EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Japon

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Japon

Six diocèses d'une même région décident de travailler en étroite collaboration

Japon 01/01/1997

Les évêques des six diocèses de la région septentrionale du Japon, accompagnés des 17 délégués des prêtres, se sont rencontrés à Niigata les 22 et 23 novembre sous la présidence du cardinal-archevêque de Tôkyô. Le but de cette rencontre était de définir les conditions d'une collaboration plus étroite entre les diocèses de cette région pour faire face au vieillissement des prêtres, à la raréfaction des vocations et aux mouvements de population qui en peu de temps peuvent faire fluctuer de façon drastique ou au contraire gonfler considérablement les effectifs d'une paroisse.

Le premier ministre japonais ne fera plus de visite au temple shintoïste de Yasukuni

Japon 01/01/1997

Le ministre des Affaires étrangères, M. Ikeda, vient de déclarer au journal Mainichi que le premier ministre japonais ne ferait plus de visite, officielle ou privée, au temple shintoïste de Yasukuni, "pour sauvegarder nos bonnes relations avec la Chine, explique-t-il. Yasukuni est le temple shintoïste dédié aux morts de la guerre. Parmi eux se trouvent les cendres de certains criminels de guerre notoires. Au cours des années, ce temple est devenu le symbole du passé militaro-nationaliste du Japon que les gouvernements successifs ont eu bien du mal à mettre à distance.

Nagasaki : l'Eglise catholique du Japon se prépare à célébrer ses martyrs

Japon 01/01/1997

Une immense procession longue de 800 km et qui durera trois mois, a pris le départ le 3 novembre dernier derrière une grande croix de bois que, d'étape en étape, les chrétiens vont porter de Kyôtô jusqu'à Nagasaki. Il s'agit pour l'Eglise du Japon de célébrer un des événements fondateurs de son histoire, 48 ans après l'arrivée de François Xavier à Kagoshima : la mort, après d'horribles souffrances, de 26 martyrs, crucifiés sur une colline dominant Nagasaki, le 5 février 1597. La procession parcourra le chemin que les martyrs parcoururent pieds nus et enchaînés, durant les trois mois d'un terrible calvaire, dans le froid de l'hiver (5).

Le projet parlementaire de révision de la loi sur les étrangers ne satisfait pas les défenseurs des droits de l'homme

Japon 16/12/1996

Le parlement japonais a programmé pour 1998 une révision de la loi sur l'enregistrement des étrangers. Quand le problème s'était posé à la conscience du P. Louis Constant, des Missions étrangères de Paris, et qu'il avait refusé avec d'autres la formalité humiliante des empreintes digitales en 1986, des comités de soutien s'étaient constitués dans les milieux chrétiens tant catholiques que protestants (11). Dans cette perspective de la révision annoncée, ces comités de soutien restent vigilants. Pour la préparer ils ont organisé le cinquième Symposium international pour la révision de la loi sur les étrangers, qui s'est tenu du 28 octobre au 1er novembre 1996 dans la préfecture du Hyôgo.

Les commissions catholiques coréenne et japonaise de "Justice et paix" ont commencé à travailler ensemble

Japon 16/12/1996

Au mois de juillet dernier, huit membres de la commission "Justice et paix" de Corée du Sud ont rendu visite à leur homologues japonais, répondant à l'invitation que leur avait adressée Mgr. Takeo Okada, responsable de "Justice et paix" du Japon, lors de son voyage l'an dernier en Corée. Au cours de cette visite, le Timor Oriental et le soutien à apporter aux familles des prisonniers politiques coréens emprisonnés au Japon avaient tenu une large place.

La Soka Gakkai a lancé une campagne d'aide humanitaire pour le Rwanda

Japon 01/12/1996

Dans un communiqué de presse daté du 26 novembre, la Soka Gakkai annonce qu'elle s'engage à verser 45 000 US$ (5 millions de yens) à l'Association des Médecins d'Asie (AMDA) pour une aide médicale en faveur des réfugiés Hutu et Zaïrois de l'est du Zaïre et du Rwanda. Auparavant, elle dit avoir déjà versé 275 000 US$ (30 millions de yens) au Haut Comité pour les réfugiés des Nations Unies en faveur du Zaïre .

