la croient pas. Le 9 mai, trois autres représentants syndicaux sont arrêtés pour incitation à la violence dans une autre usine de Kandal. On sent un net durcissement du patronat contre les syndicats (CD du 12.05.14). Dix-sept syndicalistes sont arrêtés durant le mois de mai, toujours pour « incitation à la violence ».

* Le 24 mai, environ 1 000 ouvriers de l’usine Ocean Garment qui demandent que leur soit versé 50 % de leur salaire par la direction qui a suspendu la production du 26 mai au 26 juin par manque de commandes. La direction propose 15 dollars pour le mois. Les 3 et 6 juin ils tentent de porter une pétition au ministère du Travail, mais sont stoppés par la police (CD du 29.05.14).

* Le 27 juin, environ 800 ouvriers d’une usine taïwanaise de matériel électronique de Svay Rieng se mettent en grève pour demander la réembauche de cinq représentants syndicaux licenciés (CD du 29.05.14).

* Le 2 juin, le ministère du Travail reconnaît que l’ambassade de Corée du Sud lui a demandé de l’aider à mettre fin à une grève « illégale » de 2 000 ouvriers dans l’usine Cambo Hangsome qui durait depuis le 22 mai (CD du 02.06.14).

* Le 3 juin, les ouvriers dune usine de Kompong Chhnang se mettent en grève pour demander que soit payée la journée de 36 collègues qui se sont évanouis pendant le travail, le 30 mai (CD du 04.06.14).

Lueurs d’espoir vers un règlement de la crise ouvrière

* Les 24-25 avril, un séminaire tripartite devait rassembler les représentants des ouvriers, du ministère du Travail et du GMAC (patronat) pour étudier un processus de résolution de la crise du monde ouvrier, notamment l’augmentation des salaires. Un seul représentant du GMAC était présent.

* Le 26 mai, une réunion de travail semblable à celle tenue en février, rassemble pendant une heure et demie des représentants ministères du Travail et du Commerce, des délégués de 30 firmes internationales (entre autres Gap, H&M, Puma, Levi’s), des syndicats internationaux (IndustriALL Global Union). Les délégués des firmes et syndicats internationaux reprochent au gouvernement sa lenteur dans la résolution du salaire minimum. Déjà plusieurs firmes ont annulé ou diminué leurs commandes, l’une d’entre elles a même diminué ses commandes jusqu’à 50 %. Les arrestations et la répression sanglante des ouvriers détournent également les acheteurs. Le Cambodge risque donc sérieusement de perdre son statu de source stratégique du marché. Les firmes sont d’accord de répercuter les augmentations de salaire dans leur prix de vente. Au Bengladesh, les salaires ont été doublés, et les divers articles ont été payés 0,20 centimes plus chers. Mais le représentant du patronat estime les offres insuffisantes. Le représentant d’IndustriALL Global Union demande au patronat de ne pas soutenir les tribunaux qui jugent les grévistes afin d’établir un climat de confiance (CD du 28.05.14).

* Le 28 mai, le gouvernement entreprend des consultations avec les patrons d’usines et les syndicats concernant un projet de Loi sur les syndicats, laissé dans les tiroirs depuis 2011. Cette loi devrait être votée à la fin de l’année. Elle accentue les restrictions concernant la reconnaissance des syndicats, augmente le pouvoir des tribunaux, et ignore les conventions internationales du Travail signées par le Cambodge. « C’est un retour en arrière », estime le délégué de l’OIT (CD du 29.05.14).

* Le 30 mai, un peu avant 9h du matin, les 25 manifestants incarcérés sont libérés : 2 mineurs arrêtés le 12 novembre 2013 (dont un handicapé mental), 10 manifestants arrêtés le 2 janvier, les autres le 3 janvier. Ils sont libérés sous conditions, et doivent s’acquitter chacun d’une caution d’environ environ 2 000 dollars. Environ 600 ouvriers les attendaient à leur sortie de prison avec des colliers de jasmin. « La pression internationale, les marchés et les syndicats internationaux, ont poussé le tribunal à améliorer la réputation du Cambodge », affirme un responsable syndical. Un groupe d’ONG signent une déclaration qui salue la libération des ouvriers, mais se déclarent déconcertés par les cautions exorbitantes. En revanche, aucune enquête n’est conduite pour trouver les responsables des six morts et plus de quarante blessés durant les manifestations. A leur sortie de prison, les ex-détenus se montrent plus déterminés que jamais pour réclamer la justice sociale et la fin des violations des droits de l’homme (CD du 02.06.14).

