EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie Centrale Tadjikistan 500 000 réfugiés après une année de guerre civile entre islamistes et pro-communistes

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie Centrale - Tadjikistan

Imprimer

500 000 réfugiés après une année de guerre civile entre islamistes et pro-communistes [ Bulletin EDA n° 148 ]

01/02/1993

La guerre civile qui oppose les militants islamistes du Parti de la renaissance et du Parti démocratique aux milices pro-communistes a déjà fait plus de 500 000 réfugiés, soit un dixième de la population, selon un fonctionnaire de Douchanbé, capitale du Tadjikistan, cité par le Far Eastern Economic Review de Hongkong.

60 000 Tadjiks environ ont trouvé refuge au nord-est de l'Afghanistan, dans la région de Mazar-e-Sharif. Selon des témoins oculaires, les très basses températures de la saison ont déjà causé la mort de plusieurs centaines de personnes mortes de froid, de faim, ou noyées en essayant de traverser le fleuve Amu Darya. Le Haut-commissariat des Nations unies pour les Réfugiés a installé des camps de fortune dans cette région. Les fonctionnaires onusiens affirment cependant qu'en dehors des 60 000 Tadjiks qui se trouvent dans cette région, ils n'ont aucun moyen de savoir ce qu'il advient des dizaines de milliers d'autres réfugiés passés par d'autres secteurs de la frontière afghane.

Des observateurs basés à Douchanbé estiment qu'au moins 200 000 personnes ont fui vers les monts Pamir à l'est du pays après les massacres de décembre 1992 perpétrés par les pro-communistes. "Les communistes sont en train de mettre en oeuvre une purification ethnique à Douchanbé; ils tuent les sympathisants du mouvement musulman en même temps que ceux du Parti démocrate" a déclaré une mère de famille de Douchanbé au journaliste du Far Eastern Economic Review. D'autres sources confirment que durant les deux dernières semaines de décembre 1992, des familles entières ont été assassinées par les milices pro-communistes et qu'une chasse à l'homme a été organisée contre les militants islamiques.

Pour la première fois depuis le début de la guerre civile, les forces pro-communistes contrôlent aujourd'hui toutes les grandes villes du sud du pays. Après avoir pris Douchanbé au début de décembre 1992, elles organisent maintenant leur offensive en direction de l'est.