EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris EDA, Eglise d'Asie - Agence d'information des Missions étrangères de Paris

Vous êtes ici : Accueil Actualités précédentes

Rechercher

Recevoir gratuitement nos dépêches

Actualités précédentes

La présence des bases américaines toujours en question

Philippines 01/10/1990

  Trois jours avant l'ouverture, le 18 septembre 1990, d'une nouvelle série de discussions entre le gouvernement des Philippines et celui des Etats-Unis, les évêques ont, une fois encore, exprimé leur point de vue sur la question des bases américaines (9).

A quand la paix ?

Philippines 01/10/1990

  La question d'un éventuel cessez-le-feu avec les rebelles communistes n'est décidement pas simple.

Comment se défendre des sectes ?

Philippines 16/09/1990

  Mgr Alberto Piamonte, archevêque de Jaro, au sud-est de Manille, s'est vu récemment obligé de lancer à la radio un appel invitant les catholiques de son diocèse à défendre leur foi contre les attaques des sectes "fondamentalistes".

L'église et l'exploitation des forêts (7)

Philippines 16/09/1990

  Les paroissiens de Gabaldon, une petite ville située dans le centre de l'île de Luçon, ont récemment formé une barricade humaine, dans le but d'arrêter les camions chargés d'arbres abattus dans la région. L'un des protestataires a été blessé.

Solidarité avec le Moyen-Orient

Philippines 16/09/1990

  Les Eglises des Philippines et du Moyen-Orient joignent leurs efforts pour venir en aide aux travailleurs pris au piège de la crise actuelle.

Dialogue

Philippines 16/09/1990

  Mgr Francisco Claver, directeur du "NASSA", l'organisation épiscopale pour l'aide sociale, et le P. Francisco Vargas, lazariste, président de l'Association des supérieurs majeurs, ont participé, le 1er septembre 1990, à une réunion au cours de laquelle ont été explorées les possibilités d'un cessez-le-feu avec les communistes et les rebelles musulmans.

Le cardinal Sin et la dette nationale

Philippines 01/09/1990

  "Le remboursement de la dette ne peut se faire au prix de l'asphyxie de l'économie d'un pays. Aucun gouvernement ne peut moralement demander à son peuple des sacrifices incompatibles avec la dignité humaine". C'est le cardinal Sin qui s'est ainsi exprimé, le 24 août, au cours d'une messe célébrée en présence de Mme Aquino. Celle-ci, en effet, a décidé de continuer le remboursement de la dette extérieure même après le récent et très violent tremblement de terre qui a ravagé une bonne partie de l'île de Luçon. "Quelque chose ne va pas lorsque, malgré la pénurie dans laquelle sont tombés nos compatriotes, on se sent encore obligé de rembourser des dettes comme si de rien n'était", a ajouté l'archevêque de Manille. Environ 37% du budget de l'Etat, cette année, doit être consacré au remboursement de la dette.

Missionnaires à l'extérieur

Philippines 01/09/1990

  Etablie en janvier 1965 par la Conférence épiscopale, la "Société missionnaire des Philippines" a, le mois dernier, célébré ses 25 ans d'existence.

Solidarité nationale : un chemin difficile

Philippines 01/09/1990

  Le 10 août, s'est tenue, à Tagaytay, près de Manille, une réunion préparatoire à la Conférence pour la paix prévue pour le mois prochain. Y participaient un large éventail d'hommes d'affaires, de paysans, de pêcheurs, de militaires, ainsi que des musulmans et des femmes...

Des prêtres à la tête de la rébellion

Philippines 16/08/1990

  Les pères Luis Jalandoni et Frank Fernandes ont été élus respectivement vice-président chargé des affaires internationales et secrétaire général du Front démocratique national.

Pour une spiritualité sacerdotale originale

Philippines 16/08/1990

  "Il devrait y avoir une réelle interaction entre notre culture philippine et notre spiritualité de prêtresC'est le P. Roberto Reyes qui parle, au lendemain de sa nomination comme directeur national des vocations. D'après lui, une spiritualité diocésaine propre aux Philippines aiderait grandement à résoudre les problèmes actuels du clergé.

Les Témoins de Jéhovah sur la sellette

Philippines 01/08/1990

  Des écoles publiques, à Cebu, viennent de mettre à la porte 53 enfants. Leur crime : Témoins de Jéhovah, ils refusent de saluer le drapeau national.