* Le procès a commencé le 25 avril dans trois salles différentes, et a été ajourné ensuite plusieurs fois. La police traite les détenus d’« anarchistes ». Plusieurs accusés affirment n’être que des passants arrêtés par erreur. Chaque jour, des centaines d’ouvriers se sont rassemblés devant le tribunal, face aux canons à eau. Ils chantent, crient des slogans, prient. Le représentant d’ADHOC constate que l’accusation ne dispose d’aucune preuve pour inculper les 25 détenus. Il est interdit aux accusés de dire que les soldats les ont battus ou ont frappé le peuple.

* Le 3 mai 18, des 23 ex-détenus se rendent à leur prison pour s’acquitter d’un vœu auprès de l’esprit de la Yiey Mao qui les a aidés à sortir de prison (CD du 4.06.14).

Concessions et problèmes fonciers

* Un rapport de l’association britannique Global Witness, intitulé « Témoins mortels » (Deadly Witness), fait état de 908 assassinats de défenseurs de l’environnement et des droits du sol, depuis 2002, dans 35 pays. Le Brésil est en tête du classement, avec 448 morts, le Cambodge au 9ème rang avec 13 morts (CD du 16.04.14).

* Selon un rapport de l’association ADHOC, le nombre de conflits fonciers a presque doublé en 2013, en dépit de la pause due aux élections. L’association note avec satisfaction que 330 000 hectares donnés en concession ont été repris pour manque de leur mise en valeur, mais en revanche 629 000 hectares ont été accordés depuis, contre 101 000 en 2012. Sur 485 concessions accordées, 429 l’ont été avant les élections (dont un tiers durant le mois avant les élections). 93 000 hectares accordés sont situés dans des zones officiellement protégées. ADHOC recense 135 nouveaux conflits (70 nouveaux en 2012) qui impliquent 6 488 familles, et 52 nouveaux conflits durant les trois premiers mois de 2014 (36 en 2013). « Les intérêts des puissants prévalent toujours sur les droits du peuple », conclut le rapport. La Licadho fait le même constat. Le gouvernement accuse les associations de gonfler les chiffres, et de ne pas parler des 3,4 millions de titres de propriété accordés par le gouvernement, dont 500 000 depuis 2012. Plus d’un million d’hectares ont été donnés à des familles, dont 340 000 hectares repris à des concessions. Comme tout se fait dans la plus grande opacité, sans le concours des ONG, ces dernières contestent les chiffres avancés (CD du 9 et 12.05.14).

* Pendant les fêtes du Nouvel An, les membres de minorité Chong de Koh Kong, dressent 15 tentes et continuent à bloquer la route d’accès au futur barrage hydro-électrique de 108 MGW prévu dans la Vallée d’Areng, qui inondera 20 000 hectares de la forêt protégée des Cardamomes. Le 16 mai ils empêchent les ingénieurs chinois de gagner leur chantier (CD du 17.05.14).

* Le 31 avril, plus de 400 villageois bloquent la route nationale 5 à la hauteur de Ponhéa Lu, pendant deux heures. Ils protestent contre la société Phanimex, très proche du pouvoir, (la société désormais propriétaire de Borey Keila) d’avoir accaparé 65 hectares de terres sur lesquels vivent 185 familles (CD du 01.05.14).

