EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Mongolie Initialement prévue au mois d'août 2003, la visite du pape Jean-Paul II en Mongolie est repoussée sine die mais n'est pas officiellement annulée

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Mongolie

Imprimer

Initialement prévue au mois d'août 2003, la visite du pape Jean-Paul II en Mongolie est repoussée sine die mais n'est pas officiellement annulée [ Bulletin EDA n° 378 ]

01/07/2003

Selon Joaquin Navarro-Valls, porte-parole du Saint-Siège, la visite du pape Jean-Paul II en Mongolie dont il était question depuis quelque temps (1) n'aura pas lieu au mois d'août prochain, comme initialement prévu. Le 8 juin dernier, Joaquin Navarro-Valls a précisé que ce voyage n'était toutefois pas annulé, étant "toujours en cours de préparation". "Le projet mûrit a-t-il ajouté, après que le pape eut montré, lors d'un voyage de cinq jours en Croatie début juin puis lors d'une visite d'une dizaine d'heures en Bosnie-Herzégovine le 22 juin, qu'il était toujours capable de voyager et de présider de grands rassemblements publics malgré son affaiblissement physique.

Toujours selon Joaquin Navarro-Valls, le prochain voyage de Jean-Paul II doit avoir lieu en Slovaquie les 12, 13 et 14 septembre prochains. Selon Mgr Renato Boccardo, responsable de l'organisation des voyages du pape, les conditions climatiques de la Mongolie ne permettent pas l'organisation d'un voyage du pape dans ce pays après le mois de septembre. On peut donc penser que la probabilité d'un voyage de Jean-Paul II à Oulan-Bator en 2003 est faible, bien que tant J. Navarro-Valls que Mgr Boccardo ont publiquement affirmé que Jean-Paul II "voulait aller en Mongolie".

Diverses raisons ont été avancées dans les cercles proches du Vatican pour expliquer le report sine die d'une visite du pape en Mongolie. Début juin, le cardinal Angelo Sodano, secrétaire d'Etat du Saint-Siège, a précisé que le fait que l'Eglise en Mongolie était dirigée non par un évêque en titre mais simplement par un préfet apostolique ne représentait pas un obstacle à la venue du pape en Mongolie. C'est l'état de santé de Jean-Paul II qui est le principal obstacle à sa visite à Oulan-Bator, située à dix heures de vol de Rome, a déclaré le cardinal. Selon d'autres sources vaticanes, le voyage en Mongolie serait repoussé pour permettre au Saint-Siège d'arranger une étape à Kazan, capitale du Tatarstan, en Russie, où il est question que Jean-Paul II, en un geste de bonne volonté à l'égard de l'Eglise orthodoxe de Russie, remette l'icône de la Sainte Vierge de Kazan, aujourd'hui propriété du Saint-Siège.

L'Eglise catholique en Mongolie est dirigée par Mgr Wenceslas Padilla, préfet apostolique d'Oulan-Bator. Invité par le gouvernement mongol, le missionnaire d'origine philippine a débuté sa mission dans ce pays en juillet 1992 avec deux autres prêtres de la Congrégation du Cour immaculé de Marie. L'Eglise locale a commencé comme une mission sui juris avant d'être élevée au rang de préfecture apostolique l'an dernier, à l'occasion de son dixième anniversaire. Elle compte aujourd'hui 177 baptisés et 37 missionnaires de cinq congrégations religieuses et de plusieurs nationalités (2).

Notes

(1)Voir EDA 371, 376<br />(2)Eglises d'Asie a consacré de nombreuses dépêches et documents à l'histoire de la jeune Eglise de Mon-golie. On pourra lire, entre autres, le Dossier de EDA 311 : "L'Eglise en Mongolie" et "L'Eglise ca-tholique en Mongolie : un service missionnaire pour un pays neuf" (Cahier de documents de EDA 363).<br />