EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie du Nord-Est Chine Mgr Casimir Wang Milu, évêque "clandestin", relâché un an avant l'expiration de sa peine

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie du Nord-Est - Chine

Imprimer

Mgr Casimir Wang Milu, évêque "clandestin", relâché un an avant l'expiration de sa peine [ Bulletin EDA n° 156 ]

01/06/1993

Les autorités chinoises ont relâché le 14 avril 1993 l'évêque catholique Casimir Wang Milu (1). Il se trouve aujourd'hui en liberté conditionnelle dans son pays natal, commune de Gangu, province de Gansu.

La nouvelle de sa sortie de prison qui circulait depuis quelques jours a été confirmée par un télégramme de sa famille à des amis puis le 13 mai 1993 par le bureau des affaires religieuses de la province de Gansu. On ignore encore les conditions mises à son élargissement.

Arrêté à la fin de 1984, condamné à dix ans de réclusion jusqu'au 5 avril 1994, Mgr Wang a été relâché un an avant l'expiration de sa peine. Jusqu'à cette année il était détenu au camp de travail forcé de Dashaping, près de Lanzbou.

Mgr Casimir Wang Milu qui a environ cinquante-deux ans n'a pas fait ses études dans un séminaire. Il doit sa formation aux livres de théologie et à quelques prêtres qui n'étaient pas encore en prison. Arrêté une première fois en décembre 1979 et condamné pour crimes contre-révolutionnaires, il fut libéré peu après. Mgr Joseph Fan Xueyan, qui venait alors de faire un long séjour dans les prisons chinoises, lui donna l'ordination sacerdotale en secret en juillet 1980 puis, le 28 janvier 1981, l'ordonna évêque pour son diocèse d'origine de Tianshui, province de Gansu, alors dirigé par un prélat "patriote", Augustin Zhao Jingnong.

Jeune et plein d'énergie, Mgr Wang entreprit une tournée à travers la Chine au cours de laquelle il ordonna à son tour plusieurs évêques et bon nombre de prêtres avant d'être arrêté à Pékin au début de 1984. L'un des crimes qui motivèrent sa condamnation fut d'avoir "reconnu un pouvoir extérieur, ennemi de la République populaire, et d'avoir cherché à être reconnu de luic'est-à-dire du Vatican, au mépris de la constitution chinoise qui interdit de "soumettre les questions religieuses au contrôle de puissances étrangères".

Notes

(1) EDA 125, document annexe<br />