EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Cambodge COMPTE RENDU DE MISSION AU CAMBODGE du 16 au 27 septembre 1990

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Cambodge

Imprimer

COMPTE RENDU DE MISSION AU CAMBODGE du 16 au 27 septembre 1990 [ Bulletin EDA n° 99 ]

16/11/1990 - par par François Ponchaud

[Note de l'auteur - Je me suis rendu au Cambodge à la demande du BPAC (1), officiellement invité par la "Caritas Internationalis" pour visiter ses projets. J'ai pu me déplacer à pied, à moto, en voiture, en toute liberté ; j'ai pu m'entretenir avec qui j'ai voulu, sans avoir l'impression d'être surveillé. J'ai passé la plus grande partie de mon temps à Phnom Penh, mais je suis allé à Moat Krasas (15 km au sud), ...

... à Kompong Chhnang (90 km au nord), à Kompong Speu (50 km à l'ouest). J'aurais aimé aller à Battambang, mais il aurait fallu pour cela une autorisation.]

 

Impression d'ensemble

Venant d'Ho Chi Minh-Ville, on n'est guère dépaysé en arrivant à Phnom Penh : une ville délabrée, sale, défigurée. On ne voit pratiquement pas de ruines, mais la plupart des maisons sont noircies par les pluies des moussons. Dans beaucoup d'immeubles d'habitation les fenêtres et les portes ont été remplacées par des cartons, des tôles. A part les grandes artères, les rues n'ont pas été entretenues et sont souvent défoncées, boueuses, remplies de flaques d'eau, en cette fin de saison des pluies ; la plupart des trottoirs sont cassés, quelques ordures traînent en dépit d'un service de voirie important, armé de balais et même doté récemment de bennes "Propreté de Paris" encore immatriculées 75 ; des herbes folles poussent un peu partout : le Véal Men (lieu des grands rassemblements populaires, du Congrès, etc.) ressemble à une décharge publique; même le "Phnom", au centre de la ville, n'est pas très bien entretenu, bien que l'extérieur de sa pagode et le stupa qui le surmontent aient été réparés.

Quelques quartiers cependant sont propres, apparemment destinés à la visite des étrangers : celui du "monument de la Victoire" (jadis "monument de l'Indépendance") avec ses beaux parterres, celui du Palais royal, le Cambodiana avec ses 250 chambres luxueuses et ses motels, la berge du Mékong, en face du palais royal. Un certain nombre de cocotiers plantés par Pol Pot donnent à la ville un aspect encore plus exotique qu'autrefois. Phnom Penh apparaît comme une ville surpeuplée, avec de nombreux squatters qui ont occupé les appartements vides, ou campent dans des baraques de bambou dressées à l'intérieur des enceintes de pagodes, ou dorment sur les trottoirs. C'est une ville animée, avec une intense circulation de cyclos, de vélos, de motos (le jour du Pchoum Ben, le 19 septembre, les motos circulaient sur plusieurs rangs, en files ininterrompues sur les principaux axes de la ville); quelques voitures se frayaient un chemin en klaxonnant sans arrêt. La circulation y est très anarchique, des agents essayent avec peine d'y mettre un peu d'ordre. Phnom Penh frappe par le nombre de ses marchés assez bien approvisionnés, où les foules se pressent, mais aussi par la multitude de ses boutiques de pièces de rechange en tous genres, de petits marchands de détail assis au bord des trottoirs et vendant quelques fruits, des cigarettes à l'unité, de l'essence au litre, etc.

Au premier regard, on a l'impression d'un peuple à la fois semblable et très différent de celui qui peuplait la ville avant 1975 : moins de Chinois (qui ont progressivement racheté le centre de la ville et ses boutiques), plus de Khmers et surtout de Vietnamiens. Les Khmers semblent très pauvres, ce sont des paysans venus gagner leur vie à Phnom Penh ou qui ont fui les combats. L'accent des Cambodgiens de Phnom Penh a changé par rapport à celui de jadis.

