EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Sud-Est Birmanie / Myanmar Importants déplacements de populations à la frontière thaïlandaise

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Sud-Est - Birmanie / Myanmar

Imprimer

Importants déplacements de populations à la frontière thaïlandaise [ Bulletin EDA n° 142 ]

01/11/1992

Selon des informations provenant de la frontière thaïlandaise, très détaillées mais non confirmées par d'autres sources, 30 000 personnes environ se retrouveraient sans abri et refoulées dans la jungle dans les diocèses de Loikaw, Tongoo et Taungyi à la frontière thaïlandaise au nord-est du pays. Les militaires de l'armée birmane ont brûlé plus de 160 villages dans cette région soupçonnée d'abriter des rebelles. Beaucoup de ces villages sont chrétiens, baptistes ou catholiques (1). Selon les témoignages recueillis, un début de famine affecterait ces populations.

Des réfugiés qui ont réussi à passer en Thaïlande en provenance de cette région ont déclaré par ailleurs à "Eglises d'Asie" que les prêtres et religieuses exerçant dans ces districts ont été regroupés à Pruso et qu'il leur est interdit de rendre visite aux villages des environs. Un prêtre aurait réussi à quitter la ville et à rejoindre ses paroissiens dans la jungle.

Les réfugiés déjà cités parlent de "persécution religieuse" exercée par l'armée contre les villages chrétiens et de "pressions faites sur eux pour qu'ils se convertissent au bouddhismeDes sources de Rangoon estiment cependant que les opérations militaires menées dans cette région s'expliquent surtout par des raisons stratégiques : il s'agirait d'empêcher les rebelles de se ravitailler. On brûle donc les villages et on force la population à se réfugier dans la jungle.

Un groupe bouddhiste de Rangoon aurait publié il y a quelques mois un document en 17 points, définissant les stratégies à utiliser pour éradiquer le christianisme dans les ethnies minoritaires du pays. Il ne semble pas que ce document ait été utilisé jusqu'à présent par le SLORC au pouvoir à Rangoon ou par l'armée birmane dans leur lutte contre les minorités rebelles.

Une information divulguée par "Amnesty International" fait état de 700 personnes qui seraient détenues dans quatre camps de la région de Loikaw.

La Birmanie compte 500 000 catholiques pour une population totale de 45 millions de personnes.

Notes

(1) EDA 135<br />