EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Birmanie / Myanmar Les minorités religieuses, grandes absentes de la rentrée parlementaire

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Birmanie / Myanmar

Imprimer

Les minorités religieuses, grandes absentes de la rentrée parlementaire

Les minorités religieuses, grandes absentes de la rentrée parlementaire

29/01/2016

Malgré une représentation très limitée dans le nouveau Parlement, les minorités religieuses de Birmanie comptent s’appuyer sur les 390 députés de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) pour peser dans le débat politique. Le parti d’Aung San Suu Kyi a remporté une victoire écrasante aux législatives du 8 ...

... novembre dernier.

C’est une marée orange. Pour la première fois dans l’histoire de la Birmanie, le parti pro-démocratique occupe près de 60 % des sièges dans les deux Chambres nationales. Vêtus de leur veste orange, à laquelle ils épinglent souvent une broche représentant un paon et une étoile, les symboles du parti, les nouveaux députés de la Ligue nationale pour la démocratie doivent siéger pour la première fois ce lundi dans l’immense parlement situé à Naypyidaw, la capitale politique.

Les partis des ethnies minoritaires du pays ont essuyé une sévère défaite aux législatives du 8 novembre dernier. Ils n’occupent que 54 des 664 sièges que compte l’institution (la LND ayant 390 sièges à elle seule). Selon l’Eglise catholique de Birmanie, quarante-trois députés chrétiens siégeaient dans le Parlement sortant, dont treize catholiques. Le nombre de représentants chrétiens dans la nouvelle assemblée n’est pas encore connu avec précision, certains appartenant à des formations politiques nationales qui n’affichent pas d’orientation religieuse.

« Il y a beaucoup de députés de la LND qui sont chrétiens, se réjouit John Je Yaw Wu, un élu catholique du NUP, le Parti national pour l’unité. Ils vont essayer de conduire le pays vers la démocratie. Auparavant, la plupart des députés chrétiens étaient des amis des gens au pouvoir et ils appartenaient au parti majoritaire [l’USDP, les anciens militaires]. Ils avaient peur de s’opposer aux projets de loi et de débattre. Ils n’ont pas beaucoup apporté au Parlement. »

D’après lui, la vague orange devrait créer un climat plus propice à la prise en compte de la voix des minorités religieuses. « J’ai rencontré Aung San Suu Kyi récemment, poursuit John Je Yaw Wu. Elle m’a dit qu’elle voulait me confier un poste au Parlement et qu’elle nommerait des membres des minorités dans son gouvernement. » Trois des quatre présidents et vice-présidents du Parlement, dont les noms ont été annoncés jeudi dernier par la LND, appartiennent à des ethnies minoritaires.

Sous cette nouvelle législature, le député catholique espère avoir l’occasion de porter un dossier qui lui tient particulièrement à cœur : la restitution des propriétés foncières de l’Eglise, confisquées par l’Etat sous la dictature (1962-2011). « Elles ont été nationalisées en 1966, quatre ans après le coup d’Etat militaire, précise-t-il. Nous aimerions demander leur rétrocession, notamment les bâtiments et les terrains qui sont actuellement laissés à l’abandon. Je pense que nous aurons plus de chances de les obtenir sous ce nouveau gouvernement. » John Je Yaw Wu se dit prêt à s’associer à d’autres groupes chrétiens et aux musulmans pour faire valoir cette revendication. Leurs communautés ont également perdu des biens immobiliers sous la dictature.

En revanche, les minorités musulmanes de Birmanie sont nettement moins optimistes que les chrétiens au sujet des efforts qui seront déployés pour le respect de leurs droits. Elles s’inquiètent particulièrement de leur exclusion du Parlement. D’après plusieurs sources au sein de la communauté musulmane de Rangoun, la nouvelle institution ne devrait comporter aucun représentant fidèle à l’islam. Le Parlement sortant n’en comptait que trois, tous affiliés à l’USDP. Avant le scrutin du 8 novembre dernier, la commission électorale avait invalidé la plupart des candidatures d’hommes politiques musulmans, sous prétexte que leurs parents n’étaient pas de nationalité birmane à leur naissance, ou qu’ils n’avaient pas vécu sur le territoire national ces dix dernières années. La LND avait elle aussi écarté tous les prétendants musulmans de sa liste de candidats afin de ne pas subir les attaques des groupes extrémistes bouddhistes.

« Je crois que la majorité bouddhiste du Parlement fera ce qu’elle voudra pour le bien de la société bouddhiste, préjuge Myo Thant, secrétaire à l’information du Parti pour la démocratie et les droits de l’homme (DHRP), composé de nombreux musulmans. Je ne vois aucun élément indiquant qu’Aung San Suu Kyi soit prête à faire quoi que ce soit en faveur des Rohingyas. » Environ 100 000 Rohingyas, une minorité musulmane de l’ouest de la Birmanie, vivent dans des camps de déplacés depuis des violences religieuses en 2012. La plupart d’entre eux sont apatrides. Beaucoup fuient, au péril de leur vie, en prenant la mer pour tenter de rallier la Malaisie ou l’Indonésie. « Il est important de ne pas exagérer les problèmes (…), notre pays tout entier est dans une situation dramatique », avait déclaré Aung San Suu Kyi juste avant les élections de novembre, précisant que « certains boat-people viennent du Bangladesh, et pas de Birmanie ». Ces propos n’ont pas rassuré Myo Thant.

Le DHRP entretenait des relations fréquentes et fructueuses avec la LND jusqu’en 2012. Mais depuis, elles sont beaucoup plus distantes. « Nous avons écrit nos souhaits dans des documents que nous avons transmis à la LND. Mais nous n’avons pas reçu de réponses. Parfois, nous perdons espoir », reprend Myo Thant.

Les hommes politiques musulmans plus proches de la LND affichent davantage de confiance. U Ko Ni, un avocat membre du parti, estime que « la LND n’aura pas le droit d’éviter le sujet » des droits des minorités. « Les musulmans ont voté pour la LND. Dans le township de Pabedan [en plein centre-ville de Rangoun], plus de 70 % des habitants sont musulmans. Et tous ont voté pour le candidat, bouddhiste, de la LND. Pour cette raison, je pense qu’Aung San Suu Kyi, en retour, va considérer les revendications des musulmans », justifie-t-il.

L’avocat souhaite que le nouveau gouvernement révise la loi sur la citoyenneté de 1982, qui introduit différents niveaux de nationalité, et dont l’application arbitraire prive beaucoup de musulmans des droits les plus élémentaires. « Je veux en outre abolir les quatre ‘’lois sur la protection de la race et de la religion’’, reprend-il. Elles sont contraires à la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Adoptés l’an dernier sous la pression des extrémistes bouddhistes, ces textes restreignent les conversions et les mariages interreligieux. Ils interdisent la polygamie et punissent les relations sexuelles hors mariage.

La LND n’avait pas soutenu ces lois au Parlement l’an dernier. Va-t-elle les remanier, les abroger, une fois au pouvoir ? Aung San Suu Kyi n’a rien promis. « La loi de 1982 doit être révisée, je suis d’accord », indique U Nyan Win à titre personnel. Mais le porte-parole de la LND précise aussitôt ne pas connaître la position officielle de sa propre formation sur cette loi.

Interrogé sur les moyens que la LND compte mettre en œuvre pour inclure la communauté musulmane dans le débat politique, il ne donne pas plus d’explications. « Je ne sais même pas s’il y a des députés musulmans, ou pas, affirme-t-il. S’ils ne se sont pas présentés aux élections, c’est leur problème. »

(eda/rf)