EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Chine Shaanxi : mort de Mgr Paul Fan Yufei, évêque clandestin de Zhouzhi

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Chine

Imprimer

Shaanxi : mort de Mgr Paul Fan Yufei, évêque clandestin de Zhouzhi [ Bulletin EDA n° 199 ]

16/05/1995

Mgr Paul Fan Yufei est mort à l'hôpital le 5 avril, victime d'une attaque cardiaque, à l'âge de soixante-cinq ans. Il avait reçu les derniers sacrements. L'évêque "officiel" de Xi'an, Mgr Antoine Li Du'an, a célébré une messe de requiem à l'église de Dayingxi, village natal de Mgr Fan. Selon la coutume catholique de la région, l'inhumation a eu lieu sept jours après le décès, le 11 avril, à l'intérieur de la même église. Environ quatre mille fidèles étaient présents à la cérémonie.

Le diocèse de Zhouzhi compte 31 prêtres, une bonne centaine de religieuses et environ 50 000 catholiques de vieille souche, pour la plupart des paysans pauvres qui ont dans leur grande majorité refusé de pactiser avec les autorités civiles en matière religieuse.

Mgr Paul Fan Yufei, né dans une de ces familles le 26 juillet 1931, entra à l'âge de treize ans au petit séminaire Saint-Jean de Puji, Wugong, et fit ses études de philosophie et de théologie aux séminaires de Fengxiang et de Xi'an. Contraint de revenir dans sa famille après la fermeture des séminaires, en 1958, il ne renonça jamais à sa vocation. Il reçut la prêtrise le 29 mai 1979 des mains de Mgr Zhou Weidao, qui moins de trois ans plus tard, le 25 janvier 1982, l'ordonna clandestinement évêque.

Après la mort de Mgr Zhou, le gouvernement refusa de reconnaître Mgr Fan comme évêque du diocèse. Arrêté en 1992, astreint pendant plusieurs mois à "l'étude de la pensée communiste", il fut convaincu par de faux documents que son diocèse démembré et rattaché aux diocèses voisins n'existait plus et signa une renonciation à sa charge épiscopale. Relâché en septembre 1992, il dénonça vigoureusement la tromperie dont il avait été victime et reprit l'exercice de sa charge au grand jour. Il encourageait les chrétiens à restaurer leurs églises et travaillait discrètement à former la future relève de son clergé.