* Depuis le 5 mai, 37 puis plus de 200 représentants de 405 familles de Snuol (Kratié) se rendent à Phnom Penh et campent dans la pagode Samaki Rangsey de Stoeung Méan Chhey. En 2008, ces 405 familles se sont installées et ont défriché environ 2 025 hectares pour y cultiver du riz. Le 2 mai, une cinquantaine de policiers-militaires ont rasé et incendié leurs cabanes. 4 000 hectares, dont leurs terres, ont été donnés en concession à une société vietnamienne appelée Binh Phuoc 2 pour y planter du caoutchouc. Ils portent des pétitions aux diverses ambassades. Finalement, le 29 mai, on leur propose 750 hectares de concession sociale pour s’installer. Des « opportunistes » tentent de profiter de la situation, mais ces derniers seront relogés ailleurs (CD du 04.06.14).

* Les expulsés de Borey Keila et de Boeung Kâk continuent leurs protestations sans relâche.

* En avril 2013, le gouvernement a cédé à un homme d’affaires russe véreux, Dorsohenko, une concession de 3,536 hectares de la plage Victory Beach de Sihanoukville, par bail emphytéotique de 99 ans. Il l’a revendu à Polonsky, autre homme d’affaires russe véreux recherché par la justice russe pour avoir détourné 180 millions de dollars dans son pays. Mais le gouvernement cambodgien refuse de l’extrader. Condamné par les tribunaux cambodgiens pour avoir jeté par dessus bord six marins khmers, il a dû payer un million de dollars de caution pour sortir de prison. Il envisage d’investir un milliard de dollars au Cambodge (CD du 15.05.14).

* Le 21 mai, à O Chum (Ratanakiri), plus de 400 personnes se heurtent à plus de 100 membres de la police militaire qui tentent de raser leurs maisons au bulldozer, car leurs terres ont été données en concession à Tai Seng Cie qui les a revendues à une autre société en 2010. Deux cents maisons ont déjà été rasées. Le lendemain, les manifestants bloquent la route nationale et se heurtent à 300 militaires. Finalement, 102 familles sont autorisées à demeurer sur leurs terres, une solution sera cherchée pour les autres (CD du 23.05.14). Sam Rainsy se voit interdire l’accès à Ratanakiri (CD du 28.05.14).

* Le 29 mai, en dépit de l’interdiction de la mairie de Phnom Penh, plus de 200 personnes venues du siège de l’Autorité Anti-corruption à l’Assemblée nationale pour demander que soit mis fin à la corruption et à la déforestation (CD du 30.05.14).

Déforestation

Entre 2000 et 2013, le Cambodge a triplé ses exportations de bois d’ébène (rosewood, en anglais) vers la Chine, qui ont passé de 6 800 m3 à 20 700 par an. Le Vietnam est le passage obligé de cette exportation clandestine. La loi sur les forêts de 2002 interdit strictement l’abattage, le transport et la vente de ce bois de luxe. Ce bois a pratiquement disparu du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Depuis février 2013, l’homme d’affaires Try Phéap a payé 3,4 millions de dollars pour vendre les 5 000 m3 de bois précieux confisqué. Il a de plus reçu l’exclusivité du commerce de ce bois. Selon les ONG, cet accord a multiplié la déforestation (CD du 13.05.14). C’est dans ce contexte qu’il faut lire les divers petits événements suivants :

* Le 12 avril, un reporter d’un petit journal cambodgien est arrêté puis battu pour avoir photographié un véhicule suspecté de transporter du bois précieux. Un autre, d’une chaîne de télévision nationale, est accusé de vouloir extorquer de l’argent pour avoir photographié un camion transportant du bois précieux (CD du 21.04.14). Le 26 avril, un autre journaliste et 16 membres d’ONG de défense des droits de l’homme se voient interdit l’accès à Kéo Seima où ils doivent enquêter sur la déforestation (CD du 28.04.14).

* Le 20 avril, 92 pièces de bois précieux, soit 9,5m3 sont découvertes à Stoeung Treng. Le 11 avril, 117 pièces de bois avaient déjà été découvertes dans la province (CD du 22.04.14).

* Le 22 avril, des membres de la minorité Kreung de Ratanakiri portent plainte auprès de ADHOC contre un homme d’affaires local qui a déforesté 40 hectares de leurs terres ancestrales (CD du 24.04.14).

