EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Actualités précédentes

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Actualités précédentes

Des catholiques regrettent le départ de M. V.P.Singh

Inde 16/11/1990

  "Il est dommage qu'un premier ministre qui, en peu de temps, avait incontestablement réussi à prouver qu'il était un homme aux principes fermes, et sincérement dévoué à la cause des pauvres et des opprimés, ait été démis de son poste... Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas bien dans le système" a déclaré, le 8 novembre 1990, le P. Lucio da Veiga Coutinho, secrétaire général adjoint de la Conférence épiscopale.

Code de droit canonique oriental

Inde 16/11/1990

  Rendu public à Rome le 26 octobre 1990, le "Code de droit canonique pour les Eglises catholiques orientales" s'adresse à 21 Eglises comptant environ 12 millions de fidèles. Cinq rites - alexandrin, antiochien, arménien, byzantin et chaldéen - accentuent la diversité des catholiques orientaux. L'Eglise syro-malabare, fortement implantée au Kerala, appartient au rite chaldéen tandis que l'Eglise syro-malankara relève du rite antiochien.

Des séminaristes jésuites font campagne contre le fondamentalisme

Inde 16/11/1990

  Les étudiants du scolasticat jésuite de New Delhi se sont joints à une organisation qui s'est donné pour objectif de mobiliser l'opinion publique contre ceux qui attisent des conflits interreligieux de plus en plus meurtriers.

Toujours les privilèges : opinions protestantes divergentes

Inde 01/11/1990

  Les milieux catholiques, on l'a déjà noté, sont loin d'être unanimes dans leur appréciation des mesures gouvernementales concernant les quotas de "réservations" accordés aux castes défavorisées (4). Chez les protestants, le clivage est tout aussi marqué : deux évêques de l'Eglise de l'Inde du nord ont pris sur la question des positions qui se contredisent.

Un "Appel à la nation" au nom de la Conférence épiscopale

Inde 01/11/1990

  Le Bureau permanent de la Conférence épiscopale a réuni ses 31 membres les 14 et 15 septembre 1990 à Bangalore pour traiter les affaires courantes et procéder à un examen de la situation dans le pays. Un communiqué a été rendu public le 21 septembre. La majeure partie du document traite des événements relatifs au décret gouvernemental du 7 août dernier à propos des "réservations" (3).

Plusieurs rites, une seule foi

Inde 16/10/1990

  Le Collège épiscopal du Kerala, qui réunit les évêques de cet Etat appartenant aux trois rites qui y cohabitent - latin, syro-malabar et syro-malankar - semble avoir éprouvé dernièrement certaines difficultés à propos de la destination du séminaire pontifical St-Joseph à Alwaye, tout particulièrement en ce qui concerne son caractère pluraliste.

D'évidentes disproportions

Inde 16/10/1990

  Répondant aux diverses critiques et aux manifestations violentes suscitées par la décision gouvernementale de hausser le pourcentage de faveurs accordées aux castes les plus démunies (15), M. Chhotebhai, président national de l'Union catholique panindienne, vient de présenter des statistiques destinées à faire mieux percevoir le bien-fondé de la mesure prise à leur égard pour rétablir la justice.

Les minorités et les "réservations"

Inde 16/10/1990

  Après les basses castes et les "dalits" (11), c'est maintenant au tour des minorités religieuses de réclamer une "discrimination positive".

Stérilisation forcée ?

Inde 01/10/1990

  Les chrétiens de l'Etat de Maharashtra sont gravement troublés par une proposition de loi, déposée sur le bureau de l'Assemblée législative locale par un groupe de parlementaires; il s'agirait d'imposer la stérilisation aux couples après la naissance du deuxième enfant. L'ancien ministre de la Santé, le Dr Baliram Hiray, est l'auteur de cette proposition qui a pour but d'enrayer, dit-il, les progrès insensés de la surpopulation.

L'impact du christianisme

Inde 16/09/1990

  Ceux qui lui sont opposés ont plaisir à présenter le christianisme comme complètement étranger à la culture indienne. C'est là "un conte à dormir debout" dont on rebat les oreilles de ceux qui n'ont pas eu l'occasion de prendre contact avec les chrétiens eux-mêmes; ces derniers ont pourtant participé, particulièrement dans le sud du pays, et singulièrement au Kerala, puis plus tard au Tamil Nadu, au déroulement de l'histoire de l'Inde. C'est ce qu'a voulu mettre en valeur le symposium qui, le 14 août 1990, se tint au centre de la YMCA - association chrétienne des jeunes gens - à l'occasion de l'ouverture, à Delhi, d'un bureau de liaison du collège épiscopal syro-malabar.

Pour l'abolition des "privilèges"

Inde 16/09/1990

  Il s'agit des "privilèges" accordés par la Constitution aux classes désavantagées et qu'une récente décision gouvernementale a largement augmentés (2), suscitant une vague de récriminations dans les milieux qui ne sont pas susceptibles d'en profiter. Les manifestations contre ces mesures continuent un peu partout, et singulièrement au Bihar, où la vie sociale s'en trouve troublée, ainsi qu'à Delhi. Des hommes politiques de différents partis - et notamment de ceux qui soutiennent en principe le premier ministre - se sont élevés contre la mesure que celui-ci décrivait comme "une importante décision de justice sociale", qu'eux-mêmes qualifient de funeste. D'aucuns assurent que la priorité pour l'emploi et les autres facilités accordées à certaines catégories de citoyens ne devraient prendre en compte que leur situation économique réelle, et non leur appartenance à telle ou telle caste défavorisée. Elles ne devraient plus être attribuées aux familles qui ont déjà vu leur situation s'améliorer, tandis que d'autres, d'origine moins humble, et qui vivent dans une vraie misère, devraient au contraire en recevoir le bénéfice. La difficulté d'une telle solution réside dans le fait que, si l'on peut aisément découvrir les "antécédents ethniques" des individus, établir avec certitude le niveau de leurs ressources nécessite des recherches beaucoup plus compliquées.

