EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 28 décembre 2012 au 13 février 2013

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 28 décembre 2012 au 13 février 2013

POUR APPROFONDIR – Le point sur l’actualité politique et sociale du 28 décembre 2012 au 13 février 2013

20/02/2013

Dernier hommage au roi Sihanouk

Cent quatre jours après le décès du roi Sihanouk, sa dépouille mortelle a été solennellement transportée du palais royal au crématoire construit spécialement à cet effet sur la place du Méru (Résidence des Divinités), devant le musée national. Un cortège de plus de 4 000 personnes, ...

... tous en chemise blanche et pantalon ou jupe noir, l’accompagnait : les hauts dignitaires du Royaume étaient assis dans la mythique Angsar, l’Oie sacrée, véhicule royal, aux côtés de la famille de l’ex-monarque. Suivait le cercueil dans sa chasse dorée, couverte de fleurs de jasmin, puis de l’urne de marbre de Pursat dans laquelle seront déposées une partie de ses cendres.

Le 4 janvier, en présence des personnalités venues surtout d’Asie, du Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui représentait la France, « le feu fut offert » lors d’une cérémonie recueillie au rythme khmer, de 16h30 à 18h35, terminée par la mise à feu du bûcher, les 21 coups de canon et un tir de feux d’artifices. Cérémonies grandioses très bien orchestrées, comme y excellent les Khmers.

Le 5 janvier, une partie des cendres du roi ont été jetées au confluent des quatre bras : le chef des mythiques Nagas, Maître des Eaux et de la Terre, fécondateur du sol, retournait à la mer, selon le symbole de la fête des Eaux. Le reste des centres sera placé dans une urne dont on ignore encore la destination : peut-être dans le stupa de sa fille bien-aimée Kanthéa-Bopha, morte en bas âge... Une réelle douleur populaire s’est exprimée durant ces jours 110 jours de deuil : désormais, le peuple se sent orphelin, privé de tout recours en cas de difficulté...

Hun Sen et le PPC ont tout organisé, jusque dans les moindres détails, et ont eu le souci constant, même quelques instants avant la crémation, de se présenter comme les seuls héritiers légitimes du roi défunt : « Le roi Sihanouk de son vivant a construit des routes, des hôpitaux, des usines, etc. Samdech le Grand Chef-des-Armées Puissant Hun Sen a construit des routes, des hôpitaux, des usines, etc. »

405 détenus dans les prisons cambodgiennes, dont un « chemise jaune » thaïlandais, sont graciés. Et 84 autres voient leur peine diminuée de 6 à 12 mois, dont le responsable des « chemises jaunes » thaïlandais, à l’occasion de la crémation du roi.

Une statue du roi Sihanouk de sept mètres sera édifiée avant le premier anniversaire de son décès.

Politique intérieure

* Le 28 décembre, les 28 députés de l’opposition refusent de recevoir la médaille de bons et loyaux services aussi longtemps que Sam Rainsy sera exclu des listes électorales.

* Le 21 janvier, suite à la demande du CNE (Comité électoral national) faite la semaine précédente, le Comfrel (Comité pour des élections libres équitables), avec d’autres groupes d’observation du processus électoral, lance une journée de réflexion sur ce processus, et fait seize propositions. On pouvait noter l’absence de membres du PPC (Parti du peuple cambodgien), qui a tout lieu de se satisfaire du système biaisé actuel. « Si ces propositions ne sont pas retenues par le CNE, il y aura des problèmes de légitimité après les prochaines élections du 28 juillet prochain », déclare le porte-parole du PSR.

* Selon Sam Rainsy, le CNE aurait enflé le nombre des votants d’un million. Si la population est de 14,9 millions d’habitants, comme l’estiment les Etats-Unis et l’UNICEF, et que 60 % des Cambodgiens sont en âge de voter, il devrait y avoir 8,9 millions d’inscrits. Or, le CNE a établi une liste de 9,67 millions... Le CNE se défend de toute manipulation. Le 7 février, Comfrel rend publiques ses remarques sur le processus électoral : 2,3 % de personnes ayant le droit d’être enregistrées ne l’ont pas été, 11,5 % des inscrits l’ont été sans carte d’identité, 30 % avec une carte périmée, beaucoup de noms sont en double.

