EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Japon

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Japon

L'Eglise du Japon repart en guerre contre la "logique nucléaire"

Japon 16/07/1995

Après son document sur la paix (4), publié au début de l'année 1995 à l'occasion du cinquantième anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale, la conférence des évêques du Japon a profité de son assemblée générale de juin pour rendre public un nouveau document, daté du 23 juin 1995, concernant les armes nucléaires et évoquant l'anniversaire des bombardements de Hiroshima et de Nagasaki.

LE LAICAT MISSIONNAIRE AU JAPON

Japon 16/05/1995

L'Eglise du Japon s'est toujours préoccupée de la mission "ad exteros". Le premier prêtre japonais à partir au Brésil fut le Père Chokachi Nakamura du diocèse de Nagasaki, en 1923. En 1995, 27 prêtres ou religieux travaillaient hors du Japon. En 1978, sous l'impulsion d'infirmières de retour d'une mission au Zaïre qui suggéraient la formation d'une société de laïcs missionnaires, le Père Michael Siegel, SVD, organisa un comité pour soutenir l'activité missionnaire des laïcs, qui plus tard s'intitula "Japan Lay Missionary Movement" (Mouvement laïc missionnaire du Japon).

La commission "Justice et paix" dénonce la passivité de l'Eglise du Japon durant la deuxième guerre mondiale

Japon 16/05/1995

Dans un document rendu public le 16 avril 1995, la commission "Justice et paix" du Japon, présidée par Mgr Okada, évêque d'Urawa, s'adresse aux "frères et soeurs d'Asie et du Pacifique" pour dénoncer la passivité de l'Eglise japonaise durant la deuxième guerre mondiale et critiquer la croissance économique du Japon après la guerre qui a provoqué de graves conséquences contraires aux valeurs de l'Evangile et au respect de la vie humaine et de la paix.

Après le tremblement de terre de Kobé les évêques du Japon aident le diocèse d'Osaka à réparer ses dommages

Japon 16/03/1995

Venus à Rome en visite "ad limina" du 20 au 28 février 1994, les évêques catholiques du Japon ont tenu une réunion spéciale le 25 février pour approuver un plan d'aide au diocèse d'Osaka, éprouvé par le séisme de Kobé du 17 janvier qui a fait plus de 5 500 morts et environ 280 000 sans abri.

Kobé : l'archidiocèse d'Osaka lance un plan de renaissance après le tremblement de terre de Hanshin-Awaji

Japon 16/03/1995

A la suite du tremblement de terre qui a frappé Kobé (5), Mgr Paul Yasuda Hisao, archevêque d'Osaka, a publié le 18 février 1995, un avis à tous ses diocésains dans lequel il définit les priorités et les principes du travail de restauration. "La reconstruction que l'archidiocèse d'Osaka envisage après le tremblement de terre de Hanshin-Awaji ne consistera pas à restaurer les structures matérielles dans leur état antérieur, mais à participer à la Pâque du Christ qui est un passage du péché à la grâce, des ténèbres à la lumière, de la mort à la nouvelle vie dans le Christ ressuscité."

L'Action catholique ouvrière décide de promouvoir en priorité le rôle des femmes

Japon 01/02/1995

Les délégués de l'Action catholique ouvrière, créée il y a trente ans, ont tenu leur sixième réunion nationale du 18 au 20 novembre 1994 dans le diocèse d'Urawa, près de Tokyo, sur le thème : "Pour bâtir une société nouvelle, remplie d'espoir".

A Kobé, les catholiques en première ligne pour l'organisation des secours

Japon 01/02/1995

L'Eglise catholique de Nakayamate à Kobe, pourtant détruite en partie par le tremblement de terre, est devenue dans les heures qui ont suivi la catastrophe le centre de secours de l'Eglise catholique. C'est l'archevêque d'Osaka, Mgr Paul Hisao Yasuda qui réside à Nishinomiya, qui a pris la tête de l'organisation.

AVANT QUE LE SIECLE NE SE TERMINE...

Japon 16/01/1995

I - CINQUANTE ANS APRES LA GUERRE

MESSAGE DE NOUVEL AN de Mgr Hisao Yasuda, archevêque d'Osaka

Japon 16/01/1995

Cette année sera pour le Japon le 50ème anniversaire de la fin de la guerre du Pacifique qui a conduit le pays à une capitulation sans conditions. C'est donc une occasion historique de grande importance, pour nous, de procéder à un examen de conscience au sujet du sens de cette guerre, des différentes responsabilités engagées ainsi que de la façon dont nous les avons traitées durant ces 50 années; une occasion aussi pour nous décider à nous engager pour l'avenir.