Un geste en faveur des moins favorisés

Inde 01/09/1990

  Les dirigeants de toutes les Eglises chrétiennes ont été sensibles à la décision gouvernementale du 7 août 1990 - dix jours avant la grande manifestation des chrétiens à Delhi (10) - de porter à 49,5% le pourcentage d'emplois réservés dans l'administration aux classes culturellement et socialement défavorisées: "Dalits" et basses castes qui, ensemble, forment près de 50% de la population. Celles-ci, dans l'intention originelle de la Constitution, devaient être "identifiées pour que leurs difficultés soient écartées et leur situation améliorée", a rappelé M. Vishwanath Pratap Singh, en soulignant que c'était "une négation des fondements mêmes de notre Constitution que cette obligation-là n'ait pas été remplie à ce jour".

Rassemblement de masse en faveur des "intouchables"

Inde 01/09/1990

  Venus de tous les Etats et Territoires de l'Union indienne, plus de 100 000 manifestants, chrétiens pour la plupart, se sont réunis à Delhi le 17 août 1990 pour réclamer "une législation immédiate" permettant aux gens des basses castes convertis au christianisme de profiter des avantages que réserve la Constitution à leurs semblables hindous, sikhs et bouddhistes. La manifestation était organisée par la Conférence épiscopale indienne et le Conseil national des Eglises. Elle était le résultat d'une série de consultations tenues au cours de ces dernières années.

Campagnes d'alphabétisation

Inde 01/09/1990

  "L'année 1990 a été déclarée par les Nations Unies "Année internationale de l'alphabétisationremarque le P. Cyriac Thundiyil, directeur de l'Institut pour la Communication et le développement à Cochin. Et il précise sa préoccupation: "Actuellement, plus de 55% des analphabètes du monde entier vivent en Inde. C'est une honte pour notre pays. On estime qu'en l'an 2000, il y aura sur la planète environ un milliard d'analphabètes, et 650 millions d'entre eux seront des Indiens. Cette prédiction n'est-elle pas au déshonneur de notre nation ?" Aussi son organisation s'attache-t-elle à promouvoir l'enseignement de la lecture et de l'écriture surtout dans les zones rurales, où l'instruction en général est la moins avancée. L'opinion publique est mobilisée à travers tout le pays pour faire en sorte que les prévisions des experts soient démenties et que, en fin de siècle, il n'y ait plus d'analphabète en Inde.

Un verdict qui satisfait les chrétiens

Inde 16/08/1990

  Le 13 juillet 1990, la Haute Cour de l'Etat du Kerala cassait un ordre du gouvernement local, émis trois mois plus tôt, et selon lequel les écoles privées, pour procéder à la nomination d'un nouveau directeur, devaient s'en tenir strictement au rang d'ancienneté. Cette mesure avait été ressentie par les Eglises, tout comme par d'autres groupes, comme une tentative de mainmise des autorités marxistes sur les établissement privés, chrétiens en particulier.

Nouvelle traduction oecuménique de la Bible

Inde 01/08/1990

  Commencée en 1972, une nouvelle traduction oecuménique de la Bible en Tamoul est en cours de publication. 27 livres de l'Ancien Testament ont déjà été publiés à titre d'essai.

L'Eglise souffrante

Inde 01/08/1990

  De plusieurs endroits, dans le nord et nord-est de l'Inde, nous parviennent des rapports selon lesquels des chrétiens souffrent de discrimination ou parfois, endurent de véritables persécutions.

On leur a même appris à faire du vélo...

Inde 16/07/1990

  Cela faisait partie du programme de formation organisé, du 2 au 9 juin 1990, par le Service d'aide sociale de l'archidiocèse de Madras. 75 participants ont eu, en plus, la possibilité d'acquérir les premiers éléments d'alphabétisation, de secourisme, de code de la route...

Le groupe "Emmanuel" sous surveillance

Inde 16/07/1990

  Le groupe de prière "Emmanuel", à Bombay, fait, pour la seconde fois, l'objet d'une enquête diocésaine. Il y a deux ans, l'enseignement du groupe avait déjà été examiné par une commission. Mais le cardinal Pimenta avait décidé de laisser les choses en l'état et d'attendre.

Les chrétiens et le dieu Rama

Inde 16/07/1990

  Plusieurs leaders catholiques ont joint leurs voix à celles d'autres personnalités indiennes pour dénoncer la déclaration faite récemment par le secrétaire général du Conseil mondial hindou (6). A l'issue d'une réunion qui s'est tenue, le 24 juin, dans le nord du pays, cette organisation a, en effet, décidé de commencer la construction d'un nouveau temple à Ayodhia, dans l'Etat d'Uttar Pradesh. Les travaux devraient débuter le 30 octobre 1990. Et, selon les termes mêmes de la déclaration finale, "il n'est pas question de négocier ni la date ni l'emplacement du temple". Ce qui risque de mener à une confrontation directe avec le gouvernement ainsi qu'avec les musulmans.

Actions sur le document