* Le 28 avril, plus de 200 membres de 25 communautés ethniques de Mondolkiri portent plainte contre la déforestation de leurs terres et la dégradation de l’environnement (CD du 29.04.14).

* Le 6 mai, un raid de la police saisit 5 m3 de bois précieux dans la maison d’un Vietnamien qui a le temps de s’enfuir (CD du 08.06.14).

* Le 11 mai, les autorités policières confisquent 121 m3 du bois de luxe (thnong) provenant du Parc National de Virachey. Les véhicules ont des papiers en règle pour seulement 53m3. Selon ADHOC, ce bois avait déjà été saisi une fois chez de petits braconniers et revendus à une société privée (CD du 14.05.14). Un député PPC de Stoeung Treng fait une déclaration fracassante à l’Assemblée sur la déforestation de sa province et accuse le conglomérat Royal Group de Kith Meng, proche de Hun Sen, et l’entreprise chinoise chargée de la construction du barrage Sé Sann II de couper du bois précieux en dehors de la concession de 36 000 hectares qui lui a été attribuée en vue de la construction du barrage. Des photos satellite montrent que le bois de la concession n’a pas été coupé, mais chaque jour des dizaines de camions transportent du bois de la zone protégée du Parc de Virachey : « Les puissants échappent à la loi, et coupent le bois dans le parc protégé de Virachey, puis le transportent dans le secteur de Sésan 2. Le situation échappe à tout contrôle », dit-il. (CD du 06.06.14).

Santé

* 185 accidents routiers se sont produits durant les fêtes du Nouvel An, faisant 48 morts et 406 blessés, soit une augmentation du nombre des accidents de 30 %, mais une diminution de celui des morts de 28 %.

* 490 femmes sont testées pour chercher le papillomavirus qui occasionne des cancers du col de l'utérus. Chaque année, 795 femmes en meurent sur 1 512 cas diagnostiqués positifs. On leur prescrit le Gardasil, vaccin dont l'usage est controversé en France, certains spécialistes mettant en cause les effets secondaires associés et la politique menée à son sujet (CD du 23.04.14).

* Le 8 mai, lors d’un gala de charité, la Croix-Rouge cambodgienne, présidée par Mme Bun Rany, a récolté 14 360 997 dollars auprès des personnalités du Royaume (CD du 9.06.14).

* On signale plusieurs accidents routiers meurtriers, causés par des fils de policiers ou de haut-fonctionnaires qui prennent la fuite sans être inquiétés : le 12 avril, le fils de l’ancien chef de la police de Kandal tue une personne et en blesse deux autres qui ont dû être amputés des jambes ; le 22 avril, un ressortissant chinois ivre, au volant d’une Lexus portant une immatriculation militaire, blesse grièvement un éboueur ; le 13 mai, un officier de la garde de Hun Sen au volant de sa Land Cruiser fauche deux sœurs qu’il blesse grièvement ; le 22 mai, le directeur de l’Economie et des Finances de Kompong Cham au volant de sa High Lander, tue deux personnes et en blesse deux autres ; le 23 mai, deux hommes sont tués, un autre blessé sérieusement à Phnom Penh, par une Range Rover ; une ambulance conduite par un lieutenant renverse une moto, tue un passager et en blesse grièvement un autre, le chauffeur s’enfuit ; le 30 mai, une voiture militaire tue deux personnes et en blesse une autre, le chauffeur change la plaque d’immatriculation avant de s’enfuir, mais un journaliste local a eu le temps de la prendre en photo...

* Durant les derniers mois, on signale plusieurs cas de médecins traditionnels (krou, à la fois sorcier et médecin) lynchés par la foule en colère qui les accuse d’avoir lancé des sorts. La police est incapable de réprimer ces mouvements populaires : en janvier, deux médecins traditionnels sont lynchés à Kompomg Speu ; un autre est sérieusement blessé à Prey Krabas (Ta Kéo) ; le 29 avril, à Krang Lev (Takéo), 600 villageois lynchent un homme de 36 ans, accusé d’avoir causé la mort de six personnes âgées ; un autre est tué le 22 mai à Kompomg Chhnang.

