EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Taïwan

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Taïwan

A l'occasion des élections législatives du 1er décembre, l'Eglise catholique invite les responsables politiques à ne pas diviser les citoyens entre "Taiwanais de souche" et "Chinois du continent"

Taïwan 16/12/2001

Les élections législatives du 1er décembre dernier à Taiwan ont été marquées par la victoire du Parti démocrate progressiste (DPP), le parti du président Chen Shui-bian, de sensibilité indépendantiste, et par la défaite du Kuomintang, le parti nationaliste. Avec 87 sièges sur les 225 que compte le Yuan législatif, le DPP devient la première formation politique mais ne dispose pas de la majorité. Selon les études post-électorales, le vote des catholiques, qui représentent 1,4 % de la population, s'est réparti entre les différents partis en présence sans qu'une polarisation particulière puisse être définie. Lors de la campagne électorale, les responsables de l'Eglise catholique ne se sont prononcés à aucun moment pour ou contre l'une ou l'autre des formations en présence.

Dans une économie morose, l'université catholique Fu Jen donne l'exemple en réduisant ses frais de scolarité

Taïwan 16/11/2001

Fu Jen, l'université catholique proche de Taipei, a réduit ses frais de scolarité en signe de solidarité avec la population du pays touchée par la sévère récession économique que connaît l'île depuis plusieurs mois. Cette réduction de 0,5 % a pris effet à la rentrée universitaire de septembre dernier. Le président de Fu Jen, Lee Ning-yuan, a expliqué que la réduction d'un montant de 200 dollars de Taïwan (6 dollars américains) environ par étudiant représentait peu de chose mais se voulait signe de solidarité. D'après le bureau des relations publiques de l'université, presque toutes les universités, dont Fu jen, avaient demandé au cours d'une rencontre avec le ministère de l'Education, en avril dernier, une augmentation des frais de scolarité de 10 %. Mais la soudaine récession économique de ces derniers mois a poussé Fu Jen à changer d'orientation. Le P. Louis Gendron, sj, vice-président de Fu Jen, a expliqué que l'université devait tenir compte de l'augmentation du chômage qui fragilisait bien des familles d'étudiants et que la mission de Fu Jen était aussi de soutenir les plus démunis. Les étudiants et leurs familles ont exprimé leur satisfaction. Quant au ministère de l'Education, s'inspirant de l'exemple de Fu Jen, il a demandé aux autres universités de limiter la hausse prévue à seulement 3 %.

Le prix de la Fondation culturelle franco-chinoise a été décerné aux Missions Etrangères de Pa-ris, installés à Hualien, pour leur travail « humanitaire et social" auprès des aborigènes de l'île

Taïwan 01/11/2001

La Fondation culturelle franco-chinoise, créée en 1996 par le Conseil national des Affaires culturelles de Taiwan et l'Académie française des Sciences morales et politiques, a décerné cette année son prix aux prêtres des Missions Etrangères de Paris (MEP) installés à Hualien, sur la côte Est de l'île de Taiwan, pour leur "œuvre humanitaire et sociale" en milieu aborigène. Doté d'une somme de 250 000 francs français, ce prix sera remis le 6 novembre à Paris au P. Yves Moal, prêtre des Missions Etrangères et supérieur régional des MEP à Taiwan, en présence de Mme Tchen Yu-chiou, ministre de la Culture de Taiwan, de Pierre Messmer, chancelier de l'Institut de France, de Jean Cluzel, secrétaire perpétuel de l'Académie, et du P. Jean-Baptiste Etcharren, supérieur général des MEP. Selon Mme Wang Hsiu-huei, directrice du Centre culturel taiwanais à Paris, le gouvernement taiwanais souhaite par ce prix témoigner aux prêtres des MEP "sa reconnaissance" pour le travail accompli auprès des aborigènes, en particulier dans le domaine des langues et des œuvres sociales. Toujours selon Mme Wang, grâce à l'intervention de Pierre Messmer et de Jean Cluzel, l'octroi par les autorités françaises d'un visa au ministre de la Culture taiwanais n'a pas été trop difficile.

L'Eglise catholique à Taiwan accueille posément la perspective de voir, à terme, le Saint-Siège établir des relations diplomatiques avec la Chine populaire

Taïwan 01/11/2001

Le discours du pape Jean-Paul II à l'occasion du colloque sur le jésuite Matteo Ricci qui s'est tenu à Rome le mois dernier (1) a été bien reçu par les catholiques à Taiwan si l'on en croit les déclarations de plusieurs évêques et responsables laïques. Selon Mgr Luke Liu Hsien-tang, du diocèse de Hsinchu, Jean-Paul II a tout au long de son pontificat exprimé une grande sollicitude envers le peuple chinois. Membre, au sein de la Conférence des évêques de Taiwan, de la Commission chargée des relations avec la Chine (Bridge Church Service), Mgr Liu a estimé que les excuses du pape pour les erreurs passées de l'Eglise et sa demande de pardon à la Chine n'ont pas constitué une surprise. "Maintenant, savoir si ce geste peut constituer un tournant dans les relations entre la Chine et le Vatican dépend de la Chine", a-t-il déclaré, ajoutant qu'établir des relations diplomatiques avec Pékin serait "un non sens" tant que la politique religieuse des autorités continentales chinoises demeure inchangée.