Acquittement

Philippines 16/07/1990

  Un prêtre de Cebu a été, le 20 juin 1990, acquitté par le tribunal de Quezon City. Les autorités militaires l'avaient accusé de "possession illégale d'armes à feu en vue de rébellion". Le juge a estimé qu'il ne pouvait recevoir les "preuves" et les pièces à conviction apportées par les accusateurs, car ceux-ci n'avaient obtenu contre le P. Tan ni mandat d'arrêt, ni mandat de perquisition. Et la Cour ajoute qu'il y a eu violation des droits constitutionnels du prêtre. Celui-ci avait été arrêté, le 3 février 1990, par une patrouille de l'armée, alors qu'il se trouvait dans une maison de Quezon City. Il avait prétendument été trouvé en possession de munitions et de documents appartenant à la rébellion communiste.

Comment ne pas devenir un "tigre économique"

Philippines 16/07/1990

  Le 2 juillet, à Manille, se déroulait l'Assemblée générale d'un groupe de réflexion comprenant évêques et hommes d'affaires sur le thème du développement. A cette occasion, l'ambassadeur des Philippines au Vatican a demandé aux participants de veiller à ne pas transformer le pays en un autre "tigre économique".

Le "pouvoir du peuple" en question

Philippines 01/07/1990

  Le 12 juin, au cours des fêtes de l'indépendance, Mme Aquino a lancé un nouveau mouvement "démocratique", le "Kabisig" ou "la main dans la main". Cette organisation se veut non politique, ouverte aux membres de tous les partis, et vise à améliorer l'économie du pays.

"Séminaire" pour lamas

01/04/1991

  Le premier établissement destiné à la formation de jeunes lamas vient de s'ouvrir, sur le site d'un ancien monastère bouddhiste, dans les environs du lac Baïkal, pour les candidats originaires des républiques autonomes de Bouriatie et de Touva, ainsi que de la région d'Irkoutsk. Dès le moment où fut entrepris l'aménagement des lieux, 130 candidats se firent connaître, dont 50 seulement ont pu être retenus. Pendant trois ans ils approfondiront leurs connaissances religieuses, tout en suivant des cours de droit, de médecine et d'histoire. Les étudiants les plus doués auront ensuite l'occasion de poursuivre leurs études dans des instituts bouddhistes d'Inde et de Chine.

Un geste de bonne volonté de l'Etat

01/04/1991

  Une cinquantaine d'icônes du XIXème siècle, qui avaient été enlevées d'un lieu de culte en 1935 et confiées depuis lors à un musée du folklore, viennent de retrouver leur ancien abri à Termez, près de la frontière afghane. L'higoumène Innokenti, supérieur du monastère proche, en a remercié les autorités dans un article de presse publié le 16 février 1991.

Liberté religieuse plus généralisée

01/04/1991

  Ces derniers temps, l'attention des observateurs a été attirée par un regain d'activité religieuse islamique dans les républiques d'Asie centrale traditionnellement musulmanes (3). Les réouvertures de mosquées sont devenues chose courante. Par exemple, la petite république de Kirghizie en compte maintenant 60, deux fois plus qu'en 1985. Parallèlement, un islam précédemment souterrain refait surface dans toute la région: de 1989 à 1990, 300 mollahs se sont fait connaître, alors qu'auparavant le Conseil des Affaires religieuses estimait leur nombre à une trentaine seulement.

Des abus dans les deux camps

01/04/1991

  Des rapports en provenance des Etats-Unis, et émanant tant de sources officielles que de sources privées, jettent un cri d'alarme à propos des droits de l'homme violés sur tout le territoire, aussi bien par les gouvernementaux que par les rebelles.

L'armée thaïlandaise tire sur des réfugiés vietnamiens: deux morts.

16/03/1991

  Pendant 48 heures, les 4 et 5 mars 1991, dans le camp de Phanat Nikhon, des heurts violents ont opposé une dizaine de milliers de réfigiés vietnamiens aux militaires thaïlandais. Les manifestants avaient franchi les barbelés pour prendre position sur la route nationale qui traverse le camp sur toute sa longueur. Selon certains observateurs, les militaires thaïlandais, appartenant à un régiment d'infanterie basé à Chombury et requis sur les lieux pour la circonstance, ont ouvert le feu sur les manifestants alors que ces derniers n'étaient armés que de pierres et d'armes de fortune. La presse thaïlandaise a rapporté que, parmi les réfugiés, il y a eu deux morts et de très nombreux blessés. Après les échauffourées, les manifestants ont accepté de rentrer au camp et des négociations ont réuni des porte-parole des réfugiés, des représentants du Haut-commissariat aux Réfugiés et des officiels thaïlandais.

Actions sur le document