EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Chine Zhejiang : les autorités multiplient arrestations et mises en garde après le décès, à l’âge de 90 ans, de l’évêque de Wenzhou

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Chine

Imprimer

Zhejiang : les autorités multiplient arrestations et mises en garde après le décès, à l’âge de 90 ans, de l’évêque de Wenzhou

Zhejiang : les autorités multiplient arrestations et mises en garde après le décès, à l’âge de 90 ans, de l’évêque de Wenzhou

07/09/2016

Ce matin, Mgr Vincent Zhu Weifang est décédé. Agé de 90 ans, il était évêque de Wenzhou, dans la province du Zhejiang. Selon les informations dont nous disposons, ses obsèques, prévues pour être célébrées le 13 septembre, se préparent dans un climat de grande tension. La police multiplie en effet ...

... les mises en garde et les arrestations au sein de la communauté « clandestine » du diocèse et on est sans nouvelles de Mgr Shao Zhumin. Appartenant à la partie « clandestine » du diocèse de Wenzhou, Mgr Shao a été nommé en 2007 par Rome évêque coadjuteur du lieu ; à ce titre, d’un strict point de vue canonique, il doit prendre la succession de Mgr Zhu.

chine - évêque zhu.jpg

La tension qui se fait jour à Wenzhou a, semble-t-il, été anticipée par les autorités. Le décès de Mgr Zhu, étant donné son état de santé, était prévisible et la police a très certainement pris les devants. En effet, Mgr Shao Zhumin a « disparu » depuis le 23 août dernier. On peut penser qu’il a été placé au secret par les autorités pour l’empêcher de présider la messe de funérailles de Mgr Zhu, une présence qui marquerait aux yeux de tous son autorité sur l’ensemble du diocèse. Outre Mgr Shao, le P. Paul Jiang Sunian, chancelier « clandestin » du diocèse, et un autre prêtre ont eux aussi « disparu ».

chine - mgr shao.jpg

Mgr Peter Shao Zhumin, évêque « clandestin » de Wenzhou, et son chancelier, le P. Paul Jiang Sunian (photo non datée). DR

Des obsèques qui se dérouleront sous haute surveillance

Depuis l’annonce du décès de Mgr Zhu, des prêtres de la partie « clandestine » du diocèse ont par ailleurs été interpellés. D’autres ont reçu des coups de téléphone leur intimant l’ordre de ne pas assister aux obsèques de Mgr Zhu, mardi prochain.

Selon une source locale citée par l'agence Ucanews, les autorités ont annoncé que l’assistance aux funérailles sera limitée à quatre cents personnes. « Même les prêtres « officiels » doivent obtenir une autorisation spéciale pour se rendre à Ma’ao, le village natal de l’évêque, où sa dépouille a été déposée dans une chapelle ardente », précise la même source.

Ce climat de tension reflète la situation particulièrement complexe de l’Eglise en Chine, une tension sans doute aggravée par le fait que cette actualité se déroule à Wenzhou, ville où la présence chrétienne, protestante et catholique, est notablement importante et qui s’est trouvée au centre de la campagne d’abattage des croix placées au sommet des édifices religieux menée par les autorités depuis fin 2013 jusqu'au printemps 2016.

chine - carte wenzhou.jpg

Mgr Zhu appartient à cette génération de prêtres en Chine qui a connu la guerre mondiale, la guerre civile et l’emprise communiste sur le pays. Né le 10 décembre 1927 dans un district voisin de Wenzhou, Zhu Weifang a été ordonné prêtre en octobre 1954, cinq ans après la prise du pouvoir par Mao Zedong. Emporté par la persécution qui prépare la mise en place de l’Association patriotique des catholiques chinois, il est condamné à la rééducation par le travail et passe près de seize ans en camps, de 1955 à 1971. Il retournera en prison de 1982 à 1988 avant de recouvrer la liberté et de poursuivre son ministère de prêtre.

