EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er octobre au 21 novembre 2013

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er octobre au 21 novembre 2013

POUR APPROFONDIR - Le point sur l’actualité politique et sociale du 1er octobre au 21 novembre 2013

22/11/2013

Elections législatives - suite

Le bras de fer entre le Parti du Peuple Cambodgien (PPC), qui a officiellement gagné les élections du 28 juillet dernier, et le Parti de Salut National Cambodgien (PSNC), qui s’estime vainqueur, continue. Après avoir boycotté l’ouverture de la 5ème législature (23 septembre), ...

... les 55 députés de l’opposition organisent des manifestations populaires pour tenter de délégitimer le nouveau gouvernement sur le plan intérieur, et Sam Rainsy tente de le délégitimer à l’extérieur.

* Le PSCN lance une campagne de signatures d’une pétition pour réclamer la création d’un comité neutre afin de vérifier les résultats électoraux. Les autorités tentent en vain de bloquer la récolte des signatures.

* Après la manifestation des 15-17 septembre, les 23-25 octobre, entre 20 000 et 50 000 personnes, selon les estimations, se rassemblent à nouveau au Parc de la Liberté de Phnom Penh, à l’occasion du 22ème anniversaire de la signature des Accords de Paris de 1991. Des délégations de plus d’un millier de personnes apportent des pétitions portant plus de deux millions d’empreintes digitales aux ambassades de huit pays signataires de ces accords (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Australie, Japon, Russie, Chine, Indonésie) ainsi qu’au bureau de l’ONU. Après avoir opposé leur refus, les autorités gouvernementales et municipales autorisent ces déplacements. Tout se passe sans incident.

* Sam Rainsy fait une tournée à l’étranger pour demander aux pays donateurs de suspendre leur aide au gouvernement qualifié d’« illégitime ». Il se rend cependant compte que la communauté internationale a d’autres soucis plus urgents que le Cambodge. Tant les Etats-Unis que l’UE demande aux deux partis de négocier une solution à l’impasse politique.

* Si l’opposition estime que les pays signataires ont le devoir de faire appliquer les accords de Paris, le Japon pense que c’est aux Cambodgiens de le faire. Le 4 octobre, le Premier ministre français félicite Hun Sen de sa victoire, ce que l’opposition cambodgienne estime être une faute. Le 6 octobre, le Premier ministre australien fait de même. La plupart des pays reconnaissent les Etats et non les gouvernements. Le Phnom Penh Post, à son tour, présente ses félicitations. Le 30 octobre, le nouvel ambassadeur allemand affirme que sa seule présence est un soutien au gouvernement actuel, sans se prononcer toutefois sur sa légitimité. Lors du 23ème sommet de l’ASEAN tenu à Brunei les 15-16 octobre, Ban Ki-Moon félicite Hun Sen pour sa victoire. On peut donc noter un certain illogisme de la position de l’Europe et de l’ONU, qui, d’une part, a refusé d’envoyer des observateurs parce qu’elles estimaient le processus électoral biaisé, et qui, d’autre part, félicitent le vainqueur.

* Les manifestations marquent un nouveau progrès vers la démocratie : le gouvernement s’est rendu compte qu’utiliser la force était contre-productif, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Il mise sur la lassitude des manifestants. Le PSNC, quant à lui, a fait également preuve de retenue. Pour la première fois les médias cambodgiens rapportent les manifestations de l’opposition, même s’ils le font avec des commentaires critiques.

* Une statue en bronze du roi Sihanouk de 7 mètres de hauteur, d’un coût de 1,2 million de dollars, est inaugurée le 11 octobre, en présence des seuls députés du PPC. Les 55 députés du PSCN prétextent avoir été prévenus trop tard. Ils auraient dû, d’autre part, revêtir l’habit de députés, or ils n’ont pas encore prêté serment. La foule est tenue à distance, ce que d’aucuns estiment être une mesure causée par la peur de PPC qui redoute un peuple désormais hostile.

* Le roi Sihanouk a légué à ses enfants les 16 000 euros qui restaient comme bien propre lors de son décès. Tout ce qu’il possédait est désormais propriété de l’Etat.

* Selon une étude menée par le National Democratic Institut de Washington, 29,5 % des électeurs qui ont tenté de voter le 28 juillet n’ont pas pu le faire. Les résultats de cette étude sont démentis par le CNE (Comité national électoral).