Pendant ces dix jours, j'ai pu noter une trentaine de mots ou d'expressions nouvelles, ou du moins d'usage généralisé dans le peuple, fruits directs de la révolution culturelle de Pol Pot : "Hôp" pour "manger" ; "Tveu chivaphéap", "gagner sa vie" (avec les harmoniques: "khméan chivphéap", "khnong chivaphéap") ; "Saphéapkar", "situation" ; "niyiey kampuchéa", "parler cambodgien" ; "Aharathan", "cantine" ; "Téarokathan", "crêche" ; "Metrey sala", "école maternelle" ; "Parchéachun", "peuple" ; "Kal pi sangkhum", "sous les anciens régimes" ; "Komret vapathor" , "niveau culturel" ; "Sappada", "semaine" ; "Krousar" pour "conjoint" ; "Saum aekaphéap", "être d'accord" ; "Avathaméan", "absence" ; "Vathaméan", "présence" ; "Tveu atésanéam" "raconter sa biographie" ; "Samasaphéap", "nombre des participants à un meeting", etc.

Le nom des rues porte le signe des changements politiques : le boulevard Monivong (devenu "Pratichépatai", "démocratie" sous Lon Nol), est rebaptisé "Son Ngoc Minh" ("Achar Méan", ces dernières années), partisan du Vietminh dans la guerre de libération contre les Français ; le boulevard Norodom ("du 9 octobre") porte le nom de "Tou Samouth", fondateur du Parti communiste cambodgien ; le boulevard Sihanouk est devenu "Sivotha", frère cadet du roi Norodom qui s'était révolté contre le roi en 1860; le boulevard Kampuchéa Krom s'appelle "Amitié Kampuchéa-Vietnam", le boulevard Mao Zedong est devenu "Kéo Mani", du nom d'un député communiste khmer de la fin des années cinquante ; la route de l'Amitié khmero-soviétique est devenue "de l'Union Soviétique" ; l'allée Kossomak a été baptisée "Ho Chi Minh" ; le boulevard passant devant Chamkar Mon s'appelle "Achar Sva", instigateur de la première révolte anti-française de 1864 ; le quai Sisowath est devenu "boulevard Lénine" ; la route passant devant le front du Bassac est devenue "Karl Marx". Trasac Paem a gardé son nom, car ce jardinier avait aboli la royauté. Par contre les petites rues transversales entre les grands boulevards portent des numéros, à l'américaine. Les hôpitaux portent généralement comme noms les grandes dates de la révolution cambodgienne : "de la Révolution" (Calmette), "du 17 avril" (Hôpital des bonzes) "du 2 décembre" (Ang Doung), etc.

La Révolution a eu au moins comme résultat deux petits changements constatés chez les chrétiens: les réunions commencent désormais à l'heure, chacun note les choses qui lui paraissent importantes sur un carnet.

On pourrait faire la même description de Kompong Chhnang : une ville laissée à l'abandon, des herbes folles poussant partout, un troupeau de chevaux broutant l'herbe de la principale place de la ville, les beaux bâtiments noircis faute d'entretien. En revanche, de nouveaux édifices ornent toutes les capitales provinciales : un "monument de la Victoire", réplique de celui de Phnom Penh, ainsi que le monument célébrant l'amitié indéfectible entre le Cambodge, le Laos et le Vietnam.

De Kompong Speu, il ne reste plus rien de l'ancienne ville, sinon quelques ruines bordant une route asphaltée : les habitations ont été rasées par les bombardements, avant même 1975. La ville est reconstruite le long de la route nationale 4 menant vers Kompong Som, avec les superbes bâtiments de l'école des cadres du Parti.

Dans les campagnes, la vie semble avoir repris comme avant. Ici et là, on remarque des maisons en ruine dont il ne reste que quelques piliers en béton. Les maisons en bois, la grande majorité, ont disparu sans laisser de traces. En allant sur Kompong Chhnang on peut voir, bordés de digues, quelques canaux rectilignes creusés sous Pol Pot. Les paysans y ont repiqué du riz, car ils semblent inutiles à l'acheminement de l'eau. Selon des voyageurs, la région de Svay Rieng serait particulièrement déserte.