* Le 26 janvier, 200 membres du FUNCINPEC élisent la princesse Arunréasmey, la plus jeune fille du roi Sihanouk, pour mener la campagne électorale du parti. La princesse est également l’épouse du président du parti royaliste. Le nouveau Parti du salut national du Kampuchéa commence à placer ses panneaux publicitaires.

Chambres extraordinaires

* Nuon Chéa, 86 ans, est atteint de bronchite aigüe et fait de très fréquents séjours à l’hôpital, retardant d’autant le procès, car l’accusé a demandé le droit d’assister lui-même aux séances. Après quelques jours d’hôpital, Khieu Samphân, 80 ans, reprend sa place dans le box des accusés.

* Le 17 janvier, le Japon fait un de don de près de 2,5 millions de dollars pour la partie internationale des CETC (Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens). Le Japon a fourni 79,1 millions de dollars depuis l’établissement des CETC, soit 44 % du total de la contribution internationale. Il manque 34,2 millions pour la partie internationale et 9,5 pour la partie cambodgienne pour terminer l’année 2013. Lors de sa visite à Phnom Penh, Jean-Marc Ayrault accorde un don de 500 000 euros (300 000 en 2011).

* Le 23 janvier, 270 des 280 membres cambodgiens des CETC menacent d’arrêter le travail s’ils ne sont pas payés. Ils n’ont pas en effet pas reçu de salaire depuis décembre 2012 et sont sans contrat depuis le 1er janvier 2013. L’Union européenne a versé 300 000 dollars en décembre, à leur intention, mais, pour des « raisons techniques », l’argent ne leur a pas encore été versé. Le gouvernement n’assure que les frais matériels de fonctionnement.

* Le 8 février, la Chambre suprême des CETC décide d’annuler la décision prise en septembre 2011 de diviser le procès des trois dirigeants khmers en plus petits procès séparés, et ne veut procéder qu’à un procès global.

Economie

* Selon le FMI, le PIB a crû de 6,5 % en 2012. Le FMI prévoit une croissance de 6,7 % en 2013. Cependant, le FMI met en garde le ministère des Finances sur la dette qui atteint 38 % du PIB. Le total des importations de 2012 s’élève à 8,13 milliards (6,6 en 2011), spécialement en matériel de construction et en matières premières de l’industrie textile. Les exportations ont atteint 5,49 milliards (4,88 en 2011), essentiellement en produits textiles et agricoles. Le déficit commercial atteint donc 10 % (8,7 en 2011). L’inflation s’est élevée à 3,4 % en 2012. Le gouvernement a collecté 1,85 milliard de taxes et impôts durant les dix premiers mois de 2012 (1,61 en 2011). Selon le FMI, les chiffres des rentrées fiscales seraient bien inférieurs à ceux avancés par le gouvernement. Le FMI demande des réformes dans le système de taxes.

* Le 30 décembre, Hun Sen refuse de prélever des impôts sur les terres des paysans comme le faisait le Protectorat français afin de mieux payer ses fonctionnaires. L’opposition demandait simplement de faire passer les taxes sur les concessions de 5 à 17 dollars par hectare, ainsi que les taxes sur les profits des casinos.

* Le 18 janvier, le gouvernement approuve 4,36 milliards de dollars d’investissements publics entre 2013 et 2015, dont 65 % pour le développement des zones rurales. 40 % sont destinés aux infrastructures et 37 % pour stimuler l’économie, 16 % pour les dépenses sociales. Le gouvernement financera lui-même 1,46 milliard cette année, 1,39 en 2004 et 1,41 en 2015, et compte pour le reste sur les dons et emprunts.

