EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Chine Henan : le seul évêque de la province autorisé par le gouvernement vient d'être ordonné

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Chine

Imprimer

Henan : le seul évêque de la province autorisé par le gouvernement vient d'être ordonné [ Bulletin EDA n° 166 ]

01/12/1993

Le père Han Daoyi, élu le 23 septembre 1993 pour diriger le diocèse de Kaifeng, a été ordonné évêque le 7 novembre suivant à l'église de l'Immaculée-Conception de Pékin par Mgr Joseph Zong Huaide, évêque "officiel" de Jian et Zhoucun, président de la conférence épiscopale "officielle", assisté par deux autres évêques autorisés par le gouvernement, Mgr Michel Fu Tieshan, de Pékin, et Mgr Yu Chengcai, de Nantong (Haimen). Le nouvel évêque occupe le siège laissé vacant par Mgr He Chunming, évêque "officiel" de Kaifeng décédé en 1986. Depuis cette date la province du Henan n'avait plus d'évêque autorisé par le gouvernement communiste.

Le P. Han, originaire de la région de Qingfeng dans le Henan, et âgé aujourd'hui de 73 ans, a été ordonné prêtre en 1947. Après avoir obtenu un diplôme de langue chinoise à l'université de Pékin en 1954, il revint enseigner dans sa province d'origine. Après la Révolution culturelle (1966-1976), il reprit le ministère pastoral dans une paroisse de Puyang, au nord du Henan. Il enseignait la théologie depuis 1990 au séminaire régional de Wuchang, province de Hubei, quand il a été élu évêque de Kaifeng.

Dans les huit diocèses que compte la province de Henan : Kaifeng, Luoyang, Nanyang, Shangqiu, Xinyang, Weihui, Zhengzhou et Zhumadian, il y a au moins cinq évêques clandestins, qui vivent à Anyang, Kaifeng, Luoyang, Shangqiu et Nanyang et exercent leur influence dans les communautés de l'Eglise "ouverte" comme dans celles de l'Eglise clandestine. Mgr Han, seul évêque "officiel" de la province, est assisté par quatre prêtres.

Selon diverses sources catholiques du Henan, la question de savoir s'il faut ou non des évêques "officiels" est difficile à trancher pour bien des fidèles de la province parce que dans beaucoup d'affaires, comme celle des biens d'Eglise à récupérer, il serait préférable que le chef du diocèse ait des relations avec les autorités gouvernementales.