Armée

* Depuis le 21 avril, les Forces armées royales cambodgiennes participent à 10 jours d’exercices avec des instructeurs américains, pour les préparer à d’éventuelles actions humanitaires dans le monde. Hun Manet, fils aîné de Hun Sen, préside à l’ouverture des exercices. Dans un rapport en date du 20 mai, Human Rights Watch révèle que ces exercices ne sont pas qu’une formation à l’humanitaire, mais bien au combat. Des photos montrent des soldats en armes. Ces exercices sont donc menés en violation avec les directives du Congrès américain qui a décidé en janvier dernier de geler les aides militaires au Cambodge (CD du 21.05.14).

* 400 civils et militaires vont partir étudier en Chine (CD du 12.06.14).

Divers

* Le 11 avril, le Japon et le Cambodge signent un accord en vue de diminuer les gaz à effet de serre par le développement de technologie japonaise : financement de digesteurs de bouses de vache, micro-barrages, économies d’énergie, installation de panneaux solaires, etc. (CD du 12.04.14). Avenir Cambodge est donc dans le vent, et a précédé, comme souvent, cette décision.

* Plusieurs hackers qui se désignent comme « Anonymes du Cambodge » se sont infiltrés dans une trentaine de sites gouvernementaux et y ont volé des données. Plusieurs sont arrêtés avec l’aide du FBI.

* Le Cambodge est devenu une plaque tournante du trafic d’ivoire en provenance d’Afrique et en destination du Vietnam et de la Chine. Le 9 mai, plus de 3 tonnes sont saisies dans un conteneur contenant des haricots. L’ivoire y est utilisé dans la composition de médicaments et se vend 2 000 dollars le kilo. Déjà en février 75 kg avaient été saisis à Siemréap ; en mars, la police militaire en avait saisi 250kg à la frontière vietnamienne. 30 000 éléphants auraient été tués l’an dernier (CD du 10.06.14).

Patrimoine et distinctions

* Le 3 juin, trois statues pré-angkoriennes sont accueillies solennellement par le Conseil des ministres : celles de Balarama, Duryodhama et Bhima volées au Prasat Chen (Koh Ker), pendant la guerre et qui se sont retrouvées dans des musées américains. Elles seront placées dans le musée de Phnom Penh (CD du 04.06.14).

* Chinary Ung, américain d’origine cambodgienne, né à Takéo, reçoit le 3ème prix annuel de la fondation Rockfeller d’un montant de 50 000 dollars par le Conseil Culturel Asiatique basé à New York. Il avait déjà reçu le prix Grawemeyer en 1989, considéré comme le Nobel de la musique (CD du 16.04.14).

Phnom Penh

* Plusieurs administrations publiques sont délocalisées de l’intérieur de Phnom Penh à l’extérieur de la capitale, permettant à des promoteurs proches du pouvoir de réaliser de substantiels profits, dans la plus grande opacité : le Secrétariat de l’Aviation civile (CD du 23.04.14) ; le ministère des Affaires féminines, transféré à Stoeung Méan Chey par Try Phéap Group ; le ministère de l’Environnement à Méanchey ; le département des Affaires publiques est transféré du stade Olympique à Chruy Changvar par Khun Sar Dev. (CD du 21.05.14) ; le 23 mai, après des mois d’incertitudes, de dénégations, l’hôpital de Chamcar Mon est vendu pour 12,1 millions de dollars (CD du 24.05.14) ; le centre national de Paratologie est déplacé à Phnom Penh Thmey par la société appartenant à Ngor Savuth (CD du 29.05.14).

* Somaly Mam, fondatrice de l’AFESIP, qui a connu son heure de gloire en 2009-2010 dans sa lutte contre l’exploitation sexuelle des femmes, est convaincue de mensonge pour avoir inventé des histoires de toutes pièces. Cette révélation jette le discrédit sur les 58 ONG qui poursuivent le même but (CD du 30.05.14).