EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Chine L’un des principaux forums musulmans de Chine fermé après la publication d’une lettre critiquant le président Xi Jinping

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Chine

Imprimer

L’un des principaux forums musulmans de Chine fermé après la publication d’une lettre critiquant le président Xi Jinping

L’un des principaux forums musulmans de Chine fermé après la publication d’une lettre critiquant le président Xi Jinping

23/12/2016

Un forum de conversation utilisé par des musulmans chinois a été bloqué samedi 10 décembre après la publication d’une lettre pointant la responsabilité de Xi Jinping, le président chinois, dans les atteintes aux droits de l’homme en Chine.

Samedi 10 décembre, des étudiants chinois à l’étranger ont publié une lettre ouverte, critiquant le président chinois. Même si la lettre avait déjà été publiée sur le site de pétitions en ligne change.org, sa publication sur le site « Chine musulman Net » (Zhongmu Wang) semble avoir entraîné sa fermeture.

« Nous sommes un groupe d’étudiants à l’étranger et nous vous exhortons à mettre fin à la répression brutale des Chinois, et à immédiatement libérer Kwon Pyong, un étudiant kidnappé par la police secrète il y a deux mois, de même que d’autres citoyens détenus », demandent les étudiants signataires de la lettre, citant notamment les avocats des droits de l’homme emprisonnés.

Des musulmans interpellent le président chinois

Kwon Pyong, qui avait étudié aux Etats-Unis, a disparu il y a deux mois, après s’être montré en ligne portant un tee-shirt comparant le président chinois à Hitler, en contractant leurs noms, « Xitler ».

Le site Zhongmu Wang ou 2muslim.com se présentait comme un « réseau en ligne de musulmans partageants l’islam ». Créé en 2003, le site était particulièrement populaire auprès des Hui, une minorité musulmane considérée comme « assimilée » en Chine, parce que ses membres parlent mandarin et sont plutôt bien intégrés dans la société.

Depuis le 10 décembre, un message sur le site explique qu’il est en maintenance, citant des raisons techniques. Les deux comptes du forum sur les réseaux sociaux WeChat et Weibo ont eux aussi été bloqués, et affichent des messages évoquant « une violation des règles requises ».

La lettre ouverte était directement adressée au président chinois. « Vous n’êtes pas responsable de tous les crimes du système totalitaire, mais, en tant que dirigeant du système totalitaire, en tant que commandant en chef de la répression, vous devez prendre la responsabilité du sang et des larmes qui coulent en ce moment, pouvait-on lire. Lors du prochain printemps de la révolution de jasmin de Chine, qui enverra les tanks pour nous écraser, nous, la nouvelle génération des étudiants après 1989 ? »

« S’opposer aux forces qui cherchent à créer des divisions ethniques »

L’un des auteurs de la lettre, Yi Sulaiman Gu, musulman chinois, étudiant à l’Université de Géorgie, aux Etats-Unis, a expliqué à l’AFP qu’il ne pensait pas entraîner la fermeture du forum en publiant la lettre. « On pensait que ce serait sûr de la publier là », le forum ayant déjà accueilli des conversations sur des sujets sensibles comme la persécution des dissidents musulmans.

C’est seulement après qu’un professeur de marxisme a relayé l’information sur son compte Weibo (l’équivalent chinois de Twitter) que l’affaire a attiré l’attention. « C’est le devoir de tous les citoyens patriotes de protéger l’unité nationale et de s’opposer aux forces qui cherchent à créer des divisions ethniques », a écrit Mei Xinyu, accompagnant son message d’une capture d’écran du site Zhongmu Wang. Ce professeur de l’Académie chinoise des sciences sociales, un institut de recherche directement affilié au gouvernement chinois, a accusé le forum de soutenir le séparatisme au Xinjiang.

Contacté par Radio Free Asia, un site d’information financé par le Congrès américain, Mei Xinyu a admis en avoir après le forum musulman. « Ces derniers temps, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de textes extrémistes publiés sur Zhongmu Wang. C’est n’importe quoi. » Son message a rapidement été repris par des bloggeurs pro-gouvernementaux influents.

« Ils ont toujours eu les musulmans dans le viseur. Le contexte, c’est que le gouvernement cherchait une excuse pour fermer Zhongmu Wang depuis des années », estime Yi Sulaiman Gu, cité par RFA.

« Le gouvernement chinois est très hostile aux musulmans de Chine, surtout les musulmans du Xinjiang », a déclaré à l’AFP Anthony Chang, un des auteurs de la lettre, étudiant à l’Université du Queensland, en Australie.

La Région autonome ouïghoure du Xinjiang est régulièrement le théâtre de violences et d’attentats attribués par les autorités chinoises à des séparatistes indépendantistes ou à des extrémistes religieux. Les Ouïghours dénoncent quant à eux les limites qui sont imposées à leur pratique religieuse, comme l’interdiction d’observer le jeûne du ramadan, de porter la barbe pour les hommes ou le voile pour les femmes.

Une minorité musulmane hui bien intégrée à la société chinoise

Le forum Zhongmu Wang, en mandarin, rassemblait cependant surtout les Hui, sinophones, les Ouïghours ne maîtrisant pas tous le chinois. Les Hui, vivant surtout dans la Région autonome Hui du Ningxia, et dans les régions alentours (la province du Gansu notamment), jouissent d’une liberté de religion bien plus importante que les Ouïghours, soumis à un étroit contrôle sécuritaire. Ils sont globalement mieux intégrés dans la société chinoise.

Au Ningxia, récemment visité par Eglises d’Asie, les mosquées sont nombreuses, et beaucoup de nouveaux édifices du culte sont actuellement en construction. Beaucoup de villages du sud de la province comptent plusieurs mosquées pour quelques centaines d’habitants. Beaucoup de femmes portent le voile, plus couvrant pour les femmes d’un certain âge.

Dans la capitale de la province, Yinchuan, le contrôle de la religion se lit par exemple sur les photos affichées dans la plus grande mosquée de la ville : on y voit l’imam serrant la main du chef de la police locale, ou recevant un diplôme de la part de militaires. Au milieu de la cour de la mosquée, flotte un grand drapeau rouge. Sur une des photos, on voit des soldats au garde à vous entourant le drapeau, hissé lors de l’Aïd el-Fitr, indique la légende.

(eda/sl)