* Afin d’éviter tout versement occulte, le ministre des Finances établit une liste de tarifs de 134 opérations de douanes, de 175 actes au ministère du Commerce, et de 28 pour le Conseil du développement du Cambodge. Les recettes ainsi générées représenteraient près de 67 millions de dollars. 22 % de ces recettes, comme des « récompenses », permettraient, en principe, d’augmenter le salaire des fonctionnaires de ces ministères, et pour 77 % iraient dans les caisses de l’Etat. L’opposition voit dans cette mesure une légalisation de la corruption.

Agriculture

* 250 000 tonnes de riz ont été exportées en 2012. L’opposition demande la démission du ministre du Commerce pour ses maigres performances durant l’année 2012. L’une des plus importantes sociétés thaïlandaises d’exportation de riz vient apporter son expertise. 722 000 tonnes de manioc ont été exportées en 2012, soit plus du double que l’année précédente (277 000 tonnes).

Déforestation

* Le 27 décembre, 14 m³ de bois précieux sont saisis à Siemréap ; le 30 décembre, 3 389 grumes, de 8 à 20 m de longueur et de 40 à 70 cm de diamètre, sont découvertes par des membres de l’ethnie Djarai, sur deux concessions de 6 000 et 4 000 hectares, accordées aux sociétés vietnamiennes Day Dong Yoeung et Compagny 82. Ce bois précieux est exporté clandestinement au Vietnam, sans payer de droits de douanes. Adhoc demande la suppression de ces deux concessions. Le Premier ministre prendra sa décision après examen du ministère de l’Agriculture. Le 31 décembre, 9 m3 de bois précieux sont saisis à Stoeung Treng : le chauffeur possède une lettre d’autorisation de la part du vice-gouverneur de Kompong Cham. Le 6 janvier, 30 m3 sont saisis à Ratanakiri. Le 15 janvier, environ 1 000 pièces de bois de luxe sont découvertes dans la forêt de Prey Long (province de Préah Vihéar).

Tourisme

* Le nombre de touristes a crû de 25 % en 2012, et a atteint 3,5 millions, ce qui aurait rapporté deux milliards de dollars au pays (les recettes des entrées dans le parc d’Angkor est cependant ridiculement bas). On en prévoit 7 millions de touristes à l’horizon 2020, ce qui pourrait donner du travail à 800 000 Cambodgiens. Les touristes de 35 pays peuvent désormais entrer en Thaïlande et au Cambodge avec le même visa pour 20 dollars, valable 90 jours.

* A l’occasion des fêtes de fin d’année grégorienne, de plus en plus de touristes locaux se sont rendus à Siemréap et à Sihanoukville, signe de l’émergence d’une classe moyenne de plus en plus nombreuse.

* Le casino de Kampot ferme ses portes. Le casino Naga de Phnom Penh a vu ses profits croître de 23 % en 2012 (113,1 millions de dollars en 2011). En principe, les Cambodgiens n’ont pas le droit d’y jouer. 25 000 VIP y ont en moyenne joué 150 000 dollars chacun. Naga paye 4,48 millions de taxes à l’Etat.

Commerce

* Le 28 décembre, un train, transportant des conteneurs vides, fait un test sur les 256 km de voies rénovées entre Phnom Penh et Sihanoukville. Le train devrait faire trois aller-retour par semaine avec 128 conteneurs à chaque voyage. Le projet a reçu un don 141,6 millions de dollars, dont un prêt de 84 millions de la BAD (Banque asiatique de développement), mais il manquerait entre 75 à 125 millions pour achever la réparation des 337 km de voies reliant Phnom Penh à la frontière thaïlandaise. Le gouvernement demande l’aide de la BAD qui fait la sourde-oreille.

