EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Japon Des lettres de créances présentées en grand équipage

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Japon

Imprimer

Des lettres de créances présentées en grand équipage

Des lettres de créances présentées en grand équipage

15/12/2011

Le 14 décembre, Mgr Joseph Chennoth, nonce apostolique au Japon, a présenté ses lettres de créances à l’empereur Akihito, chef de l’Etat japonais. La cérémonie a pris place au palais impérial. Comme il est de coutume dans ce pays, le nouvel ambassadeur est arrivé au palais à bord d’une magnifique voiture à cheval (voir photo ci-jointe).

Nommé le 15 août 2011, arrivé au Japon le 20 octobre, Mgr Chennoth est de nationalité indienne, issu de l’Eglise de rite syro-malabar. Membre du service diplomatique du Saint-Siège, il était précédemment nonce en Tanzanie et a pris la succession de Mgr Alberto Bottari de Castello, qui après un séjour de six ans au Japon a été nommé en Hongrie.

Le Japon est l’un des rares pays de la planète où les nouveaux ambassadeurs sont accueillis après un trajet en voiture attelée. Les ambassadeurs ont le choix entre un classique convoi motorisé ou un anachronique mais magnifique attelage hippomobile. Dans ce dernier cas, l’ambassadeur monte à bord de la voiture à la gare de Tokyo, réminiscence du temps où les diplomates posaient le pied sur la terre japonaise à Yokohama avant de parcourir en train la distance qui sépare le port de Tokyo du centre de la capitale du Japon. Pour Mgr Chennoth, le trajet en carriole à cheval fut plus court, des travaux de rénovation empêchant l’accès à la gare de Tokyo ; le nouveau nonce au Japon est donc monté dans sa voiture à quelque distance du palais impérial.

Depuis le tremblement de terre du 11 mars dernier, c’était la première fois que les voitures attelées reprenaient du service, la porte principale du palais impérial ayant dû être réparée après avoir subie des dommages du fait de la secousse tellurique.