Un colloque international organisé à l'université Fu Jen de Taipei passe en revue les apports des premiers missionnaires catholiques à la catéchèse et leur adaptation au contexte chinois

Taïwan 01/10/2001

Du 7 au 9 septembre dernier, une centaine d'universitaires et de membres de l'Eglise catholique, venus d'Europe, de Hongkong, de Singapour, des Etats-Unis et de Taiwan, se sont réunis à l'université catholique Fu Jen de Taipei pour faire le point de leurs recherches au sujet de "l'Histoire de l'Eglise catholique et de la catéchèse en Chine". Le colloque était conjointement organisé par la fondation Ferdinand Verbiest de l'université catholique de Louvain, en Belgique, et par le Centre de recherche et de documentation de Fu Jen. Les exposés ont porté sur des sujets aussi variés que le travail de missionnaires qui ont prêché en Chine entre les XVIIe et XXe siècles ou le développement des études catéchétiques à Hongkong et à Taiwan ces dernières décennies.

La police menace d'expulsion plusieurs missionnaires catholiques engagés dans la défense des droits des travailleurs étrangers

Taïwan 16/09/2001

Dans les derniers jours du mois d'août dernier, plusieurs missionnaires catholiques étrangers ont reçu une lettre de la police taiwanaise les informant que leur "conduite constituait une violation de l'article 27" du code sur l'immigration de Taiwan et qu'en conséquence ils "pouvaient être expulsés" ainsi que le prévoit l'article 34 de ce même code. L'article 27 du code taiwanais stipule qu'il est interdit aux étrangers de mener des activités autres que celles qui sont spécifiées sur leur visa de séjour. Le 24 août dernier, plusieurs missionnaires catholiques, représentant sept centres de l'Eglise catholique actifs dans l'accueil et l'aide aux travailleurs étrangers, ainsi que 200 travailleurs étrangers et plusieurs syndicalistes avaient manifesté devant le World Trade Center de Taipei où était réunie pour deux jours une Conférence consultative pour le développement économique, assemblée de 120 conseillers nommés par le président de la République pour réfléchir à des solutions permettant de sortir l'économie taiwanaise de la récession qu'elle traverse actuellement. Les missionnaires catholiques et les travailleurs étrangers manifestaient leur opposition aux réductions de salaires dans les secteurs de la construction et de l'industrie manufacturière que le gouvernement impose aux travailleurs étrangers de l'île depuis le 1er septembre.

Lors d'un colloque animé par l'Eglise catholique, un appel a été lancé en faveur de l'abolition de la peine de mort dans l'île

Taïwan 16/07/2001

Les catholiques ont été les premiers à organiser un colloque pour promouvoir l'abolition de la peine de mort à Taiwan, colloque auquel se sont joints des responsables du bouddhisme et du protestantisme pour appeler la population à se joindre à cette campagne. Le cardinal Paul Shan Kuo-hsi, archevêque de Kaohsiung, et le pasteur presbytérien Chou Lien-hua ont lancé un appel en faveur d'une culture de vie et du respect de toute vie humaine au cours du colloque qui s'est tenu du 24 au 26 juin dernier près de Taipei. La faculté de droit et l'Institut Jean-Paul II pour la paix, de l'université catholique Fu Jen, avaient organisé cette rencontre qui débuta, selon le directeur de l'Institut, le P. Edmund Ryden, par un échange sur les aspects sociaux, légaux et pratiques de la question.

Durant leur assemblée plénière, les évêques ont traité du diaconat permanent, de l'évangélisation et de la célébration des saints martyrs chinois

Taïwan 16/05/2001

Les évêques catholiques de Taiwan, au cours de leur dernière assemblée plénière, ont traité du diaconat permanent et de ses statuts, de l'assemblée pour l'évangélisation et de la date du calendrier à retenir pour la fête des martyrs chinois.

Les évêques catholiques de Taiwan plaident pour la prévention du suicide et le développement d'une culture de vie

Taïwan 16/05/2001

La Conférence régionale des évêques catholiques de Taiwan vient de publier une lettre pastorale à propos des suicides dont le nombre est en augmentation certaine dans l'île. Ils demandent que des mesures soient prises et plaident pour le développement d'une culture de la vie. Cette lettre, intitulée "A propos du suicide a été publiée dans le numéro daté du 30 avril des deux plus importants hebdomadaires catholiques de l'île. Lors de leur assemblée générale du 16 au 20 avril dernier, les évêques taiwanais ont décidé également de créer d'un groupe de réflexion formé de prêtres, d'enseignants et d'experts chargé de fournir à l'Eglise une analyse sérieuse de ces problèmes sociaux inquiétants.

Des catholiques veulent aider les aborigènes à recouvrer leurs droits de chasse

Taïwan 01/05/2001

Des responsables catholiques de Taiwan veulent aider les aborigènes à retrouver leurs droits de chasse dans les parcs nationaux, un problèmes auquel le gouvernement réfléchit par ailleurs depuis deux ans (1). Les droits de chasse des aborigènes devraient leur être rendus, parce que, explique Sun Ta-chuan, un catholique de l'ethnie Puyuma, c'est une tradition tribale et un rituel qui leur est propre, nécessaire à asseoir le statut des hommes dans la société. L'ancien vice-président du Conseil des affaires aborigènes de Taiwan, qui est aussi maître assistant à l'université Soo Chow de Taipei et qui a été très actif dans les mouvements "Redonne-moi ma terre" et "Identification" qui, vers les années 1990, luttaient pour les droits des aborigènes, ajoute que la chasse est aussi pour eux un moyen de survivre.