La tragédie vécue sous Pol Pot est partout présente : non seulement au musée de l'horreur à Tuol Sleng ou aux charniers de Choeung Aek (où ont été torturés et exécutés des cadres du Parti), mais aussi à la pagode Vat Ampè Phnom de Kompong Speu où des milliers de Phnom Penhois ont été massacrés, au Phnom Sampeuou près de Battambang transformé lui aussi en musée de l'horreur. Il suffit de s'arrêter et de parler quelques instants avec des inconnus pour entendre l'histoire de souffrances inouïes.

Situation militaire

Il est difficile à Phnom Penh, à Kompong Chhnang ou à Kompong Speu, de s'imaginer dans un pays en guerre : aucun coup de feu, aucun bruit de canon. Seul, le couvre-feu, de 21 heures à 5 heures du matin, et la présence de quelques mutilés sont le signe de cette dure réalité. Cependant le climat de guerre est lourd, même s'il n'est pas directement perceptible à l'étranger de passage. Les jeunes hommes sont peu nombreux: seuls échappent à la conscription ceux qui font des études; les pauvres sont raflés et partent au front après quelques jours de formation militaire. Si les mutilés sont peu visibles en ville, c'est qu'ils en ont été écartés, et qu'ils vivent dans des zones reculées, comme Siemréap, pratiquement à l'abandon. On avance des chiffres de plus de 1 000 mutilés par mois, principalement à cause des mines.

En parlant avec les pauvres, on apprend que le fils de telle au telle veuve vient de se faire tuer il y a une quinzaine de jours à Svay Chek. A Kompong Speu, un groupe de paysannes de Samrong Thon et de Krong, venues au marché, font état de l'interdiction faite par les Khmers rouges d'aller dans les rizières proches de la montagne qui borde la ville à l'ouest, car ils ont miné ces rizières ; les boeufs qui n'avaient pas compris l'interdiction ont sauté sur les mines. Une autre paysanne fait partie des quelques dizaines de milliers de personnes déplacées par le régime afin de nettoyer la chaîne des Cardamones de la présence des Khmers rouges. Un jeune homme dit que les soldats gouvernementaux aidés de "nos amis" (vietnamiens) sont en train de pourchasser les Khmers rouges. Il y aurait ainsi près de 155 000 réfugiés de l'intérieur, notamment dans les provinces de Banteay Méan Chhey, Kompong Chhnang, Kompong Thom. Par ces déplacements, le gouvernement non seulement priverait les Khmers rouges de leur population, mais pourrait également bénéficier d'un nombre d'électeurs plus important. Le gouvernement voudrait que les ONG aident ces réfugiés, mais plusieurs sont réticentes, pour des raisons politiques (2).

Les Khmers rouges ne semblent plus lancer de grandes attaques, mais, dit-on, se réorganiseraient avec un quadrillage de la population, y compris à Phnom Penh.

S'il est pratiquement sans danger de se déplacer dans la région de Phnom Penh, Takéo, Svay Rieng, Prey Veng, Kompong Chhnang, Kompong Cham, si les chaloupes remontent le Mékong jusqu'à Kratié, apparemment sans encombre, par contre la route de Kompong Thom à Siemréap est coupée, le voyage vers Battambang ou vers Kampot est plus périlleux : récemment deux trains se dirigeant vers ces deux villes ont été attaqués par les Khmers rouges ; un catéchiste venu de Battambang par la route a vu un cadavre au bord du chemin ; un autre venant de Chomnom, au sud-ouest de Battambang, dit qu'il dort tous les soirs dans une tranchée; en effet les Khmers rouges campent à 5 km seulement et ils n'hésitent pas à piller les villages des environs : les villages qui leur résistent sont brûlés, ceux qui acceptent de leur donner du riz, des boeufs, de l'argent, des radios sont épargnés. Les Khmers rouges revendent tout cela en Thaïlande.