* A partir du 1er octobre et pendant une période de 20 jours, le CNE enregistre les nouveaux électeurs. 94 468 noms en double sont supprimés et 174 105 ajoutés. Il y a quelques mois, le CNE estimait que 200 000 noms étaient des doublons ou ceux d’« électeurs fantômes », et que 337 000 nouveaux électeurs devaient portés sur les listes. Sam Rainsy retrouve ses droits d’électeur et d’éventuel candidat. Le CNE fixe les prochaines élections communales au 18 mai 2014. A Phnom Penh, on projette un nouveau découpage électoral que l’opposition estime une manipulation du PPC pour gagner ces élections.

* Le 13 octobre, lors d’une manifestation de l’Association Indépendante des Enseignants du Cambodge (AIEC), un homme qui se prétendait journaliste est appréhendé par le service d’ordre de l’AIEC en possession d’un pistolet. Il a se dit membre des gardes du corps de Hun Sen. La manifestation tourne court.

* Le PSNC lance une chaîne de télévision en ligne pour briser la mainmise totale des neuf chaînes nationale par des proches du PPC.

* Le 25 octobre, Sam Rainsy demande à Sâr Kheng, ministre de l’Intérieur, la reprise des négociations entre les deux partis pour tenter de débloquer la situation. Les deux partis renouvellent cependant sans changement leurs conditions : le PPC demande au PSNC de reconnaître le résultat des élections du 28 juillet et de prêter serment comme membres du parlement ; le PSNC réclame la création d’un comité neutre pour examiner le scrutin et la démission des 9 membres du CNE, ou du moins la mise en place de mécanismes sûrs de réforme du CNE et des autres institutions d’Etat. Comme 1ors des discussions des 15-17 septembre, le PPC propose à nouveau d’accorder au PSNC la vice-présidence de l’Assemblée nationale, la présidence de quatre comités parlementaires et la vice-présidence de cinq autres. Le PSNC exige la présidence de l’Assemblée ainsi que de six comités, afin de détenir un pouvoir de veto qui bloquerait les décisions du PPC. En cas de refus de la part du PPC, le PSNC continuera « des manifestations et grèves sans fin ». Le PPC propose un séminaire de réflexion de réforme du système électoral pour le mois de décembre, mais le PSNC répond que l’ONU, l’UE, Surya Subédi ainsi que les ONG d’observation du processus électoral ont déjà fait des propositions à appliquer. Les discussions reprises le 5 novembre n’aboutissent à aucun progrès.

* Pour la troisième année consécutive, la fête des Eaux, prévue pour le 15 novembre, est annulée. Comme motif de cette annulation, les autorités avancent la nécessité d’apporter des secours aux sinistrés des inondations. Plusieurs observateurs pensent que le gouvernement cherche à éviter les grands rassemblements qui risqueraient très facilement d’être transformés en manifestations.

* Le Premier ministre décharge Sok An, Vice-Premier ministre, du contrôle de onze institutions étatiques pour les attribuer à des ministères de tutelle correspondants. L’opposition salue ce changement qui permettra une meilleure efficacité.

Politique extérieure

* Le 12 novembre, le Tribunal international de la Haye reconnaît au Cambodge la possession du temple de Préah Vihéar ainsi que des 4,6 hectares entourant le temple.

* Après la construction du barrage hydroélectrique de Xayaburi l’an dernier, le Laos annonce celle d’un barrage de 240 MW à Don Sahon, à environ un kilomètre au nord de la frontière cambodgienne, sur l’un des 17 bras du Mékong, aux chutes de Khône. La construction devait commencer en ce mois d’octobre et se terminer en février 2018. La société malaisienne Mega First y a déjà investi 10 millions de dollars. Le Cambodge et le Vietnam protestent contre cette construction décidée unilatéralement par le Laos, car elle risque de mettre en danger la reproduction du poisson dans le Mékong, notamment des souffleurs et des poissons-chats géants. Le Mékong contient plus de 200 espèces de poissons. Le Laos, pour sa part, estime que la diminution du poisson dans le Mékong provient surtout des pêches excessives ; qu’il reste plusieurs bras à travers les quelques 4 000 îlots situés dans les rapides pour permettre au poisson de remonter le fleuve ; qu’il installera des turbines qui laisseront passer le poisson (« fish frendly ») ; qu’il capturera le poisson qui ne peut remonter le fleuve pour le revendre au Cambodge...

