EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Japon Les luthériens contre les cérémonies du couronnement

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Japon

Imprimer

Les luthériens contre les cérémonies du couronnement [ Bulletin EDA n° 97 ]

16/10/1990

Dans un communiqué du 31 août 1990, la 14ème Convention générale de l'Eglise luthérienne évangélique a exprimé "les plus graves réserves" quant aux cérémonies de couronnement du nouvel empereur, prévues pour le mois de novembre 1990.

Les luthériens considèrent qu'ils ne peuvent pas "accepter d'autre dieu que Dieu" et que ces cérémonies signifient un retour au "pouvoir absolu de droit divin" que la Constitution japonaise reconnaissait à l'empereur avant la deuxième guerre mondiale. La nouvelle Constitution n'accorde qu'un rôle symbolique au souverain et lui refuse son statut antérieur de "Dieu vivant".

Par ailleurs, déclarent les luthériens, la cérémonie du "Daijosai" (21), qui doit faire partie du couronnement, viole le principe de séparation de l'Etat et de la religion. Ce rituel d'action de grâces est en effet shintoïste, et le shintoïsme n'est plus religion d'Etat dans la Constitution d'après-guerre.

Le gouvernement a alloué des fonds publics pour la tenue de ces cérémonies, également en violation de la Constitution, poursuit le communiqué de l'Eglise luthérienne.

Des protestations à ce sujet ont déjà été rendues publiques par de nombreux groupes tant catholiques que protestants (21).

L'Eglise luthérienne évangélique du Japon, qui est le groupe luthérien le plus important du pays, compte 21 200 membres.

Notes

(21) voir EDA 53 et 79<br />