EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Mongolie Le gouvernement de Mongolie demande des missionnaires catholiques

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Mongolie

Imprimer

Le gouvernement de Mongolie demande des missionnaires catholiques [ Bulletin EDA n° 125 ]

16/01/1992

M. Dorligjav, vice-premier ministre du gouvernement de Mongolie, se trouvait à Rome au début de l'année 1991. Il avait alors demandé l'établissement de relations diplomatiques officielles avec le Vatican. Il avait aussi explicitement déclaré que la Mongolie serait heureuse d'accueillir des missionnaires catholiques. Il avait cité le chiffre de deux prêtres et trois religieuses.

Le Vatican n'a pas encore répondu officiellement à la demande de la Mongolie. Cependant, Mgr Jean-Paul Gobel, représentant officiel du Saint-Siège à Hongkong, s'est rendu à Oulan-Bator en septembre 1991. En octobre 1991, le Vatican et le supérieur général des Pères de Scheut ont demandé au P. Jérôme Heyndrickx, ancien supérieur de la province de Chine de cette société missionnaire, aujourd'hui directeur de la fondation Verbiest à Louvain, d'aller en Mongolie et d'étudier la possibilité d'envoyer, dans les mois qui viennent, une équipe de missionnaires scheutistes s'installer à Oulan-Bator.

Durant son voyage en Mongolie, le P. Jérôme Heyndrickx a rencontré M. Dorligjav qui lui a affirmé que la nouvelle constitution de Mongolie garantissait le pluralisme démocratique dans le pays et que toutes les religions étaient aujourd'hui bienvenues, même si le lamaïsme tibétain était la religion officielle avant le régime communiste.

A la suite de ce voyage, en décembre 1991, les Pères de Scheut de la province de Chine se sont réunis à Taiwan et ont décidé de former une équipe missionnaire de six personnes qui devrait s'installer à Oulan-Bator au cours de l'année 1992. L'objectif de cette équipe sera l'évangélisation de la Mongolie, mais, au départ, ses membres envisagent l'enseignement des langues dans les universités et l'établissement d'oeuvres sociales telles qu'une école ou un hôpital: il semble que ce serait d'ailleurs là le souci principal du gouvernement mongol, étant donné le délabrement économique du pays. Selon des sources proches du Vatican, le Saint-Siège aurait même déjà nommé un administrateur apostolique pour la Mongolie.

Les Pères de Scheut sont une société missionnaire d'origine belge, mais dont les membres appartiennent aujourd'hui à plusieurs nationalités. Les Pères de Scheut ont des missionnaires dans la plupart des pays d'Asie. Leurs liens avec la Mongolie chinoise sont anciens et datent de 1858. En 1922, le Vatican leur avait demandé d'ouvrir une mission à Ourga (Oulan-Bator). Les deux missionnaires choisis n'avaient pu rejoindre leur poste car la Mongolie "extérieure" venait d'obtenir son indépendance et avait adhéré au communisme. L'un de ces deux missionnaires était le P. Mostaert, originaire de Bruges, bien connu pour ses travaux sur la langue et la culture mongoles.

Il n'y a, à ce jour, aucune communauté catholique en Mongolie.