Une économie de guerre

40% du budget national (chiffre difficilement vérifiable en l'absence de véritables structures d'Etat) seraient affectés à la guerre. Si le Cambodge semble avoir atteint l'autosuffisance alimentaire, malgré les aléas de la météorologie, il semble impossible à l'Etat de se lancer dans la réalisation de projets importants de reconstruction. Pourtant, depuis dix ans, un certain nombre de nouveaux édifices sont sortis de terre : des dispensaires, des infirmeries, des écoles du Parti. Depuis un an, les pays de l'Est utilisent leurs deniers pour leur propre reconstruction nationale et se sont désengagés du Cambodge : les caisses de l'Etat sont donc vides. Après une augmentation de 600%, il y a quelques mois, les salaires des fonctionnaires se situent aux environs de 3 500 riels, mais ne suivent pas le cours de l'inflation. Ce salaire est toutefois accompagné de fournitures en nature : riz, tissus, cigarettes, etc., ce qui amortit le choc de l'inflation. Le dollar s'échangeait 660 riels le 27 septembre 1990 (contre 560 quinze jours plus tôt). Les prix s'envolent : l'essence (soviétique) qui se vend officiellement 130 riels (contre 50 il y a un mois) aux pompes officielles (distribution d'un litre par moto et 5 litres par voiture), se vendait entre 300 et 350 riels sur le trottoir lors du Pchum Ben (19.09.90). Cela n'empêche pas cependant des dizaines de milliers de motos de rouler comme si de rien n'était. Les motos se vendent entre 200 et 1 500 dollars selon leur état, une bicyclette aux environs de 100 dollars. Le dollar ou l'or sont les monnaies d'échange pour les gros achats, car le riel ne vaut rien. On peut voir sur les divers marchés, et notamment au marché central, de très nombreuses boutiques vendre des objets en or, des balances de haute précision pour peser l'or, etc. Les ménagères par contre se rendent au marché avec des liasses impressionnantes de billets (les coupures sont de 5, 10, 20, 50 et récemment de 100 riels). Le riz vaut entre 85 (dernier choix) à 180 riels, le kilo de poisson vaut 400 riels, la viande de porc entre 600 et 700, celle de boeuf environ 500 ; une "main" de bananes entre 150 à 300 selon les variétés ; le sucre de palme 150 riels le kilo, le sucre de canne entre 250 et 350... Il faut environ 500 riels (4,5 FF) par jour pour une famille de trois personnes.

En dépit des salaires de misère des employés de l'Etat, on constate une importante économie souterraine échappant à tout contrôle. La corruption des fonctionnaires n'a jamais connu ces proportions, même sous les régimes de Sihanouk et de Lon Nol. Pour obtenir un diplôme de médecin, il faut, assure-t-on, offrir une Toyota. Pour se rendre en voiture de Phnom Penh à Battambang, en juin, tel voyageur a dû payer à tous les postes de contrôle, en riels ou en cigarettes. Plusieurs attentats attribués aux Khmers rouges sont le fait de soldats gouvernementaux qui tirent sur les passagers refusant de payer un pourboire à leur passage. Alors qu'autrefois les fonctionnaires khmers observaient une certaine retenue, du moins avec les étrangers, actuellement ils n'hésitent pas à demander directement. A voir le nombre de gens qui se promènent, qui flânent ou discutent, davantage encore qu'autrefois, on se demande d'autre part qui travaille et quand.

Les ONG sont les principales pourvoyeuses de fonds de cette économie souterraine : de nombreux dispensaires et infirmeries ont été construits un peu partout, mais ne fonctionnent pas, les médicaments étant vendus par les infirmiers et médecins. Même l'hôpital Calmette, qui compte 20 médecins, n'a pas de médicaments pour les pauvres alors que la pharmacie est pleine, mais pour l'usage des ministres et pour alimenter les fonds commerciaux du personnel. Jamais il n'y a eu autant de "classes" de malades à Calmette et dans les hôpitaux. Le règlement affiché devant la porte stipule qu'un cadre ou un employé de l'Etat doit passer en priorité. A Kampot, une association étrangère parrainait 140 orphelins : lors d'une visite inopinée, on n'en a trouvé que 4. Le lendemain les autorités réussirent à rassembler une vingtaine d'enfants... En d'autres endroits on loue les vêtements pour habiller les enfants en orphelins. (On a connu des choses semblables sous Sihanouk !).

