EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Chine Les autorités chinoises cherchent à expulser un prêtre chinois

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Chine

Imprimer

Les autorités chinoises cherchent à expulser un prêtre chinois

Les autorités chinoises cherchent à expulser un prêtre chinois

20/07/2018

Un prêtre chinois, le père Sun Linghui, est poursuivi par les autorités pour avoir emmené un groupe de pèlerins, le 4 mai, en pèlerinage dans le nord de la province de Shanxi, où vit une communauté catholique depuis le XVIIe siècle. La poursuite du prêtre suit les nouvelles régulations religieuses concernant l’organisation de pèlerinages « illégaux ». Selon le Bureau des affaires ethniques et religieuses, le prêtre a agi en contradiction avec la « sinisation » des religions dans le pays, et aurait eu un impact « extrêmement mauvais » pour les autorités.

Les Affaires religieuses chinoises ont recommandé l’exclusion d’un prêtre pour avoir organisé un pèlerinage. Il s’agirait du premier cas de ce genre depuis l’adoption des nouvelles règles religieuses, lancées dans tout le pays le 1er février. Le Bureau des affaires ethniques et religieuses a affirmé que le prêtre a agi contre la sinisation religieuse dans le pays, qui cherche à repousser toute influence extérieure sur les religions en favorisant la culture et les normes sociales chinoises. Le Bureau des affaires religieuses du district de Changan, dans la province de Hebei, a envoyé une lettre le 11 juin au diocèse de Shijiazhuang et à l’Association patriotique des catholiques chinois, afin de demander l’exclusion du prêtre. Le père Sun Linghui, qui appartient à l’Église « officielle », aurait emmené, le 4 mai, un groupe de pèlerins dans le nord de la province de Shanxi, où vit une communauté catholique depuis le XVIIe siècle.
Le pèlerinage aurait eu, selon le Bureau, un impact social « extrêmement mauvais », qui justifierait que le père Sun cesse ses activités missionnaires et qu’il se voit retirer son enregistrement officiel. Une clause des nouvelles règles a été mentionnée dans la lettre, demandant d’agir dans les trente jours après réception de la lettre, avec notamment la nomination d’un prêtre pour le remplacer. L’article 73 des nouvelles règles indique que toute personne qui organise des activités religieuses non autorisées peut se voir confisquer ses revenus et ses biens et se voir exclu de son ordre clérical. La lettre, qui concerne le père Sun en priorité, appelle plus généralement l’Association patriotique à renforcer son contrôle sur les prêtres afin de maintenir l’harmonie sociale.
Le père Sun a remarqué que, malgré la demande du Bureau, il n’y a encore eu aucune prise de décision concernant son exclusion. « Priez pour moi et pour l’Église », a-t-il demandé au téléphone, ajoutant « C’est tout, c’est tout » avant d’interrompre l’appel. Une source qui tient à rester anonyme confie que la demande d’exclusion du père Sun pourrait être liée à des tensions entre le prêtre et un curé local de la paroisse catholique de Tangu. La source ajoute que d’autres membres de l’Église, également opposés au père Sun, auraient pu rapporter au Bureau des affaires religieuses l’implication du prêtre dans le pèlerinage. D’autres ont ajouté que, quoi qu’il en soit, le père Sun est persécuté sous couvert des nouvelles règles sur les affaires religieuses. « Où est le problème, pour un prêtre, d’emmener les fidèles en pèlerinage ? » demande un membre de l’Église. « Cela concerne les affaires internes de l’Église et le pèlerinage est bon pour notre foi. » La demande d’exclusion contredit la Constitution qui assure la protection de la liberté religieuse, ajoute-t-il.

(Avec Ucanews, Hong-Kong)

Copyright

Photo Ucanews