EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Asie Centrale

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Asie Centrale

Les paroisses catholiques tadjiks accueillent leurs nouveaux prêtres

Tadjikistan 01/10/2007

Deux des trois paroisses du Tadjikistan accueillent leur nouveau curé (1). « C’est bien pour nous d’avoir maintenant un prêtre résidant », a confié Ruslan Gerikh, un garçon de 15 ans de la paroisse St Roch à Kurgan-Tube, ville située à 100 km au sud de Douchanbe, la capitale. « J’espère qu’il restera longtemps avec nous. Avoir un prêtre est très important parce que c’est triste de voir notre église fermée plusieurs jours par semaine. » Le P. Pedro Lopez a été installé au cours de la messe du 16 septembre dernier, pendant laquelle les paroissiens lui ont remis symboliquement les clefs de l’église. « Je suis content d’être pasteur de cette petite communauté. J’espère l’aider à grandir », a-t-il déclaré à cette occasion (2).

Pour les responsables des minorités religieuses, un projet de loi sur les religions représente une limitation de la liberté religieuse

Tadjikistan 16/07/2007

Les représentants des religions minoritaires du Tadjikistan ont écrit une lettre ouverte au président Emomali Rakhmon et au Parlement à propos d’un projet de loi sur les religions. Une vingtaine de représentants d’Eglises protestantes, un de l’Eglise catholique et un autre de la communauté bahaïe se sont rencontrés à Douchanbe, la capitale, le 28 juin dernier, pour rédiger cette lettre. L’Eglise russe orthodoxe, qui représente 3 % des 6,5 millions d’habitants de cet Etat d’Asie centrale, n’avait pas envoyé de délégué. Les catholiques, dont le nombre n’excède pas les 250, forment la plus petite de ces minorités religieuses (1).

Des chrétiens de différentes confessions travaillent ensemble pour traduire le Nouveau Testament en tadjik

Tadjikistan 16/02/2007

Traduire le Nouveau Testament en tadjik est le dernier projet de la Société biblique ocuménique du Tadjikistan, qui, jusqu'à présent, ne diffusait la littérature chrétienne qu'en langue russe. Le P. Juan Carlos Sack, prêtre de l'Institut du Verbe Incarné, membre de la Société biblique, a expliqué qu'une telle traduction était d'une extrême importance pour le développement du christianisme au Tadjikistan (1). "Notre Eglise n'utilise que le russe pour sa liturgie, mais je pense qu'il est primordial pour les gens d'ici de pouvoir lire le Nouveau Testament dans leur langue maternelle a indiqué ce missionnaire argentin, curé de la paroisse Saint-Joseph de Dushanbe, la capitale (2).

Joué par des paroissiens, un Mystère de Noël a rappelé à tous l'histoire du salut telle qu'on peut la lire dans la Bible

Tadjikistan 16/01/2006

Pour Noël, cette année, les Tadjiks qui ont participé à la messe à Douchanbe, capitale du Tadjikistan, n'ont pas seulement vu sur scène Jésus, Marie et Joseph, mais aussi Adam et Eve, Abraham et Moïse (1). Le jour de Noël, après la messe, sur une estrade ornée de décors en carton, la paroisse St Joseph a proposé, en effet, un Mystère de Noël qui ne présentait pas seulement la naissance de Jésus mais rappelait les passages essentiels de l'Ancien testament annonçant la venue du Messie. "Nous avions décidé de montrer l'histoire du Salut depuis les prophètes de l'Ancien Testament jusqu'à Jésus a expliqué Sour Maria Pocs, cheville ouvrière du projet.

A Boukhara, les catholiques n'ont pas pu célébrer Noël ensemble par manque de place dans leur minuscule chapelle de fortune

Ouzbékistan 16/01/2006

A Boukhara, pour la veillée de Noël comme pour la messe du jour, les catholiques de langue polonaise et ceux de langue russe ont participé à des messes séparées, non pour des questions de langues mais par manque de place. Les catholiques de langue polonaise sont une trentaine et ceux de langue russe une quinzaine, or la chapelle ne peut contenir que vingt personnes. Une nouvelle chapelle plus grande est en construction au même endroit et devrait être achevée cette année. Depuis 2005, à Boukhara, quelle que soit leur langue, les catholiques prient ensemble à la messe des dimanches ordinaires célébrée en russe, même si un certain nombre de fidèles sont obligés de rester debout à l'extérieur.

Le jour de Noël, pour la première fois, les catéchumènes d'Angren ont assisté à une eucharistie

Ouzbékistan 16/01/2006

A Angren, centre industriel situé à une centaine de kilomètres à l'est de Tachkent, capitale de l'Ouzbékistan, des catéchumènes étudient le catéchisme depuis le mois de mars, mais à Noël, pour la première fois, ils ont rencontré le Christ Jésus dans l'Eucharistie. Le P. Tadeush Glusiec, un franciscain conventuel, a célébré la messe de la veillée de Noël entouré de vingt catéchumènes et d'un couple catholique dans une maison privée, à Angren.

LE GOUVERNEMENT OUZBEK ENTEND CONTROLER DE PRES LES NOUVELLES EGLISES CHRETIENNES PROTESTANTES

Ouzbékistan 16/05/2004

"Vous, les chrétiens, allez tous être fusillés !" C'est ce qu'a lancé le procureur Arzymbetov aux onze croyants de du Christ qu'il avait convoqués pour un interrogatoire, le 21 avril dernier.

Contraception et contrôle naturel des naissances

Ouzbékistan 16/05/2004

Un séminaire consacré aux problèmes de la contraception et du contrôle naturel des naissances s'est tenu dans les locaux de la paroisse catholique de Tachkent le 25 mars, fête de l'Annonciation, un jour spécialement consacré à célébrer la vie.

Par des sessions d'études bibliques organisées à domicile, les catholiques peuvent approfondir et renforcer leur foi

Ouzbékistan 16/03/2004

L'Eglise catholique d'Ouzbékistan a lancé un système d'études bibliques à domicile pour aider les catholiques à mieux approfondir leur foi. Vingt-et-un catholiques de Tachkent, Urgench, Samarkand et Fergana ont participé à un premier séminaire d'études bibliques et théologiques conçu pour les aider dans leur travail en paroisse dans l'enseignement du catéchisme ou, simplement, pour développer leur connaissance. Le séminaire s'est tenu dans la paroisse du Sacré Cour de Tachkent, capitale d'Ouzbékistan, les 20 et 21 février dernier, première étape d'un programme de formation de trois ans.