* Le 18 octobre, le Cambodge devient le 114ème signataire du traité international sur le commerce des armes.

Chambres extraordinaires pour juger les ex-chefs Khmers rouges

* Le 18 octobre, après son retour du sommet de l’ASEAN à Brunei, le Premier ministre Hun Sen accepte de verser 1,8 million de dollars nécessaires au versement des salaires des membres cambodgiens des Chambres jusqu’à la fin de l’année. Ils n’ont pas été payés depuis trois mois.

* Le 18 octobre, la Grande-Bretagne annonce un don de 500 000 dollars pour la partie internationale. Ce pays a déjà versé un total de 10 millions. Le Japon s’engage à verser 336 700 dollars. Il a déjà contribué à hauteur de 79 millions.

* Les procureurs demandent les peines de prison à vie pour Nuon Chéa et Khieu Samphân pour la déportation de la population des villes et l’exécution de soldats de l’armée de Lon Nol, au titre « d’entreprise criminelle en réunion ».

* Un nouveau stupa de 10 m sur 10 sera érigé à S-21 en mémoire des torturés, l’ancien stupa tombant en ruines faute d’entretien. L’Allemagne finance ce stupa à hauteur de 80 000 dollars.

Economie

Budget

* L’Assemblée Nationale approuve le budget pour 2014 d’un montant de 3,54 milliards de dollars. Il comporte une augmentation de 13 % par rapport à celui de l’an dernier. L’augmentation est officiellement justifiée par les dépenses engendrées par les inondations, chiffrées à 1 milliard. 335 millions sont attribués à l’Education nationale, soit une augmentation de 19,6 %, mais seulement 2 % du PIB (17,2 milliards). Le ministère de la Défense et de l’Intérieur se voient dotés de 489 millions, soit 17 % de plus qu’en 2013, et 14 % du PIB. Cette augmentation est motivée par des « affaires sociales » internes à l’armée, sans autre précision. L’allocation au ministère de la Santé augmente de 18,4 % (244 millions), celui de l’Agriculture de 13 % (14 millions). Ce budget prévoit un emprunt de 920 millions. Le FMI et la Banque mondiale mettent en garde contre due dette trop forte.

* Selon l’OMS, en 2011, le gouvernement cambodgien a dépensé 11,5 dollars par personne et par an pour la santé, alors qu’au Vietnam le gouvernement en a dépensé 38,30 et en Thaïlande 152,30.

Inondations

* Le bilan des inondations du mois de septembre semblerait plus grave que celles de l’an dernier : 168 décès. De 50 à 60 000 familles ont dû être déplacées. 1,8 million de personnes ont été touchées par ces inondations, des dizaines de milliers d’hectares inondés, des routes et ponts coupés. Le ministère chargé de répondre aux catastrophes naturelles estime les dégâts à un milliard de dollars. Chaque famille des victimes a reçu 250 dollars.

* Même si le changement climatique est responsable d’une partie des dégâts, la déforestation en est sans doute la principale cause.

* 500 détenus dans la prison de Banteay Méan Chey doivent être évacués sur la prison de Siemréap et 344 autres sur celle de Battambang déjà surpeuplées.

* Les deux partis s’accusent mutuellement de ne distribuer des aides qu’aux populations qui ont voté pour eux lors des dernières élections.

* En réponse aux critiques de Bun Rany, épouse du Premier ministre et présidente de la Croix-Rouge cambodgienne, qui reprochait au le PSNC de préférer les discussions politiques à l’aide aux réfugiés, le PSNC fait remarquer que cette institution se doit observer la neutralité politique, et que 14 millions de dollars recueillis lors d’un gala, le 8 mai dernier, seraient suffisants pour aider toutes les victimes. La Croix-Rouge Cambodgienne n’a d’ailleurs pas aidé les victimes la fête du Pchum Ben (5 octobre) parce que son personnel était en congé, laissant le travail aux ONG. Plus de 60 ONG ont secouru les victimes, mais on constate le manque de coordination et de direction dans cette aide. Même l’aide destinée au typhon d’il n’y a deux ans n’a pas encore été totalement distribuée.

* La communauté thaïlandaise du Cambodge fait un don de 520 000 dollars et le Japon de 400 000 pour aider les sinistrés. Le gouvernement thaïlandais fait un don de 200 000 à la Croix-Rouge cambodgienne.

