EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Japon Les évêques appellent à lutter contre la discrimination et à prendre soin de l'environnement

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Japon

Imprimer

Les évêques appellent à lutter contre la discrimination et à prendre soin de l'environnement [ Bulletin EDA n° 146 ]

01/01/1993

Le 18 octobre 1992, s'exprimant au nom de l'Eglise du Japon, la commission épiscopale des questions sociales a publié deux lettres consacrées l'une à la discrimination, l'autre à l'environnement.

La commission reconnaît qu'il y a au Japon un certain nombre de minorités qui souffrent de discrimination. Elle attire spécialement l'attention sur les Burakumin, ces parias qui subissent une forme d'exclusion "profondément enracinée dans l'histoire et la culture japonaiseLa discrimation existe aussi à l'intérieur de l'Eglise, constate la lettre des évêques; elle ne disparaîtra pas sans une conversion des coeurs. Une Eglise convertie serait, dans la société japonaise, un levain qui l'aiderait à surmonter la discrimination.

La commission épiscopale recommande la création dans chaque diocèse, dans chaque congrégation religieuse, d'un comité chargé de combattre l'exclusion sociale des parias. Elle demande aux écoles catholiques d'inscrire dans leurs programmes une action éducative contre cette discrimination.

Dans sa lettre sur les questions d'environnement, la commission épiscopale, tout en admettant que ces questions puissent être abordées de divers points de vue, propose de les considérer dans une perspective biblique. Au cours de sa longue histoire, l'Eglise a connu des époques où à force d'insister sur le spirituel, elle a négligé le matériel et le biologique. A la lumière de la Genèse et d'autres passages de la Bible, la commission met l'accent sur la responsabilité des humains, intendants de toute la création. Nous avons commis une faute contre la nature parce que nous avons perdu de vue le rôle que le Créateur nous a assigné.

Tout en reconnaissant l'importance de la recherche et de l'action menée à l'échelle internationale pour traiter efficacement les problèmes écologiques, la commission des évêques insiste sur l'engagement personnel au service de l'environnement et sur l'importance des mouvements populaires.