La corruption généralisée n'est même plus objet de remontrances dans les ministères, au personnel pléthorique mais inactif; ceux qui refusent de détourner des fonds publics sont taxés d'idiots : "Jadis, dit une chrétienne, tous s'efforçaient de suivre la loi du régime. Maintenant, nous qui ne voulons pas verser dans la corruption, nous passons pour des idiots, des ignorants. Je ne mange pas de la très bonne nourriture, c'est vrai, mais je suis heureuse dans mon coeur. On m'accuse d'être pauvre, de ne pas savoir me "débrouiller", que mon karma est mauvais parce que j'élève un cochon à la maison pour améliorer mon ordinaire alors que les autres détournent des fonds publics. Jadis il fallait cacher sa richesse. Maintenant, depuis les lois de libéralisation de l'année dernière, chacun expose tout ce qu'il a, achète des voitures, construit des maisons". Effectivement, on est frappé à Phnom Penh et dans ses environs du nombre de maisons en construction ou en rénovation : signe d'optimisme en l'avenir ? Préparation de la venue du personnel de l'ONU ? Ces constructions avaient pratiquement été stoppées en mai, lors du durcissement politique du gouvernement. Rarement l'écart entre les riches et les pauvres semble avoir été aussi grand.

Situation politique

Il est difficile à l'intérieur de Phnom Penh d'évaluer la situation politique. C'est davantage par les déclarations faites par les divers responsables à l'extérieur que l'on peut s'en faire une idée.

Il est certain que la plupart des personnes rencontrées semblent apprécier le vent de libéralisation qui souffle sur le pays depuis environ un an, même si bien des aspects sont négatifs. Certes le régime reste policier et le Parti garde le monopole de toute activité politique, relayé par le Front comme organe exécutif de ses directives. On doit déclarer les nouveaux arrivants au chef de quartier, la surveillance est réelle, mais discrète. Les réunions politiques sont moins fréquentes que par le passé.

Les prisons existent : non seulement T3, (la prison centrale de Phnom Penh), mais également des prisons souterraines, dont celle de Toul Sleng (à côté du musée de l'horreur du génocide khmer rouge), que l'on ne visite pas. Il est possible que le Comité de la Croix-Rouge internationale reçoive bientôt l'autorisation de s'informer du sort des prisonniers. J'ai rencontré trois réfugiés qui sont rentrés de Thaïlande : l'un est rentré de lui-même en 1982, mais il est surveillé par la police pour des raisons confessionnelles; un autre est rentré de lui-même, comme "égaré" ("vonveng phleuv") : il n'a pu s'installer dans la ville même de Phnom Penh, mais dans un quartier périphérique, et ne semble pas inquiété ; le troisième est rentré par le biais de la Croix-Rouge internationale et n'est pas inquiété. Les "égarés", même anciens chefs khmers rouges, ont été réintégrés dans la société khmère, et portent une carte spéciale d'"égarés". Ils sont l'objet d'une surveillance discrète. Il arrive cependant que des gens soient arrêtés sans raison, et qu'ils doivent prouver leur innocence pendant plusieurs mois de prison.

On écoute la Voix de l'Amérique en khmer, même très fort, sans que cela semble poser de problèmes. Dans la conversation courante, les gens rencontrés n'hésitent pas à poser des questions sur ce que l'étranger pense du pays et de ses dirigeants.

Tous attendent la paix, mais sans trop y croire. Beaucoup craignent le retour des Khmers rouges comme une éventualité possible, précisément à cause de la corruption de l'actuel régime.