* Le trafic de marchandises par avion cargo a crû de 40 %, et s’élève à 29 000 tonnes, ce qui indique une diversification de l’industrie cambodgienne qui se lance dans des produits à haute valeur ajoutée. Ce commerce ne représente que 1 % du volume du commerce cambodgien, mais 40 % de sa valeur totale.

* Le 22 janvier, est inauguré le nouveau port de 10 hectares, sur le Mékong, dans le district de Kien Svay, à 30 km au sud de Phnom Penh, construit par une entreprise chinoise, avec un prêt chinois de 28,2 millions. Ce nouveau port a la capacité de recevoir 120 000 conteneurs par an, mais pourra en accueillir 300 000 après extension. L’ancien port de Phnom Penh a doublé le nombre de conteneurs accueillis entre 2009 et 2012 pour atteindre le nombre de 95 500.

Construction

* Bien que le nombre des projets ait diminué (1 694 projets au lieu de 2 125 en 2011), la valeur des investissements dans les projets de construction a augmenté de 72 % en 2012, et est évalué à 2,11 milliards de dollars (1,23 en 2011), sur une superficie de 6,5 millions de mètres carrés (4,5 millions en 2011).

Aides et investissements

* Le 31 décembre, une entreprise chinoise signe un agrément pour un vaste projet de développement d’un coût de 9,6 milliards de dollars : construction d’une aciérie dans le district de Rovieng (province de Préah Vihéar), qui sera reliée par voie ferrée à la côte aux environs de Koh Kong (un port autonome chinois y est déjà en construction au sud de Koh Kong). Cette voie ferrée de 404 km, comprendra 11 gares et 3,912 km de ponts. La réalisation de ce projet commencera en juillet 2013, il emploiera 20 000 Cambodgiens et 3 000 experts chinois. Cette société exploite déjà un gisement de fer à Rovieng. Le Cambodge importe annuellement 900 000 tonnes d’acier. Cependant, le ministre des Transport déclare ne pas être au courant d’un tel projet.

* Khmer Holding, conglomérat chinois dirigé par un conseiller de Chéa Sim, président du Sénat, prévoit de commencer ses travaux d’extraction du cuivre et d’or dans la région de Chikreng (province de Siemréap). Le sous-sol recèlerait un million de tonnes de cuivre et 20 tonnes d’or, représentant respectivement 6 milliards et 800 millions de dollars. Cette société détient déjà une mine de charbon à Anlong Veng.

* Le 17 janvier, la BAD signe un accord pour 11,7 millions de dons et 218,5 millions de prêts pour six projets visant à réduire la pauvreté. Depuis 1992, la Bad a accordé 1,5 milliard en prêts et 351 millions en dons.

* Le Centre national d’arbitrage (CNA), créé par le ministère du Commerce en août 2010, comprend 53 membres, dont 43 avec voix délibérative, dont 28 juristes et des experts de différentes industries, ainsi que dix membres à voix consultative, issus du secteur privé. Ce CNA est chargé d’arbitrer les conflits dans le secteur des investissements, pour éviter que ces affaires ne soient portées devant le système judiciaire corrompu et compliqué, ou devant des tribunaux à l’étranger, à Hongkong ou à Singapour. Le 9 janvier, le CNA élit sept membres de son conseil d’administration, et le 23 janvier sont élus ses président, vice-président et trésorier. Le CNA devrait être indépendant du pouvoir impartial et non corrompu. Son bon fonctionnement est capital pour attirer des investissements dans le pays.

* Le 23 janvier, la société japonaise Denso, équipementier automobile, annonce un investissement de 400 000 dollars dans la ZES (Zone économique spéciale) de Phnom Penh, en juillet prochain. L’usine emploiera près de 100 ouvriers en 2014.

* 3 385 nouvelles sociétés ont été enregistrées durant l’année 2012, soit une augmentation de 9 % par rapport à 2011 (3 104), dont 60 % sont des sociétés locales.

