EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Mongolie Visite du président de la République de Mongolie au Vatican : « Le dialogue interreligieux est la clé de la paix et de la justice »

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Mongolie

Imprimer

Visite du président de la République de Mongolie au Vatican : « Le dialogue interreligieux est la clé de la paix et de la justice »

Visite du président de la République de Mongolie au Vatican : « Le dialogue interreligieux est la clé de la paix et de la justice »

18/10/2011

Lundi 17 octobre, le président de la République de Mongolie, Tsakhiagiin Elbegdorj (1), a été reçu en audience par le pape Benoît XVI. A l’issue de la rencontre, le Saint-Siège a publié un communiqué par lequel il fait part des questions qui ont été abordées par le pape et le chef de l’Etat mongol, dont « la situation politique du continent asiatique » mais surtout l’importance du « dialogue interculturel et interreligieux pour la promotion de la paix et de la justice »...

... Lors de cette visite au Vatican, le président de la Mongolie a également rencontré le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’Etat, ainsi que le secrétaire pour les relations avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti. Le communiqué du Vatican a insisté sur le fait que l’entretien entre Tsakhiagiin Elbegdorj et Benoît XVI avait permis de resserrer les « bonnes relations déjà existantes entre la Mongolie et le Saint-Siège ».

De fait, bien que de fondation récente, la jeune mais vivante Eglise catholique de Mongolie a parcouru en seulement quelque vingt années d’existence, les étapes l’ayant menée d’une situation ex nihilo à une communauté forte d’un millier de baptisés, répartis aujourd’hui sur quatre paroisses (2).

En 1992, à peine la nouvelle république de Mongolie était-elle née des cendres de l’ancien Etat communiste qu’elle rétablissait les relations diplomatiques avec le Saint-Siège et autorisait de nouveau les missionnaires à pénétrer sur son territoire. Et c’est à l’invitation du gouvernement lui-même que l’Eglise catholique avait envoyé, dès 1993, trois missionnaires, prêtres de la Congrégation du Cœur Immaculée de Marie (CICM), reconstruire les bases d’une communauté chrétienne sur les lieux où, soixante-dix ans plus tôt la même congrégation avait créé une mission sui juris, entièrement balayée par l’avènement du communisme (3).

Selon les statistiques actuellement disponibles mais peu fiables car établies sur la base des référencements de chaque communauté religieuse, les chrétiens représenteraient à l’heure près de 2 % des quelque trois millions d’habitants de la Mongolie, lesquels pratiquent majoritairement une forme locale de bouddhisme tibétain, mêlée de croyances chamaniques.

En s’ouvrant au monde extérieur dans les années 1990, la nouvelle république de Mongolie a également permis une véritable « explosion » des spiritualités, favorisée par la liberté religieuse désormais inscrite dans la Constitution. Aujourd’hui, l’Eglise catholique poursuit sa croissance dans une effervescence religieuse où se croisent divers courants spirituels, dont l’islam (auquel adhérerait environ 5 % de la population), de petits groupes de baha’is et de mormons, mais surtout de nombreuses Eglises protestantes, essentiellement évangéliques et pentecôtistes à la croissance exponentielle (4).

Dès son installation, l’Eglise catholique, frappée par les besoins d’une population très démunie après de longues décennies de gouvernement totalitaire, s’est investie dans des projets d’aide sociale et éducative, s’inscrivant dans un projet de reconstruction du pays. En particulier, les nombreuses congrégations qui avaient rapidement rejoint les CICM ont, avec le plein accord du gouvernement, créé des écoles, des centres d’accueil et de soins, des hôpitaux et même des magasins d’alimentation ou encore des exploitations agricoles. C’est ainsi que, lors de sa visite du 17 octobre, le président mongol a pu souligner auprès de Benoît XVI la bonne « entente et coopération existant entre l’Eglise catholique et l’Etat de Mongolie dans le domaine de l’éducation et du travail social ».

La petite communauté catholique poursuit son développement avec Mgr Wenceslao Padilla, d’origine philippine, à sa tête. Mgr Padilla a été nommé préfet apostolique d’Oulan-Bator en 2003 et une traduction catholique de la Bible accompagnée des principales prières a été publiée en langue mongole traditionnelle en 2004.

A l’issue de l’entrevue, le président de la république de Mongolie a présenté au pape les membres de sa délégation dont le Vén. Khamba Lama D. Choijamts, chef spirituel du bouddhisme tibétain de Mongolie. Lui renouvelant son invitation à être le premier pape à se rendre en Mongolie, Tsakhiagiin Elbegdorj a offert au Saint-Père un manuscrit où étaient tracés leurs deux noms en écriture mongole traditionnelle.
 

Notes

(1) Agé de 48 ans, diplômé d’Harvard, Tsakhiagiin Elbegdorj est le premier président de la République de Mongolie à n’avoir jamais appartenu au Parti révolutionnaire du peuple mongol (PRPM), constitué d’anciens communistes. Après avoir effectué deux mandats en tant que Premier ministre, il a été élu le 18 juin 2009, à l’issue d’une longue période d’instabilité politique. Il est le deuxième président mongol à rendre visite au Vatican depuis le rétablissement des relations diplomatiques. Son prédécesseur Natsagiin Bagabandi avait été reçu par Jean-Paul II en juin 2000 et l’avait invité à se rendre en Mongolie, un projet qui avait été agréé par le pape mais qui n’avait pu être mené à son terme en raison de l’affaiblissement de la santé de ce dernier.
(2) Aujourd’hui, la préfecture apostolique de Mongolie compte quatre paroisses, dont, à Oulan-Bator, la paroisse Ste-Marie, la paroisse St Pierre-St Paul (cathédrale), celle du Bon Pasteur, et depuis 2007, la paroisse Marie-Secours des chrétiens, dans la ville de Darhan.
(3) Toutes les institutions religieuses existantes en Mongolie ont connu une répression féroce à partir de 1921, date de l’instauration d’un régime marxiste inféodé à Moscou. En quelques années, les 2 500 monastères et lamaseries que comptait le pays ont disparu et les communautés chrétiennes naissantes ont été anéanties. La liberté religieuse a été rétablie en 1991 avec le retour de la démocratie, et les missionnaires chrétiens ont été invités à revenir en même temps qu’étaient rétablies les relations diplomatiques avec le Saint-Siège.
(4) Sur l’émergence des nouvelles religiosités en Mongolie, voir le dossier
« Mongolie : le bouddhisme perd du terrain » dans le Supplément EDA n° 6 de janvier 2009 : http://eglasie.mepasie.org/asie-du-nord-est/mongolie/supplement-eda-6-2009-le-bouddhisme-perd-du-terrain


Copyright