EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Corée du Nord L'Eglise catholique en Corée du Sud demande à la Corée du Nord la possibilité pour certains de ses prêtres de résider de façon permanente au Nord

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Corée du Nord

Imprimer

L'Eglise catholique en Corée du Sud demande à la Corée du Nord la possibilité pour certains de ses prêtres de résider de façon permanente au Nord [ Bulletin EDA n° 336 ]

01/09/2001

En visite en Corée du Nord du 17 au 24 juillet dernier, le P. Joseph Jung Kwang-ung, président du Comité de réconciliation de la Corée de l'archidiocèse de Séoul, a rencontré le 22 juillet Samuel Chang Jae-on, président de l'Association des catholiques romains (nord-)coréens. Le prêtre sud-coréen a évoqué différents sujets  au cours des discussions qu'il a eues avec son interlocuteur : échanges de visites de catholiques de part et d'autre du 38ème parallèle, initiatives en vue de parvenir à la réconciliation des deux Corée. Il a également déclaré que "l'Eglise en Corée du Sud mettait un de ses prêtres à disposition pour résider au Nord afin d'y célébrer la messe", précisant que ce prêtre serait remplacé tous les trois mois.

Selon les observateurs, c'était là la seconde fois que l'Eglise catholique en Corée du Sud proposait officiellement d'envoyer des prêtres résider au Nord : au début du mois de juin dernier, Mgr Pierre Kang Woo-il, évêque auxiliaire de Séoul et président de la Commission pour la réconciliation du peuple coréen de la Conférence épiscopale sud-coréenne, avait demandé aux autorités de Pyongyang, à l'occasion du traditionnel message pour la réconciliation et l'unité, d'autoriser l'installation de prêtres catholiques au Nord. Avant ces deux appels, tout en ne décourageant pas les voyages au Nord de ses prêtres, l'Eglise catholique en Corée du Sud se contentait de remarquer que le gouvernement nord-coréen n'autorisait pas une présence officielle de l'Eglise catholique sur son sol et que "la liberté religieuse n'était pas assurée en Corée du Nord" (1).

A la proposition du P. Joseph Jung, Samuel Chang n'a pas donné de réponse précise, se bornant à déclarer que la question de la résidence permanente de prêtres du Sud au Nord devait être examinée en détail. Le dimanche 22 juillet, le P. Jung a été autorisé à célébrer la messe dans la seule église catholique connue de tout le pays, l'église de Changchung à Pyongyang. A l'assistance réunie à cette occasion, il a demandé de prier pour une réunification rapide de la nation coréenne.

Le P. Joseph Jung s'était rendu en visite en Corée du Nord pour assister à l'inauguration d'une fabrique de pâtes alimentaires dans la ville de Nampo, ville portuaire située non loin de la capitale Pyongyang. D'un coût de 70 millions de wons (environ 55 000 US$), cette fabrique a été entièrement financée par l'archidiocèse de Séoul et son objet est d'aider les Nord-Coréens à soulager la disette, voire la famine, dont souffre leur pays depuis six ans et qui, selon certaines sources, a causé la mort de deux millions de personnes (2).

Notes

(1)Voir EDA 313<br />(2)Une soixantaine de fabriques de pâtes alimentaires financées par diverses ONG internationales fonctionnent déjà en Corée du Nord. Celle de Nampo est la première ainsi soutenue par l'Eglise catholique en Corée du Sud. Une autre fabrique fonctionne à Pyongyang depuis 1995 avec l'aide de catholiques coréens installés aux Etats-Unis. Nampo avait autrefois une importante population catholique et les membres du Comité de réconciliation de la Corée de l'archidiocèse de Séoul espèrent que, si des catholiques vivent encore dans cette ville, ils entendront parler du retour de l'Eglise catholique dans leur ville. En octobre prochain, l'Eglise catholique en Corée du Sud projette d'ouvrir une deuxième fabrique de pâtes, à Shinchon cette fois-ci, ville située au sud de Pyongyang et qui était un bastion catholique avant la guerre de Corée (1950-53). Shinchon est le lieu de naissance de Thomas An Chung-gun, un catholique, respecté tant au Nord qu'au Sud en tant que "patriote" en raison de sa lutte contre l'envahisseur japonais (voir EDA 320)<br />