* On assiste à une guerre entre les grands opérateurs de téléphonie mobile : la société thaïlandaise Mfone est enjointe de verser 65 millions au géant chinois Huawei et 3,73 millions à la société norvégienne Eltek. Mfone a préalablement transféré ses 400 000 abonnés à MobiTtel, dont la branche cambodgienne appartient à Kith Meng, homme d’affaires des plus en vue du Cambodge, et est déclarée en banqueroute.

Société

Mouvements sociaux

* Le 12 décembre, le Premier ministre Hun Sen demande aux chefs d’entreprises d’augmenter les salaires de leurs employés afin de garder les travailleurs au pays. Une partie des syndicats demandent à ce que le salaire minimum des entreprises passe de 61 à 93 dollars, voire à 150 dollars, soit une hausse de 52 à 145 %. La dernière augmentation remonte à juillet 2010, quand le salaire minimum était passé de 50 à 61 dollars. Le secrétaire général de l’Association patronale déclare ces augmentations irréalistes. Le gouvernement a annoncé une augmentation de 20 % de ses salariés. Un syndicat aligné sur le PPC déclare que 93 dollars seraient suffisants avec les différents avantages annexes et les heures supplémentaires. En 2009, une étude avait établi que 93 dollars mensuels seraient le minimum pour mener une vie décente. Il faut, depuis, y ajouter l’inflation. Un consultant au ministère du Plan estime que seul un salaire compris entre 150 et 250 dollars permettrait actuellement une vie décente.

* Selon l’organisation patronale, les mouvements de grève ont triplé en 2012 (121 grèves) par rapport à l’année précédente, et concerné plus de 100 000 travailleuses (soit le quart du nombre total des ouvrières), pour une durée d’au moins un jour, représentant une perte de 542 000 journées de travail (139 000 en 2011). Cette augmentation serait due en partie par l’expiration de l’accord entre le patronat et les syndicats arrivé à expiration en 2011. Le Conseil d’arbitrage, quant à lui a recensé 230 conflits de travail (255 selon une autre source), soit 38 % de plus qu’en 2011, spécialement dans les usines textile et de fabrication de chaussures qui ont concerné environ 98 000 ouvriers. Cependant, le nombre d’ouvriers grévistes a diminué. 75 % des cas ont été résolus.

* De nombreux mouvements de grève des mois de décembre-janvier s’inscrivent dans la suite du discours du Premier ministre:

* Le 30 décembre, près de 200 ouvrières manifestent au Parc de la Liberté pour demander une hausse de salaire, de 61 dollars actuellement à 150. Plus de 200 policiers militaires et des policiers en civil les surveillent étroitement quand elles se dirigent vers l’Assemblée nationale où elles apportent leur pétition à Chéam Channy, député de l’opposition.

* Selon le ministère du Travail, 1 600 ouvrières de 24 usines se sont évanouies en 2012 dans leur usine. Beaucoup plus selon les syndicats. Dans une usine, une cérémonie est organisée pour apaiser le mauvais génie qui cause ces évanouissements.

* L’usine Kingsland Garment qui fabriquait des vêtements pour le géant américain Wal-Mart cesse ses activités en septembre 2012. Elle accorde à ses employés un demi salaire jusqu’en décembre et promet de reprendre le travail en janvier. En janvier, l’usine déclare banqueroute, sans accorder ni salaire ni prime de licenciement à ses 200 employés. Le 18 janvier, plusieurs organisations internationales critiquent Wal-Mart. Cependant, cette société affirme que l’usine a cessé de travailler pour elle depuis septembre 2012 et qu’elle n’est pas responsable de sa gestion.

* Le 14 janvier, plusieurs milliers d’ouvrières de l’usine Glapper, qui confectionne des vêtements pour la société suédoise H&M, se mettent en grève pour demander une augmentation de leur salaire minimum de 61 à 93 dollars par mois. Elles sont suivies les jours suivants par plus de 5 000 autres. Le patronat ampute les salaires de 27 dollars par jour d’absence non notifiée à l’avance.