Dons et investissements

* Un rapport de la Banque mondiale place la Malaisie au 6ème rang, la Thaïlande au 18ème, le Vietnam au 99ème et le Cambodge au 137ème rang dans les facilités pour faire des affaires. Le Laos est au 159ème rang.

* Le 16 octobre, la Banque chinoise d’export-import signe un prêt de 121 millions de dollars à un taux situé entre de 4 et 6 %. Ce prêt est destiné à financer un projet d’irrigation à Kompong Chhnang et la construction d’une ligne électrique de 115 kilovolts entre Phnom Penh et Bavet. La Chine a déjà fournit 2,856 milliards de dollars pour développer les infrastructures cambodgiennes. En échange, le Cambodge exportera 1 million de tonnes de riz en Chine en 2015.

* En dépit de l’interdiction faite par le Premier ministre d’exporter du sable de la rivière de Koh Kong, le sénateur Ly Yong Phat vient de recevoir une licence pour continuer son travail.

Société

* Une étude de la Banque mondiale félicite le gouvernement d’avoir réduit le taux de pauvreté au Cambodge : de 53 % en 2004 à 20 % aujourd’hui. La classe moyenne a doublé de 2004 à 2011, mais le nombre des personnes qui sont proches du seuil de pauvreté est passé de 35 à 56 %, ce qui signifie que les trois quarts des Cambodgiens vivent soit en état de pauvreté soit proches dans cet état. Selon la BM, le PIB individuel se situe à 880 dollars.

Mouvements sociaux

* Le 18 octobre près de 2 000 ouvriers et ouvrières de l’usine SF Garment, qui produit des vêtements pour les marques Gap et H&M, manifestent devant la résidence du Premier ministre. Ils ont déjoué la police en arrivant par petits groupes. Le propriétaire singapourien de leur usine ne le leur fournit ni travail ni salaire, sans les licencier (donc pas d’indemnités) depuis trois mois.

* Le 12 novembre, ces mêmes ouvriers et ouvrières tentent porter une lettre de revendications au ministère du Travail. La police veut les arrêter, mais doit reculer devant les jets de pierres, et abandonne deux véhicules qui sont incendiés. La police militaire intervient alors, en tirant à balles réelles à hauteur d’homme, sur les manifestants ; une vendeuse de nourriture est tuée, plusieurs manifestants blessés. 31 personnes, dont plusieurs moines, sont arrêtées, puis relâchées. Deux jeunes gens sont inculpés de destruction de biens de l’Etat. Les autorités démentent avoir tiré sur la foule, mais les témoins oculaires et les photos prises avec téléphones portables et diffusées par Internet affirment l’inverse. Le PSNC prévoit une manifestation dans tout le pays le 10 décembre, journée des droits de l’Homme, pour demander une enquête sur la fusillade.

* La marque suédoise H&M, seconde pourvoyeuse de vente de vêtements au monde, qui a fait un bénéfice net de 3,4 milliards de dollars en 2012, désirerait engager des pourparlers avec le Premier ministre cambodgien en vue d’augmenter les salaires des ouvriers.

Concessions

* Le 15 octobre, une centaine de familles de Rovieng (province de Préah Vihéar) bloquent en vain un bulldozer chargé de raser la forêt adjacente à une concession attribuée au magnat cambodgien Try Phéap afin de créer une concession économique de 1 000 hectares pour 212 familles de l’ethnie Kuy. Il semble, en fait, que le tout puissant Try Phéap veuille étendre la superficie de sa concession et avoir des terrains en bord de route. On propose de nouvelles terres à ces familles, situées à 500 m de la route nationale.

* Kéat Kolney, sœur de l’ancien ministre des Finances Kéat Chhon, achète 150 hectares de terres appartenant à 50 familles Djarai de la province de Mondolkiri. L’an dernier, les autorités ont incité les Montagnards à demander des titres de propriétés individuels...

* Oxfam demande à Coca-Cola de boycotter la société thaïlandaise Kon Kaen Sugar (KSL), tenue pour responsable de l’expulsion de 456 familles de Srè Ambel par le sénateur Ly Yong Phat. En 2010, KSL a exporté 10 000 tonnes de sucre cambodgien pour 3,13 millions de dollars ; en 2011, elle en a exporté pour 13,8 millions. Oxfam prévoit une augmentation de superficies plantées en canne à sucre de 25 % dans les sept ans à venir, et donc d’autres expropriations. Cependant, le représentant de l’UE fait remarquer que ces exportations ont contribué à tripler le PIB individuel cambodgien qui se situerait, selon lui, à 980 dollars.