Présence vietnamienne

Officiellement, l'armée vietnamienne a quitté le pays le 26 septembre 1989. Un premier regard ne permet pas de déceler immédiatement la présence d'une colonie vietnamienne au Cambodge. Pourtant, en se promenant dans les rues, on voit des Vietnamiens partout: dans les maisons, au marché, sur le bord des fleuves. Le quartier de Russey Kéo, ainsi que celui situé derrière l'ancien village catholique, sont peuplés exclusivement de Vietnamiens. Par contre il n'y en a pratiquement pas à Chrui Changvar. Tout l'artisanat, notamment la construction, est entre leurs mains, non seulement parce que traditionnellement les Khmers sont moins artisans (ils construisent toutefois très bien leurs pagodes et autres édifices), mais surtout parce que les jeunes Khmers sont embrigadés dans l'armée, alors que les jeunes Vietnamiens en sont exemptés.

A Kompong Chhnang, selon le président de l'Association des Vietnamiens de la province, les résidents vietnamiens seraient au nombre de 10 000.

La région de Kompong Speu ne semble pas en compter beaucoup, ce que confirmait le chauffeur qui m'y conduisait.

La colonie vietnamienne du Cambodge semble être surtout composée de pauvres gens qui viennent chercher une subsistance plus facile que dans leur patrie. Ils sont cependant encadrés par l'Association des résidents vietnamiens au Cambodge, qui dépend directement de l'ambassade du Vietnam à Phnom Penh ou du consulat de Battambang. Cette ambassade délivre d'ailleurs des cartes d'identité cambodgiennes barrées d'un trait, qui permettent aux Vietnamiens de circuler avec facilité entre les deux pays. Il est toutefois difficile d'avancer un chiffre précis. Certains parlent le khmer, car ce sont d'anciens résidents vietnamiens du Cambodge expulsés en 1970. D'autres ne parlent absolument pas la langue du pays. Les Vietnamiens vivent regroupés entre eux car, isolés, ils sont parfois l'objet de la vindicte des Khmers. Un enfant vietnamien d'Arey Ksach (sur la rive ouest du Mékong, opposée à Phnom Penh) s'est fait rosser par ses condisciples de classe et a dû quitter l'école.

Personne, même dans les ministères, ne nie la présence de 6 000 experts vietnamiens. Quant aux militaires, ils sont présents, bien qu'il soit impossible d'en déterminer le nombre. On en parle comme de "nos amisIl est certain que, sans leur présence, Battambang, Siemréap et Kompong Thom seraient aux main des Khmers rouges. Au début septembre, dans les journaux de Bangkok, on pouvait d'ailleurs lire des déclarations gouvernementales selon lesquelles les gardes cambodgiens des provinces de Siemréap et de Battambang allaient être doublés par des soldats vietnamiens. Des étrangers ont pu rencontrer, au Vietnam, des militaires qui rentraient récemment du Cambodge : ils y avaient fait du bénéfice puisqu'ils étaient payés en dollars. Quant aux services de police et au ministère de l'Intérieur, au dire d'un Vietnamien, leur personnel serait composé, pour une importante proportion, de Vietnamiens habillés en tenue cambodgienne. Une multitude de petits détails confirment cette présence; une vendeuse de cigarettes sur le trottoir affirme : "Ils me parlent en vietnamien !" Lors d'un petit accrochage entre une moto et une bicyclette, le militaire cambodgien qui montait la moto ne parlait que vietnamien; un ami étranger prenant une bière à Siemréap entendait des militaires "cambodgiens" ne parler entre eux que vietnamien.

Les Vietnamiens semblent n'être nulle part et partout, mais tiennent le pays en main. "La capitale du Cambodge, c'est Ho Chi Minh-Ville" disait sans ambages un jeune homme. Le monument de l'Indépendance a été rebaptisé "monument de la Victoire", et l'allée qui le flanque "Allée Ho Chi Minh".

L'Eglise

Depuis les décrets du mois d'avril accordant la liberté de culte aux diverses religions (2), l'Eglise du Cambodge retrouve une vitalité nouvelle.

Phnom Penh

Le 19 septembre, pour la première fois depuis 15 ans, le Pchoum Ben (jour des morts) a été célébré à Phnom Penh (3). Plus de 300 personnes y participaient activement. L'ambiance était joyeuse et fraternelle, les chrétiens khmers appartenant jadis à diverses paroisses (Kompong Cham, Kompong Ko, Moat Krasas, Hoaland), mais aussi quelques Chinois et une vingtaine de Vietnamiens s'étaient rassemblés. La messe était largement animée par les Khmers eux-mêmes, de nouveaux chants liturgiques avaient été composés pour la circonstance.