* Le 23 janvier, après 12 jours de grève, plus de 868 ouvrières de l’usine Winston, de Kompong Speu, qui manifestaient pour demander la réembauche de cinq syndicalistes du SIORC licenciés abusivement le 11 janvier, sont licenciées purement et simplement pour n’avoir pas suivi l’injonction de la cour de Kompong Speu du 16 janvier leur demandant de reprendre le travail.

* Le 23 janvier, environ 1 000 employés de l’entreprise taïwanaise de fabrication de composants électroniques dans la ZES Manathan de Svay Rieng manifestent pour demander une augmentation de salaire (de 61 à 70 dollars) et un extra de 15 dollars pour le transport et soins médicaux. Le 12 février, 5 000 ouvriers de sept usines de la même ZES les suivent dans ce mouvement.

* Le 24 janvier, plus de 100 employés par une société indienne qui répare les ruines du Ta Prohm se mettent en grève pour protester contre le licenciement de trente d’entre eux à la fin du mois de janvier, suite au manque de fonds de la société. Ils demandent une indemnité de licenciement selon la loi.

* Le 24 janvier, selon le représentant du SIORC, la police menace de tirer sur les 400 manifestants lors d’une grève.

* Le 12 février, des milliers d’employés de deux usines singapouriennes Yung Aah se mettent en grève, car ils n’ont pas été payés en janvier dernier. Le propriétaire et le directeur des deux usines sont en fuite depuis novembre. Près de 8 000 employés sont mis à pied sans indemnité, contrairement à la loi.

Conflits fonciers

Selon Chan Soveth, de l’Association ADHOC, en 2012, les autorités ont arrêté 201 militants et manifestants contre la spoliation de leurs terres, soit plus du double qu’en 2011 (98). En 2012, plus de 100 concessions ont été accordées (68 en 2011) qui s’étendent sur 752 000 hectares. En novembre, trente-deux concessions avaient été accordées, en dépit du moratoire du Premier ministre datant de mai. 700 000 personnes auraient subi les conséquences de ces spoliations depuis 2000. En revanche, le nombre des expulsions de familles de Phnom Penh a diminué de 1 507 en 2011 à 611 en 2012.

* Le 26 décembre, le chef des 120 étudiants recrutés par Hun Sen dans le cadre de l’opération de délimitation des parcelles de terrain des paysans porte plainte auprès de Hun Manith, second fils de Hun Sen, contre les responsables de l’administration locale de Krakor (province de Battambang) qui affirment que les 500 hectares attribués aux pays sont propriété d’Etat (donc la leur), qu’ils ont vendu à la Phéapimex (très proche du pouvoir) ainsi qu’à la société Ratanak Visal. Ces deux sociétés ont déjà détruit un certain nombre de maisons des villageois situées sur ces 500 hectares.

* 127 familles d’ethnie Kreung, vivant à Ratanakiri, se voient refuser leur titre de propriété collective pour avoir protesté contre la déforestation illégale de leurs terres par les autorités.

* Durant la première phase du projet d’établissement du cadastre, 340 000 familles ont reçu des titres de propriété qui s’étendent sur 550 000 hectares. Le 15 janvier commence la seconde phase du projet avec l’envoi de 2 016 volontaires (dont 1 362 nouveaux). Cette seconde phase, qui devrait se terminer en mars 2014, concernera 500 000 autres familles.

* Le 6 janvier, Hun Sen offre 100 dollars et un repas somptueux, arrosé de force bières aux 2 150 étudiants volontaires, aux 1 757 fonctionnaires, aux 273 militaires et aux 386 membres du personnel médical qui ont participé à la première phase.

* Le 11 janvier, plus de 40 résidents de O Bei Choan (province de Banteay Mean Chhey) portent une pétition à Hun Sen pour protester contre des fonctionnaires qui leur auraient dépossédé de 2 076 hectares.

