EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Actualités précédentes

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Actualités précédentes

Délégués protestants en visite officielle

Laos 01/02/1991

  C'est en août et septembre 1990 que des représentants de la section "Jeunesse" de la Conférence chrétienne d'Asie (CCA) ont pu se rendre au Laos et au Cambodge, et y établir des contacts dont ils estiment qu'ils pourront produire des fruits durables en amorçant une coopération avec les pays de l'ancienne Indochine dans le cadre de la communauté oecuménique de l'Asie entière. Le premier projet prévoyait également un déplacement au Vietnam, mais cette partie du voyage a dû être remise à plus tard.

Vers l'ouverture

Laos 01/01/1991

  Parallèlement à une certaine libéralisation constatée au Vietnam, notamment dans les domaines politique et économique, mais aussi, dans une certaine mesure, religieux (9), on remarque depuis quelque temps au Laos un mouvement vers l'ouverture.

Les ONG renâclent devant le plan de l'ONU

Cambodge 01/04/1991

  Les représentants des organisations non gouvernementales engagées au Cambodge ont déjà protesté contre la délégation cambodgienne aux Nations Unies, jugée trop proche des Khmers Rouges (1). Aujourd'hui ils présentent des objections au plan récemment établi par les cinq membres du Conseil de sécurité, prévoyant un cessez-le-feu suivi du désarmement des combattants.

Frères ennemis bouddhistes

Cambodge 16/03/1991

  Onze moines bouddhistes cambodgiens, dont six résidant en Thaïlande dans les camps frontaliers de la Résistance, ont participé du 16 au 23 février 1991 au séminaire et à la conférence du Réseau international des bouddhistes militants, à Nakhorn Nayok et Nakhorn Pathom, au nord-ouest de Bangkok. C'est la première fois qu'ils prenaient part à une assemblée, la troisième en 3 ans, de ce Réseau, qui cherche à établir des relations entre organismes bouddhistes de pays différents, chacun faisant part de ce qu'il attend des autres et de ce qu'il peut lui-même leur apporter. Etaient présents cette fois 40 représentants de 19 pays.

Reprise des activités bouddhistes et des festivités traditionnelles

Cambodge 01/03/1991

  Depuis la révision de la Constitution cambodgienne en 1989, la situation s'est peu à peu améliorée dans le pays tant pour les bouddhistes que pour les musulmans et les chrétiens (3).

Les chrétiens s'organisent

Cambodge 01/02/1991

  Mgr Yves Ramousse, ancien vicaire apostolique de Phnom Penh et actuel responsable du BPAC (Bureau pour la promotion de l'Apostolat parmi les Cambodgiens) (1), s'est rendu au Cambodge du 4 au 18 janvier 1991. Les chrétiens avaient été autorisés à l'accueillir dans le salon d'honneur de l'aéroport de Pochentong. Mgr Ramousse était revenu une première fois au Cambodge en février 1989, mais ses contacts avec les autorités et les chrétiens avaient été très limités. Durant cette deuxième visite, il a rencontré le vénérable Tép Vong, chef de l'Ordre monastique bouddhique et membre du Front patriotique. Le 6 janvier, jour de l'Epiphanie, les chrétiens khmers ont célébré l'eucharistie avec leur évêque qui, pour la circonstance, portait la croix pectorale de Mgr Salas, premier évêque khmer, mort d'épuisement sous le régime de Pol Pot. Mgr Ramousse s'est également rendu à Battambang où il a pu célébrer l'eucharistie avec les chrétiens, en présence d'un représentant du Front.

Mise en question de la représentation khmère à l'Onu

Cambodge 01/09/1990

  Environ 300 agents d'organismes internationaux - dont certains sont liés aux Eglises - présents au Cambodge ou sur la frontière thaïlandaise ont adressé aux Nations Unies une pétition demandant de remettre à l'étude le problème de la représentation du Cambodge à l'Onu. Expliquant cette démarche, un porte-parole des organisations non gouvernementales a déclaré qu'il leur paraissait important "d'attirer l'attention de la communauté internationale sur les activités de plus en plus destructrices auxquelles se livrent les Khmers Rougesqui dominent la coalition cambodgienne représentée aux Nations Unies. Et d'énumérer une série d'exactions qui leur sont attribuées: civils tués ou blessés; champs, routes et ponts minés; chefs de village intimidés, enlevés ou assassinés; réserves de nourriture pillées ou détruites; populations déportées ou forcées à s'enfuir: plus de 23 000 personnes se seraient réfugiées en Thaïlande depuis le début de l'année 1990...

Otages civils...

Cambodge 01/08/1990

  Depuis la fin du mois de mai 1990, plus de 25 000 paysans des provinces de Kompong Speu, Kompong Chhang et Kampot ont fui leurs terres pour se réfugier loin des combats.

"Caritas" lance ses premières activités

Cambodge 16/07/1990

  Après 15 ans d'absence, Caritas reprend vie au Cambodge grâce au père Emile Destombes des Missions Etrangères de Paris, résidant désormais à Phnom Penh. Les choses évoluent rapidement: le gouvernement a, en effet, officiellement reconnu "Caritas Internationalis Cambodia" et son représentant sur place. Les contacts ministériels nécessaires au démarrage de l'action ont été pris. La communauté catholique, à l'extérieur comme à l'intérieur du pays, est décidée à travailler en harmonie. Des projets prennent forme, nécessairement en coopération étroite avec les autorités locales.

