EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge Le Cambodge appelle les religions à se manifester dans le conflit qui l’oppose à la Thaïlande au sujet du temple khmer de Preah Vihear

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

Le Cambodge appelle les religions à se manifester dans le conflit qui l’oppose à la Thaïlande au sujet du temple khmer de Preah Vihear [ Bulletin EDA n° 546 ]

Le Cambodge appelle les religions à se manifester dans le conflit qui l’oppose à la Thaïlande au sujet du temple khmer de Preah Vihear

17/02/2011

Dans le conflit qui oppose le Cambodge et la Thaïlande au sujet du temple de Preah Vihear, revendiqué par les deux pays (1), le gouvernement cambodgien a fait appel aux responsables religieux du Cambodge pour faire pression sur l’ONU et convaincre la communauté internationale de s’engager dans cette crise. Les incidents qui ont éclaté entre le 4 et le 7 février dernier ont fait près de dix morts, plusieurs blessés et provoqué le déplacement de plusieurs milliers de personnes.

Peu après le début des échanges de tir entre militaires thaïlandais et cambodgiens, l’Eglise catholique du Cambodge a été contactée par le ministère cambodgien des Cultes. Selon Mgr Olivier Schmitthaeusler, vicaire apostolique de Phnom Penh, le ministère a exprimé le souhait de voir les religions du pays se manifester afin de soutenir la demande de médiation du Cambodge auprès du Conseil de sécurité de l’ONU.

 

A cette demande, les évêques du Cambodge, qui sont au nombre de trois et représentent une communauté d’environ 25 000 fidèles, ont répondu par un communiqué, rédigé en khmer et daté du 14 février. Signé par Mgr Schmitthaeusler « au nom de l’Eglise catholique », on peut y lire que l’Eglise catholique du Cambodge « regrette profondément les combats » de ces derniers jours, ce « conflit » causant « la perte inutile de vies humaines » ainsi que « la destruction de lieux sacrés et des dommages irréparables à un site inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité ». L’Eglise appelle « les deux parties à rechercher la paix à travers la vérité » et cite à ce propos le pape Benoît XVI qui, dans son message pour la paix de 2006, encourageait les hommes et les femmes « à s’engager sur un chemin de pardon et de réconciliation ». L’Eglise « appelle toutes les organisations internationales, nationales et locales à coopérer sans délai pour contribuer à arrêter ce conflit autour du site du temple de Preah Vihear. » En conclusion, une prière est adressée « à Dieu tout puissant afin que le Seigneur bénisse les deux pays en leur donnant la paix et en guidant leurs dirigeants afin de résoudre ce conflit par des moyens pacifiques et en évitant de verser le sang ».

 

Pour Mgr Schmitthaeusler, joint au téléphone par Eglises d’Asie, la querelle entre le Cambodge et la Thaïlande à propos de Preah Vihear et des 4,6 km² de terrain qui l’entoure « touche à la fierté nationale » chez l’une comme chez l’autre des deux parties. Sollicitée par le ministère des Cultes, l’Eglise n’a pas cherché à se dérober et, dans l’histoire récente du Cambodge, c’est la première fois que le gouvernement sollicite ainsi les religions. Le vicaire apostolique de Phnom Penh précise encore que les responsables de l’Eglise catholique ont pris soin de « rester le plus neutre possible » en choisissant, par exemple, le mot « conflit » plutôt que celui de « guerre » pour qualifier les incidents de ces derniers jours, et appeler à la paix.

 

La requête du ministère des Cultes auprès des responsables religieux a été adressée aux bouddhistes, aux musulmans et aux protestants du Cambodge. Il ne semble toutefois pas qu’elle ait porté tous les fruits qu’en attendaient Phnom Penh. En effet, le 14 février, le Conseil de sécurité de l’ONU, réuni à la demande du Cambodge, a exclu l’envoi sur place de casques bleus et s’est contenté d’un appel au cessez-le-feu, les deux parties en présence étant invitées à conclure une trêve définitive sous l’égide de l’ASEAN (Association des Nations du Sud-Est asiatique), actuellement présidée par l’Indonésie. Cette position a satisfait la Thaïlande, opposée à l’intervention de l’ONU. Quant au Cambodge, il a accepté de participer à la réunion qui doit, le 22 février prochain, réunir à Djakarta les ministres des Affaires étrangères indonésien, cambodgien et thaïlandais.

 

D’un point de vue humanitaire, des deux côtés de la frontière, les Caritas locales se sont mobilisé pour porter assistance aux personnes déplacées. Du côté cambodgien, Caritas Cambodia a coordonné son action avec la Croix-Rouge locale et Oxfam pour apporter du riz, des couvertures, des vêtements et des moustiquaires aux quelque 2 000 familles qui ont fuit la zone des tirs. Du côté thaïlandais, Mgr Banchong Chaiyara, évêque du diocèse catholique d’Ubon Ratchathani, a précisé que les écoles et les églises étaient prêtes à offrir un toit provisoire aux 3 000 personnes qui ont quitté leur domicile. COERR (Catholic Commission for Emergency Relief and Refugees), l’organe de l’Eglise catholique chargé de l’aide d’urgence, a pris en main la coordination des actions ; ses responsables soulignent que, bien que la vie sous tente soit rendue difficile par la chaleur et que Bangkok a appelé les familles à regagner leur domicile, beaucoup de déplacés préfèrent attendre que le retour au calme se concrétise.

Notes

(1) Datant du XIème siècle, situé sur une hauteur, le temple khmer de Preah Vihear est revendiqué à la fois par la Thaïlande et le Cambodge. Le conflit découle de la délimitation des frontières à l’époque coloniale, la convention de 1904 et le traité de 1907, signés entre le Royaume du Siam et la France, alors maîtresse du Cambodge, incluant Preah Vihear dans la carte du Cambodge. En 1949, Bangkok, considérant cette carte comme invalide, a occupé le temple, malgré les protestations de Paris. En 1953, lors de l’indépendance du Cambodge, la situation ne change pas, mais, en 1962, la Cour internationale de justice de La Haye attribue la souveraineté du temple au Cambodge. En 2008, l’inscription, proposée par le Cambodge, du temple sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO ravive la querelle, le temple et les 4,6 km² de terrain qui l’entoure étant devenus un objet politique mettant en jeu la fierté nationale des deux parties en présence.

 

Légende photo : Le conflit qui oppose le Cambodge et la Thaïlande a provoqué le déplacement de plusieurs milliers de personnes. Crédit : Caritas Cambodia