EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Japon Cinq ans après son installation dans un hôpital catholique, « la boîte à bébé » continue de faire débat

Rechercher

Asie du Nord-Est - Japon

Cinq ans après son installation dans un hôpital catholique, « la boîte à bébé » continue de faire débat

Cinq ans après son installation dans un hôpital catholique, « la boîte à bébé » continue de faire débat

15/02/2013

Depuis sa création en 2007 à Kumamoto, le Konotori no Yurikago (コウノトリの揺り籠 - ‘Berceau des cigognes’) de l’hôpital Jikei, un établissement catholique, a recueilli un peu plus de 80 nourrissons et très jeunes bébés. Unique « boîte à bébé » du pays, ce système, qui permet à une mère de déposer anonymement son nouveau-né en vue d’une adoption future, continue toutefois ...

... d’être l’objet de critiques en dépit du fait qu’il a permis à des enfants non désirés de trouver un foyer.

Dans un pays où le système de l’accouchement sous X n’existe pas et où le Code pénal prévoie une peine de cinq ans de prison en cas d’abandon d’enfant, la démarche initiée en mai 2007 par le Dr Hasuda Taiji, directeur de l’hôpital Jikei, avait d’emblée été accueillie par un certain scepticisme, voire une réelle hostilité de la part de ceux qui estimaient qu’un tel dispositif privait les enfants de la possibilité de connaître l’identité de leurs parents biologiques (1). Un peu plus de cinq ans plus tard, le Dr Hasuda estime cependant que le bilan est « positif ».

Sur les 81 bébés qui ont été placés dans la boîte depuis son installation (2), 37 vivent aujourd’hui auprès de leurs parents adoptifs ou de parents nourriciers, 27 ont été placés dans des centres d’accueil pour mineurs et les 17 restants sont élevés par leurs parents biologiques ou de proches parents de ceux-ci. Environ 10 % de ces enfants étaient atteints d’un handicap physique ou mental.

Au Japon, où l’adoption n’est pas très répandue et où est privilégiée l’adoption au sein de la famille ou du clan dont est issu un nouveau-né abandonné, les autorités font le maximum pour retrouver les parents ou au moins la mère des enfants abandonnés. C’est pourquoi l’hôpital Jikei a dû apporter quelques aménagements au dispositif initialement installé. Ainsi le site Internet de l’établissement ne mentionne plus que « les parents peuvent déposer de manière anonyme leur bébé », dans la notice expliquant le fonctionnement du « berceau des cigognes ». Des fiches sont par ailleurs déposées dans la boîte pour inciter les parents qui déposent leur enfant à laisser leur identité et leurs coordonnées. De même, un interphone est situé à côté de la « boîte à bébé » pour que celui ou celle qui y dépose un enfant puisse immédiatement entrer en relation avec une personne qui l’écoutera et la conseillera (3).

Sur les 81 bébés déposés ces cinq dernières années, les parents de 67 d’entre eux ont ainsi laissé leurs coordonnées. Cité par l’Asahi Shimbun, un ancien membre du Centre de conseil infantile de la préfecture de Kumamoto explique que l’administration « met tout en œuvre » pour retrouver les « vrais parents » des enfants déposés à l’hôpital Jikei. Il avoue cependant que certains parents abandonnent leur enfant « pour des raisons égoïstes, telles que l’obtention d’un emploi ou un départ à l’étranger pour études ».

Tajiri Yukiko est responsable du service des infirmières à l’hôpital Jikei. Elle explique que « le droit à connaître ses origines est certes important, mais il demeure que des enfants seraient morts ou auraient été abandonnés sans soins en l’absence d’une telle ‘boîte à bébé’ ». Dans un pays où l’avortement est une pratique très répandue, elle ajoute qu’afin de sauver des bébés, la possibilité de préserver l’anonymat des parents est nécessaire. « On pourrait croire qu’il est facile de déposer un bébé dans une boîte, mais en réalité les parents sont tourmentés par leur acte », précise-t-elle encore.

Pour le Dr Hasuda, 76 ans, l’existence d’une « boîte à bébé » dans son hôpital est une question intimement liée à son histoire de praticien. Gynécologue-obstétricien, il a commencé à travailler à l’hôpital Jikei en 1969. Il explique nourrir le plus grand respect pour les religieuses Franciscaines missionnaires de Marie qui géraient alors l’établissement. « Je les ai vues passer des nuits entières au chevet de prématurés, témoigne-t-il. Plus tard, dans ma vie de médecin, j’ai connu des patientes qui frôlaient la mort après des hémorragies massives. Je ne pouvais m’empêcher de prier pour elles. Et il y a eu tant de fois où je ne pouvais expliquer le fait qu’elles aient survécu que par la grâce d’une intervention divine... C’est la raison pour laquelle, ma femme et moi, nous avons fini par demander le baptême en 1998. »

Au sujet des nouveau-nés retrouvés abandonnés sans soins, le médecin explique avoir longtemps cherché une solution. En 2004, accompagné de la responsable des infirmières de Jikei, il se rend en Allemagne où des babyklappe ont été installés quelques années auparavant. Séduit par l’expérience, il en rapporte l’idée et obtient des autorités de Kumamoto l’autorisation d’en installer une dans son hôpital. En 2007 est inaugurée le Konotori no Yurikago.

Notes

(1) En 2007, Abe Shinzo étant alors à la tête du gouvernement, l’initiative du Dr Hasuda ne fut pas bien accueillie. « En principe, aucun parent ne devrait abandonner un enfant. Il est important que les parents assument leur responsabilité éducative, tandis que le gouvernement doit soutenir ceux qui sont en difficulté », déclarait alors le porte-parole du Premier ministre. Celui-ci déclarait quant à lui éprouver « personnellement la plus forte réticence envers un dispositif qui permettrait à un père ou une mère d’abandonner leur bébé dans l’anonymat ». Ni son gouvernement ni ses successeurs ne surent toutefois mettre en place une politique familiale permettant d’inverser la courbe d’une dénatalité massive.
(2) Le chiffre de 81 bébés correspond au mois de septembre 2011.
(3) A la fin mars 2012, 130 enfants ont été ainsi adoptés. Au moment de déposer leur enfant dans la boîte à bébé, les parents ont préféré appeler via cet interphone et ils ont ensuite choisi de confier leur enfant directement à l’hôpital pour que celui-ci leur trouve un foyer adoptif.