EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Taiwan

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Taiwan

Un centre catholique aide les communautés aborigènes à développer sur leurs propres terres un tourisme respectueux de leur identité culturelle

Taiwan 16/04/2004

Depuis deux ans, le Centre Rerum Novarum, une organisation catholique au service des ouvriers et des employés, mène une action visant à aider les communautés aborigènes de l'île. Pour cela, elle a aidé un certain nombre d'aborigènes à développer un tourisme local, dans les régions montagneuses où ils vivent, qui soit respectueux de leur identité culturelle. Pour l'heure, le projet est encore modeste et il entend le rester. Seuls un ou deux voyages touristiques par mois sont organisés à l'attention des autres Taiwanais, l'objectif étant à la fois de faire mieux connaître la culture aborigène et de fournir un apport financier aux aborigènes.

Deux responsables religieux catholique et bouddhiste appellent au calme et à la raison pour sortir de la crise née de l'issue incertaine de l'élection présidentielle du 20 mars

Taiwan 01/04/2004

Le cardinal Paul Shan Kuo-hsi, évêque de Kaohsiung et président de la Conférence des évêques catholiques à Taiwan, et le maître Sheng Yen, moine bouddhiste très respecté, ont publié un communiqué commun le 26 mars dernier par lequel ils appellent à une issue juste et pacifique à la crise qui s'est ouverte sur la scène politique nationale. A l'issue des élections présidentielles du 20 mars, le président sortant Chen Shui-bian et la vice-présidente Annette Lu, du Democratic Progressive Party, sont arrivés en tête du ticket formé par Lien Chan, du Kouomintang (KMT), et James Soong, du People First Party, avec une avance de seulement 30 600 voix, soit 0,22 % des quelque treize millions de suffrages exprimés. Aussitôt les résultats connus, l'opposition emmenée par le KMT a fait descendre dans les rues des centaines de milliers de personnes pour demander un recompte des bulletins de vote et la formation d'une commission d'enquête sur les circonstances non élucidées de l'attentat ayant superficiellement blessé Chen Shui-bian la veille du scrutin. Selon l'opposition, cette agression a suscité un courant de sympathie décisif en faveur du président sortant. Dans ce contexte relativement volatile, les deux responsables religieux ont dit aux Taiwanais que leur diversité était un trésor à préserver et que la prospérité et la stabilité durement acquises de l'île représentaient des priorités à défendre.

Dans le diocèse de Kaohsiung, une paroisse a su aider deux communautés très différentes à s'intégrer en leur montrant comment dépasser le fossé culturel qui les séparait

Taiwan 16/03/2004

Une paroisse du sud de Taiwan a réussi à faire en sorte que soit dépassé le fossé culturel qui séparait les catholiques originaires de deux régions très distinctes : "le haut pays » et "le plat pays". Les gens du "plat pays" sont des Chinois de l'ethnie han. Ils parlent le dialecte taiwanais ou le mandarin, langue officielle de Taiwan. Ils occupent la région côtière, région prospère. Les gens du "haut pays en revanche, sont les aborigènes qui, descendus des montagnes, sont venus s'installer aux environs de Kaohsiung, une ville située à 300 Km au sud-ouest de Taipei. Quand la paroisse de Hsiaokang (diocèse de Kaohsiung) a été érigée il y a une dizaine d'années, rapporte le P. Ulrich Scherer, les paroissiens du plat pays ne furent pas ravis de voir arriver les catholiques du haut pays. Ils trouvaient en effet difficile d'"accepter que leur paroisse devienne une église d'aborigènes". Ceux du haut pays, principalement des Amei venus de Hualien, représentaient 80 % des paroissiens, une proportion telle qu'ils pensaient eux-mêmes devoir demander une église qui leur soit propre.

Dans la campagne pour l'élection présidentielle, l'intervention de certains responsables religieux soulève une controverse

Taiwan 16/03/2004

A quelques jours des élections présidentielles du 20 mars, au cours d'une campagne électorale très disputée entre le candidat de l'opposition, menée par le Kouomintang, et le président sortant, l'irruption sur la scène politique de certains responsables religieux, bouddhistes notamment, a soulevé une vive controverse sur la place et le rôle de la religion en politique.