* Deux communautés Phnong de Mondolkiri obtiennent des titres de propriété collective qui leur seront remises en mars prochain. Cependant, une directive datant du 26 juillet 2012 supprime l’octroi de ces titres de propriété collective...

* 120 familles d’ethnie Djarai de Bokéo (province de Ratanakiri) accusent une société vietnamienne de creuser un canal qui videra un étang et de vouloir le combler. Cet étang est un vivier à poissons nécessaire à la survie de cette ethnie.

* Plus de 130 familles de Chheb (province de Préah Vihéar) manifestent contre une société chinoise détentrice d’une concession qui aurait empiété sur 1 000 hectares leur appartenant.

* De plus en plus souvent, les villageois désespérés font appel à la magie noire, ou aux esprits des anciens héros cambodgiens (entre autres Khléang Mueung), ou à des esprits puissants (la Yey Mao) pour demander vengeance contre les fonctionnaires corrompus qui ne répondent jamais à leurs plaintes.

Santé

* Le 4 janvier, le Conseil des ministres décide de créer un code de conduite pour les sages-femmes. La mortalité des femmes en couches a chuté de 472 pour 100 000 en 2005, à 206 en 2010.

* Le nombre de malades atteints de paludisme a chuté de 27,7 % en 2012 (51 752 malades tout de même !) par rapport à l’année précédente, le nombre de décès est passé de 77 à 40. Le but est d’arriver à zéro en 2015.

* On détecte chaque année 400 nouveaux cas de lèpre, décelés au stade initial.

* On note sept cas de grippe aviaire depuis le 21 janvier, dont six décès. Le gouvernement prend très au sérieux cette menace, spécialement pour les grands déplacements de foule occasionnés par la crémation du roi. Cependant, comme aucune indemnité n’est versée aux éleveurs de volailles en cas d’abattage d’animaux porteurs du virus N5N1, les villageois hésitent à signaler les cas suspects dans leur élevage. Hongkong suspend ses importations d’œufs cambodgiens (170 000 tonnes par an).

Drogue

* Durant l’année 2012, les saisies de drogues ont atteint un record : 40 kg de cocaïne et 30 kg d’héroïne, 20 kg de méthamphétamine et 2 kg de marijuana dans 760 affaires. Le 14 janvier, l’organisation de l’ONU pour combattre le trafic de drogue fournit des équipements pour une valeur de 32 000 dollars, spécialement du matériel de télécommunications.

Justice

* Le 26 décembre, la libération de Mme Tim Sakmony, expulsée de Borey Keila et arrêtée en septembre, laissait envisager une légère amélioration du système judiciaire. Le verdict de la cour d’appel du même jour, qui condamnait à nouveau Born Samnang et Sok Sam Oeun pour le meurtre de Chéa Vichéa qu’ils n’ont pas commis, a anéanti toute lueur d’espoir.

* Mme Yorn Bopha, manifestante de Boeung Kâk, reste elle aussi en prison, accusée, tout à fait gratuitement, d’avoir battu un membre de l’association des cyclo-pousses pro-gouvernementaux. Elle y écrit des poèmes... Les ONG de défense des droits de l’homme dénoncent, une nouvelle fois, ce « déni de justice » et la culture d’impunité : « 2012 a été une année terrible pour la justice. Le gouvernement n’a plus honte d’utiliser les cours de justice comme arme d’oppression ».

* Le 8 janvier, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, qui regroupe plusieurs associations de défense des droits de l’homme et dont le siège est situé à Genève et à Paris, écrit une lettre au Premier ministre cambodgien pour demander la libération immédiate des soi-disant meurtriers de Chéa Vichéa et de Yorn Bopha, et pour exprimer ses inquiétude au sujet de la condamnation de Mâm Sonando.

* Le 9 janvier deux groupes de manifestants, représentant plus de 100 personnes manifestent devant les sièges de la Banque mondiale et du Conseil des ministres pour demander la libération de Yorn Bopha. Ils sont repoussés à l’aide de boucliers électrifiés.