Le ministre de l'Intérieur autorise l'emploi d'étrangers dans les services municipaux

Japon 01/12/1996

Dans une déclaration apparemment anodine du 1er novembre 1996, le ministre de l'Intérieur, Katsuhiko Shirakawa, fait fi des instructions officielles de 1953 interdisant l'emploi des étrangers dans les services publics : "J'espère que les administrations locales feront un effort pour augmenter le nombre des postes de travail pour les étrangersIl a précisé que les instructions précédentes, vieilles de plusieurs décennies, n'avaient aucun fondement légal, qu'elles étaient sans doute le fait de subalternes imbus de l'autorité administrative ou influencés par le public qui ne voulait que des Japonais. Le précédent ministre de l'Intérieur, Hiroyuki Kurata, avait déjà entrouvert la porte en proposant des exemptions pour certaines professions comme les infirmières.

L'EGLISE ANGLICANE AU JAPON Perspectives d'évangélisation

Japon 16/11/1996

Jusqu'au XVI( siècle l'histoire de l'Eglise anglicane se confond avec celle de l'Eglise catholique. Au moment de la Réforme elle est devenue l'Eglise nationale d'Angleterre. Le religieux devient politique. L'unité de l'Eglise et la scission deviennent une question d'unité ou de division politique : se soumettre à l'autorité politique ou déclarer son indépendance. Ainsi, l'Eglise d'Angleterre se retrouve-t-elle liée à l'Empire britannique du temps de la colonisation, et elle se propage particulièrement dans ses colonies. L'Eglise épiscopale américaine ou l'Eglise épiscopale africaine en sont des exemples. En Amérique, l'Eglise anglicane est devenue indépendante après la Révolution américaine et dans les autres colonies, après la deuxième guerre mondiale. C'est dans ce contexte que s'est formée la Communion anglicane.

CES SECTES QUI INQUIETENT LE JAPON

Japon 16/11/1996

Les Japonais disent volontiers être nés shintoïstes, s'être mariés chrétiens et vouloir être enterrés bouddhistes. Ce qui indique une approche pour le moins pragmatique de la religion. Depuis des lustres, le rituel de la naissance est shintoïste, celui des funérailles bouddhiste. Mais le mariage chrétien les attire et c'est quelque chose de relativement nouveau. Ils se disent aussi très attachés aux religions traditionnelles et aux rites de passage comme les fêtes du nouvel an, tout en avouant les trouver un peu poussiéreuses et sentant le renfermé. Ils qualifient même quelquefois le bouddhisme de religion des morts, utile pour être enterré mais sans plus de conséquence. Le déclin des anciennes religions a laissé un vide. Pour le remplir est apparue une myriade de religions nouvelles. Le mouvement a commencé avec la restauration Meiji de 1868, cette révolution qui a projeté le Japon dans le monde moderne. Du point de vue des Occidentaux qui conçoivent habituellement la religion comme un ensemble de doctrines touchant exclusivement le sens profond de la vie, tout cela est étrange. Pourtant, ces "nouvelles religions" leur apparaissent encore bien plus étranges. Elles sont estimées à prés de 3 000 pour une population de 125 millions de personnes. Elles vont du groupuscule à la puissance politique en passant par la sanglante secte Aum (suprême vérité). On ne peut oublier qu'un Japonais sur cinq se réclame de l'une ou l'autre de ces religions. L'attaque au gaz dans le métro de Tôkyô l'an dernier a choqué les Japonais. Jusque-là se posait la question de savoir d'où vient la propension du Japon à générer ces "nouvelles religions". Le flot de nouvelles qui nous parviennent sur les horreurs engendrées par le culte de Shoko Asahara soulève bien d'autres questions de fond. Qu'est-ce qui a conduit le Japon à une telle poussée de folie, à ce sadisme du culte Aum, avec cette brutalité dans le traitement de ses propres fidèles, à cette volonté insensée de dominer le monde ? Etait-ce seulement une folie issue de l'imagination tarée de quelques inadaptés sociaux ? Ou bien l'annonce d'un malaise plus profond et plus général ? Enfin, avec ses 10 000 membres (avant l'attaque au gaz), qu'est-ce qu'Aum peut avoir de commun avec les nombreuses autres "nouvelles religions" ?