L'Eglise catholique demande au président de la République de faciliter l'obtention de permis de résidence aux missionnaires étrangers présents dans l'île

Taiwan 01/03/2004

A la tête d'une délégation comprenant plus de soixante-dix missionnaires étrangers, le cardinal Paul Shan Kuo-hsi, évêque de Kaohsiung et président de la Conférence épiscopale locale, a été reçu le 3 février dernier par le président de la République Chen Shui-bian dans les bureaux de la présidence. Le cardinal a demandé au président que soient facilitées les procédures administratives permettant aux missionnaires, particulièrement à ceux d'entre eux qui sont âgés et ont passé la plus grande partie de leur vie dans l'île, d'obtenir un permis de résidence permanent. Il a ajouté qu'il est important pour l'Eglise catholique que soit également facilitée l'obtention de visas pour les jeunes missionnaires afin que ceux-ci continuent l'ouvre de leurs prédécesseurs.

En recevant les lettres de créances du nouvel ambassadeur de Taiwan près le Saint-Siège, le pape renouvelle son appel à la paix et à la liberté religieuse

Taiwan 16/02/2004

En accueillant le nouvel ambassadeur taiwanais auprès du Saint-siège, le pape Jean-Paul II a tenu à féliciter le gouvernement de Taiwan pour son attitude positive à l'égard des religions et pour son ouvre dans le domaine social et humanitaire. Le pape en a profité pour souligner que le "le bien de la société" exige que "la liberté religieuse soit garantie et protégée avec efficacité par le droit".

L'Eglise catholique s'inquiète des attaques verbales chaque jour plus virulentes que les candidats aux élections présidentielles de mars prochain ne cessent de se lancer

Taiwan 01/02/2004

Peu avant le 24 janvier dernier, date à laquelle il s'est retiré de la tête de l'archidiocèse de Taipei, Mgr Joseph Ti-Kang a déclaré qu'il était "immoral pour quiconque, quelle que soit son appartenance politique, de recourir à la provocation comme un moyen de faire campagne". Il a ajouté que l'Eglise catholique maintenait, comme à son habitude, une position neutre sur le terrain des préférences politiques et encourageait les catholiques à voter selon leur conscience. "Ils portent la responsabilité de leur suffrage devant Dieu a-t-il précisé.

En manifestant dans la rue, les travailleurs étrangers ont revendiqué une reconnaissance de leurs droits et l'abolition du "commerce des esclaves"

Taiwan 01/02/2004

Le 28 décembre dernier, ils étaient environ six cents ouvriers étrangers, certains le visage caché par des masques pour ne pas être reconnus, à défiler dans les rues de Taipei pour demander la protection du gouvernement. Ils demandaient le respect des droits fondamentaux de tout homme, la protection du gouvernement contre les abus dont sont victimes les travailleurs immigrés et la prise de conscience par le public de l'apport important que représente pour Taiwan la main d'ouvre étrangère. Le défilé avait été organisé par les aumôniers catholiques (1) et l'Association internationale taiwanaise des travailleurs de l'Eglise presbytérienne. C'était la première fois que se déroulait une telle manifestation à Taiwan depuis la légalisation officielle d'une main d'ouvre étrangère en 1992.

LES EPOUSES IMPORTEES A TAIWAN

Taiwan 16/01/2004

Une récente tragédie impliquant un trafic d'êtres humains a fait prendre conscience aux Taiwanais de la réalité d'un phénomène que certains comparent à une bombe à retardement démographique. Cette tragédie s'est produite le 26 août 2003 lorsqu'un bateau taiwanais soupçonné de faire entrer en contrebande à Taiwan des immigrants illégaux en provenance de Chine continentale est entré en collision avec un navire des garde-côtes taiwanais. Dans une tentative désespérée pour échapper aux autorités, les contrebandiers ont jeté par-dessus bord leur cargaison humaine. Sur les vingt-deux jeunes femmes, six se sont noyées car elles ne savaient pas nager.

Les chrétiens et les défenseurs des droits de l'homme s'unissent pour obtenir l'abolition de la peine de mort

Taiwan 01/01/2004

Une alliance formée d'ONG et de plusieurs groupes religieux travaille à proposer une alternative à la peine de mort mais, selon un de ses représentants, la tâche est ardue tant les Taiwanais en général et le gouvernement en particulier semblent être réticents à accepter l'abolition du châtiment suprême. Le 11 décembre, Wu Chih-kuang, directeur de l'Institut Jean-Paul II pour la paix à l'université catholique de Fu Jen, à Taipei, a déclaré à la presse que, malgré la diminution du nombre des exécutions à Taipei ces dernières années (1), les défenseurs des droits de l'homme se heurtaient toujours à d'énormes difficultés quand ils plaidaient pour la suppression de la peine capitale.