Evolution religieuse

Cambodge 01/07/1990

  Ont déjà; été relatées dans "Eglises d'Asie" les modifications survenues dans la situation des religions dans ce pays qui, encore récemment, n'en reconnaissait aucune: d'abord le bouddhisme reconquiert droit de cité, puis le christianisme comme tel est officiellement toléré (1). Il semblerait que des chrétiens - protestants - auraient obtenu l'autorisation d'importer un premier lot de livres de doctrine... Mais en fait, il n'est guère possible encore de faire le point sur la situation exacte des religions, même pour le bouddhisme: tout au plus peut-on donner quelques éléments de comparaison avec la période précédant la dictature Khmer Rouge.

Deux prêtres catholiques doivent quitter le pays

Brunei 16/01/1991

  Le gouvernement vient de refuser l'extension des permis de résidence de deux prêtres et d'une religieuse catholiques. Les trois personnes ont reçu l'ordre de quitter le pays au cours du mois de janvier 1991.

Islam et identité nationale

Brunei 16/11/1990

  Les pétrodollars ne suffisent plus à garantir la stabilité du plus petit et du plus riche Etat d'Asie du sud-est situé sur la partie nord de la grande île de Bornéo. Un taux de chômage en progression rapide et toutes sortes de problèmes sociaux ont forcé le sultan Hassanal Bolkiah à recourir à l'idéologie pour maintenir la cohésion sociale du pays.

Ne pas faire intervenir la religion dans la politique

Indonésie 01/04/1991

  Des élections générales doivent normalement avoir lieu en 1992; la date exacte du scrutin n'a pas encore été fixée. Mais déjà le gouvernement et les partis sont en train de mobiliser leurs forces pour "la fête de la démocratie".

Mouvement de conversion aux Moluques

Indonésie 16/03/1991

  400 aborigènes de l'île de Buru, l'une des îles Moluques, ont décidé d'abandonner leurs rites et croyances animistes pour entrer dans l'Eglise catholique. Sans doute sont-ils pressés par l'administration de rejoindre une des cinq religions officiellement reconnues par l'Etat. Leur choix du catholicisme s'expliquerait par le fait que, les programmes de développement du gouvernement n'atteignant que fort peu ces parages ou n'y rencontrant guère de succès (4), les petites initiatives catholiques de développement impressionnent les autochtones.

Coopération chrétienne au développement

Indonésie 16/03/1991

  Le général major Sudjana, un musulman, a pris depuis le début de cette année 1991 possession de son poste de commandant militaire de la province de Kalimantan Occidental. Une de ses premières initiatives a été de convoquer une quinzaine de prêtres catholiques et de pasteurs protestants pour étudier avec eux les meilleures formes de

Les religions plaident pour la paix dans le Golfe

Indonésie 16/02/1991

  Réunis au sein d'un "Forum interreligieux" organisé pour la circonstance le 31 janvier 1991, les représentants autorisés des cinq religions reconnues dans le pays - islam, protestantisme, catholicisme, hindouisme et bouddhisme - ont publié une déclaration commune exprimant leur opposition à la poursuite des hostilités dans le Golfe, et pressant les Indonésiens de ne pas prêter l'oreille à la propagande selon laquelle il s'agirait d'une guerre de religion. Ils ont en même temps lancé un appel à diverses instances internationales telles que l'Organisation de la Conférence islamique, le Conseil oecuménique des Eglises, le Vatican, la Fédération bouddhique mondiale, la Fédération mondiale hindoue et le Mouvement des pays non alignés, pour qu'elles interviennent de telle sorte qu'il soit mis fin immédiatement aux opérations en cours au Moyen-Orient.

Etudiants en éveil

Indonésie 16/02/1991

  Ces derniers temps, l'Union catholique des étudiants de la République d'Indonésie s'est attachée à commenter l'actualité et à exprimer son avis sur les questions qui sont débattues à différents niveaux dans le pays.

Autour des droits de l'homme

Indonésie 01/02/1991

  A l'époque hollandaise, la province d'Aceh, située à la pointe septentrionale de Sumatra, était en état de révolte permanente. Elle fut ensuite, jusqu'en 1959, rebelle à toute suprématie du pouvoir central. Depuis, avec ses presque 3 millions d'habitants, elle connaît périodiquement une agitation séparatiste. Ce fut le cas notamment de 1977 à 1979, quand l'armée dut réprimer par la force un soulèvement suscité par le "Front de libération". L'an dernier, après une période d'accalmie, ce dernier a repris ses actions subversives sur le terrain.

Vocations: l'obstacle du célibat

Indonésie 16/01/1991

  L'obstacle le plus important à l'éclosion de vocations sacerdotales et religieuses en Irian Jaya - partie occidentale de la Nouvelle-Guinée - est le devoir traditionnel des hommes et des femmes appartenant aux populations locales d'assurer la survie de leur tribu. Le non-mariage, ou même parfois la non-polygamie, sont considérés comme une faute vis-à-vis de la communauté. Bien qu'elles prennent lentement conscience de l'apport particulier du prêtre ou de la religieuse au développement de leur région encore fort peu modernisée, les familles s'en remettent à cet égard aux missionnaires venus de l'extérieur, et n'entendent pas consacrer leurs enfants au service exclusif du Seigneur. C'est ce que déclare le P. August Safuf, un des très rares prêtres originaires d'Irian Jaya, qui a dû lutter âprement pour accéder au sacerdoce.

Actions sur le document