EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Actualités précédentes

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Actualités précédentes

Condamnés pour "spiritualité contre-révolutionnaire"

Vietnam 16/11/1990

  "S'est servi de la religion à des fins de propagande contre-révolutionnaire". Ce motif d'accusation, tant de fois utilisé dans le passé, n'a pas encore disparu du discours officiel. Il a de nouveau été invoqué par le procureur du Tribunal populaire de Hô Chi Minh-Ville, les 15 et 16 août 1990, à l'encontre d'un groupe de 11 catholiques appartenant aux diocèses de My Tho et Can Tho. Leur procès (10), différé à plusieurs reprises, semble avoir été organisé avec une grande précipitation et sans notification préalable. Les principaux accusés attendaient de passer en jugement depuis leur arrestation au mois de novembre 1987.

Eglise-Etat: une embellie

Vietnam 01/11/1990

  Le président et le secrétaire général de la Conférence épiscopale, convoqués à Hanoi le 17 octobre, ont appris de la bouche des responsables du Bureau des affaires religieuses, la venue imminente de la délégation du Saint-Siège. Ils ont également été informés que le gouvernement était prêt, à cette occasion, à manifester sa bonne volonté. Un certain nombre de signes donnent à penser que les rapports entre l'Eglise et l'Etat pourraient connaître une embellie.

Relations Vietnam-Vatican: échange de bons procédés

Vietnam 01/11/1990

  "Une délégation vaticane de haut niveau sous la direction du cardinal Roger Etchegaray se rendra à Hanoi dans quelques semaines", a déclaré, le 18 octobre 1990 (8), à "Eglises d'Asie" Mgr Nguyen Van Sang, évêque auxiliaire de Hanoï. Les autorités vietnamiennes avaient, la veille, officiellement annoncé la nouvelle au président et au secrétaire général de la Conférence épiscopale, convoqués à Hanoï pour la circonstance (9). La date du départ de la délégation, prévue pour le 6 novembre 1990, a été confirmée trois jours plus tard par l'agence Vietnam-Presse qui précise que la visite durera une semaine.

Le deuxième Congrès du Comité d'union des catholiques patriotes

Vietnam 16/10/1990

  Le mardi 10 octobre 1990, s'est ouvert à Hanoï le 2ème Congrès des représentants des catholiques patriotes. Les médias officiels ont fait une large publicité à cet événement (30) et les autorités ont, semble-t-il, accordé une grande attention au déroulement de ses travaux. En effet, le premier jour du Congrès, après le discours d'ouverture du vieux président du mouvement, le P. Vo Thanh Trinh, c'est M. Le Quang Dao, vice-président du Conseil d'Etat, président de l'Assemblée nationale, qui a pris la parole pour souligner la part très importante prise par le Comité d'union dans l'édification de la patrie, et l'inviter à participer encore davantage à l'oeuvre de rénovation nationale. Le lendemain, la plus haute personnalité du régime, le secrétaire général M. Nguyen Van Linh, rencontrait les participants du Congrès, au nombre de 300 selon Radio Hanoi.

LE TESTAMENT D'UN EVEQUE Une protestation de l'évêque de Buôn Ma Thuôt

Vietnam 01/10/1990

  Evéché République socialiste du Vietnam

Le Vatican et le Vietnam

Vietnam 01/10/1990

  Le gouvernement vietnamien a fait connaître son mécontentement pour n'avoir pas été consulté avant la nomination de deux administrateurs apostoliques pour les diocèses de Hanoi et de Thai Binh (25). "Le Vatican essaierait d'administrer le peuple vietnamien par-dessus la tête du gouvernementEn conséquence, les divers voyages prévus par les évêques vietnamiens ont été reportés à des dates indéterminées. Seuls, Mgr Nguyen Van Binh, archevêque de Hô Chi Minh-Ville, et Mgr Nguyen Van Sang, administrateur de Thai Binh, seront autorisés à participer à une réunion de prière à Bari, en Italie, les 26 et 27 septembre prochains.

Hô Chi Minh-Ville: progression alarmante du nombre des suicides

Vietnam 01/10/1990

  L'organe des jeunesses communistes de Hô Chi Minh-Ville (24) vient de jeter un cri d'alarme devant la multiplication des suicides touchant la population de la ville. Pour les 6 premiers mois de cette année, 3 048 personnes ont mis volontairement un terme à leurs jours, ce qui représente une augmentation de 22,4 % par rapport à la période correspondante de l'année précédente. Selon le journal, cette courbe croissante des suicides aurait débuté en 1988, année au cours de laquelle leur nombre serait subitement passé de 3 000 à 4 000 pour, ensuite, s'élever jusqu'à 5 216 en 1989. Les statistiques citées relèvent aussi que, pour un suicide mené à terme, il y a, par ailleurs, 20 tentatives avortées.

