EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Japon

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Japon

La procession du "Senor de los Milagros" est suivie dans les rues d'Oyama, côte à côte, par les catholiques tant japonais que péruviens

Japon 16/11/2005

Cette année, la procession, d'origine péruvienne, du "Senor de los Milagros" ('le Seigneur des miracles') a été suivie par près de 350 personnes dans les rues d'Oyama, une localité située à une soixantaine de kilomètres au nord de Tokyo. Après l'Eucharistie du dimanche 23 octobre, les hommes ont chargé sur leurs épaules un brancard de 600 kg appelé "anda décoré et surmonté d'une peinture du Senor de los Milagros. Pendant deux heures la procession des fidèles a serpenté dans les rues autour de l'église paroissiale, accompagnée de cantiques et de la récitation du rosaire.

Pour la première fois, un Premier ministre japonais a fêté la fin du ramadan

Japon 01/11/2005

Selon une dépêche de (1), le 24 octobre dernier, en conviant les ambassadeurs de quarante-quatre pays islamiques à fêter la fin du ramadan à sa résidence officielle, Junichiro Koizumi est devenu le Premier ministre japonais à officiellement célébrer la fin du mois de jeûne prescrit par l'islam. L'annonce en avait été faite la veille par le ministère des Affaires étrangères, le porte-parole du ministère précisant que le geste du Premier ministre avait pour but "d'approfondir sa compréhension de la culture islamique et de promouvoir la compréhension mutuelle et le dialogue entre le Japon et le monde islamique".

Les évêques catholiques du Japon ont écrit au Premier ministre pour protester contre la nouvelle visite que celui-ci vient d'effectuer au sanctuaire de Yasukuni

Japon 01/11/2005

"Nous protestons vigoureusement contre la visite de Junichiro Koizumi au temple de Yasukuni, qu'elle ait été menée en tant que Premier ministre ou à titre personnel peut-on lire dans la lettre qu'a adressée, le 18 octobre dernier, l'archevêque de Nagasaki, Mgr Mitsuaki Takami, président de la Commission des affaires sociales de la Conférence des évêques catholiques du Japon (CBCJ), au Premier ministre du Japon. Les évêques catholiques du Japon s'élevaient ainsi contre la visite la veille du Premier ministre au sanctuaire shintô de Yasukuni, dédié aux âmes des militaires morts en service commandé, dont parmi eux quatorze officiers supérieurs reconnus coupables de crimes de guerre par le tribunal international mis en place à Tokyo après la défaite de 1945 (1).

A Yokohama, dans un diocèse où les catholiques d'origine étrangère sont majoritaires, créer un esprit de communion entre toutes les communautés est le grand souci de l'évêque

Japon 16/10/2005

Dans le diocèse de Yokohama où la population immigrée est nombreuse et issue de différentes nationalités, l'évêque essaie par tous les moyens de les intégrer dans la communauté diocésaine (1). Dans ce diocèse de 172 500 fidèles, 70 % des catholiques ne sont pas japonais. C'est ce qu'annonçait en février dernier la Commission catholique pour les migrants, les réfugiés et les gens du voyage. Des seize diocèses que comprend le Japon, celui de Yokohama compte le plus grand nombre de catholiques grâce à l'apport des étrangers. D'après le Bureau de l'immigration du ministère japonais de la Justice, 15 % des résidents étrangers au Japon vivent dans les quatre préfectures qui correspondent au territoire du diocèse de Yokohama. Les Brésiliens sont les plus nombreux puis, par ordre décroissant, viennent les Philippins, les Péruviens et enfin les Coréens.

L'ECOLE HESITE SUR LES DIRECTIONS A PRENDRE

Japon 16/09/2005

Cette année encore, le printemps ne s'est pas contenté de faire fleurir les cerisiers, il a aussi relancé le débat scolaire. La cause immédiate de cette polémique est l'approbation officielle donnée aux manuels scolaires qui, en principe, seront utilisés dans les collèges publics (cycle moyen : 13-15 ans) à la rentrée scolaire d'avril 2006. Cette année encore, les manuels concernant l'histoire récente (1905-1945) des relations du Japon avec la Chine et la Corée font l'objet d'un débat d'autant plus passionné que, cette année, sera commémoré le soixantième anniversaire de la fin de la guerre du Pacifique. Nous y reviendrons plus loin en détail. Commençons par donner un coup d'oil sur les autres manuels : mathématiques, sciences, japonais, anglais. ils ont été sensiblement modifiés. Aussitôt, l'inquiétude s'est manifestée au sein du corps enseignant.

Le diocèse de Yokohama envoie un prêtre au Brésil pour se former à la langue et à la culture brésiliennes

Japon 01/09/2005

L'évêque de Yokohama, Mgr Masahiro Umemura, envoie un des prêtres de son diocèse au Brésil pour une expérience missionnaire "rétroactive c'est-à-dire qu'il espère que l'expérience du travail à l'étranger pour ce prêtre favorisera, en retour, le renouvellement du diocèse. Pour Mgr Umemura, l'envoi du P. Hiroyuki Ishikawa, 46 ans, devrait faire progresser le diocèse et faire qu'il devienne "une Eglise au dessus des nationalités". Plusieurs prêtres du diocèse de Yokohama ont déjà été envoyés au Canada, en Italie et en Ouganda pour des recherches, des études ou pour un travail d'évangélisation.

Pour les enfants handicapés mentaux, une classe spéciale de catéchisme a été organisée à Nagasaki

Japon 16/07/2005

Enokizono Masaki avait été le seul enfant de son école maternelle, un établissement catholique, à qui la Première communion avait été refusée. C'était il y a dix ans. La supplication de sa mère affirmant que son petit garçon, autiste, "pouvait déjà faire son signe de croix" était restée sans effet. Une semaine avant la cérémonie, on avait dit en effet à Kyoko, la maman de Masaki, qu'il était "impossible" que son fils soit admis. "J'ai été choquée et ne pouvais accepter que lui et moi soyons exclus de la communauté ecclésiale, en contradiction avec l'esprit de l'Evangile a-t-elle récemment expliqué, ajoutant qu'elle avait toujours en mémoire les paroles de Jésus disant : "Les derniers seront les premiers." Elle se tourna alors vers les prêtres de sa paroisse, la cathédrale du diocèse de Nagasaki, et finalement une religieuse accepta de préparer son fils. Trois ans plus tard, il communiait pour la première fois. Pour autant, la collaboration entre Kyoko, la religieuse et d'autres personnes ne s'est pas arrêtée là.

Pour le soixantième anniversaire des bombardements atomiques et de la fin de la guerre, les évêques catholiques réaffirment que la non-violence est "le chemin vers la paix"

Japon 16/07/2005

Depuis vingt-quatre ans et la visite du pape Jean-Paul II à Hiroshima en 1981, les évêques catholiques du Japon observent un "Temps pour la paix" de dix jours, du 5 au 15 août. Cette année, pour le soixantième anniversaire des bombardements atomiques de Hiroshima (6 août 1945) et de Nagasaki (9 août 1945) et de la fin de la guerre (15 août 1945), l'épiscopat japonais a publié un document intitulé : "Le chemin vers la paix est fondé sur la non-violence avec un sous-titre : "Aujourd'hui est venu le temps de se montrer prophétique."