Favoriser l’unité du diocèse

En 2007, l’évêque « clandestin » de Wenzhou, Mgr Lin Xili, qui avait été ordonné à l’épiscopat dans la plus grande discrétion en 1992, est très âgé et affaibli par la maladie (il mourra deux ans plus tard, le 4 octobre 2009). En vue de favoriser l’unité entre les deux communautés « clandestine » et « officielle » de ce diocèse très dynamique, Rome décide de nommer comme ordinaire de Wenzhou, le P. Vincent Zhu Weifang, membre du clergé « officiel », avec comme coadjuteur le P. Shao Zhumin, membre du clergé « clandestin ». Le P. Zhu étant alors âgé de 81 ans et le P. Shao ayant 44 ans, il était entendu qu’à la mort de Mgr Zhu, Mgr Shao prendrait la direction du diocèse tout entier.

En agissant ainsi, le Saint-Siège souhaitait favoriser l’unité de l’Eglise, dans un diocèse où les « clandestins » sont estimés à quelque 80 000 fidèles, les « officiels » étant moitié moins. L’unité recherchée par Rome s’est cependant heurtée aux méfiances des uns et des autres ainsi qu’aux manœuvres permanentes d’immixtion des autorités civiles dans la vie de l’Eglise. Ainsi, il y a quelques années, un administrateur, en la personne du P. Ma Xianshi, a été nommé au sein de la partie « officielle » afin d’assister Mgr Zhu, affaibli par l’âge. On ne sait si Mgr Zhu a procédé volontairement ou non à cette nomination, mais il est devenu clair que les autorités chinoises n’accepteraient pas que Mgr Shao prenne la succession de Mgr Zhu et qu’elles avaient leur candidat pour ce poste, à savoir le P. Ma, une personnalité qui par ailleurs ne fait pas l’unanimité au sein même de la partie « officielle » du diocèse.

Un évêque « officiel » et indocile

Aujourd’hui que Mgr Zhu est décédé, avant même que ses obsèques aient été célébrées, on ne peut que constater que les ingérences des autorités dans les affaires de l’Eglise se poursuivent, ainsi qu’en témoigne la « mise à l’écart » de Mgr Shao et les pressions exercées sur le clergé « clandestin ».

Pour autant, Mgr Zhu et les prêtres de la partie « officielle » du diocèse pouvaient se montrer indociles envers le pouvoir. En juillet 2015, afin de protester contre la campagne d’abattage des croix, le vieil évêque avait publié, avec 26 de ses prêtres, une lettre ouverte pour appeler « les catholiques chinois et toutes les personnes animées par un sens de la justice à ne pas rester silencieux et à élever la voix ensemble ». Evoquant une « persécution qui se renforce », le prélat écrivait : « En tant que citoyens chinois, nous aspirons à une démocratie plus complète et à un véritable Etat de droit.» Avec plusieurs prêtres et derrière une banderole, Mgr Zhu était allé porter sa lettre aux autorités provinciales. En réponse, il lui avait été signifié qu’il devait se taire, faute de quoi lui et les catholiques de Wenzhou pourraient se retrouver en prison.

Le Zhejiang est cette province qui vient d’accueillir, à Hangzhou, les 4 et 5 septembre, le sommet du G20, sommet au cours duquel le pouvoir chinois a mis en scène la puissance retrouvée du pays. La ville avait été préalablement nettoyée de tout élément jugé potentiellement perturbateur. Pour des « raisons de sécurité », les lieux de culte situés dans le district où se tenait le sommet avaient ainsi été fermés.

Rome et Pékin négocient

Le décès de Mgr Zhu intervient quelques semaines après celui de Mgr Vincent Huang Shoucheng, évêque « clandestin » de Mindong, un diocèse très vivant de la province du Fujian. Là encore, la succession promet d’être délicate : Mgr Guo Xijin, coadjuteur « clandestin » de Mindong, devrait lui succéder, mais les autorités ne le reconnaissent pas comme évêque et le diocèse, dans sa partie « officielle », est dirigée depuis l'an 2000 par Mgr Zhang Silu, un des huit évêques illégitimes car ordonnés sans mandat pontifical.

Dans le cas du diocèse de Wenzhou comme dans celui de Mindong, la question de la succession épiscopale intervient alors même que Rome et Pékin ont mené, au cours du mois d’août à Rome, une nouvelle session de négociations, lesquelles pourraient déboucher sur un accord qui concernerait, entre autres choses, le mode de désignation des évêques de l’Eglise en Chine.

(eda/ra)