EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Chine Des membres de l'Eglise catholique "clandestine" sont interdits d'études à l'université

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Chine

Imprimer

Des membres de l'Eglise catholique "clandestine" sont interdits d'études à l'université [ Bulletin EDA n° 298 ]

01/12/1999

Selon des sources de l'Eglise catholique "clandestine" en Chine, des membres de cette Eglise ont été renvoyés des universités où ils étudiaient ou empêchés de s'inscrire en faculté du seul fait de leur appartenance à l'Eglise "clandestine". Dans la province du Gansu, le 26 octobre dernier, les PP. Jean-Baptiste Wang Ruohan, âgé de 48 ans, Wang Yiqin, 47 ans, et Chen Qinyi, 39 ans, ont été soudainement remerciés de l'Ecole normale de Tianshui où ils suivaient des cours de langues, du niveau de la licence, dispensés à l'intérieur du département des études de langue chinoise. Les responsables de l'Ecole normale ont indiqué aux trois prêtres que leur renvoi avait été ordonné par le Bureau de l'éducation de la province, qui les avait de plus blâmés pour les avoir acceptés parmi leurs étudiants. Ces trois prêtres appartiennent au diocèse de Tianshui dont l'évêque "clandestin", Mgr Casimir Wang Milu (1), est le frère aîné du P. Wang Ruohan.

L'expulsion de ces trois prêtres de l'Eglise "clandestine" n'est pas une première : en 1996, dans la province voisine du Shaanxi, une université a refusé d'accepter en tant qu'auditeurs libres neuf séminaristes non affiliés à l'Association patriotique des catholiques chinois ; ces neuf séminaristes avaient été présentés à l'université par un prêtre de leur diocèse de Mindong, dans la province du Fujian. Sur intervention du Bureau des affaires religieuses, les responsables de l'université, afin d'éviter des ennuis, avaient refusé de les admettre. Ils leur avaient fait savoir qu'ils avaient pour instruction de refuser tout candidat dont ils connaîtraient l'appartenance à l'Eglise "clandestine".

En mars 1994, le P. Wang Ruohan, diplômé en médecine, avait obtenu une bourse d'études pour étudier en Europe. Cependant, la police lui avait refusé l'octroi d'un passeport et l'avait arrêté pour "activités religieuses illégales". Battu en prison, le P. Wang Ruohan en sortit avec une côte cassée. En mars 1995, une bourse d'études lui fut à nouveau accordée, mais, un mois plus tard, lui et un autre de ses frères, également prêtre, le P. Jean Wang Ruowang, furent arrêtés "sur ordre de hautes autorités".

Des catholiques en Chine font remarquer qu'en 1998, le gouvernement chinois a émis un décret sur l'éducation supérieure destiné à élever le niveau d'instruction du peuple chinois. A de nombreuses reprises, des prêtres ont demandé au Front uni, au Bureau des Affaires religieuses, au Bureau de la sécurité publique, trois instances habituellement responsables des questions relatives à la vie de l'Eglise en Chine, d'appliquer la politique du gouvernement en la matière. Apparemment sans beaucoup de succès.

Notes

(1) Voir EDA 125 (document annexe), 156<br />