Durant ce rassemblement on pouvait constater l'énorme prix payé à la Révolution : cette communauté était relativement jeune, peu d'adultes, surtout masculins. A consulter les listes des défunts, on peut penser que près des deux tiers des chrétiens ont disparu.

La vie de la communauté chrétienne s'organise: formation biblique, préparation du catéchisme assuré par 9 catéchistes dans les divers quartiers de la ville pour plus de 125 enfants et jeunes, réunion du comité d'entraide chargé de manifester la charité des chrétiens aux plus pauvres, découverte de la foi chrétienne pour un certain nombre qui demandent à la connaître. Depuis le 27 septembre, une prière en khmer est organisée tous les matins pour ceux qui le désirent.

Les problèmes sont nombreux. Si la communauté est organisée par un Comité de chrétiens reconnu par le Front, la présence du prêtre est le catalyseur qui permet en partie son dynamisme. Le P. Destombes est connu comme prêtre, même s'il n'est reconnu par les autorités que comme représentant de Caritas Internationalis. Si la liberté est réelle, elle est tout de même très encadrée : le Comité doit rendre compte régulièrement au Front, des activités des chrétiens, du nombre des participants, de leur nationalité, du montant de la quête, du nombres de nouveaux chrétiens, des baptêmes, etc. Le Comité d'entraide des chrétiens (6 membres), se doit d'être discret, pour ne pas paraître en concurrence avec le ministère de l'Action sociale, ou être taxé d'activités politiques. La participation du Comité à une distribution de colis aux mutilés et aux familles de soldats à la frontière, organisée par les autorités du quartier, a fait sortir le Comité de l'anonymat et lui a acquis une certaine reconnaissance officielle. Des fonctionnaires cambodgiens viennent de temps en temps prendre des renseignements sur les activités de la communauté.

Celle-ci cherche à acquérir un terrain pour construire un lieu de culte pour donner un signe visible et repérable de la communauté. Le Front a promis un emplacement, mais cette promesse reste encore sans effet. La multiplicité des groupes chrétiens (évangélistes, néo-apostoliques) pose des problèmes : les autorités voudraient dans l'avenir ne reconnaître qu'une seule dénomination chrétienne. A intervalles réguliers, le Front convoque les représentants des diverses confessions pour faire ensemble le point sur leurs activités. Selon un membre du Parti communiste, les néo-apostoliques sont suspectés de chercher à obtenir des conversions par des distributions d'argent.

Le manque relatif de liberté peut être une chance pour l'Eglise : il évite d'aller trop vite, de réaliser des projets trop grands avec beaucoup d'argent. Il permet de mieux structurer une communauté et de lui laisser ses responsabilités.

Moat Krasas

Deux communauté coexistent : un petit groupe de Khmers, composé essentiellement de jeunes gens et de femmes, sans hommes adultes. Ces Khmers se sont installés à environ 3 kilomètres au nord de leur ancien village, dont les terres ont été emportées par le Mékong. Un autre groupe comprend une dizaine de familles vietnamiennes vivant dans des barques et quelques maisons construites sur l'emplacement de l'ancienne paroisse vietnamienne. En tout une centaine de personnes. Les Khmers sont très pauvres, alors que les Vietnamiens, vivant de pêche, sont relativement plus riches. Ceux-ci ont construit une petite église. La messe y est célébrée chaque dimanche en khmer, animée par les Khmers, avec la lecture de l'évangile en vietnamien. Un jeune de Phnom Penh aide à l'enseignement du catéchisme.

Battambang

Pendant huit ans, le catéchiste a dû prendre de la distance par rapport à l'Eglise car, depuis 1982, il était menacé de prison s'il continuait à pratiquer.