* Le gouvernement attribue des terrains à 33 expulsés de Boeung Kâk.

Déforestations

* Le 25 octobre, l’Administration forestière de Ratanakiri confisque plus de 1 000 pièces de bois de luxe dans la province de Ratanakiri (O Yadav). Les Djarais ont découvert ce stock à l’intérieur de la concession attribuée à la société vietnamienne Compagnie 72.

* Au début novembre, près de 100 familles laotiennes qui vivent dans la province de Ratanakiri accusent la société Daun Penh Agrico de déboiser le sanctuaire de vie sauvage de Ratanakiri. Elles ont découvert 2 012 pièces de bois précieux. Cette société, liée à une société vietnamienne filiale de Hoang Anh Gia Lai, aurait reçu récemment une deuxième concession. Le magnat Try Phéap serait mêlé de près dans le trafic du bois vers le Vietnam.

* Une étude par satellite menée par l’université de Maryland (Etats-Unis) révèle que le Cambodge a perdu 7,1 % de ses forêts depuis l’an 2000, soit 12.600 km². Le gouvernement avance le chiffre de 5 %. Cette déforestation s’est accélérée durant les dernières années, spécialement dans les zones couvertes en forêts primaires. La Malaisie, le Paraguay, l’Indonésie et le Guatemala connaissent des taux de déforestation encore plus élevés.

Travailleurs migrants

* Le 21 octobre, les médias malaisiens annoncent que le Cambodge enverra chaque mois un millier de femmes travailler en Malaisie. L’exportation des femmes cambodgiennes avait été interdite en octobre 2011 suite aux mauvais traitements subis dans ce pays. Environ 30 000 Cambodgiennes travaillent en Malaisie. En dépit d’un accord signé entre les deux pays, les groupes de défense des droits de l’homme déclarent que ces femmes resteront peu protégées.

Santé

* Le 16 novembre, un rapport du Fonds mondial pour la lutte contre le paludisme, la tuberculose et le sida révèle un détournement de plus de 410 000 dollars sur un don de 12 millions de dollars, ainsi qu’une rétro-commission de 15 % sur don de 315 000. La société suisse Vestergaard Frandsen et la société singapourienne Sumitomo Chemical ont versé des commissions occultes aux fonctionnaires du ministère de la Santé. Le ministère nie tout détournement. Il faudrait 15 millions pour aider le Cambodge.

* Des milliers de malades incurables du Cambodge, Laos et Vietnam se rendent chaque jour auprès d’un enfant aux pouvoirs magiques, qui vit à Damber (province de Kompong Cham) dans l’espoir de guérison. Durant les derniers mois, on a assisté à plusieurs lynchages de « sorciers » qui auraient jeté des sorts.

* Selon l’UNICEF, 2 000 enfants cambodgiens mourraient chaque année par manque d’hygiène. L’ONG lance donc une campagne pour que les enfants se lavent les mains.

* Le roi Sihamoni donne un million de dollars afin de construire un bâtiment dans l’Hôpital khméro-soviétique, pour l’accueil des personnes âgées dans lequel les soins seront gratuits.

* Le ministère de la Santé lance une campagne de vaccination contre la variole et rubéole qui doit toucher quatre millions d’enfants. On note plus de 4 100 cas de conjonctivite en trois semaines.

* Le Japon s’engage à verser 9,13 millions de dollars pour le déminage de 5 000 hectares des districts de Bavel et de Ratanak Mondol, dans la province de Battambang.

Divers

* Le ministère de l’Information a échangé les 11 hectares du site de la radio nationale situé à Stoeung Méan Chhey pour un autre terrain situé à 25 km de la capitale, sans aucun appel d’offres préalables. L’échange devrait permettre de meilleures qualités d’émission, et de substantiels bénéfices à certains. Après la construction, le personnel de la radio recevra une moto de 125cc en compensation des frais de déplacement.

Divers

* Le 26 septembre, le réseau de protection de la forêt de Prey Long reçoit le prix de la Fondation Alexandre Soros, d’un montant de 25 000 dollars. C’est un hommage posthume à Chut Vutty assassiné en avril 2012.

* Miss Univers est une jeune femme khmère née au Kampuchéa Krom.