EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Corée du Sud L’Eglise catholique s’engage plus avant dans sa lutte contre le projet de « Réaménagement des quatre fleuves » qu’elle estime dangereux pour l’environnement

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Corée du Sud

Imprimer

L’Eglise catholique s’engage plus avant dans sa lutte contre le projet de « Réaménagement des quatre fleuves » qu’elle estime dangereux pour l’environnement [ Bulletin EDA n° 530 ]

L’Eglise catholique s’engage plus avant dans sa lutte contre le projet de « Réaménagement des quatre fleuves » qu’elle estime dangereux pour l’environnement

12/05/2010

Ces derniers temps, prêtres et religieux catholiques ont intensifié la campagne qu’ils mènent contre le projet gouvernemental de réaménagement fluvial, incitant les fidèles à voter uniquement pour les candidats qui s’opposeront au projet. Le 2 juin prochain, les Sud-Coréens doivent élire les gouverneurs des neuf provinces et les maires des sept plus grandes agglomérations du pays.

Le 10 mai dernier, une manifestation à la cathédrale de Myeongdong de Séoul a rassemblé 3 000 personnes, dont de nombreux religieux et 300 prêtres, venus de tout le pays. « Notre appel à voter pour tel ou tel type de candidats n’a pas de finalité politique, ont expliqué les dirigeants de « Solidarité catholique contre le projet des quatre fleuves », un groupe catholique d’opposition au projet gouvernemental, dans une déclaration signée par plus de 5 000 prêtres et membres de congrégations religieuses. Mais c’est notre devoir de croyant de lutter contre les actions néfastes pour la société. Il s’agit de l’enseignement de l’Eglise et de la mise en pratique de la justice (...). Notre démarche ne vise qu’à proclamer la valeur de la vie créée par Dieu. »

 

C’est la seconde fois qu’une organisation catholique publie une déclaration contre le projet de « réaménagement des quatre fleuves ». La première avait été signée par 1 104 ecclésiastiques et religieux. Très engagée dans le combat social, les droits de l’homme et la défense de l’environnement, l’Eglise catholique en Corée du Sud a fait entendre sa voix dès les prémices de l’ambitieux projet du gouvernement. Mgr Choi Ki-san, évêque d’Incheon et président du Comité ‘ Justice et Paix ‘de la Conférence des évêques catholiques de Corée, avait notamment fait part à plusieurs reprises de son opposition à cette entreprise, par des communiqués très fermes et sa participation à des actions symboliques, comme une messe en plein air célébrée en novembre 2009, sur les rives de l’un des fleuves concernés (1).

 

Le coût du projet de « réaménagement des quatre fleuves » est évalué à 22,2 trillions de wons (13 milliards d’euros). Il prévoit, entre autres, le dragage et la construction de plusieurs barrages (avec centrales hydroélectriques) sur les principaux cours d’eau du pays : le Nakdong, le Han qui traverse Séoul, le Kum et le Yongsam. Selon les autorités, cet aménagement permettrait de prévenir les inondations et de réduire la pollution (2).

 

L’entreprise, qualifiée de « pharaonique » par ses détracteurs, fait face depuis ses débuts à une forte opposition qui ne faiblit pas, malgré l’abandon par le président Lee Myong-bak d’un précédent projet de création d’un canal traversant le pays de part en part et reliant Séoul au port de Busan (Pusan). Devant la levée de boucliers générale des défenseurs de l’environnement, ce premier plan de remodelage du territoire sud-coréen s’était mué en « réaménagement des quatre fleuves ».

 

Lors du rassemblement du 10 mai à la cathédrale de Séoul, il a été demandé à tous les prêtres présents de célébrer la messe chaque mercredi et aux laïcs de jeûner tous les vendredis ainsi que de prier le rosaire, afin que soit abandonné le projet. Le P. Titus Yoon Jong-il, lors de l’homélie de la célébration, a insisté sur le danger que faisait courir à l’environnement le plan de réaménagement fluvial : « Aujourd’hui, les fleuves sont à l’agonie, la vie s’éteint dans les rivières et l’écosystème des zones humides est en passe d’être détruit. »

 

Le prêtre franciscain rejoint ici la conviction de quelque 400 associations écologiques et citoyennes qui ont engagé il y a peu une action en justice afin de stopper le projet, arguant du bouleversement irrémédiable des écosystèmes des fleuves et de leurs rives. « Le président Lee Myung-bak se démène, a poursuivi le P. Titus Yoon Jong-il, mais il agit avec la fausse conviction qu’il va remodeler tout l’écosystème de la Corée » (3).

 

Le président sud-coréen, qui est de confession protestante, est de plus en plus montré du doigt par la communauté catholique, qui lui reproche d’être impliqué financièrement, quoique de façon indirecte, dans le projet qui fait intervenir de grandes entreprises avec lesquelles il entretiendrait des liens étroits. Le jour précédant la manifestation catholique du 10 mai, l’Institut Saegil pour le christianisme et la culture, un centre de recherche protestant, avait, de son côté, organisé à Séoul un symposium interreligieux sur le projet de réaménagement des quatre fleuves. Bouddhistes et catholiques étaient invités à cette rencontre, dont le P. Paul Suh Sang-jeen, professeur de théologie à l’université catholique de Suwon, qui a présenté une déclaration de son évêque contre le projet du gouvernement. Il a rappelé que la position des catholiques était claire sur le sujet, étant donné que la justice, la paix et la protection de l’environnement comme de la vie, étaient en étroite interconnexion. « Protéger l’environnement et la vie est un devoir que tout chrétien se doit d’accomplir », a-t-il conclu.

Notes
  1. Voir EDA 519
  2. Le Monde, 8 mai 2010 (Philippe Pons : « En Corée du sud, des projets pharaoniques pour remodeler le territoire »)
  3. Ucanews, 11 mai 2010.

Légende photo : "Protéger l'environnement et la vie est un devoir que tout chrétien se doit d'accomplir". A Séoul, le 10 mai 2010, 3000 religieux et laïcs ont manifesté contre le "réaménagement des quatre fleuves". ©Ucanews