A Hô Chi Minh-Ville et à Phat Diêm: une même suspicion?

Vietnam 01/10/1990

  Les garderies d'enfants tenues par les religieuses relèveraient-elles de la haute politique? C'est ce que sembleraient indiquer les consignes envoyées par le Service de l'éducation à ses permanences de Hô Chi Minh-Ville: "Etant donné la situation internationale et nationale qui soulève une série de questions complexes, les autorisations d'ouverture de classes seront délivrées avec parcimonie, prudence et réserve ... Cette année, les autorisations d'ouverture accordées aux classes d'obédience religieuse doivent être très limitées. Chaque arrondissement, si le besoin s'en fait sentir et si toutes les conditions sont réunies à un niveau élevé, délivrera au maximum une ou deux autorisations ... Elles ne seront accordées qu'aux classes ayant déjà effectivement fonctionné durant l'année scolaire 89-90" (19).

Difficultés pour les garderies d'enfants tenues par les religieuses (19)

Vietnam 01/09/1990

  Environ 4 500 enfants de Hô Chi Minh-Ville, selon les estimations des services de l'Education (20), sont confiés, chaque jour, aux garderies d'enfants tenues par des religieuses. Or, à l'exception de 7 classes maternelles ouvertes par les religieuses de Thu Thiêm qui ont reçu une permission officielle, aucune de ces écoles enfantines dont certaines fonctionnent depuis plusieurs années n'a, pour le moment, d'existence légale. Elles subsistent grâce à la tolérance des autorités locales qui leur reconnaissent un grand nombre de qualités: le dévouement des enseignantes, les frais scolaires modiques et surtout la confiance dont elles jouissent auprès des parents d'élèves. Mais ces classes peuvent, à tout moment, se trouver devant de graves difficultés comme c'est le cas, semble-t-il, ces temps-ci, selon des nouvelles en provenance de Hô Chi Minh-Ville.

Nouveaux prêtres à Xuân Lôc

Vietnam 16/08/1990

  Aux ordinations déjà signalées dans les précédents numéros (17), il faut ajouter les 5 nouveaux prêtres que vient d'ordonner, le 9 juin 1990, Mgr Nguyên Minh Nhât, évêque de Xuân Lôc et président de la Conférence épiscopale du Vietnam (18). Parmi eux se trouvaient deux diacres salésiens. Le diocèse de Xuân Lôc est un des plus riches du Vietnam puisqu'il comprend à lui tout seul 1/8 ème de la population catholique du pays (700 000 fidèles). 190 prêtres y travaillent et 305 jeunes gens se reconnaissent et sont considérés par leur diocèse comme séminaristes. Parmi eux, 85 ont achevé leurs études théologiques et attendent la permission officielle qui les autorisera à accéder au sacerdoce.

Mort de l'évêque de Banmethuot

Vietnam 16/08/1990

  Mgr Pierre Nguyen Huy Mai, évêque de Banmethuot, est mort le 4 août 1990. Il était atteint de leucémie. Il sera remplacé par Mgr Joseph Trinh Chinh Thuc qui était, jusqu'ici, son coadjuteur.

Une enquête révélatrice à Hô Chi Minh-Ville

Vietnam 16/08/1990

  Depuis le mois d'avril 1975, de nombreux reportages ont été consacrés à Hô Chi Minh-Ville, la ville du Vietnam la plus fréquentée. Presque tous ont mentionné la très nombreuse et très active communauté catholique de l'ancienne capitale du sud, avec ses églises - en particulier, sa cathédrale en briques rouges - remplies en semaine et débordantes les jours de fête. Peu de témoignages cependant sont allés au delà de ce phénomène, pour nous aider à percer le mystère de cette vitalité.

Vigilance accrue vis-à-vis de l'Eglise

Vietnam 01/08/1990

  A la fin du mois de mars 1990, à la suite du 8ème plenum, les dirigeants vietnamiens décidaient de redoubler de vigilance vis-à-vis de toute opposition politique (11) . Au cours du mois de mai, on commençait à constater, ici et là, les effets de cette nouvelle politique, tandis que le discours officiel dénonçait l'existence d'un complot international visant à déstabiliser le socialisme vietnamien... L'Eglise catholique subit, semble-t-il, à l'heure actuelle, le contrecoup de la méfiance officielle à l'encontre de toute opposition éventuelle.