Les chrétiens y sont quelques centaines. Ils sont organisés par un comité mixte comprenant 5 Khmers et 3 Vietnamiens. Actuellement les chrétiens ont officiellement l'autorisation de se réunir dans deux maisons privées. Les chrétiens cambodgiens ont connu un certain nombre de difficultés de la part du Front à cause de l'argent reçu de la frontière, et qui n'aurait pas été distribué équitablement à tous.

Le catéchiste a fait une demande pour construire un petit lieu de culte dans l'enceinte de l'ancien terrain de l'église. Les autorités du village et de la mairie ont donné leur accord, mais le consul du Vietnam à Battambang s'y oppose, car il voudrait imposer la présence de l'Association des Vietnamiens de la province dans le comité. "Les Vietnamiens ont plus d'expérience", a dit le consul.

On n'enseigne pas le catéchisme faute de livres, mais on se réunit pour prier et communier tous les dimanches.

Chomnom

Le catéchiste avait dû lui aussi arrêter ses activités en 1982. Depuis un an, il est à nouveau reconnu par les autorités comme responsable de la communauté. Les autorités provinciales lui ont demandé de réparer l'église, transformée en grenier à riz sous Pol Pot, et lui ont promis de venir l'inaugurer officiellement.

La communauté est organisée par un comité de 12 personnes dont le catéchiste n'est pas membre. Il y a actuellement environ 400 personnes, dont 63 nouveaux chrétiens qui assistent régulièrement aux offices du dimanche; beaucoup de chrétiens dispersés ou qui avaient pris des distances par rapport à l'Eglise lors de leur mariage avec des non-chrétiens demandent à étudier. Le catéchiste enseigne la langue khmère et le catéchisme tous les jours. Il préside aussi l'Eucharistie du dimanche.

Kompong Thom

Les chrétiens seraient au nombre de 250 familles, mais peu unies, en butte à l'hostilité des fonctionnaires locaux, suite notamment au voyage de nombreux chrétiens vers la frontière pour y chercher de l'argent au cours des dernières années. Cet argent aurait suscité des rivalités et dissensions à l'intérieur même de la communauté chrétienne.

Kdol

Selon un chrétien réfugié aux USA, le minuscule groupe de chrétiens de Kdol continuerait à vivre sa foi.

Chrétiens montagnards

Par un planteur français de passage à Phnom Penh, nous avons appris qu'un groupe assez important de montagnards de Quida, Centre-Vietnam, sont venus s'implanter dans la région de Ratanakiri. Leur territoire situé au Vietnam a été occupé par des Vietnamiens venus du nord et qui, dans le secteur des trois frontières, ont empiété de 20 km sur le territoire cambodgien.

Les chrétiens vietnamiens

J'ai accompagné les PP. Tom et Bill à Kompong Chhnang. Une petite communauté d'une centaine de personnes s'y réunissait sur la terrasse d'un immeuble du marché, pavoisée aux couleurs du Vatican. Les prêtres célèbrent habituellement en américain, avec traduction en vietnamien. J'ai été invité avec une insistance toute vietnamienne au repas qui suivit la messe : tous les participants masculins de ces agapes étaient membres de l'Association des Vietnamiens du Cambodge, et ne faisaient aucun mystère des liens qui les unissaient à l'ambassade. Le président était un chrétien de Krauchmar qui était enfant quand j'y étais curé, et que j'avais essayé, en vain, d'emmener à Kompong Cham en 1970. Un membre de l'Association m'a invité à aller à Vat Champa, où se trouve une grande église vietnamienne. Le P. Tom dessert ainsi 14 lieux de culte fréquentés par des chrétiens vietnamiens.

La vitalité des chrétiens khmers, la fraîcheur de leur foi, leur joie de se retrouver ensemble m'a fait vivre un grand moment des Actes des Apôtres. Bien que l'avenir soit incertain, ils sont signe d'Espérance.

Notes
  1. Le "Bureau pour la promotion de l'apostolat auprès des Cambodgiens", dirigé par Mgr Yves Ramousse, ancien Vicaire apostolique de Phnom Penh (Ndlr)
  2. Voir supplément EDA n° 87, doc. n°6 A/90 (Ndlr)
  3. Voir EDA n°82 et 86 (Ndlr)