* Le 21 décembre, toutefois, la procureur de la Cour d’appel fait appel contre le jugement de la Cour provinciale de Svay Rieng qui a innocenté Chhouk Bundith, gouverneur de Bavet, qui avait tiré au revolver sur la foule de 4 000 manifestantes et en avait blessées trois, le 20 février 2012.

* Le ministre de l’Intérieur, contre toute évidence, nie que ses troupes aient repoussé les manifestantes à l’aide de boucliers électrifiés Titan, fabriqués à Taïwan. Ces boucliers sont utilisés depuis juillet 2012.

* Le 28 décembre, l’opposition écrit une lettre au président de l’Assemblée nationale pour demander que le président de la Cour suprême réponde aux députés sur toutes ces affaires.

* Le 22 janvier, la Cour provinciale de Ratanakiri classe sans suite les charges en diffamation et d’incitation à la violence portées par la société DM à l’encontre de Pen Bonnar et Chhay Thy, courageux agents de Adhoc, ainsi qu’à l’encontre du reporter local de Radio Free Asia. Le 8 février, la Cour municipale de Phnom Penh classe la plainte contre le courageux Chan Soveth de Adhoc, accusé d’avoir aidé un « sécessionniste ».

* Lors de son voyage à Phnom Penh pour l’incinération du roi Sihanouk, les 4-5 février, Jean-Marc Ayrault s’est entretenu avec son homologue cambodgien sur le sort de trois ressortissants français : Sam Rainsy, Mâm Sonando et Daniel Lainé. Daniel Lainé, lauréat du prestigieux World Press Photo de 1991, ancien membre de l’agence Gamma, avait dû quitter clandestinement le pays en 2006 suite à son reportage diffusé en France sur le tourisme sexuel au Cambodge. Il était alors accusé de proxénétisme. Le Cambodge avait demandé son extradition. Il semble bien qu’il s’agisse d’un coup monté. Le ministre de l’Information a répondu sèchement que le Premier ministre cambodgien ne pouvait pas s’ingérer dans les affaires de justice.

* Les deux faux témoins qui ont accusé Mâm Sonando de soutenir le soi-disant « mouvement sécessionniste » de Broma, ont reçu des terrains, une moto, de l’argent pour construire une grande maison, etc.

Education nationale

* Le 30 janvier, lors d’un séminaire organisé par l’Union européenne, le ministre de l’Education nationale se plaint du faible pourcentage du budget national (280 millions, soit 9,1 % pour 2013) accordé par le ministère des Finances. Il n’a pas les fonds nécessaires pour opérer les réformes de son ministère. L’UE a promis de verser 37,2 millions d’euros pour aider l’Education nationale cambodgienne entre 2014-2016.

Patrimoine

* Dix-sept nouveaux temples de l’époque angkorienne sont découverts dans la forêt de la province d’Oddar Méan Chhey, proche de la Thaïlande. Les villageois en avaient entendu parler. Les experts les connaissaient sans les avoir vus, car la région était fortement minée. Ces monuments ont été passablement vandalisés avant leur découverte. Onze ont encore des structures suffisantes pour être qualifiés de temples, six sont en l’état de ruines.

* Le 23 janvier, six objets d’art préangkoriens, sur les 29 volés dans la pagode Réach Po de Siemréap, sont mis en vente près du marché russe à Phnom Penh : des bracelets, des boucles d’oreilles, des anneaux qui dateraient de 200 ans avant l’ère chrétienne. Une statue de lion en pierre du Xème siècle est découverte dans le temple de Rolum (ensemble de Koh Ker).

Lu pour vous

Un juge face aux Khmers rouges de Marcel Lemonde, le Seuil, Paris, 2013, 254 pp., 20 euros. Livre intéressant qui nous livre les petits secrets de l’instruction des procès Nº 1 et Nº 2 ainsi que les difficultés au jour le jour de la collaboration avec le système judiciaire cambodgien.