Arrestations chez les protestants du Centre-Vietnam

Vietnam 16/07/1990

  Les informations sur le protestantisme vietnamien qui parviennent en Occident concernent généralement les grandes villes. On connaît la résistance des communautés de Hô Chi Minh-Ville au projet d'unification du protestantisme vietnamien sous l'égide du Front populaire, les difficultés qu'elles rencontrent pour la formation de leurs pasteurs et de leurs militants, la relative détente de ces deux dernières années après les fermetures de temples, les procès et arrestations qu'elles ont eu à subir dans le passé (11). La récente visite du pasteur japonais Suguru Matsuki à Hanoï a aussi levé le voile sur l'église protestante de cette ville, avec ses 10 000 fidèles, ses 5 pasteurs âgés, le contrôle que les autorités exercent sur le culte et les activités ecclésiales (12). Par contre, nous avons très peu de renseignements sur les provinces et les campagnes. Les quelques nouvelles qui se font jour, ces temps-ci, ne sont guère rassurantes.

La presse et l'affaire Chân Tin

Vietnam 01/07/1990

  On ne connaît pas encore avec certitude le nombre et l'identité des personnes qui, aux mois d'avril et mai derniers, ont fait l'objet de mesures d'incarcération ou de mise en résidence surveillée. La presse vietnamienne s'est montrée à ce sujet fort discrète. Seuls, ont bénéficié d'une relative publicité les cas du P. Chân Tin et de M. Nguyên Ngoc Lan, mis en résidence surveillée le 16 mai 1990, ainsi que celui de Michael D. Morrow, arrêté le 23 avril 1990, relâché le 14 mai 1990, et interrogé, selon ses propres dires, sur ses relations avec les milieux catholiques dissidents.

A l'heure du Koweit

Timor-Oriental 16/03/1991

  "La ferme et immédiate réaction des Nations Unies, notamment du Conseil de sécurité, à l'invasion et l'annexion du Koweit mérite, sans équivoque, tout notre appui", a affirmé M. L.R. de Albuquerque, représentant du Portugal auprès de la Commission des droits de l'homme de l'ONU. Il rappelle ensuite que, les 22 décembre 1975 et 22 avril 1976, le Conseil de sécurité avait aussi exigé le "retrait sans délai" des forces armées indonésiennes de Timor Oriental. L'intervention du diplomate a eu lieu au cours de la 47ème session de ladite commission, réunie à Genève du 21 janvier au 8 mars 1991.

Guérir les blessures du passé ?

Timor-Oriental 16/02/1991

  Tel est, semble-t-il, le souhait que forment toutes les personnes qui, à Dili, exercent un quelconque pouvoir. On a vu qu'à l'occasion des fêtes de fin d'année, aussi bien l'administrateur apostolique, Mgr Belo, que le gouverneur M. Carrascalao, ont insisté sur la nécessité d'un retour à la paix pour l'ensemble du territoire (10).

La paix à tout prix

Timor-Oriental 01/02/1991

  Des paroles de paix ont été adressées au peuple de Timor Oriental, à l'occasion de Noël, par les autorités tant civiles qu'ecclésiastiques.

Un message papal à la jeunesse

Timor-Oriental 16/01/1991

  C'est au cours des célébrations du 8 décembre 1990 que Mgr Belo, administrateur du diocèse de Dili (13), a rendu public un message du pape à la jeunesse du diocèse dans laquelle Jean Paul II "place son espoir d'un meilleur avenir" pour la région. Le pape invite les jeunes, dans la ligne de ce qui a été annoncé dans la communauté chrétienne locale, à prendre une part active dans la pastorale, souhaitant "qu'ils prennent conscience de leur rôle comme lumière et sel de la terre".

Une "Réflexion des prêtres autochtones"

Timor-Oriental 01/01/1991

  16 prêtres autochtones, sur la vingtaine en poste dans le diocèse de Dili ont signé un document intitulé "Réflexion des prêtres autochtones". Il a été divulgué à Lisbonne au mois de septembre 1990 alors que Mgr Ximenes Belo s'y trouvait après sa visite "ad limina" à Rome, le 23 septembre. Avec les prêtres originaires de Timor Oriental, une quarantaine de missionnaires indonésiens travaillent aussi dans le diocèse.

Actions sur le document